Cartographie des jardins individuels dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles à Montréal (Québec, Canada)

En collaboration avec plusieurs partenaires, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AULAB) travaille sur un projet d’évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux. Planifié sur trois ans (20176-2020), ce projet de recherche servira à outiller les acteurs sociaux québécois d’un guide d’évaluation sur les bénéfices de l’agriculture urbaine quant à l’insécurité alimentaire, la justice alimentaire et la résilience individuelle et collective pour l’alimentation, le tout dans un contexte de changements climatiques.

Le travail de d’identification des jardins potagers présenté dans le cadre de ce billet a été réalisé par Maylis Blanc de Sciences Po Bordeaux (France), qui était en stage à AULAB à l’été 2018, Le stage  a été réalisé sous la supervision de Eric Duchemin, Directeur scientifique et formation de AU/LAB. Les analyses spatiales et la cartographie SIG ont été réalisées par Hien Pham, professeure à l’UQAM et collaboratrice à AULAB.

Résumé : Dans le cadre d’une recherche l’équipe du Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) a cartographié par Image satellite la présence de jardins individuels sur zone de 42,3 km² du territoire de Montréal, dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles à Montréal, dont une zone d’environ 10,6 km2 de zone d’emplois. Cet arrondissement situé à l’est de la ville de Montréal est séparé en deux par une importante zone industrielle.

Sur le territoire Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles 1328 jardins ont été identifiés par image satellite (2012). Ces derniers sont essentiellement des jardins individuels sur des terrains privés.

Figure 1. Répartition du nombre de jardins et de la superficie des jardins sur le territoire de l’arrondissement Rivière-des-Prairies par rapport à Pointe-aux-Trembles.

Les jardins représentent une superficie totale de 44 538 m2, soit 4,4 ha avec une superficie moyenne de 22,5m2 et une superficie médiane de 26,3m2. Le potager identifié le plus grand fait 426 m2 et le plus petit 3,2 m2.

Si on examine uniquement le nombre de lots résidentiels ayant un potager par rapport au nombre de lot total on observe que pour RDD-PAT le pourcentage est de 6%, tandis que sur les autres territoires ce pourcentage est de 11% pour Chomedey, 8% pour Montréal-Nord, 7% pour Terrebonne et 5% pour Longueuil.

Figure 2. RDP-PAT – Déviation standard du Location quotient (LQ) (gauche)) et LQ hotspot (droite) sur le territoire de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

Figure 3. Images de la zone avec la plus forte conventration de potagers dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

Dans la zone d’étude, la densité des jardins donne une moyenne de 42 jardins au km2 pour l’ensemble du territoire (hors de la zone d’emplois de 10,6km2). Toutefois comme pour les autres territoires, cartographiés  dans le cadre de cette recherche, cette distribution est très variable d’un quartier à l’autre de la zone d’étude, la densité étant plus forte dans Rivière-des-Prairies par rapport à Pointe-aux-Trembles. La densité est aussi plus forte dans le secteur est de Rivière-des-Prairies, le long des boulevards Maurice-Duplessis Boulevard and Perras Boulevard. Un secteur qui regroupe une zone résidentielle avec des maisons unifamiliales sur des lots importants. C’est aussi une zone dont la densité résidentielle est plus forte qu’à l’ouest de RDP.

Autres territoires cartographiés dans le cadre du projet de recherche

Le projet de recherche Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux est soutenu financièrement par :


Vous aimerez aussi...