La place de l’agriculture urbaine dans les espaces publics : étude exploratoire à Berlin

Au Québec, en 2016, 67% des citoyens souhaitaient avoir accès à des aliments frais et nutritifs à proximité de leur lieu de résidence (Leger, 2016). L’agriculture urbaine, en tant que production alimentaire en ville rapprochant, géographiquement et socialement, les producteurs des consommateurs, répond à cette attente. La croissance du nombre d’initiatives d’agriculture en ville et la motivation des jardiniers urbains pour avoir un potager en sont l’illustration[1]. Toutefois cela amène une cohabitation inévitable entre les citadins et consommateurs et les activités de production alimentaire.

Kathrin Specht et ses collègues du Leibniz Centre for Agricultural Landscape Research du Institute of Socio-Economics en Allemagne ont justement traité la question de l’acceptabilité sociale associée aux produits alimentaires issus de l’agriculture urbaine, à Berlin, dans le cadre d’une recherche. Ils ont livré leurs résultats dans un article intitulé Socially Acceptable Urban Agriculture Businesses publié, en 2016, dans la revue Agronomy and Sustainable Development.

Les 386 répondants[2] au sondage de cette recherche ont été invités à donner leur avis sur l’utilisation des espaces urbains, les différentes formes d’agriculture urbaine, les produits qui en sont issus et sur l’impact sociétal, et pour la ville, de cette activité. Selon les répondants, il en résulte que les Berlinois préfèreraient la mise en place de parcs à des fins récréatives dans les espaces verts et ouverts. Néanmoins, parmi les espaces verts productifs, les formes d’agriculture urbaine à vocation sociale, participative et éducative qui sont aussi le lieu de divers événements ouverts à tous et la mise en place de jardins communautaires sont les plus appréciés par les répondants au sondage. Tout comme les jardins sur les toits. En effet, pour les répondants, ces activités agricoles ne compromettent pas l’usage récréatif des espaces verts urbains. Pour les auteurs ces résultats sont aussi la réponse à une diminution des espaces verts (et un manque) à Berlin.

Si l’on considère uniquement les systèmes de production agricole, les fermes sur toits, les fermes périurbaines, les projets de cueillette citoyenne, les productions sur friches urbaines, les potagers en cours-arrières ou encore sur des terrains privés loués, ils sont favorablement perçus par plus de la moitié des répondants.

 

En revanche, les répondants de l’étude encouragent moins l’agriculture urbaine intensive et Hight Tech, soit en intérieur (fermes urbaines verticales), au sein d’agroparcs[3], de fermes en aquaponie ou encore les projets d’agriculture en conteneurs. Cela indiqueraient que les Berlinois sont moins favorables aux formes d’agriculture urbaine en compétition à l’usage récréatif des espaces verts urbains et que les formes d’agriculture urbaine commerciales non accessibles au grand public semblent moins soutenues. Ce constat soulève un défi important au sujet de la proximité entre les consommateurs et les espaces de production alimentaire. En effet, les attentes des premiers semblent quelque peu s’opposer aux objectifs des seconds.

ECF Farmsystems Berlin

À propos des produits issus de l’agriculture urbaine, les personnes consultées montrent une préférence pour la production de végétaux en ville et rejettent la production animale. En outre, il semblerait que les exigences des consommateurs soient plus importantes envers les produits issus de l’agriculture urbaine, comparativement à ceux issus de l’agriculture rurale, en termes de qualité, proximité, production biologique, bien-être animal et de bénéfices sociaux associés. Les répondants s’accordent également sur l’intérêt de bénéficier de produits frais grâce à l’agriculture urbaine tout en restant vigilants quant au risque potentiel de contamination des aliments. Finalement, selon l’étude, les Berlinois sembleraient être unanimes sur les bénéfices environnementaux et sociaux liés aux projets d’agriculture urbaine.

Pour conclure, les auteurs rappellent que cette étude n’est pas représentative ni de Berlin ni de l’ensemble des pays industrialisés, même si des similitudes peuvent s’y retrouver en regard des attentes et préférences des citoyens par rapport à l’agriculture urbaine. Ils insistent sur le fait qu’il est primordial de considérer les différences culturelles et géographiques dans les divers contextes d’études.

Par exemple, dans le cadre d’un sondage, avec plus de 505 répondants, dans l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie à Montréal (Québec, Canada), les résultats montrent un autre portrait[4]. En effet, 83 % des répondants de cette recherche préliminaire se disent « complètement d’accord» afin d’augmenter l’utilisation d’espace public pour la création de jardins communautaires et collectifs. Dans des entretiens réalisés post-sondage, il fut maintes fois nommées que l’espace public non utilisé pour de l’agriculture urbaine est souvent considéré comme l’espace sous-utilisé. La fonction récréative (marche, détente, etc.) aurait trop d’importance au sein des parcs selon plusieurs. On observe toutefois une différence de perception entre l’utilisation des espaces publics et l’aménagement comestible, car ce sont seulement 68 % des répondants qui sont complètement d’accord de favoriser des aménagements comestibles dans les aménagements de la ville (parcs, saillies de trottoir, carrés d’arbres, etc.) L’idée que les carrés d’arbres et les saillies de trottoir représenteraient un plus haut risque de contamination semble expliquer cette différence.

Ainsi, il apparait important de poursuivre les recherche, notamment, sur le consentement des consommateurs à acheter des produits issus de l’agriculture urbaine et à rémunérer les services sociaux et environnementaux associés, sur leurs habitudes de consommations, et de jumeler ces études à des analyses spatiales pour mettre en évidence les dynamiques de quartiers, de territoires.

Même si les études sont à poursuivre, notamment dans le contexte québécois, l’étude de Kathrin Specht et ses collègues relève que l’agriculture urbaine semble être surtout valorisée pour sa multifonctionnalité et son rôle social, plus que pour sa seule fonction alimentaire. Cela amène, à considérer les moyens et les outils pour encourager à la fois des formes d’agriculture urbaine productives, socialement et environnementalement acceptables dans les programmes municipaux.

Notes

[1] Au Québec entre 2017 et 2019, le nombre d’exploitations agricoles urbaines à doubler, tandis que l’une des motivations des jardiniers pour avoir un portager est la production de fruits et légumes frais et de proximité. Données de recherche en cours au sein du Laboratoire sur l’agriculture urbaine (comm. pers. Eric Duchemin)

[2] Il est important de souligné que l’échantillon n’est nullement représentatif de la population de Berlin. Cette étude ne donne que des éléments de réflexion à des études plus approfondies

[3] Les auteurs définissent les agroparcs comme différentes unités de production réunies en un même lieu et dont les activités sont liées. 

[4] Recherche en cours du Laboratoire sur l’agriculture urbaine, Communication personnelle Eric Duchemin

Sources

Specht, K., Weith, T., Swoboda, K. et Siebert, R. (2016). Socially Acceptable Urban Agriculture Businesses. Agronomy for Sustainable Development, 36(1), 17. doi: 10.1007/s13593-016-0355-0

Leger. (2016). Demandes et attentes des consommateurs québécois. Rapport d’analyse d’un sondage web. Leger. 

.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/03/2020

    […] [2] Ce constat s’associe à celui fait par Kathrin Specht et ses collègues en Allemagne à propos de l’acceptabilité sociale des fermes urbaines, surtout valorisées par leur fonction sociale : https://agriurbain.hypotheses.org/4530 […]