Estimation des services écosytémiques rendus par l’agriculture urbaine

L’évaluation de la valeur de l’agriculture urbaine, qu’elle soit citoyenne ou encore commerciale, est l’un des enjeux scientifiques actuels. Nicholas Clinton, du Arizona State University, et ses co-auteurs réalisent dans ce texte la première tentative de quantifier l’apport de l’AU en terme de services écosystémiques urbains. Ceux-ci mentionnent clairement qu’ils ne visent pas à faire une évaluation précise de cet apport, mais visent à introduire une cadre (framework) afin d’estimer cet apport. Ils veulent apporter une première pierre aux réflexions, afin de déterminer le potentiel à incorporer l’agriculture dans la planification urbaine.

Bien que leur recherche se base sur des scénarios, dont la transformation de certains espaces vacants (ceux qui ayant un potentiel) et les toits pouvant accueillir un projet d’AU (19% des toits cartographiés dans leur modèle), les auteurs montrent clairement les bénéfices potentiels au niveau du système aliment-énergie-eau du capital naturel des agrosystèmes. Ils soulignent aussi l’importance de l’environnement bâti (ou l’aménagement) comme vecteur de changement des bénéfices potentiels.

Dans le cadre de leur modélisation, une inclusion substantielle de l’agriculture urbaine dans les villes permettrait des bénéfices, provenant des services environnementaux, qui se situeraient entre 88 000 à 164 000 M$US/an. La grande majorité des bénéfices calculés proviennent avec la production alimentaire pour un gain se situant entre 70 000 et 150 000 M$US/an (production alimentaire de 100 à 180 millions de tonnes/an), soit entre 80 et 90% de l’ensemble des services environnementaux. En excluant les céréales, cette valeur représentait de 5 à 10% de la production alimentaire mondiale.

Bien la production alimentaire soit l’élément majeur, les autres bénéfices mesurés ne sont pas anecdotiques selon le modèle utilisé par les auteurs. Ainsi, les auteurs évaluent que cela permettrait une réduction de la consommation d’énergie de 14 à 15 milliards de kWh, une séquestration d’azote entre 100 000 et 170 000 tonnes tout en réduisant le ruissellement des eaux pluviales de surface entre 44 et 57 millions de m3 annuellement.

Les auteurs ne se cachent pas que cette évaluation est un premier pas. Toutefois, celle-ci permet de réfléchir sur l’apport de l’agriculture urbaine citoyenne et des fermes urbaines sur l’écosystème urbain. Des évaluations locales seront nécessaires afin d’affiner ce portrait. De telles évaluations locales permettront de conseiller les décideurs municipaux dans l’implantation de programmes en agriculture urbaine, tout en permettant d’ajouter des éléments plus locaux, comme la lutte aux îlots de chaleur et la gestion de la matière organique urbaine. Ces dernières pourraient être, par la suite, être intégrées dans des modèles économiques de mise en place et de gestion de fermes urbaines sur toit, par exemple.

Source de l’article

Nicholas Clinton, Michelle Stuhlmacher, Albie Miles,Nazli Uludere Aragon, Melissa Wagner, Matei Georgescu, Chris Herwig, Peng Gong, 2018, A Global Geospatial Ecosystem Services Estimate of Urban Agriculture, Earth’s Future, En ligne : https://doi.org/10.1002/2017EF000536

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...