Les neuf vies des paysans français #1

Maraichage
Dans l’exploitation d’Yves, derrière les rangs de courgettes, on devine la ville, toute proche. (Yvelines)
Crédit photo: J. Pourias, 2012.

Il est à peine 6h, ce lundi 23 juillet. Le jour se lève sur un bras de la Seine, à moins de 40 km du centre de Paris. Yves est déjà au travail depuis plus de deux heures. Avant de rentrer sur ses parcelles, il a fallu préparer et livrer ses légumes au Marché d’Intérêt National de Rungis. Comme son père et son grand-père avant lui, Yves est maraîcher. Il est l’un des derniers producteurs de la grande ceinture maraichère parisienne, une activité née en même temps que la ville et qui s’est développée avec elle, dans les « marais » parisiens où la terre, riche en éléments minéraux et en matière organique, était propice aux cultures légumières.

Samuel, lui, est céréalier dans les Deux-Sèvres. Depuis toujours, il souhaitait s’installer en tant que maraîcher sur les terres familiales où son père pratique la céréaliculture. Oui mais voilà, loin d’un bassin de production légumier, il est difficile de démarrer une activité rentable. Alors Samuel a continué les cultures que faisait déjà son père, parce qu’elles lui permettaient de « rester habiter chez lui tout en gagnant correctement sa vie ». Une persévérance qui fait office de modèle dans la région : au cours des cinq dernières années, 1467 exploitations ont disparu en Poitou-Charentes, du fait principalement d’une population agricole vieillissante, sans repreneur pour les 2/3 d’entre elle. (données Agreste)

Un peu plus au Nord, Denis est polyculteur-éleveur en Normandie. Pas de tradition familiale de son côté,  sa passion lui est venu « sur le tard, après 15 ans de carrière au Trésor Public ». Amoureux de sa région et de son paysage bocager, Denis a préféré quitter la ville, « revenir à une vie plus simple, plus dans l’ordre des choses ».  Une vie plus simple, c’était bien sûr l’idée de départ. Denis avoue que depuis, « entre les déclarations PAC, la gestion comptable et tout le reste, on est presque obligés de passer autant de temps devant son ordinateur que dans ses champs ! »

En faisant le tour de son exploitation, Samuel peste contre une villa, de construction récente, entourée d’une haute haie de tuja. « Des parisiens. Quand ils sont arrivés, on a du déplacer notre système d’irrigation,  ça faisait trop de bruit, plus question de pomper l’eau par ici. Avec les tracteurs, c’est pareil, on évite de passer trop près, mais ça prend plus de temps. Déjà qu’on en a pas beaucoup… »

Des situations comme celles-ci sont monnaie courante. Étroitement liées aux dynamiques urbaines et territoriales, les campagnes françaises sont aujourd’hui à la fois des lieux de résidence, de loisirs, de production et de nature. Simultanément, les villes évoluent. A leurs frontières, de plus en plus diffuses et étendues, se développent des espaces périurbains, hybrides de ville et de campagne.

Si l’espace « à dominante rurale » – selon la définition de l’Insee – recouvre encore 60% du territoire métropolitain (pour seulement 18% de la population), l’étalement urbain, l’essor des mobilités et les nouveaux arrivants – les fameux néoruraux – ont presque entièrement effacé la frontière entre monde rural et monde urbain.

Migrations résidentielles, déqualification des espaces agricoles sont autant de vecteurs de différenciation et d’évolution des communes rurales. Autrefois centrées sur les activités traditionnelles que sont l’agriculture et l’industrie, les campagnes d’aujourd’hui deviennent résidentielles, et l’on voit se développer le secteur tertiaire, avec comme fer de lance les services à la personne… pour une population arrivante souvent déjà retraitée, et qui vient rechercher à la campagne un confort de vie et – peut-être – les racines terriennes qui font défaut aux citadins.

Ces nouvelles dynamiques entrainent à la fois l’hétérogéneité de ce qu’on a longtemps nommé « la ruralité » et sa proximité croissante avec le monde urbain. Cette ruralité aujourd’hui ne tient plus, explique le professeur Vanier, de l’Université Joseph Fourier de Grenoble : « les ruralités ont remplacé la ruralité. Nous considérons donc l’ensemble des rapports entre une société en immense majorité urbaine, et ses espaces de recours résidentiels, récréatifs et productifs, qui, sous la forme des campagnes, couvrent l’immense majorité du territoire. »

—————————————————————————————————————————————-

Produire à l’intérieur de ses frontières pour assurer l’autosuffisance alimentaire de la nation française, tel a longtemps été le credo des politiques agricoles nationales. Face à un monde globalisé où les prix des denrées agricoles sont dictées par la bourse de Chicago, il est difficile de continuer à associer le métier d’agriculteur à « l’ordre immuable des champs ». Ce serait oublier les nombreuses métamorphoses qu’a connu le monde paysan… Et que ces métamorphoses résultaient avant tout de décisions politiques et d’une certaine idée de la France.

Écrit dans le cadre d’un cours du master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés (MNHN – AgroParisTech), ces billets représentent une tentative de mise en contexte de quelques faits marquants d’une étude que j’avais menée en 2011 sur le maraichage périurbain dans le cadre de mon stage de fin d’études d’ingénieur.

L’article dans son intégralité ici: http://fr.scribd.com/doc/122625945/Les-neuf-vies-des-paysans-francais

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.