Agriculture urbaine : quelle définition ? une actualisation nécessaire?

14 décembre 2012
Par

Il existe de multiples définitions du concept « agriculture urbaine ». La majorité des chercheurs ou acteurs de l’AU ont développé leur propre définition du concept. Les grands éléments de ses définitions inclus la localisation de l’activité (sur un territoire urbain),  l’activité ele-même (production alimentaire ou autres), sa raison économique (revenu pour des agriculteurs ou des familles) et son inclusion dans le système alimentaire conventionnel ou dans un système alternatif. Nous pourrions y ajouter que la gouvernance des projets et les objectifs visés par ceux-ci sont aussi des éléments de l’ADN de l’agriculture urbaine. Cette activité est souvent non planifiée, non contrôlée et informelle, mais des caractères de l‘AU qui sont actuellement en mutation vers une certaine forme d’auto-planification par les acteurs du milieu.

Partant de ses éléments nous pourrions dire que l’agriculture urbaine c’est:

“the growing of plants and the raising of animals for food and other uses within and around cities and towns, and related activities such as the production and delivery of inputs, and the processing and marketing of products. Urban Agriculture is located within or on the fringe of a city and comprises a variety of production systems, ranging from subsistence production and processing at household level to fully commercialized agriculture.”[1]

“ An industry located within (intra-urban) or on the fringe (peri-urban) of a town, a city or a metropolis, which grows and raises, processes and distributes a diversity of food and non-food products, (re-) using largely human and material resources, products and services found in and around that urban area, and in turn supplying human and material resources, products and services largely to that urban area.”[2].

Ce qui met en place une typologie en forme de toile d’araignées, complexe avec plusieurs possibilités, connexions entre les différents éléments. Une agriculture urbaine sous la forme d’un concept multiforme dont doivent s’approprier les acteurs. Ils doivent aussi le développer selon leur besoin.

Mais de telles définitions ne me semblent pas complètement satisfaisantes, car elle fait abstraction du fait que l’AU est un mouvement social urbain qui s’approprie l’espace urbain. Particulièrement dans les villes du nord où l’agriculture urbaine prend d’assaut les espaces en friches ou sous-utilisés, tels que les toits. Toits que l’on commence à définir comme la cinquième façade (Fifth Facade) de la ville – un lieu à aménager.

Pouvons-nous ne plus penser l’agriculture urbaine comme uniquement l’activité de production alimentaire ? Bien que celle-ci soit à mon sens centrale à la réalité de l’expression.

L’expression agriculture urbaine fait débat, car il regroupe deux mots qui semblent à priori dichotomiques et que ce qu’elle englobe dépasse la seule production alimentaire en milieu urbain. Si agriculture réfère à la production alimentaire à grande échelle afin de nourrir la population au niveau local, national ou international, le terme urbain est associé au développement des villes soit à un regroupement d’individus dans une entité aménagée afin d’offrir des services à ceux-ci. En outre, l’agriculture d’après la Seconde Guerre a pris une connotation industrielle au niveau vernaculaire, soit une production alimentaire mécanisée mise dans le cadre d’un système de transformation et de distribution à grande échelle très hiérarchisé. L’urbanisation est, quant à elle, l’un des paramètres responsables de la séparation spatiale de la production alimentaire et de l’habitat humain.

Alors, pourquoi rejoindre les deux mots dans une même expression.

Certains, dont des aménagistes du paysage, lui préfèrent le terme horticulture urbaine pour désigner ce mouvement du jardinage urbain. Si l’agriculture urbaine se démarque par une volonté claire de faire du maraîchage et de la production de fruits (arbres et petits fruits) en milieu urbain, elle vise aussi l’apiculture et l’élevage de petits animaux (poules, lapins, par exemple) et ce à différents niveaux. En outre, l’objectif premier d’un agriculteur urbain est de produire des aliments, même si les raisons qui les poussent à le faire sont extrêmement variées.

L’agriculture urbaine est actuellement une approche d’intervention sur, et de réappropriation de, l’espace urbain. Portée par un mouvement social majeur dans les dernières années, celle-ci revendique des actions sur l’environnement urbain (lutte aux ilots de chaleur, biodiversité, gestion des déchets organiques urbains, développement de milieu de vie agréable, gestion de l’eau), sur les sociétés (santé, autonomisation sociale et politique, éducation) et sur la production alimentaire (économie sociale, sécurité alimentaire, justice alimentaire)[3] dans une perspective de résilience urbaine. L’agriculture urbaine est foncièrement multifonctionnelle de par ses activités et ses formes. Que ce soit localement ou nationalement, elle est culturellement ancrée dans le lieu de son implantation.

Par contre l’expression agriculture urbaine définie par la simple définition de « la pratique de la culture maraîchère en ville » ignore complètement le fait que la grande majorité des projets actuels en agriculture urbaine vise majoritairement les objectifs sociaux de l’AU, délaissant celui d’une production alimentaire économique. Pourtant, c’est bien cette dernière perspective qui se développe actuellement dans les projets mis en œuvre dans les villes. L’apparition de projets économiques fait apparaître de nouveaux enjeux : solidarité avec l’agriculture périurbaine, insertion de l’AU dans la gouvernance alimentaire locale et nationale, divergence de vision sur le rôle de l’AU entre les acteurs du mouvement, création d’un système alimentaire alternatif, insertion des projets (qui sont de plus grande ampleur) dans les plans d’urbanisme. Des enjeux multiéchelles et multiacteurs pour lesquels nous ne sommes pas préparés, mais qui obligent de réfléchir à de nouveaux outils, de nouvelles approches pour un aménagement du territoire incluant le paramètre alimentation.

Sans compter que les structures institutionnelles en place ne sont pas adaptées à pouvoir travailler adéquatement sur de tels enjeux. Que ce soit au niveau international où les questions sont traitées séparément par la FAO et ONU Habitat, ou a FAO s’occupe des questions agricoles et ONU Habitat du développement des villes, bien que le réseau « Food for cities » du FAO est une tentative récente de joindre les deux, et que les deux organismes tentes de se rapprocher, car si la FAO s’occupe de la production alimentaire, ONU Habitat s’occupe des lieux où les aliments sont consommés. Au niveau national la question est traitée par différentes instances qui trop souvent ne se coordonnent pas : ministère de l’Agriculture, ministère de l’Environnement, ministère des Affaires municipales, ministère de la Santé. Au niveau municipal, la situation n’est pas meilleur, car les différents services concernés par l’AU (Parcs et Verdissement, Développement social, Développement économique, Développement immobilier, Urbanisme, Développement durable, etc.) ne se retrouvent pas autour d’une même table.

Partant de ses réflexions, autant l’urbanisme agricole (Agricultural urbanism) que l’urbanisme alimentaire (Food Urbanism) se doivent d’inclure des dimensions supplémentaires que celles considérées actuellement dans ses approches innovantes et stimulantes de la planification du territoire urbaine.

Un beau défi interdisciplinaire à venir…porter un regard en utilisant l’idée d’un « urbanisme alimentairement résilient » me semble être une avenue de réflexion afin de pouvoir intégrer l’agriculture urbaine dans une planification de l’aménagement urbain voulant répondre aux enjeux et défis urbains du XXI siècle.



[1] Van Veenhuizen, R., 2006 “Cities Farming for the Future” in Cities Farming for the Future: Urban Agriculture for Green and Productive Cities, ed. René van Veenhuizen (RUAF Foundation, IIRR and IDRC, 2006), p. 2.

[2] Mougeot, L. J. A., 2000,  ’Urban agriculture: Definition, presence, potential and risks’, in Bakker et al (2000), pp1–42

[3] E. Duchemin, F. Wegmuller and A.-M. Legault, « Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods », Field Actions Science Reports [Online], Vol. 1 | 2008, Online since 16 January 2009, Connection on 13 December 2012. URL : http://factsreports.revues.org/113 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : 1. Urban Agriculture / Agriculture urbaine

Laisser un commentaire

Dernier ouvrage des Editions [VertigO]. Pour en savoir plus cliquez sur l’image

Livre_AU
sabonner-à-ce-carnet1

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

VeilleUrbaniteviabilite
Veilleadaptation

Veilleurs

  • Jeanne Pourias Doctorante à AgroParisTech (France) et l’Institut des sciences de l’environnement du Québec à Montréal (Canada) Jeanne Pourias Doctorante à AgroParisTech (France) et l’Institut des sciences de l’environnement du Québec à Montréal (Canada)

Carnets de recherche