La ville devrait-elle produire les intrants nécessaires à l'agriculture urbaine?

13 novembre 2012
Par

agriculturemontreal.comLes recherches et réflexions se multiplient sur les intrants nécessaires à l’agriculture urbaine

À Paris, Nicolas Bel et Nicolas Marchal mènent depuis cet été un projet de recherche portant sur la production de terreau pour le jardinage urbain à partir des surplus de matières organiques de la ville. Leur mélange expérimental est composé de chutes d’élagage et de compost produits à partir des résidus alimentaires. Vers et champignons y sont ajoutés dans le but de créer un sol vivant. Les premiers résultats sont prometteurs : le terreau se distingue par son caractère économique, sa productivité et sa légèreté (ce qui le rend mieux adapté à la culture sur toit). Cette recherche, implique également AgroParisTech et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

À Montréal, le milieu de l’agriculture urbaine se pose également des questions sur la pertinence et la possibilité de produire les intrants agricoles à partir des ressources disponibles dans la ville. Comme à Paris, les connaissances et l’expertise sont encore à développer, mais l’expérimentation va bon train, par exemple à Côte-des-Neiges où la SOCENV utilise du compost et du bois raméal fragmenté (BRF) dans le but de construire le sol de certains de ses jardins collectifs.

À l’UQAM, Évelyne Boissoneault réalise actuellement une maîtrise en sciences de l'environnement sur le choix des substrats par les gestionnaires de projet d’agriculture urbaine hors sol dans notre ville. Elle avance qu’à ce stade-ci les questions sont multiples et les réponses à venir. Il est clair que l’agriculture urbaine utilise des ressources (terreau, tourbe, fertilisants) provenant d’écosystèmes extérieurs à la ville. Mais l’impact réel sur ces écosystèmes reste encore à documenter et la preuve que la production locale des intrants représenterait un gain écologique notable reste encore à faire.  Comme elle le souligne, l'agriculture urbaine recèle divers bénéfices potentiels sur le plan environnemental: rétention des eaux pluviales, recyclage des déchets organiques, réduction des GES en comparaison au système agroalimentaire conventionnel, etc. D'autre part, l'agriculture urbaine peut également nécessiter des ressources, dans ce cas-ci, les substrats, et impliquer des impacts environnementaux plus ou moins grands.

Par ailleurs, certaines études ont mis en lumières que circuit court n'était pas toujours synonyme d'efficacité énergétique. Comme le mentionnait Christine Aubry chercheure à AgroParisTech dans une conférence à Montréal cette semaine, les circuits courts doivent être analysés afin de les optimiser et de mieux les intégrer et ainsi présenter un avantage significatif sur les circuits de distribution « traditionnels ».

Évelyne Boissoneault mentionne également l'importance pour une ville comme Montréal d'avoir une vision intégrée au niveau de la gestion des matières putrescibleset notamment dans un contexte ou l'agriculture urbaine prend de l'ampleur.  Par exemple, les matières compostables montréalaises seront traitées dans des usines de biométhanisation dans un avenir rapproché. L’intérêt agricole et la disponibilité du compost qui en émergera restent encore à clarifier.

Un sujet à suivre…

Source : http://agriculturemontreal.com


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : 1. Urban Agriculture / Agriculture urbaine

Laisser un commentaire

Dernier ouvrage des Editions [VertigO]. Pour en savoir plus cliquez sur l’image

Livre_AU
sabonner-à-ce-carnet1

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

VeilleUrbaniteviabilite
Veilleadaptation

Veilleurs

  • Jeanne Pourias Doctorante à AgroParisTech (France) et l'Institut des sciences de l'environnement du Québec à Montréal (Canada) Jeanne Pourias Doctorante à AgroParisTech (France) et l'Institut des sciences de l'environnement du Québec à Montréal (Canada)