Survol de la saison apicole à Montréal (Québec, Canada)

Par Agriculture Montréal

Ce jeudi aura lieu le lancement officiel de Miel Montréal, un tout nouvel organisme dédié à la sensibilisation et au soutien au démarrage de projet apicole. Miel Montréal a pris son envol cet été, développant une gamme de services allant de l’installation à la gestion complète de ruchers en plus de chercher à réseauter les apiculteurs.trices montréalais.e.s. Cet événement est l’occasion pour agriculturemontréal.com de faire le point sur la saison d’apiculture urbaine qui vient de s’achever.

Sur le terrain: un printemps hâtif et un été sec
Sur le terrain, l’été 2012 a vu au moins 5 nouveaux projets apparaître portant à 20 le nombre de ruchers connus, pour un total de 161 ruches. 15 de ces ruchers sont portés par des organismes ou groupes étudiants alors que 5 autres sont conduits par des particuliers. Les conditions environnementales avec lesquelles les apiculteurs.trices montréalais.e.s ont dû composer cette année se sont caractérisées par un hiver doux, un printemps hâtif et une sécheresse au cours du mois de juillet.
Le mercure élevé a eu un effet à la hausse sur le nombre de varroas, un petit acarien parasite des abeilles dont la propagation à l’échelle mondiale est considéré comme une des causes de la dégradation de l’état de santé des colonies. Nicolas Tremblay, agronome et conseiller en apiculture au Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, explique que le printemps hâtif et a eu pour effet qu’une génération supplémentaire de varroas a pu voir le jour cette année, donnant lieu à des taux records dans de nombreux ruchers québécois.
La clémence du climat a aussi eu pour effet d’augmenter le nombre de cas d’essaimages (lorsque les abeilles cherchent à quitter leur ruche pour en fonder une nouvelle) puisque les abeilles se sont elles aussi multipliées plus rapidement et se sont retrouvées à l’étroit dans de nombreuses ruches. Quant à la sécheresse elle a eu un effet négatif sur la quantité de fleurs, réduisant d’autant la quantité de pollen et le nectar à butiner. En plus du stress pour les abeilles, ce phénomène a eu pour effet de générer plus de cas de pillages (attaque d’une ruche par une autre dans le but d’y voler du miel) d’après les observations des apiculteurs.trices Alexandre Beaudoin (de P.A.U.S.E.), de Noémie Desbiens-Riendeau (du Santropol Roulant) et de France Aubut (de Bee Api).
Une récolte satisfaisante
Pour les apiculteurs.trices cela s’est aussi traduit par une récolte moins abondante. Les trois projets mentionnés ci-haut ont obtenu une moyenne de 15kg par ruche, une récolte malgré tout jugée satisfaisante par France Aubut considérant les cas d’essaimage et la sécheresse. D’après Nicolas Tremblay les récoltes ont été inférieures aux moyennes dans toute la partie de la province située à l’ouest de Québec, l’ensemble de cette région ayant été affectée par la sécheresse. En milieu rural, pour cette même région, la moyenne des récoltes s’établit autour de 50 kg par ruche pour 2012, alors qu’à l’ouest de Québec elle s’élève plutôt à 80 kg.
Les ruchers ruraux seraient donc plus productifs que les ruchers urbains? Selon Alexandre Beaudoin, « il reste encore difficile de dire ce qu’est une bonne récolte en contexte montréalais puisque la réintroduction de la pratique apicole y est récente et qu’il est encore difficile d’établir une tendance ». Noémie Desbiens-Riendeau fait également remarquer que son organisme, comme plusieurs autres, sont encore à peaufiner la mise en place d’un mode de coordination efficace autour de leur rucher. Il faut également dire que plusieurs ruchers montréalais poursuivent des objectifs de sensibilisation, d’expérimentation et de formation en comparaison à la plupart des ruchers situés en milieu rural où l’ensemble du travail est orienté vers la fonction de production. L’abondance des récoltes à Québec laisse également entendre que l’apiculture urbaine peut être aussi productive que l’apiculture rurale en terme de quantité de miel par ruche. Cependant les ruchers urbains comptant généralement moins de ruches.
Perspectives futures pour l’apiculture montréalaise
La croissance de l’activité apicole à Montréal impose certains questionnements, par exemple : quel est l’effet de l’introduction de l’abeille sur les autres insectes pollinisateurs de l’écosystème montréalais ? Pour Nicolas Tremblay, l’introduction d’un nombre important de ruchers peut induire une compétition avec les insectes pollinisateurs. C’est du moins ce qui est constaté en milieu rural. Mais ce phénomène reste difficile à documenter puisque la majorité des insectes pollinisateurs, à la différence des abeilles, ne vivent pas en colonie et sont donc plus difficile à observer. Le sujet reste à documenter plus finement pour les milieux urbains.
Par ailleurs, à combien de ruchers s’établit la « capacité d’accueil » d’une ville comme Montréal ? Y a-t-il un point de saturation à ne pas dépasser ? De manière générale, cette limite dépend de l’environnement d’accueil : «à St-Hyacinthe où la monoculture domine on ne peut pas faire vivre autant de ruches que dans le Bas St-Laurent où la diversité des cultures est plus grande » mentionne Nicolas Tremblay. Selon lui, la seule manière de répondre à cette question est l’observation du comportement des abeilles (surtout du pillage) et de la disponibilité des plantes mellifères (auxquelles s’approvisionnement les abeilles). Une observation que les apiculteurs.trices montréalais.e.s pratiquent assidûment, selon Alexandre Beaudoin. Sur le même sujet, dans un mémoire déposé lors des consultations publiques sur l’agriculture urbaine, la Direction de la santé publique proposait de répertorier le déploiement des ruchers, voire même de fixer un « nombre maximal de ruches par propriétaire ou dans un secteur donné » dans le but d’« éviter les risques de surpopulation d’abeilles ». Pour augmenter la capacité d’accueil de Montréal « on peut également augmenter le nombre de plantes mellifères en favorisant leur plantation dans les aménagements » mentionne Annie-Claude Lauzon apicultrice au Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable – CRAPAUD.
C’est justement dans le but d’évaluer l’interaction des abeilles avec l’écosystème montréalais que le Laboratoire en agriculture urbaine a recueilli des échantillons de miel auprès de la plupart des ruchers montréalais cet automne. Ces échantillons seront analysés au cours de l’hiver dans le but de déterminer à quel type de fleurs les abeilles montréalaises butinent. Certains échantillons devraient également être soumis à des tests pour déterminer si on y trouve des contaminants. Des études similaires menées à Paris ont démontré que le miel urbain présente de très faibles taux de contaminants. Ce Laboratoire de recherche, basé à l’UQAM, a aussi de nombreux autres de projets afin de mieux documenter les défis et enjeux de l’apiculture urbaine et les pollinisateurs indigènes, mais aussi de manière plus générale l’agriculture urbaine.
Vous êtes tentés par l’apiculture urbaine !

Pour ceux et celles qui aimeraient tenter l’aventure de l’apiculture, Miel Montréal offrira des formations d’initiation et de perfectionnement cet hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.