Archives pour la catégorie Europe

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #3

Des années 80 aux années 2000 : la remise en question du modèle productiviste

En 1985, de l’objectif d’autosuffisance, l’ambition française en matière d’agriculture est devenue mondiale…(Publicité pour les charrues Huard, 1985) 

En 1980, la France a largement atteint son objectif d’autosuffisance alimentaire. L’augmentation de la production nécessite la recherche de nouveaux débouchés au sein de l’UE: or, les prix du marché ne couvrent pas les coûts de production des exploitations françaises. Les coûts budgétaires du soutien à l’agriculture deviennent de plus en plus importants.

Pour pallier à cette difficulté, on voit l’émergence de politiques différenciées liées à la notion de territoire, et qui remettent au coeur du débat l’identité des agriculteurs, réaffirmant leur rôle social et societal, et écartant – au moins dans le discours, la seule logique de production à moindre coût.

Dans les années 90, les méfaits environnementaux, territoriaux et sociaux de la production agricole dite « industrielle » sont de plus en plus reconnus. Les inégalités des revenus entre exploitations  d’une part et entre régions d’autre part, le dépeuplement des campagnes et les diverses pollutions engendrées par ce modèle agricole deviennent de moins en moins supportable.

Les politiques publiques abandonnent l’idée du développement quantitatif de la production agricole comme unique salut.  Petit à petit, elles s’orientent vers la reconnaissance de modes de production garantissant la qualité des produits agricoles, le respect de l’environnement et l’entretien de l’espace rural.

En France, on assiste à l’élargissement progressif des acteurs impliqués dans la cogestion de la politique agricole : reconnaissance des « petits » syndicats agricoles, intégration d’association de consommateurs, de défense de la nature etc.

 

Du temps cyclique au temps linéaire, du village à la ville, l’entrée de la paysannerie dans la modernité

Que reste-t-il aujourd’hui de cette classe paysanne ? Quelle est la place pour les agriculteurs dans les territoires ruraux contemporains ? Face à un monde qui change de plus en plus vite, l’entrée dans la modernité du monde paysan a été avant tout un changement de temporalité.

Le métier d’agriculteur l’oblige souvent à vivre à contre-rythme du rythme général – c’est à dire du rythme de la ville. Le rythme des saisons, les évenements climatiques imprévisibles restent son lot quotidien au coeur d’une société qui a tout fait pour se détacher de ces aléas naturels. L’agriculteur continue d’évoluer dans un monde d’incertitudes, avec lesquelles il doit composer.

Le travail de la terre donne au paysan une conscience d’un temps très lié au temps long du climat et au temps historique, différent du temps vécu par les citadins. « Ces éléments de permanence sont le fondement même de la spécificité culturelle des paysans » rappelle B. Hervieu. « Par certains côtés, le métier d’agriculteur s’apparente à un art du rituel. La plupart du temps, tous les ans, au même moment, au même endroit, les mêmes gestes sont accomplis…». Mendras le rappelait en 1967 dans son livre aux accents prophétiques La  Fin des Paysans : « le fondement de la compétence d’agriculteur nait de la connaissance intime du champ » – une connaissance basée sur la fréquentation longue, tirée de plusieurs générations d’hommes qui en avaient fait de même avant lui.

La mobilité accrue des personnes qui transforme de façon radicale la relation à l’espace, l’arrivée des télécommunications qui abolissent les distances, la fréquentation des supermarchés ont contribué à l’entrée du monde paysan dans la modernité. Cette entrée dans la modernité a d’abord été l’entrée dans le temps linéaire de la vie urbaine, abandonnant le rythme cyclique qui caractérisait jusque là la ruralité.

L’individualisation du métier de paysan a également été une donnée forte des changements sociaux liés à cette « entrée en modernité ». Mendras écrivait « ce qui fait le paysan, c’est la communauté, l’appartenance à un groupe ». Aujourd’hui, l’agriculteur, le « chef d’exploitation » est le seul maître à bord – mais influencé par des conseillers de tout poil.

L’éclatement de la famille paysanne d’autrefois, qui intégrait à la fois les dimensions économique de l’entreprise et les dimensions patrimoniales et sociales de la famille est le dernier coup porté qui achève de déliter le modèle paysan construit dans la IIIème république.

Ceux qui étaient auparavant le coeur de la vie rurale se rapproche donc de plus en plus d’un mode de vie urbain… Tandis que dans le même temps, on voit arriver dans les territoires ruraux de nouveaux habitants travaillant en ville. A ce titre, les chiffres  de l’évolution démographique des cantons ruraux français sont particulièrement éclairants. Un tiers des cantons ruraux français voient leur population diminuer et vieillir. Ce sont les villages isolés des grands axes de communication, dans des zones rurales « reculées ». A l’inverse, certains villages situées à proximité de villes, bien desservis par les réseaux de communication, ont connu les plus fort taux de croissance au niveau national au cours des vingt dernières années.

Face à ces changements profonds et relativement rapides à l’échelle de l’Histoire, l’un des défis qui nous attend sans doute pour la décennie à venir est de savoir repenser l’articulation entre les territoires ruraux et les villes.

Le débat porte d’abord sur la reconnaissance de la multifonctionnalité de l’agriculture tout en réaffirmant sa fonction alimentaire, et en particulier sa fonction d’approvisionnement des villes à proximité.

Il va probablement également falloir accepter l’idée de la disjonction entre lieux de vie, lieux de travail, et espaces identitaires. Un cadre travaillant en plein coeur de Paris, habitant dans la campagne francilienne et immatriculant sa voiture en Bretagne où il passe toutes ses vacances n’est ni un stéréotype, ni un cas isolé. C’est vous, c’est moi, et c’est peut-être ce qui permettra à la ville et à la campagne de remettre à plat les anciennes oppositions pour les dépasser et construire un monde « socialement acceptable, économiquement viable et écologiquement responsable ».

 

—————————————————————————————————————————–

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #2

Après les deux guerres mondiales, en finir avec la famine

Au sortir de la seconde guerre mondiale, dans tous les pays de la future Union Européenne, la production agricole est insuffisante pour satisfaire une demande alimentaire croissante en qualité et en quantité. Dans une France hantée par le spectre de la famine, la deuxième révolution est portée par un programme politique très volontariste et s’étend avec une rapidité sans précédent dans l’histoire de l’agriculture.

Le traité de Rome de 1957 représente la volonté au niveau européen d’accompagner le développement de la production et de la productivité de l’agriculture. Les objectifs de la PAC – la Politique Agricole Commune – sont énoncés dans l’article 39 : accroître la productivité de l’agriculture, assurer un niveau de vie équitable à la population agricole, stabiliser les marchés, garantir la sécurité des approvisionnements et assurer des prix raisonnables aux consommateurs. La transition s’opère au niveau de la modernisation des exploitations et de l’agrandissement des surfaces exploitées.

Profitant des progrès techniques réalisés pendant les deux guerres, cette deuxième révolution vient en prolongement de la première phase de mécanisation. Elle introduit plusieurs  éléments nouveaux : « la motorisation (moteurs à explosion ou électriques, tracteurs de plus en plus puissants), la grande mécanisation (machines de plus en plus complexes et performantes), la chimisation (engrais minéraux et produits de traitement).

Le modèle d’agriculture promu est celui d’une exploitation agricole insérée dans l’économie de marché mais dont le noyau dur reste la famille (la SMI:  surface minimale à l’installation est calculée comme celle devant permettre de faire vivre une famille). Cette transition se reflète notamment dans le mode d’attribution des terres : remembrement, encouragement des très petites exploitations à cesser leur activité… Les terres ainsi libérées vont aux agriculteurs moyens qui ont les capitaux et les compétences nécessaires pour accroitre leur productivité… La SAFER, société d’aménagement foncier et d’établissement rural est créée en 1960 pour organiser la redistribution des terres.

Un autre phénomène marquant, qui avait été amorcé dès le XIXe siècle avec le développement des transports longue distance est la spécialisation régionale. Marcel Mazoyer, dans son livre Histoire des Agricultures du Monde, explique : « L’étude des mécanismes de développement de la deuxième révolution agricole montre qu’il existe, dans chaque région, un système de production spécialisé plus performant que tous les autres. Ce système, qui dépend des conditions physiques et économiques de la région, est précisément celui que tendent à adopter la plupart des exploitations en développement de la région, ce qui conduit à une spécialisation régionale marquée. Mais il existe des régions dans lesquelles aucune spécialisation n’est économiquement viable ; celles-ci sont alors condamnées à la déprise agricole et à la friche. »

Grâce au développement des transports routiers qui permettent l’approvisionnement en biens de consommations et en biens de productions de toutes sortes, mêmes les exploitations les plus reculées sont libérées de la contrainte de la polyproduction, autrefois nécessaire à la fois pour subvenir aux besoins de la famille et pour assurer l’équilibre entre élevage et cultures.

Les campagnes françaises prennent une allure nouvelle : là où prédominaient auparavant les exploitations familiales paysannes, la deuxième révolution passe et transforme toutes les structures sociales et productives. Une progression qui ne se fait pas sans heurts, bien au contraire. En effet, parmi la multitude d’exploitations de petite taille qui existaient au début du XXème siècle, seule une infime minorité parvient à franchir les étapes du développement imposées par la 2ème révolution agricole. Les autres, les laissées pour compte de la modernisation,  se retrouvent en difficulté et sont amenées à disparaitre.

Les plus grandes, les mieux équipées, survivent. Les autres disparaissent, entrainant avec elle les derniers vestiges de la paysannerie traditionnelle. Ce que le sociologue Henri Mendras officialisera en 1967 dans son livre La fin des paysans. La première conséquence de cette restructuration est une nouvelle vague d’exode rural. Parallèlement, l’agriculture devient un secteur très fort et structuré, avec un partage de la gestion entre les pouvoirs publics et des organisations professionnelles fortes.

———————————————————————————————————————————

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #1

Le Tour de la France par Deux Enfants, de G. Bruno, publié en 1877, servait à l’origine de livre de lecture du cours moyen des écoles de la IIIème république. Il illustre l’idéal paysan, en décrivant la vie de familles paysannes rencontrées par deux orphelins de guerre, André et Julien, lancés à la découverte de leur pays. « Quand une ferme n’est pas propre, soigneuse, intelligente, elle ne gagne rien là où une autre s’enrichit. Si la valeur de l’homme fait celle du champ, rappelle-toi, Julien, que c’est celle de la femme qui fait la prospérité du logis. » peut-on y lire. Le décor est posé, les rôles distribués, la république paysanne est en marche!

Pour comprendre la complexité du monde agricole contemporain et les enjeux qui se jouent dans les campagnes françaises, il faut s’intéresser de plus près à la série de changements qu’à connu l’agriculture depuis plusieurs siècles.

Du XVI au XIXème siècle : la naissance de la classe paysanne

A la fin du Moyen Âge, l’agriculture européenne fonctionnait sur le modèle de la paysannerie d’ancien régime. Sur le plan technique, ce modèle est caractérisé par un temps de repos de la terre entre deux cycles de culture – la jachère et par l’utilisation d’outils attelés. L’objectif premier est l’autosuffisance alimentaire, le revenu tiré de la vente des productions tombe entièrement dans la poche des seigneurs locaux.

Du XVIe au XIXe siècle, la plupart des régions d’Europe vont connaître une série de bouleversements qui vont modifier à la fois la vie dans les campagnes et la place des paysans dans le « contrat social » : c’est la révolution agricole des Temps Modernes.

La première modification est technique : c’est la disparition de la jachère (voir encadré). Cette dernière, qui occupait encore une très large place dans les anciens systèmes à rotations triennales (alternance sur trois ans : blé—orge ou avoine ou légumineuse—jachère courte)  et biennales (céréale—jachère) , fut remplacée par des prairies artificielles. Dans les nouvelles rotations, les fourrages alternent presque sans discontinuer avec les céréales, permettant le développement de l’élevage d’herbivores, cette augmentation des troupeaux apportant à son tour une quantité importante de fumier disponible pour épandre sur les cultures.  De nouvelles plantes alimentaires (pomme de terre, maïs…) et industrielles (lin, chanvre…) font leur apparition. C’est le début de la sélection de variétés végétales et de races animales plus productives, mais aussi moins rustiques et plus exigeantes.

Cette révolution agricole est très étroitement liée à la première révolution industrielle. Laquelle a permis l’autre ? L’accroissement des rendements agricoles augmente la rentabilité et la valeur des terres, et permet de dégager des possibilités financières pour l’investissement dans du matériel. La grande industrie fournit à l’agriculture de nouvelles machines révolutionnant les techniques alors en place. En 1834, l’industriel américain Mac Cormick met au point la première moissonneuse-batteuse. En 1837 Mathieu de Dombasle invente une nouvelle charrue. Le développement de nouveaux moyens de transport permet d’approvisionner l’agriculture en amendements. L’utilisation du fumier est complétée par l’importation de guano venant d’Amérique du Sud. Dans les années 1840, l’industriel allemand Justus von Liebig crée les premiers engrais chimiques.

Burzudus eo! Elle est magnifique! S’exclame le paysan breton sur cette affiche publicitaire dessinée pour les usines Huard en 1903. 

 

 

Un travailleur agricole pouvant produire la subsistance d’un nombre de plus en plus grand d’individus, c’est une force de travail considérable qui est libérée pour aller révolutionner industriellement l’europe occidentale. Cela se traduit directement par un exode rural massif…

Toutefois, cet enchainement de progrès techniques n’a pas été seul responsable de cet exode rural. Comme le rappellent Bertrand Hervieu et Jean Viard dans leur livre l’Archipel paysan : la fin de la république agricole, cet important bouleversement des rapports entre ville et campagne est d’abord la grande œuvre de la IIIème république. Inquiet de la menace que représentait la classe ouvrière pour la bourgeoisie républicaine, échaudé par la Commune de Paris, Gambetta forme le projet de « faire chausser aux paysans les sabots de la République ». Comment procéder ? En inventant une « classe paysanne » qui sera le socle de la république française.  Cette construction de l’opposition ville/campagne, qui est une opposition entre ouvrier et paysan, aura pour principale conséquence de vider les campagnes françaises de tout ce qui ne relève pas de l’activité agricole: les anciens métiers – artisans, saisonniers, vagabonds, tout le « petit peuple » plus ou moins errant est prié de rejoindre les villes où il grossit les rangs de la classe ouvrière. Ne subsistent dans les campagnes que les paysans propriétaires de leurs terres, constituées en patrimoine familial. Le modèle du « paysan propriétaire, soldat, citoyen et père de famille », typiquement français, est né. Ce modèle structure encore fortement l’idée que les agriculteurs ont d’eux-mêmes, comme celle de l’ensemble de la société.

———————————————————————————————————————————–

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

AMAP et paniers paysans: repenser les relations producteurs/consommateurs

AMAP
Crédit photo: amapapam.blogspot.com

Le concept de l’AMAP naît au Japon, dans les années 60, suite à plusieurs scandales de contaminations alimentaires. Installé en Suisse, en Autriche, aux Etats-Unis ou encore au Canada, il arrive en France en 2001. Le principe des AMAP (pour « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ») est d’établir un contrat entre un groupe de consommateurs et une ferme locale. Les premiers s’engagent à payer à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie (généralement une année) et à venir chercher chaque semaine leur panier, tandis que la deuxième s’engage à fournir toutes les semaines un panier dont la composition est en général débattue à l’avance entre les différents membres de l’AMAP. L’originalité de ce système, porté à la base par un milieu militant, est de fonder le contrat entre producteurs et consommateurs sur le principe de solidarité. Bonne ou mauvaise année, le prix du panier hebdomadaire est fixé à l’avance, et les récoltes réparties équitablement entre les AMAPiens. Suite au succès des AMAP et à leur diffusion progressive dans toute la France, d’autres formes de « paniers paysans » ont vu le jour. S’éloignant petit à petit des milieux militants d’origine, le principe de solidarité ne fait plus toujours partie de ces systèmes de vente : paniers vendus sur internet ou dans les gares, cueillettes chez le producteur… Cela reste une relation directe entre producteurs et consommateurs, mais avec un engagement moins fort entre les deux parties.

 

Les neuf vies des paysans français #2

La campagne, espace de jeux des urbains ? C’est ce que craignent de nombreux agriculteurs, attachés à la fonction productive de leur métier et pour qui le rendement reste le socle de la profession. « La terre nourrit les hommes, pas le béton » pouvait-on lire sur des panneaux brandis par les agriculteurs dans les rues de Paris lors des manifestations d’avril 2010. Ce slogan faisait référence au nombre d’hectares de terres arables que perd la France chaque année : près de 68 000 ha, soit l’équivalent d’un département. Évidemment, au delà des chiffres bruts, il faut aussi regarder l’usage qui est fait de ces terres agricoles. Maraichage à destination des circuits de proximité ou grandes cultures « COP » (céréales-oléagineux-protéagineux)  destinées surtout aux marchés d’exportation, la balance entre les deux dépend avant tout d’une volonté politique et du tournant que prendra la politique agricole commune européenne en 2013 (1).

En réponse à ces chiffres inquietants, des initiatives voient le jour. Les circuits de proximité reviennent au goût du jour : AMAP (voir http://agriurbain.hypotheses.org/?p=2743), paniers paysans, marchés de producteurs… Des initiatives qui sont de moins en moins anecdotiques en termes de volume, et revèle surtout une volonté de la part des consommateurs de retrouver la connaissance des aliments qu’ils consomment.

Les AMAP, Denis les connait bien, il en a même été l’un des pionniers dans sa région, quand cette forme de contrat entre un producteur et un groupe de consommateurs a commencé à émerger dans les années 2000.  Malgré un bilan très positif, Denis pointe des difficultés qui arrivent avec ce nouveau pacte entre producteurs et consommateurs : « C’est extrêmement motivant de rencontrer les personnes qui vont manger les légumes qu’on produit. Mais ça suppose aussi de dégager du temps pour organiser les distributions, pour discuter avec les AMAPiens… Quand ils viennent nous aider sur l’exploitation, il faut être là pour les encadrer et leur apprendre les bons gestes. C’est un peu comme réapprendre son métier. »

Trois trajectoires de vie, trois visions différentes du métier d’agriculteur, qui témoignent de la complexité de ce métier et des représentations que s’en font les principaux protagonistes. Face à la montée des revendications d’organisations comme la Confédération Paysanne qui entendent en finir avec le modèle agricole productiviste, Samuel s’interroge : « Paysan ? Si on veut. Enfin moi je ne voudrais pas non plus revenir en arrière. Mon métier, c’est avant tout de produire de quoi nourrir les hommes. On sera 9 milliards en 2050, qui nourrira tout ces gens ?»

Pas tout à fait le même son de cloche pour Denis : « Il y a eu des excès terribles après la seconde guerre mondiale. On a voulu faire la guerre à la nature, mais on a oublié qu’on en faisait partie. Moi, je crois aux solutions alternatives. D’ailleurs, si je n’y croyais pas, je n’aurais pas choisi ce métier. »

(1) A ce sujet, voir:  http://www.politis.fr/La-nouvelle-PAC-adoptee-oublie-le,20738.html

————————————————————————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Au Portugal, un potager solidaire alimente les plus démunis

Au cœur des activités de l’association Harmonia, le potager situé aux portes d’Olhao fournit les denrées et les revenus permettant, avec les dons de supermarchés locaux, d’atténuer les carences alimentaires de quelque 80 familles touchées par le chômage, la maladie ou l’exclusion sociale.

Tags:

Les neuf vies des paysans français #1

Maraichage
Dans l’exploitation d’Yves, derrière les rangs de courgettes, on devine la ville, toute proche. (Yvelines)
Crédit photo: J. Pourias, 2012.

Il est à peine 6h, ce lundi 23 juillet. Le jour se lève sur un bras de la Seine, à moins de 40 km du centre de Paris. Yves est déjà au travail depuis plus de deux heures. Avant de rentrer sur ses parcelles, il a fallu préparer et livrer ses légumes au Marché d’Intérêt National de Rungis. Comme son père et son grand-père avant lui, Yves est maraîcher. Il est l’un des derniers producteurs de la grande ceinture maraichère parisienne, une activité née en même temps que la ville et qui s’est développée avec elle, dans les « marais » parisiens où la terre, riche en éléments minéraux et en matière organique, était propice aux cultures légumières.

Samuel, lui, est céréalier dans les Deux-Sèvres. Depuis toujours, il souhaitait s’installer en tant que maraîcher sur les terres familiales où son père pratique la céréaliculture. Oui mais voilà, loin d’un bassin de production légumier, il est difficile de démarrer une activité rentable. Alors Samuel a continué les cultures que faisait déjà son père, parce qu’elles lui permettaient de « rester habiter chez lui tout en gagnant correctement sa vie ». Une persévérance qui fait office de modèle dans la région : au cours des cinq dernières années, 1467 exploitations ont disparu en Poitou-Charentes, du fait principalement d’une population agricole vieillissante, sans repreneur pour les 2/3 d’entre elle. (données Agreste)

Un peu plus au Nord, Denis est polyculteur-éleveur en Normandie. Pas de tradition familiale de son côté,  sa passion lui est venu « sur le tard, après 15 ans de carrière au Trésor Public ». Amoureux de sa région et de son paysage bocager, Denis a préféré quitter la ville, « revenir à une vie plus simple, plus dans l’ordre des choses ».  Une vie plus simple, c’était bien sûr l’idée de départ. Denis avoue que depuis, « entre les déclarations PAC, la gestion comptable et tout le reste, on est presque obligés de passer autant de temps devant son ordinateur que dans ses champs ! »

En faisant le tour de son exploitation, Samuel peste contre une villa, de construction récente, entourée d’une haute haie de tuja. « Des parisiens. Quand ils sont arrivés, on a du déplacer notre système d’irrigation,  ça faisait trop de bruit, plus question de pomper l’eau par ici. Avec les tracteurs, c’est pareil, on évite de passer trop près, mais ça prend plus de temps. Déjà qu’on en a pas beaucoup… »

Des situations comme celles-ci sont monnaie courante. Étroitement liées aux dynamiques urbaines et territoriales, les campagnes françaises sont aujourd’hui à la fois des lieux de résidence, de loisirs, de production et de nature. Simultanément, les villes évoluent. A leurs frontières, de plus en plus diffuses et étendues, se développent des espaces périurbains, hybrides de ville et de campagne.

Si l’espace « à dominante rurale » – selon la définition de l’Insee – recouvre encore 60% du territoire métropolitain (pour seulement 18% de la population), l’étalement urbain, l’essor des mobilités et les nouveaux arrivants – les fameux néoruraux – ont presque entièrement effacé la frontière entre monde rural et monde urbain.

Migrations résidentielles, déqualification des espaces agricoles sont autant de vecteurs de différenciation et d’évolution des communes rurales. Autrefois centrées sur les activités traditionnelles que sont l’agriculture et l’industrie, les campagnes d’aujourd’hui deviennent résidentielles, et l’on voit se développer le secteur tertiaire, avec comme fer de lance les services à la personne… pour une population arrivante souvent déjà retraitée, et qui vient rechercher à la campagne un confort de vie et – peut-être – les racines terriennes qui font défaut aux citadins.

Ces nouvelles dynamiques entrainent à la fois l’hétérogéneité de ce qu’on a longtemps nommé « la ruralité » et sa proximité croissante avec le monde urbain. Cette ruralité aujourd’hui ne tient plus, explique le professeur Vanier, de l’Université Joseph Fourier de Grenoble : « les ruralités ont remplacé la ruralité. Nous considérons donc l’ensemble des rapports entre une société en immense majorité urbaine, et ses espaces de recours résidentiels, récréatifs et productifs, qui, sous la forme des campagnes, couvrent l’immense majorité du territoire. »

—————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

De toit en toit, l’agriculture urbaine prend de la hauteur à Paris!

En région parisienne, l’idée de cultiver des légumes sur les toits gagne du terrain ! Si les exemples de toits potagers sont pour l’instant rares, l’intérêt de mettre en culture ces espaces la plupart du temps inutilisés commence à faire son chemin…
Les associations de jardiniers l’ont bien compris, et certaines ont déjà commencé à investir les toits : aux porte de Paris, l’association des femmes maliennes de Montreuil (AFMM) cultive plus de 1000m² sur le toit d’un grand magasin. Plus de 38 jardiniers de 8 nationalités différentes se partagent cet espace : chacun a sa parcelle, mais le travail se fait collectivement et les outils sont partagés.
L’association Lafayette Accueil, quant à elle, a investi en 2009 le jardin perché sur le toit du gymnase des Vignolles, dans le 20ème arrondissement parisien. Près de 800m² sont ainsi à la disposition de l’association, orientée vers la réinsertion de personnes en situation d’exclusion. Une partie du jardin est également réservée à une association de riverains, qui y a créé un jardin partagé. Plusieurs parcelles sont également réservées à des écoles.
Face à l’engouement pour le jardinage collectif et à la forte demande d’espaces pour cultiver en ville, ces toits productifs, en plus de leur impact esthétique évident pour les habitations voisines, présentent l’avantage considérable de ne pas mobiliser de surface au sol et d’apporter une plus-value au bâtiment.
Dans une ville dense comme Paris, cet argument n’est pas négligeable, et semble convaincre la Mairie de Paris, qui a émis une série de propositions pour développer ces jardins sur les toits. Les toitures végétalisées figurent en effet parmi les actions prioritaires du plan  » biodiversité  » adopté le 15 novembre dernier par le Conseil de Paris, dans le cadre de la politique menée par la mairie en faveur du « développement durable de la capitale ». Ce plan prévoit notamment la création d’au moins 15 nouveaux jardins en terrasses accessibles au public.
De plus, l’année 2012 a été déclarée « année de l’agriculture urbaine » par la Mairie de Paris. Parmi les actions prévues, on trouve la venue de l’exposition Carrot City à Paris, qui donnera lieu à la réalisation de panneaux par les étudiants en architecture de l’école de Paris-Malaquais illustrant les initiatives parisiennes en matière d’agriculture urbaine… La fête des jardins 2012, qui a lieu tous les ans le dernier week end de septembre, sera également l’occasion de rappeler l’importance de maintenir des lieux de culture dans la ville – dans tous les sens du terme !

Enfin, l’histoire de l’agriculture francilienne sera mise à l’honneur dans de nombreuses communes d’Ile-de-France, l’occasion de rappeler qu’historiquement, Paris était entourée d’une ceinture d’exploitations maraîchères, nourries par les alluvions de la Seine.

Fruit City project

Fruit City is a growing map and network of all the fruit trees in public spaces in London. Much of the fruit we buy in the city is from far flung places like Spain, Brazil and Chile, but literally tons of fruit grows in our own fair city. Even in a concrete metropolis, nature is all around us. Don’t believe us? Where do you live? Blackberries, Mulberries, Apples, Pears, Plums,Figs, Strawberries and even some secret Kiwis. We are not saying that every Londoner can get all the fruit they need from the city streets right now and through the year, but a large load of the fruit from the trees that do bear goes to waste unpicked. What if we could get the most out of our London? Community orchards are popping up all over the city. Wouldn’t you like one in your park? Why ship a lorry of apples from Holland when they flourish in Barnet? Fruit City is not just a Map of trees, but an initiative to wake people up to the nature on their doorstep. To re-engage folks with the wild and goodness around them and to get local community orchards planted. You’ll find an extensive list of amazing initiatives and schemes that are happening now. As well as recipes and uses for fruit that you may never had thought of. How about some Camden Cherry wine?