Les modèles économiques de l’agriculture urbaine professionnelle dans des régions métropolitaines de moyenne taille en Allemagne et en France

Plusieurs publications font état des enjeux de l’agriculture urbaine au cœur des grandes cités. Ces enjeux et les modèles économiques développés par les entrepreneurs de l’agriculture urbaine sont-ils les mêmes dans le cas de collectivités de moyenne taille? C’est la question abordée par les deux articles résumés dans ce texte.

Le premier article, écrit par Pölling et al. et publié en 2016, analyse les caractéristiques des modèles économiques de l’agriculture urbaine professionnelle de la région métropolitaine de Ruhr en l’Allemagne où la densité de population est de 1968 habitants au km2 pour les municipalités urbaines et de 1161 habitants au km2 pour l’ensemble de la région. Rédigé par Scheromm et Soulard, le second article, publié en 2018, compare quant à lui l’agriculture urbaine professionnelle de trois municipalités françaises (Avignon, Montpellier et Nîmes) dont la densité de population varie de 900 à 4 800 habitants/ km2 et de 330 à 1335 habitants/ km2 pour la région métropolitaine.  

Ces deux recherches ont basé en partie leur collecte de données sur des entretiens avec des agriculteurs urbains (15 entretiens dans le cas allemand et 32 entretiens dans le cas français). La recherche sur la région de Ruhr comprend aussi une analyse géostatistique alliant des données statistiques du recensement de 2010 des fermes de cette région ainsi qu’une analyse géospatiale à l’aide du logiciel ESRI ArcMap. La recherche française s’appuie elle aussi sur une analyse cartographique et des observations sur le terrain.

Caractéristiques et modèles économiques des entreprises agricoles de ces collectivités

Dans la région de Ruhr en Allemagne, les entreprises agricoles urbaines ont recours à une diversité de stratégie pour assurer leur viabilité, stratégies qui varient en fonction de la densité urbaine. Dans les zones ayant une plus forte densité urbaine, on y retrouve particulièrement des entreprises d’horticultures, bien que celles-ci soient en diminution constante. Pour les auteurs, cette diminution peut être expliquée par la difficulté de rester compétitif uniquement par la production de produits à forte valeur ajoutée. Les fermes ayant des stratégies de vente directe ainsi que celles offrant des services complémentaires tels que l’équitation sont aussi proportionnellement plus nombreuses dans les régions plus densément peuplées. Le recours à la diversification des produits et à l’ajout de services complémentaires bénéficierait donc de la proximité d’un important bassin de consommateurs dans les zones plus densément peuplées.

D’après l’étude française, les entreprises agricoles urbaines se situent davantage en périphérie de la zone urbaine et il n’y a qu’à Montpellier que des fermes urbaines se situent dans les aires plus densément peuplées. Celles-ci sont des vignobles ou fermes maraîchères de plus petite taille. Dans ces trois municipalités franciliennes, plus du tiers des entreprises agricoles distribuent leurs produits par l’entremise de longues chaines d’approvisionnement, six distribuent seulement en circuit court tandis que le reste combine la vente directe et la distribution par le biais de longue chaîne d’approvisionnement. Sur les 32 fermes de l’échantillon, le quart font de la viticulture, dont quelques-unes, exclusivement. Le tiers des fermes ont soit une production diversifiée ou offre des services complémentaires.

Nous constatons ainsi que d’après ces deux études, les fermes urbaines de ces collectivités de taille moyenne assurent leur viabilité économique à l’aide d’une combinaison de stratégies économiques. L’obligation de s’adapter aux pressions du milieu urbain explique certes en partie cette diversification des pratiques.         

Contraintes

Les contraintes vécues par ces porteurs de projets d’agriculture urbaine professionnelle sont similaires à celles évoquées dans d’autres études. On y note les régimes fonciers et la location à court terme des terrains qui limitent les développements à long terme. Dans le cas allemand, les auteurs soulignent que la certification biologique qui permettrait de générer des prix plus élevés pour les produits est aussi contrainte par cette précarité de l’accès aux terrains. L’étalement urbain est aussi un facteur important de la précarité de cette forme d’agriculture urbaine. L’étude française souligne que les seules fermes qui ne sont pas soumises à cette pression sont les vignobles ayant une appellation liée au terroir ou encore les terrains en zones inondables.

Les auteurs des deux études en appellent donc aux pouvoirs publics pour favoriser l’accès aux terrains et protéger cet accès. Dans le cas français, certaines associations se sont créées afin de sensibiliser la population urbaine et les décideurs aux enjeux de ces agricultures.

Pölling, B., M. Mergenthaler et W. Lorleberg (2016). Professional urban agriculture and its characteristic business modelsin Metropolis Ruhr, Germany. Land Use Policy, (58), 366‑379. http://dx.doi.org/http://dx.doi.org/10.1016/j.landusepol.2016.05.036 

Scheromm, P. et C. T. Soulard (2018). The landscapes of professional farms in mid-sized cities, France. Geographical Research, 56(2), 154‑166. http://dx.doi.org/10.1111/1745-5871.12272

 



Citer ce billet
Eric Duchemin (2019, 16 août). Les modèles économiques de l’agriculture urbaine professionnelle dans des régions métropolitaines de moyenne taille en Allemagne et en France. AgriUrbain. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auf8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search