Archives pour la catégorie Food / Alimentation

L’horticulture nourrit les villes de la République démocratique du Congo

Des terres auparavant considérées comme incultes (parcelles situées le long des routes, des cours d’eau ou entre les maisons) permettent aujourd’hui de nourrir des villes de la République démocratique du Congo, grâce à un projet de la FAO qui montre à quel point l’horticulture urbaine et périurbaine peut avoir des effets positifs sur la sécurité alimentaire nationale. Bon nombre des milliers de cultivateurs qui participent au programme de la FAO «Développer des villes plus vertes» dans cinq villes de la République démocratique du Congo étaient auparavant considérés comme des «squatters», qui utilisaient des terres qui ne leur appartenaient pas pour cultiver des légumes pour leur famille. Mais grace au soutien de plus en plus actif de la FAO, ils ont pu légaliser leurs activités et perfectionner leurs techniques de culture. Non seulement les participants ont amélioré la nutrition de leur famille, mais ils ont également augmenté leurs revenus en vendant leur excédent de production sur les marchés locaux. Ils approvisionnent en outre les supermarchés, les restaurants et les hôtels urbains. Dans la seule capitale, Kinshasa, ils produisent 80 000 à 100 000 tonnes de légumes par an en cultivant des jardins situés dans et autour de la ville.

Tags:

Harvesting More Than Vegetables: The Potential Weight Control Benefits of Community Gardening

Objectives. We examined the association of participation in community gardening with healthy body weight. Methods. We examined body mass index (BMI) data from 198 community gardening participants in Salt Lake City, Utah, in relationship to BMI data for 3 comparison groups: neighbors, siblings, and spouses. In comparisons, we adjusted for gender, age, and the year of the BMI measurement. Results. Both women and men community gardeners had significantly lower BMIs than did their neighbors who were not in the community gardening program. The estimated BMI reductions in the multivariate analyses were −1.84 for women and −2.36 for men. We also observed significantly lower BMIs for women community gardeners compared with their sisters (−1.88) and men community gardeners compared with their brothers (−1.33). Community gardeners also had lower odds of being overweight or obese than did their otherwise similar neighbors. Conclusions. The health benefits of community gardening may go beyond enhancing the gardeners’ intake of fruits and vegetables. Community gardens may be a valuable element of land use diversity that merits consideration by public health officials who want to identify neighborhood features that promote health. (Am J Public Health. Published online ahead of print April 18, 2013: e1–e6. doi:10.2105/AJPH.2012.301009)

Tags:

Sécurité alimentaire dans les villes : l’exemple des anciennes civilisations

La sécurité alimentaire a toujours été un facteur clé de la résilience des villes. Une étude récemment publiée dans la revue Ecological Economics s'intéresse aux leçons que l'on pourrait tirer des anciennes cités en matière de production alimentaire en milieu urbain et comment ces sociétés pourrait inspirer des solutions face au défi actuel au niveau de la sécurité alimentaire.

Tags:

AMAP et paniers paysans: repenser les relations producteurs/consommateurs

AMAP
Crédit photo: amapapam.blogspot.com

Le concept de l’AMAP naît au Japon, dans les années 60, suite à plusieurs scandales de contaminations alimentaires. Installé en Suisse, en Autriche, aux Etats-Unis ou encore au Canada, il arrive en France en 2001. Le principe des AMAP (pour « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ») est d’établir un contrat entre un groupe de consommateurs et une ferme locale. Les premiers s’engagent à payer à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie (généralement une année) et à venir chercher chaque semaine leur panier, tandis que la deuxième s’engage à fournir toutes les semaines un panier dont la composition est en général débattue à l’avance entre les différents membres de l’AMAP. L’originalité de ce système, porté à la base par un milieu militant, est de fonder le contrat entre producteurs et consommateurs sur le principe de solidarité. Bonne ou mauvaise année, le prix du panier hebdomadaire est fixé à l’avance, et les récoltes réparties équitablement entre les AMAPiens. Suite au succès des AMAP et à leur diffusion progressive dans toute la France, d’autres formes de « paniers paysans » ont vu le jour. S’éloignant petit à petit des milieux militants d’origine, le principe de solidarité ne fait plus toujours partie de ces systèmes de vente : paniers vendus sur internet ou dans les gares, cueillettes chez le producteur… Cela reste une relation directe entre producteurs et consommateurs, mais avec un engagement moins fort entre les deux parties.

 

Les neuf vies des paysans français #2

La campagne, espace de jeux des urbains ? C’est ce que craignent de nombreux agriculteurs, attachés à la fonction productive de leur métier et pour qui le rendement reste le socle de la profession. « La terre nourrit les hommes, pas le béton » pouvait-on lire sur des panneaux brandis par les agriculteurs dans les rues de Paris lors des manifestations d’avril 2010. Ce slogan faisait référence au nombre d’hectares de terres arables que perd la France chaque année : près de 68 000 ha, soit l’équivalent d’un département. Évidemment, au delà des chiffres bruts, il faut aussi regarder l’usage qui est fait de ces terres agricoles. Maraichage à destination des circuits de proximité ou grandes cultures « COP » (céréales-oléagineux-protéagineux)  destinées surtout aux marchés d’exportation, la balance entre les deux dépend avant tout d’une volonté politique et du tournant que prendra la politique agricole commune européenne en 2013 (1).

En réponse à ces chiffres inquietants, des initiatives voient le jour. Les circuits de proximité reviennent au goût du jour : AMAP (voir http://agriurbain.hypotheses.org/?p=2743), paniers paysans, marchés de producteurs… Des initiatives qui sont de moins en moins anecdotiques en termes de volume, et revèle surtout une volonté de la part des consommateurs de retrouver la connaissance des aliments qu’ils consomment.

Les AMAP, Denis les connait bien, il en a même été l’un des pionniers dans sa région, quand cette forme de contrat entre un producteur et un groupe de consommateurs a commencé à émerger dans les années 2000.  Malgré un bilan très positif, Denis pointe des difficultés qui arrivent avec ce nouveau pacte entre producteurs et consommateurs : « C’est extrêmement motivant de rencontrer les personnes qui vont manger les légumes qu’on produit. Mais ça suppose aussi de dégager du temps pour organiser les distributions, pour discuter avec les AMAPiens… Quand ils viennent nous aider sur l’exploitation, il faut être là pour les encadrer et leur apprendre les bons gestes. C’est un peu comme réapprendre son métier. »

Trois trajectoires de vie, trois visions différentes du métier d’agriculteur, qui témoignent de la complexité de ce métier et des représentations que s’en font les principaux protagonistes. Face à la montée des revendications d’organisations comme la Confédération Paysanne qui entendent en finir avec le modèle agricole productiviste, Samuel s’interroge : « Paysan ? Si on veut. Enfin moi je ne voudrais pas non plus revenir en arrière. Mon métier, c’est avant tout de produire de quoi nourrir les hommes. On sera 9 milliards en 2050, qui nourrira tout ces gens ?»

Pas tout à fait le même son de cloche pour Denis : « Il y a eu des excès terribles après la seconde guerre mondiale. On a voulu faire la guerre à la nature, mais on a oublié qu’on en faisait partie. Moi, je crois aux solutions alternatives. D’ailleurs, si je n’y croyais pas, je n’aurais pas choisi ce métier. »

(1) A ce sujet, voir:  http://www.politis.fr/La-nouvelle-PAC-adoptee-oublie-le,20738.html

————————————————————————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Au Portugal, un potager solidaire alimente les plus démunis

Au cœur des activités de l’association Harmonia, le potager situé aux portes d’Olhao fournit les denrées et les revenus permettant, avec les dons de supermarchés locaux, d’atténuer les carences alimentaires de quelque 80 familles touchées par le chômage, la maladie ou l’exclusion sociale.

Tags:

Colloque Hungry City : Gouvernance alimentaire urbaine

Le développement durable des villes et la sécurité alimentaire des populations comptent parmi les enjeux fondamentaux de notre société. L’efficacité des solutions apportées dépendra de notre volonté et capacité de traiter les deux sujets de front, et cela malgré la complexité de leurs interactions.

En organisant HUNGRY CITY 2012, IUFN propose de porter un regard global et international sur le thème de la gouvernance alimentaire des régions urbaines, en réunissant pour la première fois en France des représentants de collectivités locales et territoriales françaises et étrangères, la communauté scientifique internationale et les porteurs de projets innovants pour nourrir durablement les villes. Il est en ce sens le début d’une aventure humaine et d’un effort ambitieux – imaginer les systèmes alimentaires durables pour les villes de demain.

L’évènement se tiendra sous le haut patronage de Monsieur Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et de Monsieur le Sénateur Joël LABBE, Vice-président de la Commission économique du Sénat et en charge des collectivités locales et territoriales et en partenariat avec la Caisse des dépôts et des Consignations, le CERVIA, le Conseil Régional d’Ile-de-France, l’Iddri, et le Ministère de l’Environnement. Il reçoit le soutien de nombreux partenaires – l’AgroParisTech, le magazine Basta!, l’IAU IDF, l’ICLEI, l’INRA, l’agence de conseil Greenopie et la Ville de Paris.

HUNGRY CITY 2012 représente également l’évènement constitutif du réseau de coopération internationale sur la gouvernance alimentaire urbaine d’IUFN, destiné à réunir les chercheurs, les collectivités locales et territoriales et les décideurs publiques intéressés par la question alimentaire dans et pour les villes. Il est en ce sens le début d’une aventure humaine et d’un effort ambitieux – imaginer les systèmes alimentaires durables pour les villes de demain.

LIEU : Conseil régional d’Île-de-France, Paris, France

PUBLIC :  Elus, agents territoriaux, chercheurs, responsables politiques, société civile, …

ACCES : Gratuit sur inscription

PROGRAMME PREVISIONNEL : http://fr.iufn.org/?p=306

Inclusion de l’agriculture urbaine dans le Rapport de consultation publique du Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la CMM

Ce rapport montre qu’en 2011 on ne peut plus faire un plan d’aménagement urbain sans mentionner l’importance de l’agriculture urbaine, une dimension patrimoniale à Montréal et dans le CMM, ni aborder la question cruciale de l’insertion des systèmes alimentaires dans le développement urbain

Tags:

foodurbanism.org

Foodurbanism.org aims to establish a dynamic, mesh-like connection with the world of urban agriculture and its many actors working in the area of spatial development. Comprised of academic and professional teams and individuals researching in the field, the core laboratory intentions concentrate on systematic investigations to discover, interpret, advance and develop ways in which the food cycles and urban development coalesce in the generative processes that impact urban life, city space, food production and all their overlaps and permutations.

Tags:

Farming Concrete : un projet new-yorkais pour évaluer la productivité des jardins urbains

Farming Concrete: Measuring Food Production in NYC’s Community Gardens The American Community Garden Association defines a community garden as "any piece of land gardened by a group of people." These spaces - peaceful enclaves where one can reconnect with their soil, food, and fellow gardeners - are meaningful across age groups and cultures, and serve as valuable assets for community identity. Healthy food production in community gardens is especially relevant today, when the number of New York City residents who rely on emergency food and lack access to affordable fresh produce in grocery stores is increasing. In the context of a dysfunctional food system, urban agriculture is becoming evermore indispensable. No one knows just how much food NYC community gardeners are growing. That is what this project seeks to measure.

Tags:

Agroécologie et droit à l’alimentation

Rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter. Le rapport appelle donc les Etats à entamer un virage fondamental en faveur de l'agroécologie comme moyen de répondre aux défis alimentaires, climatiques et de pauvreté dans le monde.

Tags:

Can cities become self-reliant in food?

Modern cities almost exclusively rely on the import of resources to meet their daily basic needs. Food and other essential materials and goods are transported from long-distances, often across continents, which results in the emission of harmful greenhous

Tags: