Cartographie des jardins individuels à Terrebonne (Québec, Canada)

En collaboration avec plusieurs partenaires, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AULAB) travaille sur un projet d’évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux. Planifié sur trois ans (20176-2020), ce projet de recherche servira à outiller les acteurs sociaux québécois d’un guide d’évaluation sur les bénéfices de l’agriculture urbaine quant à l’insécurité alimentaire, la justice alimentaire et la résilience individuelle et collective pour l’alimentation, le tout dans un contexte de changements climatiques.

Le travail présenté dans le cadre de ce billet a été réalisé par Cécile Renaud de l’École Nationale des Travaux Publics de l’Etat, qui était en stage à AULAB à l’été 2018. Le stage  a été réalisé sous la supervision de Eric Duchemin, Directeur scientifique et formation de AU/LAB, avec la participation de Hien Pham, professeure à l’UQAM et Collaboratrice à AULAB.

Résumé : Dans le cadre d’une recherche l’équipe du Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) a cartographié par Image satellite la présence de jardins individuels sur une zone de 93,3 Km2 du territoire de la ville de Terrebonne, dont une zone de 27,2 km2 de zone résidentielle (29% de la surface urbanisée).Le territoire totale de la ville de Terrebonne est de 154,1 km2, avec 40% en territoire agricole.

Figure 1. Délimitation du Territoire de la ville de Terrebonne.

Sur le territoire de Terrebonne 2317 jardins ont été identifiés par image satellite (2012). Ces derniers sont essentiellement des jardins individuels ou des serres sur des terrains privés.

Les jardins représentent une superficie totale de 53 723 m2, soit 5,4 ha avec une superficie moyenne de 23m2 et une superficie médiane de 12,5m2. Le potager identifié le plus grand fait 644 m2 et le plus petit 1,61 m2. La surface que l’on retrouve le plus fréquemment est de 5 m2.

Si l’on considère la surface totale de Terrebonne, qui vaut 15 412 ha, les jardins identifiés représentent 0,05% du territoire urbanisé. Ce qui nettement en dessous du ratio de 0,2% et 0,4% observé, respectivement, à Longueuil et Chomedey et à Montréal Nord. Toutefois, si on examine uniquement le nombre de lots résidentiels ayant un potager par rapport au nombre de lot total on observe que pour Terrebonne le pourcentage est de 7%, tandis que sur les autres territoires ce pourcentage est de 11% pour Chomedey, 8% pour Montréal-Nord et 5% pour Longueuil. Ainsi ce premier écart observé est particulièrement la résultante de la forme urbaine de Terrebonne et la présence de grands terrains résidentiels.

Dans la zone d’étude, la densité des jardins donne une moyenne de 85 jardins au km2 en zone résidentielle, mais cette distribution est très variable d’un quartier à l’autre de la zone d’étude, la densité étant plus forte dans la région centrale et à l’ouest du territoire.

Par ailleurs, on constate une très grande variation spatiale dans la superficie des potagers. Les zones avec une forte densité accueillent généralement de plus petits potager, tandis que la localisation des jardins potagers de grande superficie est souvent aux bords des zones urbanisées et non en leur centre.

Autres territoires cartographiés dans le cadre du projet de recherche

Le projet de recherche Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux est soutenu financièrement par :


Vous aimerez aussi...