Cartographie des jardins potagers individuels à Brossard (Québec)

Dans le cadre de la réalisation d’un portrait de l’agriculture urbaine dans une municipalité, les jardins potagers individuels ont souvent une large part. Depuis quelques années, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine a développé une méthode et une expertise pour la cartographie de ceux-ci grâce à des images satellites[1].

Ces potagers portés par des citoyens sont omniprésents dans les municipalités québécoises. Les citoyens et citoyennes portant ceux-ci sont des acteurs cruciaux d’une stratégie d’agriculture urbaine. Ils sont soient ceux qui pourront porter des initiatives ou encore ceux auxquels une telle stratégie peut servir (formation, aide, réseautage). 

Dans la cadre d’un mandat octroyé au Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) par la ville de Brossard, nous avons effectué la cartographie sur l’ensemble du territoire de cette municipalité. La cartographie a été réalisée par Pierre-Yves Simon, sous la supervision d’Éric Duchemin, directeur scientifique de AU/LAB.

Les jardins potagers individuels à Brossard

Dans le cas de la ville de Brossard, nous avons dénombré 2 324 potagers dans la zone résidentielle (24,5 km2) du territoire de la ville de 53,2 km2. Ce nombre est comparable aux nombres de potagers identifiés pour la ville de Longueuil ou la Ville de Terrebonne, mais nettement supérieure à l’arrondissement montréalais Rivière des Prairies – Pointe aux trembles comptant 1 328 potagers sur environ km2. Ce nombre de potager donne une densité 95 potagers par km2 pour la zone résidentielle de Brossard.

Un constate une présence accrue de potagers dans les zones V, P et A. L’ancienneté du secteur A pourrait expliquer une forte présence des potagers, ceci a aussi été observé sur le territoire de Longueuil, tandis que pour le secteur V la faible densité résidentielle, où l’habitation unifamiliale domine largement (93% des bâtiments sont des unifamiliales) pourrait favoriser la présence de potagers. On constate aussi que les zones V et P regroupent les plus grands jardins. 

La superficie moyenne des potagers à Brossard est de 25,7 m², pour une valeur médiane de 18m². Ainsi, globalement les potagers à Brossard sont un peu plus petit que ceux se situant à Longueuil (moyenne 35 m2), mais comparable à ceux de Terrebonne (moyenne de 23 m2) et de l’arrondissement montréalais Rivière des Prairies – Pointe aux trembles (22,5m2).

Au niveau des superficies le plus petit potager cartographié fait 1,78 m2, tandis que le plus important fait environ 200 m2.

En surface totale de potagers, on obtient 59 636 m² soit environ 6 hectares sur toute la municipalité. Avec productivité moyenne estimée à 4 kg/m2[2], cela donne une production alimentaire estimée de 238 tonnes de légumes soit environ l’équivalent en légumes frais consommé annuellement par 3200 canadiens adultes.

Constats et réflexions auxquelles nous amène cette cartographie:

  • L’agriculture urbaine domiciliaire est très présente à Brossard, particulièrement dans la plus vielle zone (A) et les zones à faible densité résidentielle (V et P);
  • La cartographie par images satellites semble indiquer (présence de structures typiques) que la communauté asiatique est en lien avec les potagers. Une analyse entre la présence de jardin et la présence de certaines communautés ethnoculturelles reste à faire ?
  • Le potentiel pour le développement de l’agriculture urbaine domiciliaire reste important (tant pour la superficie que pour le nombre de lots sans potager)
  • Pourquoi la présence des potagers est pratiquement absente dans certaines zones ? manque d’intérêt de la part des résidents ? contraintes ? manque de connaissances ?

Autres territoires cartographiés par AU/LAB

[1] Cette méthode a été validée sur 5 territoires, contenant des milliers de jardins. Cette validation a montrée que la méthode sous évalue d’environ 16% la présence de jardins potagers (non-visibles, trop petits, etc.). Autre élément à considérer, les images utilisées ont souvent 3 ans, donc ce n’est pas un portrait actuel, mais un portrait datant de voici 3 ans. Ce facteur peut aussi expliquer la sous-évaluation mesurée (des jardins n’existant pas voici 3 ans ont été mis en place par des citoyens).

[2] Données provenant de résultats de recherche du Laboratoire sur l’agriculture urbaine.


Vous aimerez aussi...