Archives pour la catégorie Peri-urban

AMAP et paniers paysans: repenser les relations producteurs/consommateurs

AMAP
Crédit photo: amapapam.blogspot.com

Le concept de l’AMAP naît au Japon, dans les années 60, suite à plusieurs scandales de contaminations alimentaires. Installé en Suisse, en Autriche, aux Etats-Unis ou encore au Canada, il arrive en France en 2001. Le principe des AMAP (pour « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ») est d’établir un contrat entre un groupe de consommateurs et une ferme locale. Les premiers s’engagent à payer à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie (généralement une année) et à venir chercher chaque semaine leur panier, tandis que la deuxième s’engage à fournir toutes les semaines un panier dont la composition est en général débattue à l’avance entre les différents membres de l’AMAP. L’originalité de ce système, porté à la base par un milieu militant, est de fonder le contrat entre producteurs et consommateurs sur le principe de solidarité. Bonne ou mauvaise année, le prix du panier hebdomadaire est fixé à l’avance, et les récoltes réparties équitablement entre les AMAPiens. Suite au succès des AMAP et à leur diffusion progressive dans toute la France, d’autres formes de « paniers paysans » ont vu le jour. S’éloignant petit à petit des milieux militants d’origine, le principe de solidarité ne fait plus toujours partie de ces systèmes de vente : paniers vendus sur internet ou dans les gares, cueillettes chez le producteur… Cela reste une relation directe entre producteurs et consommateurs, mais avec un engagement moins fort entre les deux parties.

 

Les neuf vies des paysans français #2

La campagne, espace de jeux des urbains ? C’est ce que craignent de nombreux agriculteurs, attachés à la fonction productive de leur métier et pour qui le rendement reste le socle de la profession. « La terre nourrit les hommes, pas le béton » pouvait-on lire sur des panneaux brandis par les agriculteurs dans les rues de Paris lors des manifestations d’avril 2010. Ce slogan faisait référence au nombre d’hectares de terres arables que perd la France chaque année : près de 68 000 ha, soit l’équivalent d’un département. Évidemment, au delà des chiffres bruts, il faut aussi regarder l’usage qui est fait de ces terres agricoles. Maraichage à destination des circuits de proximité ou grandes cultures « COP » (céréales-oléagineux-protéagineux)  destinées surtout aux marchés d’exportation, la balance entre les deux dépend avant tout d’une volonté politique et du tournant que prendra la politique agricole commune européenne en 2013 (1).

En réponse à ces chiffres inquietants, des initiatives voient le jour. Les circuits de proximité reviennent au goût du jour : AMAP (voir http://agriurbain.hypotheses.org/?p=2743), paniers paysans, marchés de producteurs… Des initiatives qui sont de moins en moins anecdotiques en termes de volume, et revèle surtout une volonté de la part des consommateurs de retrouver la connaissance des aliments qu’ils consomment.

Les AMAP, Denis les connait bien, il en a même été l’un des pionniers dans sa région, quand cette forme de contrat entre un producteur et un groupe de consommateurs a commencé à émerger dans les années 2000.  Malgré un bilan très positif, Denis pointe des difficultés qui arrivent avec ce nouveau pacte entre producteurs et consommateurs : « C’est extrêmement motivant de rencontrer les personnes qui vont manger les légumes qu’on produit. Mais ça suppose aussi de dégager du temps pour organiser les distributions, pour discuter avec les AMAPiens… Quand ils viennent nous aider sur l’exploitation, il faut être là pour les encadrer et leur apprendre les bons gestes. C’est un peu comme réapprendre son métier. »

Trois trajectoires de vie, trois visions différentes du métier d’agriculteur, qui témoignent de la complexité de ce métier et des représentations que s’en font les principaux protagonistes. Face à la montée des revendications d’organisations comme la Confédération Paysanne qui entendent en finir avec le modèle agricole productiviste, Samuel s’interroge : « Paysan ? Si on veut. Enfin moi je ne voudrais pas non plus revenir en arrière. Mon métier, c’est avant tout de produire de quoi nourrir les hommes. On sera 9 milliards en 2050, qui nourrira tout ces gens ?»

Pas tout à fait le même son de cloche pour Denis : « Il y a eu des excès terribles après la seconde guerre mondiale. On a voulu faire la guerre à la nature, mais on a oublié qu’on en faisait partie. Moi, je crois aux solutions alternatives. D’ailleurs, si je n’y croyais pas, je n’aurais pas choisi ce métier. »

(1) A ce sujet, voir:  http://www.politis.fr/La-nouvelle-PAC-adoptee-oublie-le,20738.html

————————————————————————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Les neuf vies des paysans français #1

Maraichage
Dans l’exploitation d’Yves, derrière les rangs de courgettes, on devine la ville, toute proche. (Yvelines)
Crédit photo: J. Pourias, 2012.

Il est à peine 6h, ce lundi 23 juillet. Le jour se lève sur un bras de la Seine, à moins de 40 km du centre de Paris. Yves est déjà au travail depuis plus de deux heures. Avant de rentrer sur ses parcelles, il a fallu préparer et livrer ses légumes au Marché d’Intérêt National de Rungis. Comme son père et son grand-père avant lui, Yves est maraîcher. Il est l’un des derniers producteurs de la grande ceinture maraichère parisienne, une activité née en même temps que la ville et qui s’est développée avec elle, dans les « marais » parisiens où la terre, riche en éléments minéraux et en matière organique, était propice aux cultures légumières.

Samuel, lui, est céréalier dans les Deux-Sèvres. Depuis toujours, il souhaitait s’installer en tant que maraîcher sur les terres familiales où son père pratique la céréaliculture. Oui mais voilà, loin d’un bassin de production légumier, il est difficile de démarrer une activité rentable. Alors Samuel a continué les cultures que faisait déjà son père, parce qu’elles lui permettaient de « rester habiter chez lui tout en gagnant correctement sa vie ». Une persévérance qui fait office de modèle dans la région : au cours des cinq dernières années, 1467 exploitations ont disparu en Poitou-Charentes, du fait principalement d’une population agricole vieillissante, sans repreneur pour les 2/3 d’entre elle. (données Agreste)

Un peu plus au Nord, Denis est polyculteur-éleveur en Normandie. Pas de tradition familiale de son côté,  sa passion lui est venu « sur le tard, après 15 ans de carrière au Trésor Public ». Amoureux de sa région et de son paysage bocager, Denis a préféré quitter la ville, « revenir à une vie plus simple, plus dans l’ordre des choses ».  Une vie plus simple, c’était bien sûr l’idée de départ. Denis avoue que depuis, « entre les déclarations PAC, la gestion comptable et tout le reste, on est presque obligés de passer autant de temps devant son ordinateur que dans ses champs ! »

En faisant le tour de son exploitation, Samuel peste contre une villa, de construction récente, entourée d’une haute haie de tuja. « Des parisiens. Quand ils sont arrivés, on a du déplacer notre système d’irrigation,  ça faisait trop de bruit, plus question de pomper l’eau par ici. Avec les tracteurs, c’est pareil, on évite de passer trop près, mais ça prend plus de temps. Déjà qu’on en a pas beaucoup… »

Des situations comme celles-ci sont monnaie courante. Étroitement liées aux dynamiques urbaines et territoriales, les campagnes françaises sont aujourd’hui à la fois des lieux de résidence, de loisirs, de production et de nature. Simultanément, les villes évoluent. A leurs frontières, de plus en plus diffuses et étendues, se développent des espaces périurbains, hybrides de ville et de campagne.

Si l’espace « à dominante rurale » – selon la définition de l’Insee – recouvre encore 60% du territoire métropolitain (pour seulement 18% de la population), l’étalement urbain, l’essor des mobilités et les nouveaux arrivants – les fameux néoruraux – ont presque entièrement effacé la frontière entre monde rural et monde urbain.

Migrations résidentielles, déqualification des espaces agricoles sont autant de vecteurs de différenciation et d’évolution des communes rurales. Autrefois centrées sur les activités traditionnelles que sont l’agriculture et l’industrie, les campagnes d’aujourd’hui deviennent résidentielles, et l’on voit se développer le secteur tertiaire, avec comme fer de lance les services à la personne… pour une population arrivante souvent déjà retraitée, et qui vient rechercher à la campagne un confort de vie et – peut-être – les racines terriennes qui font défaut aux citadins.

Ces nouvelles dynamiques entrainent à la fois l’hétérogéneité de ce qu’on a longtemps nommé « la ruralité » et sa proximité croissante avec le monde urbain. Cette ruralité aujourd’hui ne tient plus, explique le professeur Vanier, de l’Université Joseph Fourier de Grenoble : « les ruralités ont remplacé la ruralité. Nous considérons donc l’ensemble des rapports entre une société en immense majorité urbaine, et ses espaces de recours résidentiels, récréatifs et productifs, qui, sous la forme des campagnes, couvrent l’immense majorité du territoire. »

—————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 

Inclusion de l’agriculture urbaine dans le Rapport de consultation publique du Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la CMM

Ce rapport montre qu’en 2011 on ne peut plus faire un plan d’aménagement urbain sans mentionner l’importance de l’agriculture urbaine, une dimension patrimoniale à Montréal et dans le CMM, ni aborder la question cruciale de l’insertion des systèmes alimentaires dans le développement urbain

Tags:

A Meta-Analysis of Global Urban Land Expansion

The conversion of Earth's land surface to urban uses is one of the most irreversible human impacts on the global biosphere. It drives the loss of farmland, affects local climate, fragments habitats, and threatens biodiversity. Here we present a meta-analysis of 326 studies that have used remotely sensed images to map urban land conversion. We report a worldwide observed increase in urban land area of 58,000 km2 from 1970 to 2000. India, China, and Africa have experienced the highest rates of urban land expansion, and the largest change in total urban extent has occurred in North America. Across all regions and for all three decades, urban land expansion rates are higher than or equal to urban population growth rates, suggesting that urban growth is becoming more expansive than compact. Annual growth in GDP per capita drives approximately half of the observed urban land expansion in China but only moderately affects urban expansion in India and Africa, where urban land expansion is driven more by urban population growth. In high income countries, rates of urban land expansion are slower and increasingly related to GDP growth. However, in North America, population growth contributes more to urban expansion than it does in Europe. Much of the observed variation in urban expansion was not captured by either population, GDP, or other variables in the model. This suggests that contemporary urban expansion is related to a variety of factors difficult to observe comprehensively at the global level, including international capital flows, the informal economy, land use policy, and generalized transport costs. Using the results from the global model, we develop forecasts for new urban land cover using SRES Scenarios. Our results show that by 2030, global urban land cover will increase between 430,000 km2 and 12,568,000 km2, with an estimate of 1,527,000 km2 more likely.

Tags:

Agriculture in an urbanizing society

Research on multifunctional agriculture and changing urban-rural relations is highly fragmented, both disciplinarily and geographically, which is due to the multiplicity of activities, the multi-scalar character of multifunctionality and the geographical contextuality of expressions of multifunctional agriculture. Hence, this conference aims to advance the scientific state of the art in research on multifunctional agriculture and urban-rural relations by bringing together scholars from a wide range of disciplines (sociology, economics, spatial planning, land-use planning, regional planning, urban planning, crop sciences, animal sciences, soil sciences, architecture, etc.) from many parts of the world.

Tags:

La charte agricole d’Aubagne. Modèle ou utopie ?

Lancée en 1992, dans le cadre d’un partenariat très large (municipalité, profession agricole, administrations), la charte agricole d’Aubagne tente de maintenir et développer l’agriculture périurbaine. Elle s’appuie sur deux axes, l’un foncier, l’autre économique, et revêt aujourd’hui tantôt les caractères d’un modèle, tantôt ceux d’une utopie.

Ville et agriculture périurbaine : l’expérience française

En France, chaque année, 35 000 ha de terre agricole et naturelle sont urbanisés et 5 000 ha sont artificialisés pour réaliser des infrastructures de transports. L’étalement urbain ne cesse de s’amplifier, au détriment des espaces agricoles, forestiers et naturels périurbains, perturbant les équilibres écologiques et territoriaux. Il est nécessaire dès lors de protéger et de mettre en valeur les espaces agricoles périurbains. Plusieurs axes sont à envisager : l’axe législatif à travers la mise en place de périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains, la promotion de circuits courts de commercialisation en ville des produits agricoles, avec le moins d’intermédiaires possibles mais aussi le développement des loisirs verts.

Quel équilibre entre urbanisation et préservation des espaces agricoles périurbains ? Le cas d’une agglomération moyenne

Le développement durable d'une ville conduit à remettre en cause l’étalement urbain. Aujourd'hui, les élus se vantent d’appliquer les principes du développement durable. Ils cherchent à préserver le cadre de vie et à maîtriser l'urbanisation. Pourtant, ces mêmes élus inscrivent dans les documents d'urbanisme des projets de développement ambitieux forts consommateurs d'espace. À travers une analyse des projets des élus de la ceinture périurbaine de Tours, il s'agit de déterminer la place qui est faite à la préservation des espaces ouverts. Nous analyserons quelles sont les conditions pour une reconnaissance des espaces agricoles et naturels comme étant un prolongement de la ville (et non plus l'absence de celle-ci). L’hypothèse est que la reconnaissance des espaces agricoles et naturels repose sur une modification de la perception de ces espaces. Mais face à l'ampleur des remises en cause que suppose cette évolution l'intervention d'un médiateur est nécessaire.