Archives pour la catégorie 3. Themes

Parution de l’ouvrage collectif « Agriculture urbaine : Aménager et nourrir la ville »

Agriculture urbaine : aménager et nourrir la villeEn association avec le Laboratoire d’agriculture urbaine et à la 5e édition de l’école d’été sur l’agriculture urbaine, se tenant à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) du 12 au 16 août 2013, les Éditions en environnement VertigO sont fières de faire paraître l’ouvrage collectif « Agriculture urbaine : Aménager et nourrir la ville ». Cet ouvrage édité par Éric Duchemin, professeur associé à l’Institut des sciences de l’Environnement de l’UQAM, regroupe les contributions de 26 auteurs d’ici, de France, du Brésil et de Colombie.
À travers ses différents chapitres, cet ouvrage amène à découvrir les différentes formes d’initiatives actuelles en agriculture urbaine et les nouvelles « frontières » que prend cet outil de réappropriation de l’espace urbain, c’est-à-dire ses potentialités, ses applications élargies ou redimensionnées, repensées en convergence avec les enjeux environnementaux urbains contemporains. Dépassant la seule présentation de projets, cet ouvrage montre que l’inclusion urbaine de l’agriculture doit se faire de manière intégrée et avec une perspective écosystémique.
Depuis maintenant plus d’une décennie, l’agriculture urbaine se développe dans les pays industrialisés, que ce soit en Amérique ou en Europe. Les projets se multiplient et prennent de nombreuses formes. Ils répondent aussi à des objectifs variés tels que la sécurité alimentaire, l’éducation, l’autonomisation et la réappropriation de l’espace urbain par les citoyens. Résolument multidisciplinaire, cet ouvrage regroupe des contributions qui montrent que l’agriculture urbaine est un outil pour le développement et la planification urbaine, tout en mettant l’alimentation au coeur des préoccupations urbaines.

L’horticulture nourrit les villes de la République démocratique du Congo

Des terres auparavant considérées comme incultes (parcelles situées le long des routes, des cours d’eau ou entre les maisons) permettent aujourd’hui de nourrir des villes de la République démocratique du Congo, grâce à un projet de la FAO qui montre à quel point l’horticulture urbaine et périurbaine peut avoir des effets positifs sur la sécurité alimentaire nationale. Bon nombre des milliers de cultivateurs qui participent au programme de la FAO «Développer des villes plus vertes» dans cinq villes de la République démocratique du Congo étaient auparavant considérés comme des «squatters», qui utilisaient des terres qui ne leur appartenaient pas pour cultiver des légumes pour leur famille. Mais grace au soutien de plus en plus actif de la FAO, ils ont pu légaliser leurs activités et perfectionner leurs techniques de culture. Non seulement les participants ont amélioré la nutrition de leur famille, mais ils ont également augmenté leurs revenus en vendant leur excédent de production sur les marchés locaux. Ils approvisionnent en outre les supermarchés, les restaurants et les hôtels urbains. Dans la seule capitale, Kinshasa, ils produisent 80 000 à 100 000 tonnes de légumes par an en cultivant des jardins situés dans et autour de la ville.

Tags:

Practicing Commons in Community Gardens: Urban Gardening as a Corrective for Homo Economicus

“In these times of ever more blatant marketing of public space, the aspiration to plant potatoes precisely there – and without restricting entry – is nothing less than revolutionary,” writes Sabine Rohlf in her book review of Urban Gardening. (1) Indeed, we can observe the return of gardens to the city everywhere and see it as an expression of a changing relationship between the public and the private. And it is not only this dominant differentiation in modern society that is increasingly becoming blurred; the differences between nature and society as well as that between city and countryside are fading as well, at least from the perspective of urban community gardeners.

Tags:

Jardins potagers : terres inconnues ?

Cet ouvrage présente alors un état de l’art des connaissances sur les sols, les usages et productions potagères dans les jardins français. Il s’adresse tant à des chercheurs, enseignants et étudiants (en écologie urbaine, urbanisme ou santé), qu’aux décisionnaires, gestionnaires et opérateurs urbains et péri-urbains. Il est bien évidemment aussi à destination des jardiniers amateurs, principaux acteurs de la qualité des jardins qui parsèment les territoires.

Tags:

Environmental analysis of the logistics of agricultural products from roof top greenhouses in Mediterranean urban areas

As urban populations increase so does the amount of food transported to cities worldwide, and innovative agro-urban systems are being developed to integrate agricultural production into buildings; for example, by using roof top greenhouses (RTGs). This paper aims to quantify and compare, through a life cycle assessment, the environmental impact of the current linear supply system with a RTG system by using a case study for the production of tomatoes.

Tags:

Harvesting More Than Vegetables: The Potential Weight Control Benefits of Community Gardening

Objectives. We examined the association of participation in community gardening with healthy body weight. Methods. We examined body mass index (BMI) data from 198 community gardening participants in Salt Lake City, Utah, in relationship to BMI data for 3 comparison groups: neighbors, siblings, and spouses. In comparisons, we adjusted for gender, age, and the year of the BMI measurement. Results. Both women and men community gardeners had significantly lower BMIs than did their neighbors who were not in the community gardening program. The estimated BMI reductions in the multivariate analyses were −1.84 for women and −2.36 for men. We also observed significantly lower BMIs for women community gardeners compared with their sisters (−1.88) and men community gardeners compared with their brothers (−1.33). Community gardeners also had lower odds of being overweight or obese than did their otherwise similar neighbors. Conclusions. The health benefits of community gardening may go beyond enhancing the gardeners’ intake of fruits and vegetables. Community gardens may be a valuable element of land use diversity that merits consideration by public health officials who want to identify neighborhood features that promote health. (Am J Public Health. Published online ahead of print April 18, 2013: e1–e6. doi:10.2105/AJPH.2012.301009)

Tags:

Sécurité alimentaire dans les villes : l’exemple des anciennes civilisations

La sécurité alimentaire a toujours été un facteur clé de la résilience des villes. Une étude récemment publiée dans la revue Ecological Economics s'intéresse aux leçons que l'on pourrait tirer des anciennes cités en matière de production alimentaire en milieu urbain et comment ces sociétés pourrait inspirer des solutions face au défi actuel au niveau de la sécurité alimentaire.

Tags:

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #3

Des années 80 aux années 2000 : la remise en question du modèle productiviste

En 1985, de l’objectif d’autosuffisance, l’ambition française en matière d’agriculture est devenue mondiale…(Publicité pour les charrues Huard, 1985) 

En 1980, la France a largement atteint son objectif d’autosuffisance alimentaire. L’augmentation de la production nécessite la recherche de nouveaux débouchés au sein de l’UE: or, les prix du marché ne couvrent pas les coûts de production des exploitations françaises. Les coûts budgétaires du soutien à l’agriculture deviennent de plus en plus importants.

Pour pallier à cette difficulté, on voit l’émergence de politiques différenciées liées à la notion de territoire, et qui remettent au coeur du débat l’identité des agriculteurs, réaffirmant leur rôle social et societal, et écartant – au moins dans le discours, la seule logique de production à moindre coût.

Dans les années 90, les méfaits environnementaux, territoriaux et sociaux de la production agricole dite « industrielle » sont de plus en plus reconnus. Les inégalités des revenus entre exploitations  d’une part et entre régions d’autre part, le dépeuplement des campagnes et les diverses pollutions engendrées par ce modèle agricole deviennent de moins en moins supportable.

Les politiques publiques abandonnent l’idée du développement quantitatif de la production agricole comme unique salut.  Petit à petit, elles s’orientent vers la reconnaissance de modes de production garantissant la qualité des produits agricoles, le respect de l’environnement et l’entretien de l’espace rural.

En France, on assiste à l’élargissement progressif des acteurs impliqués dans la cogestion de la politique agricole : reconnaissance des « petits » syndicats agricoles, intégration d’association de consommateurs, de défense de la nature etc.

 

Du temps cyclique au temps linéaire, du village à la ville, l’entrée de la paysannerie dans la modernité

Que reste-t-il aujourd’hui de cette classe paysanne ? Quelle est la place pour les agriculteurs dans les territoires ruraux contemporains ? Face à un monde qui change de plus en plus vite, l’entrée dans la modernité du monde paysan a été avant tout un changement de temporalité.

Le métier d’agriculteur l’oblige souvent à vivre à contre-rythme du rythme général – c’est à dire du rythme de la ville. Le rythme des saisons, les évenements climatiques imprévisibles restent son lot quotidien au coeur d’une société qui a tout fait pour se détacher de ces aléas naturels. L’agriculteur continue d’évoluer dans un monde d’incertitudes, avec lesquelles il doit composer.

Le travail de la terre donne au paysan une conscience d’un temps très lié au temps long du climat et au temps historique, différent du temps vécu par les citadins. « Ces éléments de permanence sont le fondement même de la spécificité culturelle des paysans » rappelle B. Hervieu. « Par certains côtés, le métier d’agriculteur s’apparente à un art du rituel. La plupart du temps, tous les ans, au même moment, au même endroit, les mêmes gestes sont accomplis…». Mendras le rappelait en 1967 dans son livre aux accents prophétiques La  Fin des Paysans : « le fondement de la compétence d’agriculteur nait de la connaissance intime du champ » – une connaissance basée sur la fréquentation longue, tirée de plusieurs générations d’hommes qui en avaient fait de même avant lui.

La mobilité accrue des personnes qui transforme de façon radicale la relation à l’espace, l’arrivée des télécommunications qui abolissent les distances, la fréquentation des supermarchés ont contribué à l’entrée du monde paysan dans la modernité. Cette entrée dans la modernité a d’abord été l’entrée dans le temps linéaire de la vie urbaine, abandonnant le rythme cyclique qui caractérisait jusque là la ruralité.

L’individualisation du métier de paysan a également été une donnée forte des changements sociaux liés à cette « entrée en modernité ». Mendras écrivait « ce qui fait le paysan, c’est la communauté, l’appartenance à un groupe ». Aujourd’hui, l’agriculteur, le « chef d’exploitation » est le seul maître à bord – mais influencé par des conseillers de tout poil.

L’éclatement de la famille paysanne d’autrefois, qui intégrait à la fois les dimensions économique de l’entreprise et les dimensions patrimoniales et sociales de la famille est le dernier coup porté qui achève de déliter le modèle paysan construit dans la IIIème république.

Ceux qui étaient auparavant le coeur de la vie rurale se rapproche donc de plus en plus d’un mode de vie urbain… Tandis que dans le même temps, on voit arriver dans les territoires ruraux de nouveaux habitants travaillant en ville. A ce titre, les chiffres  de l’évolution démographique des cantons ruraux français sont particulièrement éclairants. Un tiers des cantons ruraux français voient leur population diminuer et vieillir. Ce sont les villages isolés des grands axes de communication, dans des zones rurales « reculées ». A l’inverse, certains villages situées à proximité de villes, bien desservis par les réseaux de communication, ont connu les plus fort taux de croissance au niveau national au cours des vingt dernières années.

Face à ces changements profonds et relativement rapides à l’échelle de l’Histoire, l’un des défis qui nous attend sans doute pour la décennie à venir est de savoir repenser l’articulation entre les territoires ruraux et les villes.

Le débat porte d’abord sur la reconnaissance de la multifonctionnalité de l’agriculture tout en réaffirmant sa fonction alimentaire, et en particulier sa fonction d’approvisionnement des villes à proximité.

Il va probablement également falloir accepter l’idée de la disjonction entre lieux de vie, lieux de travail, et espaces identitaires. Un cadre travaillant en plein coeur de Paris, habitant dans la campagne francilienne et immatriculant sa voiture en Bretagne où il passe toutes ses vacances n’est ni un stéréotype, ni un cas isolé. C’est vous, c’est moi, et c’est peut-être ce qui permettra à la ville et à la campagne de remettre à plat les anciennes oppositions pour les dépasser et construire un monde « socialement acceptable, économiquement viable et écologiquement responsable ».

 

—————————————————————————————————————————–

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

5e édition de l’École d’été sur l’agriculture urbaine : les inscriptions sont ouvertes

Du 12 au 16 août 2013 se tiendra à l’Université du Québec à Montréal, la 5ème édition de l’École d’été sur l’agriculture urbaine duLaboratoire d’agriculture urbaine (AU/LAB) et du Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbai… (CRAPAUD).

Cet évènement, organisé avec la collaboration de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQÀM (ISE), réunit chaque année plus d’une centaine d’étudiant(e)s issu(e)s de l’ensemble du Québec et de la Francophonie pour 5 jours de formation intensive s’articulant autour d’un apprentissage à la fois théorique et pratique.

Rassemblant des citoyens, des chercheurs, des étudiants et des acteurs de l’agriculture urbaine, cette école d’été a pour vocation de susciter des débats et des rencontres autour de l’agriculture urbaine.

LA THÉMATIQUE

Pour son édition 2013, l’École d’été s’articulera autour de la notion de résilience: comment peut-on mieux préparer nos villes à répondre aux défis écologiques et sociaux du 21ème siècle ? Comment l’agriculture urbaine sous toutes ses formes peut-elle y contribuer ?

Chaque journée de l’école illustrera un nouvel aspect de cette résilience urbaine souvent évoquée par les citoyens et les médias, sans que l’on sache toujours comment y parvenir. Villes en transition, systèmes alimentaires alternatifs, arts et culture(s) pour réinterroger la ville, aménagements paysagers comestibles, seront autant d’outils proposés pour réfléchir au potentiel de l’agriculture urbaine dans la construction d’une ville résiliente.

Cette année encore, la formation s’organisera autour d’un apprentissage théorique et pratique qui s’appuiera sur l’intervention de spécialistes autour de tables rondes, de retours d’expérience, d’ateliers pratiques et de visites sur le terrain. Une place importante sera aussi accordée aux échanges et discussions, ainsi qu’aux interactions entre les intervenant(e)s et les participant(e)s.

TROIS FORMATIONS

Afin de répondre à la demande grandissante et d’adapter le programme à la réalité du terrain, l’École d’été sur l’agriculture urbaine offre cette année trois formations, tout en conservant une cohésion entre tou(te)s les participant(e)s. L’ouverture de ces différentes formations permet à l’École d’été d’accueillir jusqu’à 160 participant(e)s et une vingtaine de formateurs et formatrices lors de cette 5ème édition!

Les formations de l’École d’été 2013 sur l’agriculture urbaine

  • La formation générale pourra accueillir 120 participant(e)s
  • La formation sur l’inclusion de l’agriculture urbaine dans l’aménagement des villes pourra accueillir 20 participants (es)
  • La formation sur les jardins pédagogiques dans les institutions d’enseignements l’AU pourra accueillir 20 participants (es)


Comme chaque année depuis 5 ans, une formation générale sera offerte à celles et ceux qui désirent en apprendre davantage sur l’agriculture urbaine et sur les initiatives innovantes à Montréal et ailleurs.

En 2013, une formation sur l’agriculture urbaine dans l’aménagement de la ville offrira aux participants plus expérimentés un apprentissage pointu, à même de répondre à leurs préoccupations et à leurs besoins en tant que praticiens. Cette formation vise à permettre l’acquisition de connaissances théoriques et pratiques sur l’inclusion de l’agriculture urbaine dans l’aménagement des villes. Les concepts urbanistiques, les enjeux, les différents éléments en jeu (système alimentaire, transport, développement social et économique, etc.) y seront abordés. Les participants et participantes sont amené(e)s à travailler en atelier à l’aménagement d’un « quartier agricole ». Cette formation donne droit à une attestation de formation en continu.

La troisième formation, spécifiquement dédiée aux personnes voulant mettre en œuvre des projets pédagogiques dans les institutions d’enseignement permettra l’acquisition par celles-ci de connaissances théoriques et pratiques sur la mise en œuvre, l’animation et la gestion de jardins pédagogiques en institutions d’enseignement (primaires, secondaires, collégiales et universitaires). Des études de cas seront présentées et analysées, et les participants et participantes effectueront des visites de projets. Cette formation donne droit à une attestation de formation en continu.

Pour vous inscrire :

http://www.ecoleagricultureurbaine.org/index.htm

Pour information :

  • Jeanne Pourias, Chargée de projet pour l’école d’été : pourias.jeanne@courrier.uqam.ca
  • Éric Duchemin, Professeur associé et chargé de cours — AU/LAB / Institut des sciences de l’environnement: duchemin.eric@uqam.ca

De retour cette année : Le cours ENV773i (Agriculture urbaine : enjeux, défis et approches) de la maîtrise en sciences de l’environnement de l’UQAM est aussi offert. Le cours se déroulera à la session d’été. Pour plus d’information, communiquez avec Eric Duchemin, professeur associé et chargé de cours — Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, à duchemin.eric@uqam.ca

Vous pouvez suivre les nouvelles de la formation la page Facebook de l’École.

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #2

Après les deux guerres mondiales, en finir avec la famine

Au sortir de la seconde guerre mondiale, dans tous les pays de la future Union Européenne, la production agricole est insuffisante pour satisfaire une demande alimentaire croissante en qualité et en quantité. Dans une France hantée par le spectre de la famine, la deuxième révolution est portée par un programme politique très volontariste et s’étend avec une rapidité sans précédent dans l’histoire de l’agriculture.

Le traité de Rome de 1957 représente la volonté au niveau européen d’accompagner le développement de la production et de la productivité de l’agriculture. Les objectifs de la PAC – la Politique Agricole Commune – sont énoncés dans l’article 39 : accroître la productivité de l’agriculture, assurer un niveau de vie équitable à la population agricole, stabiliser les marchés, garantir la sécurité des approvisionnements et assurer des prix raisonnables aux consommateurs. La transition s’opère au niveau de la modernisation des exploitations et de l’agrandissement des surfaces exploitées.

Profitant des progrès techniques réalisés pendant les deux guerres, cette deuxième révolution vient en prolongement de la première phase de mécanisation. Elle introduit plusieurs  éléments nouveaux : « la motorisation (moteurs à explosion ou électriques, tracteurs de plus en plus puissants), la grande mécanisation (machines de plus en plus complexes et performantes), la chimisation (engrais minéraux et produits de traitement).

Le modèle d’agriculture promu est celui d’une exploitation agricole insérée dans l’économie de marché mais dont le noyau dur reste la famille (la SMI:  surface minimale à l’installation est calculée comme celle devant permettre de faire vivre une famille). Cette transition se reflète notamment dans le mode d’attribution des terres : remembrement, encouragement des très petites exploitations à cesser leur activité… Les terres ainsi libérées vont aux agriculteurs moyens qui ont les capitaux et les compétences nécessaires pour accroitre leur productivité… La SAFER, société d’aménagement foncier et d’établissement rural est créée en 1960 pour organiser la redistribution des terres.

Un autre phénomène marquant, qui avait été amorcé dès le XIXe siècle avec le développement des transports longue distance est la spécialisation régionale. Marcel Mazoyer, dans son livre Histoire des Agricultures du Monde, explique : « L’étude des mécanismes de développement de la deuxième révolution agricole montre qu’il existe, dans chaque région, un système de production spécialisé plus performant que tous les autres. Ce système, qui dépend des conditions physiques et économiques de la région, est précisément celui que tendent à adopter la plupart des exploitations en développement de la région, ce qui conduit à une spécialisation régionale marquée. Mais il existe des régions dans lesquelles aucune spécialisation n’est économiquement viable ; celles-ci sont alors condamnées à la déprise agricole et à la friche. »

Grâce au développement des transports routiers qui permettent l’approvisionnement en biens de consommations et en biens de productions de toutes sortes, mêmes les exploitations les plus reculées sont libérées de la contrainte de la polyproduction, autrefois nécessaire à la fois pour subvenir aux besoins de la famille et pour assurer l’équilibre entre élevage et cultures.

Les campagnes françaises prennent une allure nouvelle : là où prédominaient auparavant les exploitations familiales paysannes, la deuxième révolution passe et transforme toutes les structures sociales et productives. Une progression qui ne se fait pas sans heurts, bien au contraire. En effet, parmi la multitude d’exploitations de petite taille qui existaient au début du XXème siècle, seule une infime minorité parvient à franchir les étapes du développement imposées par la 2ème révolution agricole. Les autres, les laissées pour compte de la modernisation,  se retrouvent en difficulté et sont amenées à disparaitre.

Les plus grandes, les mieux équipées, survivent. Les autres disparaissent, entrainant avec elle les derniers vestiges de la paysannerie traditionnelle. Ce que le sociologue Henri Mendras officialisera en 1967 dans son livre La fin des paysans. La première conséquence de cette restructuration est une nouvelle vague d’exode rural. Parallèlement, l’agriculture devient un secteur très fort et structuré, avec un partage de la gestion entre les pouvoirs publics et des organisations professionnelles fortes.

———————————————————————————————————————————

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Des paysans aux exploitants agricoles : cinq siècles de révolutions #1

Le Tour de la France par Deux Enfants, de G. Bruno, publié en 1877, servait à l’origine de livre de lecture du cours moyen des écoles de la IIIème république. Il illustre l’idéal paysan, en décrivant la vie de familles paysannes rencontrées par deux orphelins de guerre, André et Julien, lancés à la découverte de leur pays. « Quand une ferme n’est pas propre, soigneuse, intelligente, elle ne gagne rien là où une autre s’enrichit. Si la valeur de l’homme fait celle du champ, rappelle-toi, Julien, que c’est celle de la femme qui fait la prospérité du logis. » peut-on y lire. Le décor est posé, les rôles distribués, la république paysanne est en marche!

Pour comprendre la complexité du monde agricole contemporain et les enjeux qui se jouent dans les campagnes françaises, il faut s’intéresser de plus près à la série de changements qu’à connu l’agriculture depuis plusieurs siècles.

Du XVI au XIXème siècle : la naissance de la classe paysanne

A la fin du Moyen Âge, l’agriculture européenne fonctionnait sur le modèle de la paysannerie d’ancien régime. Sur le plan technique, ce modèle est caractérisé par un temps de repos de la terre entre deux cycles de culture – la jachère et par l’utilisation d’outils attelés. L’objectif premier est l’autosuffisance alimentaire, le revenu tiré de la vente des productions tombe entièrement dans la poche des seigneurs locaux.

Du XVIe au XIXe siècle, la plupart des régions d’Europe vont connaître une série de bouleversements qui vont modifier à la fois la vie dans les campagnes et la place des paysans dans le « contrat social » : c’est la révolution agricole des Temps Modernes.

La première modification est technique : c’est la disparition de la jachère (voir encadré). Cette dernière, qui occupait encore une très large place dans les anciens systèmes à rotations triennales (alternance sur trois ans : blé—orge ou avoine ou légumineuse—jachère courte)  et biennales (céréale—jachère) , fut remplacée par des prairies artificielles. Dans les nouvelles rotations, les fourrages alternent presque sans discontinuer avec les céréales, permettant le développement de l’élevage d’herbivores, cette augmentation des troupeaux apportant à son tour une quantité importante de fumier disponible pour épandre sur les cultures.  De nouvelles plantes alimentaires (pomme de terre, maïs…) et industrielles (lin, chanvre…) font leur apparition. C’est le début de la sélection de variétés végétales et de races animales plus productives, mais aussi moins rustiques et plus exigeantes.

Cette révolution agricole est très étroitement liée à la première révolution industrielle. Laquelle a permis l’autre ? L’accroissement des rendements agricoles augmente la rentabilité et la valeur des terres, et permet de dégager des possibilités financières pour l’investissement dans du matériel. La grande industrie fournit à l’agriculture de nouvelles machines révolutionnant les techniques alors en place. En 1834, l’industriel américain Mac Cormick met au point la première moissonneuse-batteuse. En 1837 Mathieu de Dombasle invente une nouvelle charrue. Le développement de nouveaux moyens de transport permet d’approvisionner l’agriculture en amendements. L’utilisation du fumier est complétée par l’importation de guano venant d’Amérique du Sud. Dans les années 1840, l’industriel allemand Justus von Liebig crée les premiers engrais chimiques.

Burzudus eo! Elle est magnifique! S’exclame le paysan breton sur cette affiche publicitaire dessinée pour les usines Huard en 1903. 

 

 

Un travailleur agricole pouvant produire la subsistance d’un nombre de plus en plus grand d’individus, c’est une force de travail considérable qui est libérée pour aller révolutionner industriellement l’europe occidentale. Cela se traduit directement par un exode rural massif…

Toutefois, cet enchainement de progrès techniques n’a pas été seul responsable de cet exode rural. Comme le rappellent Bertrand Hervieu et Jean Viard dans leur livre l’Archipel paysan : la fin de la république agricole, cet important bouleversement des rapports entre ville et campagne est d’abord la grande œuvre de la IIIème république. Inquiet de la menace que représentait la classe ouvrière pour la bourgeoisie républicaine, échaudé par la Commune de Paris, Gambetta forme le projet de « faire chausser aux paysans les sabots de la République ». Comment procéder ? En inventant une « classe paysanne » qui sera le socle de la république française.  Cette construction de l’opposition ville/campagne, qui est une opposition entre ouvrier et paysan, aura pour principale conséquence de vider les campagnes françaises de tout ce qui ne relève pas de l’activité agricole: les anciens métiers – artisans, saisonniers, vagabonds, tout le « petit peuple » plus ou moins errant est prié de rejoindre les villes où il grossit les rangs de la classe ouvrière. Ne subsistent dans les campagnes que les paysans propriétaires de leurs terres, constituées en patrimoine familial. Le modèle du « paysan propriétaire, soldat, citoyen et père de famille », typiquement français, est né. Ce modèle structure encore fortement l’idée que les agriculteurs ont d’eux-mêmes, comme celle de l’ensemble de la société.

———————————————————————————————————————————–

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Le projet ZFarm : quand les bâtiments intègrent l’agriculture

'agriculture urbaine, soit le développement d'une agriculture des villes en ville, reflète la tendance actuelle de rapprocher la culture des fruits et légumes du consommateur. La capitale de l'Allemagne, Berlin, a accueilli très favorablement le nouveau projet ZFarm, Zero-Acreage Farming (ZFarming), également connu sous le nom de "zéro superficie agricole utilisée".

Tags: