Avis du Conseil économique social et environnemental (France) sur l’agriculture urbaine

En juin 2019, le Conseil économique social et environnemental (CESE), une instance  du gouvernement français, a publié un avis sur l’agriculture urbaine. Cet avis, intitulé L’agriculture urbaine : un outil déterminant pour des villes durables, a été mené par la section de l’agriculture, de la pêche et l’alimentation du CESE.

Par le biais de 16 préconisations, cet avis recommande au gouvernement français de développer une politique ambitieuse pour soutenir les projets en agriculture urbaine au service des transitions nécessaires pour que nos villes restent vivables.

Sur le fil d’un rasoir, entre la vision et les objectifs de chacun de ses membres, Pascal Mayol et Étienne Gangneron, les rapporteurs des travaux du CESE pour cet avis, ont réussi faire une synthèse qui a été votée par les 165 membres votants du CESE. Ces membres sont autant des syndicats, des regroupements professionnels, que des associations.

L’avis du CESE identifie bien les enjeux, tout particulièrement l’absence de données, de documentation ou d’expérience. Par exemple, on trouve dans l’avis:

  • Le rôle de l’agriculture urbaine sur le cycle du carbone est également reconnu, mais reste peu documenté
  • Il n’existe cependant pour le moment pas de données précises et fiables sur la situation de ces entreprises et sur le taux d’échec…
  • Au –delà de ces aspects techniques, on constate une insuffisance quant aux données statistiques, notamment socioéconomiques, disponibles;
  • Seuls quelques territoires se sont saisis de la question alimentaire dans leurs documents de planification.

Dans ce cadre le CESE recommande de « mobiliser formation et recherche pour faire de l’agriculture urbaine un outil efficace d’amélioration de la résilience agricole et alimentaire».  On pourrait y ajouter d’amélioration de la résilience urbaine, car bien que cet élément ne soit pas dans cette préconisation, une autre vise à «soutenir une agriculture urbaine responsable, inscrite dans une perspective de villes résiliences». Dans l’avis les rapporteurs insistent sur l’importance des collectivités (municipalités) dans le déploiement de l’agriculture urbaine dont d’adapter la réglementation et impliquer les collectivités locales pour offre à l’agriculture urbaine un cadre favorable à son épanouissement. Dans cette idée, ils préconisent aussi la création d’une responsabilité agriculture urbaine pour les communes urbaines, «fonctionnant en lien avec les partenaires institutionnels concernés […] pour favoriser le lancement et l’accompagnement des projets […]»

La formation est aussi un élément de l’avis, Pascal Mayol et Étienne Gangneron suggèrent d’ «introduire des modules sur l’agriculture urbaine dans la formation des professionnels concernés et sensibiliser les professionnels des secteurs sociaux, associatifs et sanitaires».

Par contre, tout autant pour la recommandation au niveau de la recherche, de l’accompagnement, de la création d’une responsabilité pour les villes que celle sur la formation, l’avis ne développe pas les moyens et les approches à mettre en place. Pourtant, il existe des gouvernements, des villes ou des organisations qui ont déjà mis en place des initiatives ou des expérimentations qui auraient pu servir à orienter l’avis ou mieux éclairer certains éléments.

Mentionnons la Stratégie en agriculture urbaine du gouvernement du Québec qui a mis en place, ou favoriser, de nombreux éléments mentionnés dans l’avis du CESE. Les travaux du programme Good Food à Bruxelles-Capitale, jumelés avec l’initiative Innoviris Co-Create sur l’alimentation durable, en sont d’autres. Les quelques formations créées en Belgique (Université de Liège-Gembloux), France (AgroParistech, École du Breuil, École Lasalle Beauvais, Université de Nantes) et Canada (École d’été sur l’agriculture urbaine- Laboratoire sur l’agriculture urbaine, Université du Québec à Montréal, CÉGEP de Victoriaville, Université Ryerson) auraient aussi pu donner un éclairage. De son côté, le programme des Parisculteurs, sommairement mentionné dans le rapport, apportera fort possiblement un éclairage dans quelques années, tout comme l’ensemble des municipalités québécoises qui mettent en place actuellement des politiques ou des stratégies en agriculture urbaine. 

Cet avis est extrêmement porteur pour le développement de l’agriculture urbaine en France, particulièrement pour une agriculture urbaine offrant des services écosystémiques à la ville, mais aussi permettant aux porteurs d’être des acteurs de systèmes alimentaires locaux . Il vient confirmer ce que d’autres groupes ou gouvernements avaient déjà identifié.

Il relève aussi les perceptions et opinions de certains acteurs sociaux par rapport à l’agriculture urbaine. Les lettres d’appui publiées à la fin de l’avis sont un enseignement pour qui prend le temps de les lire. L’opposition que les acteurs font entre l’agriculture urbaine sociale et commerciale, entre une agriculture urbaine de service public ou des entreprises agricoles dans le développement économique et l’innovation, autant sociale que technique et technologique. L’opposition entre urbain et agricole est aussi clairement exprimée. Cette section de l’avis du CESE met en évidence que ces divergences qui sont encore en place lorsque l’on parle d’agriculture urbaine.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search