Plan métropolitain d’aménagement et de développement du Grand Montréal et l’AU : accouchement d’une souris

Dans mon billet du 1er décembre, j’étais très enthousiaste par le rapport de consultation remis par la Commission de l’aménagement de la Communauté urbaine de Montréal.  Je croyais enfin que l’agriculture urbaine passait de la marginalité à une reconnaissance de sa potentialité. J’écrivais que l’on reconnaissait enfin qu’il n’était plus possible de faire un plan d’aménagement urbain sans accorder une place à l’agriculture urbaine. Mais la version approuvée par les différentes municipalités de la CMM, le PMAD devait obtenir une majorité des deux tiers des voix du conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal pour être adopté, déçoit.  L’accouchement d’une souris en ce qui concerne l’agriculture urbaine.

Nous sommes loin des éléments du rapport de consultation.  La version finale du PMAD écrit sur l’agriculture urbaine :

 » Sur le territoire du Grand Montréal, on observe diverses initiatives d’agriculture urbaine, que ce soit des pratiques plus individuelles dans les milieux urbain et périurbain (cours arrières, balcons, toits, etc.) ou collectivement (jardins communautaires, jardins collectifs). L’agriculture urbaine offre divers potentiels tant au niveau du développement social et éducatif, de la lutte pour la sécurité alimentaire que du verdissement des quartiers.

Une première charte citoyenne montréalaise portant sur l’agriculture urbaine et réalisée par une démarche de participation citoyenne a aussi vu le jour en 2011. Cette charte vise l’intégration et la reconnaissance de l’agriculture urbaine dans les politiques municipales, provinciales et nationales.

Considérant l’importance grandissante de l’agriculture urbaine et son potentiel à contribuer à l’amélioration de la qualité des milieux  de vie, la Communauté  invite les MRC et les agglomérations à reconnaître l’agriculture urbaine dans leurs outils de planification. »

Tandis que, dans le rapport de consultation, l’agriculture urbaine était mentionnée  dans les Transit-oriented development (Quartiers dont l’aménagemewnt est axé sur le transport en commun, TOD), dans les plans de développement des zones agricoles…au final rien de tout cela.  En outre, aucune mention de l’AU dans le plan d’action tandis qu’elle aurait pu être mentionnée dans  la stratégie de mise en place de la  « Trame verte et bleue »  en l’incluant dans l’action « Augmenter les redevances aux fins de parcs et  terrains de jeu  à 15 %» qui aurait pu être  « Augmenter les redevances aux fins de parcs,  terrains de jeu et jardin agricole urbain à 15 % ».

Tout de même un premier pas, car les acteurs de l’aménagement du territoire du Grand Montréal sont invités à reconnaître l’AU, tandis que l’AU était absente dans la version initiale du PMAD. Maintenant passons à la consultation publique qui sera menée par l’Office de consultation publique de Montréal et continuons la recherche dans le domaine pour documenter l’AU dans le Grand Montréal.

Pour consulter Le Plan métropolitain d’aménagement et de développement : http://pmad.ca/fileadmin/user_upload/pmad2011/documentation/20111208_pmad.pdf

Pour consulter Le Plan d’action 2012-2017 : http://pmad.ca/fileadmin/user_upload/pmad2011/documentation/20111208_pmad_planAction.pdf

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.