Jardin pédagogiques : pourquoi sont-ils si importants ?

Synthèse bibliographique [1] de Éric Duchemin, avec la collaboration de
Stéphanie Therriault , Karine Lévesque et Martine David

Le mouvement des jardins pédagogiques prend de plus en plus d’ampleur dans le monde. Au Québec, le portail Cultive ta ville[2], enregistre plus de 85 jardins pédagogiques situés majoritairement dans des écoles primaires. Le jardinage pédagogique se fait aussi de manière informelle dans de nombreuses initiatives associatives ou individuelles. Ceci vient du fait que les jardins pédagogiques sont présentés comme des outils d’apprentissages exemplaires (Cairns, 2017). Ils sont aussi reconnus pour leur versatilité pédagogique (Block et al. 2012 ; Bucklin-Sporer et Pringle, 2010 ; Graham et al. 2005; Duchemin et Therriault, 2018).

Nombreuses sont les études qui témoignent de l’impact positif du jardinage en milieu scolaire sur l’alimentation, la réussite scolaire, le sentiment d’appartenance, et le développement psychosocial des jeunes. Il est question, entre autres, du développement de compétences diverses chez l’enfant et chez les porteurs de projet (Burt et al. 2017 ; Duncan et al. 2016 ; Mahuzies-Sanuy, 2008 ; Passy, 2014). On remarque un meilleur sens de l’observation, une facilité à s’exprimer ainsi qu’une amélioration des compétences physiques et interpersonnelles (Block et al. 2012 ; Gardner et al. 2017 ; Miller, 2007 ; Passy, 2014).

Les jardins pédagogiques : une démarche éducative

Les démarches éducatives, diversifiées dans les jardins pédagogiques, permettent l’intégration des différents types d’intelligence aux activités proposées (FAO, 2010 ; Mahuzies-Sanuy, 2008 ; Ozer, 2007). Le jardin pédagogique crée un contexte favorable à l’intégration de tous les types d’intelligence et favorise ainsi la réussite académique (Burt et al. 2017 ; Duncan et al. 2016 ; Graham et al. 2005 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007 ; Swank et Swank, 2013). Le caractère expérientiel créée dans le jardin permet aussi une co-construction des savoirs entre les élèves (Ozer, 2007 ; Swank et Swank, 2013). Le contact avec le jardin permet également une interaction avec des concepts concrets venant compléter les concepts abstraits vus en classe avant ou après la visite au jardin (Mahuzies-Sanuy, 2008). Le jardin représente ainsi un milieu plus riche que la salle de classe du fait qu’il intègre des ressources plus vastes et diversifiées (Mahuzies-Sanuy, 2008 ; Passy, 2014). 

Les jardins pédagogiques ont aussi des impacts positifs sur l’engagement des élèves envers leur école et sur leur motivation à apprendre (Block et al. 2012 ; Duncan et al. 2016 ; Graham et al. 2005 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007). Le modèle de formation magistral couramment utilisé en classe est remplacé par un modèle interactif et libre permettant aux élèves d’observer, d’expérimenter et de vivre pleinement leurs apprentissages (Block et al. 2012 ; DeMarco et al. 1999 ; Duncan et al. 2016 ; Graham et al. 2005 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007 ; Skelly et Bradley 2000). De cette manière, ceux-ci sont davantage ancrés dans leur mémoire et forment une base solide pour l’assimilation de savoirs futurs (Miller, 2007).

Le jardinage pédagogique permet ainsi aux enseignant-e-s de contextualiser de nombreux apprentissage dans de nombreuses matières scolaires. Les sciences sont très souvent interpelées, mais les études environnementales, les mathématiques, le français, la santé, l’histoire, l’univers social, la nutrition, l’horticulture, l’éthique, la musique et bien d’autres peuvent aussi être intégrés aux activités (Burt et al. 2017 ; DeMarco et al. 1999; FAO, 2010 ; Graham et al. 2005 ; Skelly et Bradley, 2000; Duchemin et Therriault, 2018). Le potager se transforme en un véritable laboratoire vivant où les jeunes peuvent observer, expérimenter, comprendre et coopérer dans des contextes réels. La classe extérieure devient alors un lieu signifiant d’apprentissage, tout comme peut l’être l’expérimentation du jardinage à l’intérieur (Croquarium, 2010 ; Mahuzies-Sanuy, 2008 ; Passy, 2014).

Les jardins pédagogiques : une démarche dépassant les bienfaits académiques

Outre les bienfaits académiques, les jardins pédagogiques suscitent un développement du soi. Plusieurs auteurs y voient une occasion de développer la pensée critique, le sens des responsabilités, l’estime de soi et l’autonomie (Block et al. 2012 ; Cairns, 2017 ; DeMarco et al. 1999 ; Graham et al. 2005 ; Miller, 2007 ; Passy, 2014). Le jardin est aussi reconnu comme un outil pour le développement de compétences sociales et communicationnelles, en plus de cultiver la curiosité et l’imaginaire (Block et al. 2012 ; Miller, 2007 ; Passy, 2014). Le jardin contribue ainsi au développement personnel des enfants et améliore leur santé psychologique (Burt et al. 2017 ; DeMarco et al. 1999 ; Duncan et al. 2016 ; FAO, 2010 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007 ; Swank et Swank, 2013).

L’utilisation d’un jardin comme milieu d’apprentissage contribue aussi à changer les habitudes alimentaires des enfants (Burt et al. 2017; Duncan et al. 2016; FAO, 2010 ; Graham et al. 2005 ; Miller, 2007; Ozer, 2007; Swank et Swank, 2013). En développant un désir pour des aliments frais et sains, ils influencent leurs parents à faire de même (Block et al. 2012 ; Calberry et al. 2016 ; FAO, 2010 ; Graham et al. 2005 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007 ; Swank et Swank, 2013). Ainsi, le jardinage ouvre les jeunes à une plus grande variété d’aliments, contribue à augmenter la consommation quotidienne de légumes et de fruits, puis rend disponible des aliments pour des activités culinaires à l’école (Croquarium, 2010). Aussi, en fournissant des aliments diversifiés et de qualité à l’école ou à la communauté, il peut contribuer à prévenir l’insécurité alimentaire (Lévesques, 2018). Le travail au jardin implique également des bienfaits au niveau de la santé physique (Burt et al. 2017 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007). Chez les plus jeunes, il contribue au développement de leur motricité et de leur équilibre (Miller, 2007).

La communauté peut également bénéficier des jardins pédagogiques. Plusieurs auteurs soulignent les multiples apprentissages découlant de la participation aux activités du jardin. Il est notamment question de coopération, de partage et de respect (Block et al. 2012 ; Miller, 2007 ; Ozer, 2007 ; Swank et Swank, 2013). Les auteurs remarquent aussi une augmentation de l’engagement citoyen et une bonification des interactions sociales (Block et al. 2012 ; Cairns, 2017 ; FAO, 2010 ; Bucklin-Sporer et Pringle, 2010 ; Ozer, 2007). L’implication des parents et de membres de la communauté est à la base de cet engagement et élargit le champ d’action du jardin (Block et al. 2012 ; Legault, 2011). Certains auteurs y voient un projet d’intégration sociale important (Block et al. 2012 ; Cairns, 2017). Le travail ne nécessitant pas de connaissances en particulier, les parents se sentent plus en mesure d’aider et sont ainsi plus enclin à participer aux initiatives de l’école (Block et al. 2012; Bucklin-Sporer et Pringle, 2010; Duncan et al. 2016; Mahuzies-Sanuy, 2008).

La création de partenariats entre l’école et la communauté constitue un facteur déterminant pour assurer la pérennité et la continuité des projets de jardinage pédagogique (Duchemin et Therriault, 2018). Cela permet également de bénéficier d’autres types de financement ou de dons en matériel et outils, etc. (Lévesques, 2018 ; Croquarium 2014).

Sur le plan environnemental, le verdissement des cours d’école par l’aménagement de potagers, permet de réduire les îlots de chaleur, le taux de dioxyde de carbone et le ruissèlement des eaux de pluie, tout en récupérant les déchets verts du jardin pour en faire du compost. Enfin, amener les jeunes à l’extérieur et les rapprocher du vivant permet de contribuer à prévenir le syndrome de manque de nature de plus en plus présent.

Considérations pour l’aménagement d’un jardin pédagogique

La littérature scientifique montre que le jardin pédagogique a des bienfaits pédagogiques, mais aussi sociaux. Toutefois, afin de remplir ce rôle le jardin doit être aménagé correctement, voici quelques éléments ou paramètres qui nous semblent essentiels:

  • L’espace physique pour que les jeunes puissent bouger et s’épanouir dans un jardin est idéalement de 100m2 au primaire. Au secondaire, il est suggéré de prévoir 12m2 par élève participant. L’espace à cultiver sera idéalement en pleine terre ou sinon en bac au sol ou sur des balcons;
  • Une culture sur toit doit respecter les normes de sécurité et de charges portantes.
  • L’espace de culture extérieur se doit d’être ensoleillée la majeure partie de la journée (idéal un minimum de 8 heures);
  • L’espace doit offrir une diversité répondant aux besoins pédagogiques, mais aussi offrant une expérience aux élèves;
  • L’aménagement de l’espace extérieur doit prévoir des zones d’ombres à l’extérieur de l’espace de culture afin que les élèves puissent se protéger du soleil lors de séances pédagogiques plus formelles.        
  • Un accès à l’eau et des espaces de rangements pour les outils doivent être mis à disposition pour les personnes (école et communauté) qui prennent part au projet de jardinage.     
  • La planification de l’aménagement doit apporter une attention à l’accès et à la gestion des déplacements entre l’espace (ou les espaces) de jardinage et entre le jardin et l’école, la source d’eau, l’espace de rangement des outils, la livraison de terreau ou compost, etc. Penser aussi à la récupération d’eau pour irriguer les jardins.
  • L’aménagement intérieur de l’école doit prendre en compte des espaces pour semis au printemps (en classe ou espaces conjoints) ou pour des projets de production durant l’automne et l’hiver.

Références

Block, K., Gibbs, L., Staiger, P.K., Gold, L., Johnson, B., Macfarlane, S., Long, C. et Townsend, M. (2012). Growing community: the impact of the Stephanie Alexander Kitchen Garden Program on the social and learning environment in primary schools. Health Education & Behavior, 39(4), 419-432.

Bucklin-Sporer, A. et Pringle, R. K. (2010). How to grow a school garden: A complete guide for parents and teachers. Timber Press.

Burt, K.G., Koch, P. et Contento, I. (2017). Development of the GREEN (Garden Resources, Education, and Environment Nexus) Tool: An Evidence-Based Model for School Garden Integration. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, 117(10), 1517-1527.e1514.

Cairns, K. (2017). Connecting to food: cultivating children in the school garden. Children’s Geographies, 15(3), 304-318.

Calberry, V., Lofgren, I.E. et Pivarnik, L.F. (2016). Food Safety and School Garden Pilot Program for Elementary School Students. Food Protection Trends, 36(5), 362-371. ABI/INFORM Collection

Croquarium (2010), Du jardin à mon assiette, Cartables pédagogiques pour le préscolaire et les trois cycles du primaire.

Croquarium (2014), Cultiver le goût, 150p

DeMarco, L.W., Relf, D. et McDaniel, A. (1999). Integrating gardening into the elementary school curriculum. HortTechnology, 9(2), 276-281.

Duchemin, E. et S. Therriault (2018), Les jardins pédagogiques au Québec : une étude en mouvement, Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 66p. [En ligne] URL : http://www.au-lab.ca/wp-content/uploads/2018/03/Les-jardins-p%C3%A9dagogiques-au-Qu%C3%A9bec_%C3%A9tude_AULAB.pdf

Duncan, D.W., Collins, A., Fuhrman, N.E., Knauft, D.A. et Berle, D.C. (2016). The Impacts of a School Garden Program on Urban Middle School Youth. [Article]. Journal of Agricultural Education, 57(4), 174-185.

Enciso Gomez, B., (2013). Le jardin scolaire : Un outil remarquable pour réévaluer la relation des élèves avec l’alimentation et l’environnement. Université du Québec à Montréal.

Food and Agriculture Organization of the United Nations, (2010). Promoting life-long healthy habits : A new deal for school gardens. Rome, Italie : FAO

Gardner, H. (2001). Les intelligences multiples. Pour changer l’école : la prise en compte des différentes formes d’intelligence. Paris : Retz, 19-22.

Graham, H., Beall, D.L., Lussier, M., McLaughlin, P. et Zidenberg-Cherr, S. (2005). Use of School Gardens in Academic Instruction. Journal of Nutrition Education and Behavior, 37(3), 147-151.

Legault, A.-M. (2011). Les jardins collectifs en milieu urbain : espaces d’éducation relative à l’éco-alimentation.

Lévesque, Karine (2018), De l’école au jardin : guide de jardinage pédagogique en milieu scolaire, éditions écosociété,  250 pages

Mahuzies-Sanuy, P. (2008). Jardin et jardinage : un terreau fertile pour la formation continue des enseignants au primaire.

Miller, D.L. (2007). The Seeds of Learning: Young Children Develop Important Skills Through Their Gardening Activities at a Midwestern Early Education Program. Applied Environmental Education & Communication, 6(1), 49-66.

Ozer, 2007, The Effects of School Gardens on Students and Schools: Conceptualization and Considerations for Maximizing Healthy Development, Health Education & Behavior 34(6):846-63

Passy, R. (2014). School gardens: teaching and learning outside the front door. Education 3-13, 42(1), 23-38.

Skelly, S.M. et Bradley, J.C. (2000). The importance of school gardens as perceived by Florida elementary school teachers. HortTechnology, 10(1), 229-231.

Swank, J.M. et Swank, D.E. (2013). Student Growth within the School Garden: Addressing Personal/Social, Academic, and Career Development. Journal of School Counseling, 11(21), n21.


[1] Ce texte repose grandement sur le rapport Duchemin, E. et S. Therriault (2018), Les jardins pédagogiques au Québec : une étude en mouvement, Laboratoire sur l’agriculture urbaine, 66p. [En ligne] URL : http://www.au-lab.ca/wp-content/uploads/2018/03/Les-jardins-p%C3%A9dagogiques-au-Qu%C3%A9bec_%C3%A9tude_AULAB.pdf

[2] https://cultivetaville.com


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search