Archives pour la catégorie 1. Urban Agriculture / Agriculture urbaine

Motivations des jardiniers participant à une initiative d’agriculture urbaine à Montréal (Québec)

Les jardiniers urbains sont conscients que l’agriculture urbaine a de nombreuses vertus et que celles-ci dépassent largement la sécurité alimentaire. Ainsi dans le cadre des jardins communautaires à Montréal, les jardiniers reconnaissent l’importance des fonctions alimentaire, sociale, environnementale, de loisir et de santé de l’AU mais ils donnent à celles-ci une
importance relative. Ainsi pour 73 % des répondants la fonction « Loisir » est très importante, ce qui est directement en lien avec les objectifs de la politique des jardins communautaires de la ville de Montréal élaborée dans
les années 19805. Toutefois, la fonction « sociabilisation » n’est pas identifiée comme une fonction importante par les jardiniers […]

Pour lire la suite : Chapitre 2 – Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine : perspective de chercheurs et de jardiniers (PDF en accès libre)

Référence : Duchemin, Eric, 2013, Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine : perspective de chercheurs et de jardiniers, Dans Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville, E. Duchemin (Eds), Editions [VertigO], Montréal, 394p.

L’ouvrage en entier est disponible en version numérique (PDF) et papier.
Pour commander : http://www.editionsvertigo.org/publications/14.htm

Urban Agriculture as Revolution: An Action Research and Social Movement Analysis of Food Production in Alameda County, California

This dissertation examines characteristics of urban agriculture as a social movement using Alameda County in the San Francisco Bay Area as a study context. The overarching goals of this study were: a) to add to the theoretical understanding of urban agriculture in the Global North; b) to assess urban agriculture practitioners’ interest in receiving technical assistance from University of California Cooperative Extension, (UCCE); c) to assess the possibilities for, and take steps toward, expanding UCCE assistance for a diversity of urban agriculture practioners. The study was conducted using an action research framework. Distinct characteristics of action research are: its attention to process; its dedication to motivating social change through research; and its emphasis on the interplay between theory and social action.

Tags:

L’horticulture nourrit les villes de la République démocratique du Congo

Des terres auparavant considérées comme incultes (parcelles situées le long des routes, des cours d’eau ou entre les maisons) permettent aujourd’hui de nourrir des villes de la République démocratique du Congo, grâce à un projet de la FAO qui montre à quel point l’horticulture urbaine et périurbaine peut avoir des effets positifs sur la sécurité alimentaire nationale. Bon nombre des milliers de cultivateurs qui participent au programme de la FAO «Développer des villes plus vertes» dans cinq villes de la République démocratique du Congo étaient auparavant considérés comme des «squatters», qui utilisaient des terres qui ne leur appartenaient pas pour cultiver des légumes pour leur famille. Mais grace au soutien de plus en plus actif de la FAO, ils ont pu légaliser leurs activités et perfectionner leurs techniques de culture. Non seulement les participants ont amélioré la nutrition de leur famille, mais ils ont également augmenté leurs revenus en vendant leur excédent de production sur les marchés locaux. Ils approvisionnent en outre les supermarchés, les restaurants et les hôtels urbains. Dans la seule capitale, Kinshasa, ils produisent 80 000 à 100 000 tonnes de légumes par an en cultivant des jardins situés dans et autour de la ville.

Tags:

Harvesting More Than Vegetables: The Potential Weight Control Benefits of Community Gardening

Objectives. We examined the association of participation in community gardening with healthy body weight. Methods. We examined body mass index (BMI) data from 198 community gardening participants in Salt Lake City, Utah, in relationship to BMI data for 3 comparison groups: neighbors, siblings, and spouses. In comparisons, we adjusted for gender, age, and the year of the BMI measurement. Results. Both women and men community gardeners had significantly lower BMIs than did their neighbors who were not in the community gardening program. The estimated BMI reductions in the multivariate analyses were −1.84 for women and −2.36 for men. We also observed significantly lower BMIs for women community gardeners compared with their sisters (−1.88) and men community gardeners compared with their brothers (−1.33). Community gardeners also had lower odds of being overweight or obese than did their otherwise similar neighbors. Conclusions. The health benefits of community gardening may go beyond enhancing the gardeners’ intake of fruits and vegetables. Community gardens may be a valuable element of land use diversity that merits consideration by public health officials who want to identify neighborhood features that promote health. (Am J Public Health. Published online ahead of print April 18, 2013: e1–e6. doi:10.2105/AJPH.2012.301009)

Tags:

Agriculture urbaine et alimentation : entre politiques publiques et initiatives locales : appel à contribution pour un numéro de Géocarrefour

On n’a de cesse aujourd’hui, d’insister sur le défi démographique de ce milieu du XXIe siècle où les prévisions de croissance urbaine à l’horizon 2050 tirent la sonnette d’alarme sur les questions de sécurité alimentaire des villes, voire de souveraineté alimentaire, et de durabilité des systèmes territoriaux de plus en plus fragilisés. Les enjeux associés à ces dynamiques nous interpellent sur notre capacité à penser le changement, à inventer des modalités d’action nouvelles fondées à la fois sur des politiques publiques volontaristes et des initiatives locales visant à une meilleure intégration des liens urbain-rural et plus précisément des liens villes-agriculture.

Entre politiques publiques et initiatives locales, quelle intégration des liens villes-agricultures

Les processus de transformation et de changement sont en cours. On repère des signaux faibles de dynamiques d’acteurs investissant le champ d’une action territoriale qui vise une meilleure intégration des dynamiques urbaines et agricoles. De plus en plus, la ville se saisit de l’agriculture pour inventer de nouvelles formes urbaines, la planification territoriale envisage une intégration des activités et des espaces agricoles, des initiatives locales érigent l’agriculture et de l’alimentation en question publique.

Comment les enjeux de maîtrise des espaces agricoles périurbains, de planification urbaine et de construction de systèmes alimentaires durables changent-elles la construction des territoires et des systèmes d’action ? A travers de nouvelles façons de lier systèmes agricoles et systèmes urbains, ne s’invente-t-il pas de nouvelles façons de produire et de vivre la durabilité ? Quels sont les modèles de développement que l’on voit ainsi émerger, tant au nord qu’au sud ? Quels processus de gouvernance sont à l’œuvre ?

Ce numéro de Geocarrefour propose trois entrées pour explorer l’intégration des liens villes-agriculture :

  • L’agriculture, un outil d’aménagement des villes ?
  •  L’agriculture et ses nouveaux acteurs, une nouvelle ressource pour les territoires ?
  • Vers des systèmes alimentaires durables associant villes et agricultures ?

AMAP et paniers paysans: repenser les relations producteurs/consommateurs

AMAP
Crédit photo: amapapam.blogspot.com

Le concept de l’AMAP naît au Japon, dans les années 60, suite à plusieurs scandales de contaminations alimentaires. Installé en Suisse, en Autriche, aux Etats-Unis ou encore au Canada, il arrive en France en 2001. Le principe des AMAP (pour « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ») est d’établir un contrat entre un groupe de consommateurs et une ferme locale. Les premiers s’engagent à payer à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie (généralement une année) et à venir chercher chaque semaine leur panier, tandis que la deuxième s’engage à fournir toutes les semaines un panier dont la composition est en général débattue à l’avance entre les différents membres de l’AMAP. L’originalité de ce système, porté à la base par un milieu militant, est de fonder le contrat entre producteurs et consommateurs sur le principe de solidarité. Bonne ou mauvaise année, le prix du panier hebdomadaire est fixé à l’avance, et les récoltes réparties équitablement entre les AMAPiens. Suite au succès des AMAP et à leur diffusion progressive dans toute la France, d’autres formes de « paniers paysans » ont vu le jour. S’éloignant petit à petit des milieux militants d’origine, le principe de solidarité ne fait plus toujours partie de ces systèmes de vente : paniers vendus sur internet ou dans les gares, cueillettes chez le producteur… Cela reste une relation directe entre producteurs et consommateurs, mais avec un engagement moins fort entre les deux parties.

 

Les neuf vies des paysans français #2

La campagne, espace de jeux des urbains ? C’est ce que craignent de nombreux agriculteurs, attachés à la fonction productive de leur métier et pour qui le rendement reste le socle de la profession. « La terre nourrit les hommes, pas le béton » pouvait-on lire sur des panneaux brandis par les agriculteurs dans les rues de Paris lors des manifestations d’avril 2010. Ce slogan faisait référence au nombre d’hectares de terres arables que perd la France chaque année : près de 68 000 ha, soit l’équivalent d’un département. Évidemment, au delà des chiffres bruts, il faut aussi regarder l’usage qui est fait de ces terres agricoles. Maraichage à destination des circuits de proximité ou grandes cultures « COP » (céréales-oléagineux-protéagineux)  destinées surtout aux marchés d’exportation, la balance entre les deux dépend avant tout d’une volonté politique et du tournant que prendra la politique agricole commune européenne en 2013 (1).

En réponse à ces chiffres inquietants, des initiatives voient le jour. Les circuits de proximité reviennent au goût du jour : AMAP (voir http://agriurbain.hypotheses.org/?p=2743), paniers paysans, marchés de producteurs… Des initiatives qui sont de moins en moins anecdotiques en termes de volume, et revèle surtout une volonté de la part des consommateurs de retrouver la connaissance des aliments qu’ils consomment.

Les AMAP, Denis les connait bien, il en a même été l’un des pionniers dans sa région, quand cette forme de contrat entre un producteur et un groupe de consommateurs a commencé à émerger dans les années 2000.  Malgré un bilan très positif, Denis pointe des difficultés qui arrivent avec ce nouveau pacte entre producteurs et consommateurs : « C’est extrêmement motivant de rencontrer les personnes qui vont manger les légumes qu’on produit. Mais ça suppose aussi de dégager du temps pour organiser les distributions, pour discuter avec les AMAPiens… Quand ils viennent nous aider sur l’exploitation, il faut être là pour les encadrer et leur apprendre les bons gestes. C’est un peu comme réapprendre son métier. »

Trois trajectoires de vie, trois visions différentes du métier d’agriculteur, qui témoignent de la complexité de ce métier et des représentations que s’en font les principaux protagonistes. Face à la montée des revendications d’organisations comme la Confédération Paysanne qui entendent en finir avec le modèle agricole productiviste, Samuel s’interroge : « Paysan ? Si on veut. Enfin moi je ne voudrais pas non plus revenir en arrière. Mon métier, c’est avant tout de produire de quoi nourrir les hommes. On sera 9 milliards en 2050, qui nourrira tout ces gens ?»

Pas tout à fait le même son de cloche pour Denis : « Il y a eu des excès terribles après la seconde guerre mondiale. On a voulu faire la guerre à la nature, mais on a oublié qu’on en faisait partie. Moi, je crois aux solutions alternatives. D’ailleurs, si je n’y croyais pas, je n’aurais pas choisi ce métier. »

(1) A ce sujet, voir:  http://www.politis.fr/La-nouvelle-PAC-adoptee-oublie-le,20738.html

————————————————————————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Les neuf vies des paysans français #1

Maraichage
Dans l’exploitation d’Yves, derrière les rangs de courgettes, on devine la ville, toute proche. (Yvelines)
Crédit photo: J. Pourias, 2012.

Il est à peine 6h, ce lundi 23 juillet. Le jour se lève sur un bras de la Seine, à moins de 40 km du centre de Paris. Yves est déjà au travail depuis plus de deux heures. Avant de rentrer sur ses parcelles, il a fallu préparer et livrer ses légumes au Marché d’Intérêt National de Rungis. Comme son père et son grand-père avant lui, Yves est maraîcher. Il est l’un des derniers producteurs de la grande ceinture maraichère parisienne, une activité née en même temps que la ville et qui s’est développée avec elle, dans les « marais » parisiens où la terre, riche en éléments minéraux et en matière organique, était propice aux cultures légumières.

Samuel, lui, est céréalier dans les Deux-Sèvres. Depuis toujours, il souhaitait s’installer en tant que maraîcher sur les terres familiales où son père pratique la céréaliculture. Oui mais voilà, loin d’un bassin de production légumier, il est difficile de démarrer une activité rentable. Alors Samuel a continué les cultures que faisait déjà son père, parce qu’elles lui permettaient de « rester habiter chez lui tout en gagnant correctement sa vie ». Une persévérance qui fait office de modèle dans la région : au cours des cinq dernières années, 1467 exploitations ont disparu en Poitou-Charentes, du fait principalement d’une population agricole vieillissante, sans repreneur pour les 2/3 d’entre elle. (données Agreste)

Un peu plus au Nord, Denis est polyculteur-éleveur en Normandie. Pas de tradition familiale de son côté,  sa passion lui est venu « sur le tard, après 15 ans de carrière au Trésor Public ». Amoureux de sa région et de son paysage bocager, Denis a préféré quitter la ville, « revenir à une vie plus simple, plus dans l’ordre des choses ».  Une vie plus simple, c’était bien sûr l’idée de départ. Denis avoue que depuis, « entre les déclarations PAC, la gestion comptable et tout le reste, on est presque obligés de passer autant de temps devant son ordinateur que dans ses champs ! »

En faisant le tour de son exploitation, Samuel peste contre une villa, de construction récente, entourée d’une haute haie de tuja. « Des parisiens. Quand ils sont arrivés, on a du déplacer notre système d’irrigation,  ça faisait trop de bruit, plus question de pomper l’eau par ici. Avec les tracteurs, c’est pareil, on évite de passer trop près, mais ça prend plus de temps. Déjà qu’on en a pas beaucoup… »

Des situations comme celles-ci sont monnaie courante. Étroitement liées aux dynamiques urbaines et territoriales, les campagnes françaises sont aujourd’hui à la fois des lieux de résidence, de loisirs, de production et de nature. Simultanément, les villes évoluent. A leurs frontières, de plus en plus diffuses et étendues, se développent des espaces périurbains, hybrides de ville et de campagne.

Si l’espace « à dominante rurale » – selon la définition de l’Insee – recouvre encore 60% du territoire métropolitain (pour seulement 18% de la population), l’étalement urbain, l’essor des mobilités et les nouveaux arrivants – les fameux néoruraux – ont presque entièrement effacé la frontière entre monde rural et monde urbain.

Migrations résidentielles, déqualification des espaces agricoles sont autant de vecteurs de différenciation et d’évolution des communes rurales. Autrefois centrées sur les activités traditionnelles que sont l’agriculture et l’industrie, les campagnes d’aujourd’hui deviennent résidentielles, et l’on voit se développer le secteur tertiaire, avec comme fer de lance les services à la personne… pour une population arrivante souvent déjà retraitée, et qui vient rechercher à la campagne un confort de vie et – peut-être – les racines terriennes qui font défaut aux citadins.

Ces nouvelles dynamiques entrainent à la fois l’hétérogéneité de ce qu’on a longtemps nommé « la ruralité » et sa proximité croissante avec le monde urbain. Cette ruralité aujourd’hui ne tient plus, explique le professeur Vanier, de l’Université Joseph Fourier de Grenoble : « les ruralités ont remplacé la ruralité. Nous considérons donc l’ensemble des rapports entre une société en immense majorité urbaine, et ses espaces de recours résidentiels, récréatifs et productifs, qui, sous la forme des campagnes, couvrent l’immense majorité du territoire. »

—————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Agriculture urbaine : quelle définition ? une actualisation nécessaire?

Il existe de multiples définitions du concept « agriculture urbaine ». La majorité des chercheurs ou acteurs de l’AU ont développé leur propre définition du concept. Les grands éléments de ses définitions inclus la localisation de l’activité (sur un territoire urbain),  l’activité ele-même (production alimentaire ou autres), sa raison économique (revenu pour des agriculteurs ou des familles) et son inclusion dans le système alimentaire conventionnel ou dans un système alternatif. Nous pourrions y ajouter que la gouvernance des projets et les objectifs visés par ceux-ci sont aussi des éléments de l’ADN de l’agriculture urbaine. Cette activité est souvent non planifiée, non contrôlée et informelle, mais des caractères de l‘AU qui sont actuellement en mutation vers une certaine forme d’auto-planification par les acteurs du milieu.

Partant de ses éléments nous pourrions dire que l’agriculture urbaine c’est:

“the growing of plants and the raising of animals for food and other uses within and around cities and towns, and related activities such as the production and delivery of inputs, and the processing and marketing of products. Urban Agriculture is located within or on the fringe of a city and comprises a variety of production systems, ranging from subsistence production and processing at household level to fully commercialized agriculture.”[1]

“ An industry located within (intra-urban) or on the fringe (peri-urban) of a town, a city or a metropolis, which grows and raises, processes and distributes a diversity of food and non-food products, (re-) using largely human and material resources, products and services found in and around that urban area, and in turn supplying human and material resources, products and services largely to that urban area.”[2].

Ce qui met en place une typologie en forme de toile d’araignées, complexe avec plusieurs possibilités, connexions entre les différents éléments. Une agriculture urbaine sous la forme d’un concept multiforme dont doivent s’approprier les acteurs. Ils doivent aussi le développer selon leur besoin.

Mais de telles définitions ne me semblent pas complètement satisfaisantes, car elle fait abstraction du fait que l’AU est un mouvement social urbain qui s’approprie l’espace urbain. Particulièrement dans les villes du nord où l’agriculture urbaine prend d’assaut les espaces en friches ou sous-utilisés, tels que les toits. Toits que l’on commence à définir comme la cinquième façade (Fifth Facade) de la ville – un lieu à aménager.

Pouvons-nous ne plus penser l’agriculture urbaine comme uniquement l’activité de production alimentaire ? Bien que celle-ci soit à mon sens centrale à la réalité de l’expression.

L’expression agriculture urbaine fait débat, car il regroupe deux mots qui semblent à priori dichotomiques et que ce qu’elle englobe dépasse la seule production alimentaire en milieu urbain. Si agriculture réfère à la production alimentaire à grande échelle afin de nourrir la population au niveau local, national ou international, le terme urbain est associé au développement des villes soit à un regroupement d’individus dans une entité aménagée afin d’offrir des services à ceux-ci. En outre, l’agriculture d’après la Seconde Guerre a pris une connotation industrielle au niveau vernaculaire, soit une production alimentaire mécanisée mise dans le cadre d’un système de transformation et de distribution à grande échelle très hiérarchisé. L’urbanisation est, quant à elle, l’un des paramètres responsables de la séparation spatiale de la production alimentaire et de l’habitat humain.

Alors, pourquoi rejoindre les deux mots dans une même expression.

Certains, dont des aménagistes du paysage, lui préfèrent le terme horticulture urbaine pour désigner ce mouvement du jardinage urbain. Si l’agriculture urbaine se démarque par une volonté claire de faire du maraîchage et de la production de fruits (arbres et petits fruits) en milieu urbain, elle vise aussi l’apiculture et l’élevage de petits animaux (poules, lapins, par exemple) et ce à différents niveaux. En outre, l’objectif premier d’un agriculteur urbain est de produire des aliments, même si les raisons qui les poussent à le faire sont extrêmement variées.

L’agriculture urbaine est actuellement une approche d’intervention sur, et de réappropriation de, l’espace urbain. Portée par un mouvement social majeur dans les dernières années, celle-ci revendique des actions sur l’environnement urbain (lutte aux ilots de chaleur, biodiversité, gestion des déchets organiques urbains, développement de milieu de vie agréable, gestion de l’eau), sur les sociétés (santé, autonomisation sociale et politique, éducation) et sur la production alimentaire (économie sociale, sécurité alimentaire, justice alimentaire)[3] dans une perspective de résilience urbaine. L’agriculture urbaine est foncièrement multifonctionnelle de par ses activités et ses formes. Que ce soit localement ou nationalement, elle est culturellement ancrée dans le lieu de son implantation.

Par contre l’expression agriculture urbaine définie par la simple définition de « la pratique de la culture maraîchère en ville » ignore complètement le fait que la grande majorité des projets actuels en agriculture urbaine vise majoritairement les objectifs sociaux de l’AU, délaissant celui d’une production alimentaire économique. Pourtant, c’est bien cette dernière perspective qui se développe actuellement dans les projets mis en œuvre dans les villes. L’apparition de projets économiques fait apparaître de nouveaux enjeux : solidarité avec l’agriculture périurbaine, insertion de l’AU dans la gouvernance alimentaire locale et nationale, divergence de vision sur le rôle de l’AU entre les acteurs du mouvement, création d’un système alimentaire alternatif, insertion des projets (qui sont de plus grande ampleur) dans les plans d’urbanisme. Des enjeux multiéchelles et multiacteurs pour lesquels nous ne sommes pas préparés, mais qui obligent de réfléchir à de nouveaux outils, de nouvelles approches pour un aménagement du territoire incluant le paramètre alimentation.

Sans compter que les structures institutionnelles en place ne sont pas adaptées à pouvoir travailler adéquatement sur de tels enjeux. Que ce soit au niveau international où les questions sont traitées séparément par la FAO et ONU Habitat, ou a FAO s’occupe des questions agricoles et ONU Habitat du développement des villes, bien que le réseau « Food for cities » du FAO est une tentative récente de joindre les deux, et que les deux organismes tentes de se rapprocher, car si la FAO s’occupe de la production alimentaire, ONU Habitat s’occupe des lieux où les aliments sont consommés. Au niveau national la question est traitée par différentes instances qui trop souvent ne se coordonnent pas : ministère de l’Agriculture, ministère de l’Environnement, ministère des Affaires municipales, ministère de la Santé. Au niveau municipal, la situation n’est pas meilleur, car les différents services concernés par l’AU (Parcs et Verdissement, Développement social, Développement économique, Développement immobilier, Urbanisme, Développement durable, etc.) ne se retrouvent pas autour d’une même table.

Partant de ses réflexions, autant l’urbanisme agricole (Agricultural urbanism) que l’urbanisme alimentaire (Food Urbanism) se doivent d’inclure des dimensions supplémentaires que celles considérées actuellement dans ses approches innovantes et stimulantes de la planification du territoire urbaine.

Un beau défi interdisciplinaire à venir…porter un regard en utilisant l’idée d’un « urbanisme alimentairement résilient » me semble être une avenue de réflexion afin de pouvoir intégrer l’agriculture urbaine dans une planification de l’aménagement urbain voulant répondre aux enjeux et défis urbains du XXI siècle.



[1] Van Veenhuizen, R., 2006 “Cities Farming for the Future” in Cities Farming for the Future: Urban Agriculture for Green and Productive Cities, ed. René van Veenhuizen (RUAF Foundation, IIRR and IDRC, 2006), p. 2.

[2] Mougeot, L. J. A., 2000,  ‘Urban agriculture: Definition, presence, potential and risks’, in Bakker et al (2000), pp1–42

[3] E. Duchemin, F. Wegmuller and A.-M. Legault, « Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods », Field Actions Science Reports [Online], Vol. 1 | 2008, Online since 16 January 2009, Connection on 13 December 2012. URL : http://factsreports.revues.org/113 

La ville devrait-elle produire les intrants nécessaires à l’agriculture urbaine?

agriculturemontreal.comLes recherches et réflexions se multiplient sur les intrants nécessaires à l’agriculture urbaine

À Paris, Nicolas Bel et Nicolas Marchal mènent depuis cet été un projet de recherche portant sur la production de terreau pour le jardinage urbain à partir des surplus de matières organiques de la ville. Leur mélange expérimental est composé de chutes d’élagage et de compost produits à partir des résidus alimentaires. Vers et champignons y sont ajoutés dans le but de créer un sol vivant. Les premiers résultats sont prometteurs : le terreau se distingue par son caractère économique, sa productivité et sa légèreté (ce qui le rend mieux adapté à la culture sur toit). Cette recherche, implique également AgroParisTech et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

À Montréal, le milieu de l’agriculture urbaine se pose également des questions sur la pertinence et la possibilité de produire les intrants agricoles à partir des ressources disponibles dans la ville. Comme à Paris, les connaissances et l’expertise sont encore à développer, mais l’expérimentation va bon train, par exemple à Côte-des-Neiges où la SOCENV utilise du compost et du bois raméal fragmenté (BRF) dans le but de construire le sol de certains de ses jardins collectifs.

À l’UQAM, Évelyne Boissoneault réalise actuellement une maîtrise en sciences de l’environnement sur le choix des substrats par les gestionnaires de projet d’agriculture urbaine hors sol dans notre ville. Elle avance qu’à ce stade-ci les questions sont multiples et les réponses à venir. Il est clair que l’agriculture urbaine utilise des ressources (terreau, tourbe, fertilisants) provenant d’écosystèmes extérieurs à la ville. Mais l’impact réel sur ces écosystèmes reste encore à documenter et la preuve que la production locale des intrants représenterait un gain écologique notable reste encore à faire.  Comme elle le souligne, l’agriculture urbaine recèle divers bénéfices potentiels sur le plan environnemental: rétention des eaux pluviales, recyclage des déchets organiques, réduction des GES en comparaison au système agroalimentaire conventionnel, etc. D’autre part, l’agriculture urbaine peut également nécessiter des ressources, dans ce cas-ci, les substrats, et impliquer des impacts environnementaux plus ou moins grands.

Par ailleurs, certaines études ont mis en lumières que circuit court n’était pas toujours synonyme d’efficacité énergétique. Comme le mentionnait Christine Aubry chercheure à AgroParisTech dans une conférence à Montréal cette semaine, les circuits courts doivent être analysés afin de les optimiser et de mieux les intégrer et ainsi présenter un avantage significatif sur les circuits de distribution « traditionnels ».

Évelyne Boissoneault mentionne également l’importance pour une ville comme Montréal d’avoir une vision intégrée au niveau de la gestion des matières putrescibleset notamment dans un contexte ou l’agriculture urbaine prend de l’ampleur.  Par exemple, les matières compostables montréalaises seront traitées dans des usines de biométhanisation dans un avenir rapproché. L’intérêt agricole et la disponibilité du compost qui en émergera restent encore à clarifier.

Un sujet à suivre…

Source : http://agriculturemontreal.com

Vitrine montréalaise sur l’agriculture urbaine

Le portail des initiatives montréalaise en agriculture urbaine est maintenant en ligne. Les mordus d’agriculture et les jardiniers en herbe peuvent désormais découvrir les potagers et les fermes de l’île de Montréal. Le lancement de la vitrine a eu lieu le 12 avril en présence d'une centaine d'acteurs de l'agriculture à Montréal. Pour faire partie du mouvement, inscrivez votre jardin ! Qu'il soit dans votre cour, sur votre balcon ou sur votre toit. La vitrine interactive est un outil de promotion pour l’agriculture urbaine montréalaise, qui est en plein essor. Elle présente une cartographie des jardins communautaires et collectifs, où les citoyens, les entreprises et les organismes sont invités à inscrire leur potager, à offrir ou partager des espaces, des outils et des trucs de jardinage, voire même leurs récoltes. À Montréal, ce sont des dizaines de milliers de jardiniers urbains qui, chaque printemps, planifient leurs prochaines récoltes. Le portail est une initiative du Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable (CRAPAUD), en partenariat avec l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal et la Direction de santé publique de Montréal.

Un cours de maîtrise sur l‘agriculture urbaine : aborder l’aménagement urbain viable et le développement des quartiers

L’agriculture urbaine est un mouvement social, un moyen de se réapproprier l’espace, un instrument pour la lutte contre les déserts alimentaires, un lieu d’expression pour un design en environnement impliqué socialement, etc. Ce cours permet l’intégration de connaissances provenant de diverses disciplines et l’émergence d’une vision interdisciplinaire permettant d’appréhender le développement social et environnemental de la ville avec un autre regard. Par sa formule pédagogique mixte qui inclut des cours magistraux, des visites de terrain, des séminaires (conférences et discussion) et des ateliers pratiques, il favorise le travail en équipe interdisciplinaire. Ce cours créé aussi une passerelle entre le monde académique (recherche) et le monde professionnel (intervention). Cours d’été pour étudiants et étudiantes en environnement, urbaniste, designer, éducation, etc ou pour des professionnels (les) voulant intégrer ce champ en émergence dans leurs compétences professionnelles. Cette année, les activités des ateliers du cours porteront sur un terrain de 45 hectares voué au développement immobilier pour les 15 prochaines années. Le défi sera de concevoir un urbanisme agricole pré et post développement.

Tags:

École d’agriculture urbaine – du 13 au 17 août 2012

Pour une 4e année consécutive, le Collectif de recherche en aménagement paysager et en agriculture urbaine durable (CRAPAUD), en association avec l’Institut des Sciences de l’Environnement (ISE) de l'UNiversité du Québec à Montréal, vous convie à cinq jours de formation sur l’agriculture urbaine (AU) et ses différentes facettes. L’École d’été se veut une occasion unique de stimuler la réflexion, les discussions, l’apprentissage et l’action en matière d’agriculture urbaine. Elle se veut également un lieu et un moment de rencontre entre les différents acteurs-trices du milieu du Québec, mais aussi de France, du Liban, de Belgique, d’Espagne et des États-Unis.  Pour vous inscrire http://www.ecoleagricultureurbaine.org

Tags: