Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #1

Le Tour de la France par Deux Enfants, de G. Bruno, publié en 1877, servait à l’origine de livre de lecture du cours moyen des écoles de la IIIème république. Il illustre l’idéal paysan, en décrivant la vie de familles paysannes rencontrées par deux orphelins de guerre, André et Julien, lancés à la découverte de leur pays. « Quand une ferme n’est pas propre, soigneuse, intelligente, elle ne gagne rien là où une autre s’enrichit. Si la valeur de l’homme fait celle du champ, rappelle-toi, Julien, que c’est celle de la femme qui fait la prospérité du logis. » peut-on y lire. Le décor est posé, les rôles distribués, la république paysanne est en marche!

Pour comprendre la complexité du monde agricole contemporain et les enjeux qui se jouent dans les campagnes françaises, il faut s’intéresser de plus près à la série de changements qu’à connu l’agriculture depuis plusieurs siècles.

Du XVI au XIXème siècle : la naissance de la classe paysanne

A la fin du Moyen Âge, l’agriculture européenne fonctionnait sur le modèle de la paysannerie d’ancien régime. Sur le plan technique, ce modèle est caractérisé par un temps de repos de la terre entre deux cycles de culture – la jachère et par l’utilisation d’outils attelés. L’objectif premier est l’autosuffisance alimentaire, le revenu tiré de la vente des productions tombe entièrement dans la poche des seigneurs locaux.

Du XVIe au XIXe siècle, la plupart des régions d’Europe vont connaître une série de bouleversements qui vont modifier à la fois la vie dans les campagnes et la place des paysans dans le « contrat social » : c’est la révolution agricole des Temps Modernes.

La première modification est technique : c’est la disparition de la jachère (voir encadré). Cette dernière, qui occupait encore une très large place dans les anciens systèmes à rotations triennales (alternance sur trois ans : blé—orge ou avoine ou légumineuse—jachère courte)  et biennales (céréale—jachère) , fut remplacée par des prairies artificielles. Dans les nouvelles rotations, les fourrages alternent presque sans discontinuer avec les céréales, permettant le développement de l’élevage d’herbivores, cette augmentation des troupeaux apportant à son tour une quantité importante de fumier disponible pour épandre sur les cultures.  De nouvelles plantes alimentaires (pomme de terre, maïs…) et industrielles (lin, chanvre…) font leur apparition. C’est le début de la sélection de variétés végétales et de races animales plus productives, mais aussi moins rustiques et plus exigeantes.

Cette révolution agricole est très étroitement liée à la première révolution industrielle. Laquelle a permis l’autre ? L’accroissement des rendements agricoles augmente la rentabilité et la valeur des terres, et permet de dégager des possibilités financières pour l’investissement dans du matériel. La grande industrie fournit à l’agriculture de nouvelles machines révolutionnant les techniques alors en place. En 1834, l’industriel américain Mac Cormick met au point la première moissonneuse-batteuse. En 1837 Mathieu de Dombasle invente une nouvelle charrue. Le développement de nouveaux moyens de transport permet d’approvisionner l’agriculture en amendements. L’utilisation du fumier est complétée par l’importation de guano venant d’Amérique du Sud. Dans les années 1840, l’industriel allemand Justus von Liebig crée les premiers engrais chimiques.

Burzudus eo! Elle est magnifique! S’exclame le paysan breton sur cette affiche publicitaire dessinée pour les usines Huard en 1903. 

 

 

Un travailleur agricole pouvant produire la subsistance d’un nombre de plus en plus grand d’individus, c’est une force de travail considérable qui est libérée pour aller révolutionner industriellement l’europe occidentale. Cela se traduit directement par un exode rural massif…

Toutefois, cet enchainement de progrès techniques n’a pas été seul responsable de cet exode rural. Comme le rappellent Bertrand Hervieu et Jean Viard dans leur livre l’Archipel paysan : la fin de la république agricole, cet important bouleversement des rapports entre ville et campagne est d’abord la grande œuvre de la IIIème république. Inquiet de la menace que représentait la classe ouvrière pour la bourgeoisie républicaine, échaudé par la Commune de Paris, Gambetta forme le projet de « faire chausser aux paysans les sabots de la République ». Comment procéder ? En inventant une « classe paysanne » qui sera le socle de la république française.  Cette construction de l’opposition ville/campagne, qui est une opposition entre ouvrier et paysan, aura pour principale conséquence de vider les campagnes françaises de tout ce qui ne relève pas de l’activité agricole: les anciens métiers – artisans, saisonniers, vagabonds, tout le « petit peuple » plus ou moins errant est prié de rejoindre les villes où il grossit les rangs de la classe ouvrière. Ne subsistent dans les campagnes que les paysans propriétaires de leurs terres, constituées en patrimoine familial. Le modèle du « paysan propriétaire, soldat, citoyen et père de famille », typiquement français, est né. Ce modèle structure encore fortement l’idée que les agriculteurs ont d’eux-mêmes, comme celle de l’ensemble de la société.

———————————————————————————————————————————–

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 


Une réflexion au sujet de « Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *