Cartographie des jardins individuels à Parc-Extension (Montréal)

En collaboration avec plusieurs partenaires, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AULAB) travaille sur un projet d’évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux. Planifié sur trois ans (2017-2020), ce projet de recherche servira à outiller les acteurs sociaux québécois d’un guide d’évaluation sur les bénéfices de l’agriculture urbaine quant à l’insécurité alimentaire, la justice alimentaire et la résilience individuelle et collective pour l’alimentation, le tout dans un contexte de changements climatiques.

Le travail d’identification des jardins potagers par photos satellites, les analyses spatiales et la cartographie SIG présentés dans le cadre de ce billet ont été réalisés par Sophie Augurusa qui travaille au sein de AU/LAB en tant qu’étudiante, avec la collaboration de Eric Duchemin, Directeur scientifique et formation de AU/LAB. Une cartographie terrain avait été préalablement réalisée par Costanza Graziani, étudiante au Collège Dawson et encadrée par Anna-Liisa Aunio, enseignante-chercheure dans ce collège.

Sophie Augurusa est étudiante à la maitrise en sciences de l’environnement l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et réalise son mémoire de recherche dans le cadre du projet. Dans le cadre de son mémoire elle regarde plus précisément le lien entre les potagers individuels et les impacts appréhendés des changements climatiques sur les pratiques. Elle est codirigée par Eric Duchemin, Directeur scientifique et formation de AU/LAB et Hien Pham, professeurs à l’UQAM, qui supervise son mémoire.

Résumé:

Dans le cadre d’une recherche, l’équipe du Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) a cartographié par Image satellite la présence des jardins individuels sur une partie du territoire du quartier Parc Extension (40% du territoire) [1], tout en numérisant des données collectés directement sur le terrain [2] dans la section du quartier où les jardins pouvaient être observés en circulant dans les ruelles (60% du territoire) (figure 1).

Avec une superficie totale de 1,65 km2, Parc-Extension est un quartier largement dominé par la zone résidentielle qui représente 0,83 km2 ou 50% de la surface urbanisée. Il a une densité populationnelle de 19 944 habitant/km2, ce qui en fait le quartier le plus densément peuplé de Montréal. 62 % de sa population est née hors Canada.

888 jardins potagers ont été identifiés sur 3 742 lots dans le quartier Parc-Extension. Ainsi, dans ce quartier, 26% des lots auraient un potager. Cela en fait le territoire, cartographié dans le cadre du projet, avec le second plus haut niveau de densité de potager, le premier étant l’arrondissement Saint-Léonard avec un peu plus de 30% des lots résidentiels contenant des potagers. Dans les autres territoires, on observe que ce pourcentage est de 19% dans Montréal-Ouest, 11% dans Chomedey, 9% dans Ville-Émard, de 8% dans Montréal-Nord, de 7% dans Terrebonne, de 6 % dans Rivière-des-prairies-Pointes-aux-trembles, 5% dans Longueuil et de seulement 4,2% dans Côte-Saint-Paul.

Par contre, avec une densité de 538 potagers au km2, le quartier Parc-extension se démarque des autres terrains analysés dans le cadre de cette recherche, où la densité par km2 est nettement inférieure. Pour comparaison on retrouvait environ 220 potagers au km2 dans l’arrondissement Saint-Léonard, celui qui a le plus grand nombre de jardins et dont la superficie de culture couvre un peu plus de 10 hectares.

La superficie moyenne des jardins potagers cartographiés [3] était de 9,4 m2, pour une médiane de 6,4 m2. Le jardin identifié le plus grand était 90 m2 et le plus petit était 0,2 m2. (Figure 3). Au total les potagers de Parc-Extension couvrent une superficie d’approximativement 9 100 m2 [4].

Autres territoires cartographiés dans le cadre du projet de recherche

Le projet de recherche Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux est soutenu financièrement par :

 

 

 

 

[1] 1,320 lots ont été cartographiés image satellite puisqu’il était inaccessible. Il n’y avait aucune ruelle pour observer les arrières cours des habitations où se situent très largement les potagers à Montréal. 

[2] Une cartographie terrain avait été préalablement réalisée par Costanza Graziani, étudiante au Collège Dawson et encadrée par Anna-Liisa Aunio, enseignante-chercheur dans ce collège.

[3] Des 888 jardins cartographiés, 114 (13%) n’avait pas une superficie de jardins potagers enregistrée. Ceux-ci avaient été identifiés par l’observation directe sur le terrain.

[4] Pour estimation nous avons additionné les superficies mesurées des 774 potagers pour lesquels nous avions cette mesure et nous avons estimé que les 144 jardins sans superficie correspondaient à la superficie médiane (114 X 6,4 m2)

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...