Fermes urbaines : définition

Comme directeurs du Laboratoire sur l’agriculture urbaine et plus récemment du Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine (CRETAU), nous nous intéressons depuis plus de dix ans à définir le champ de recherche et d’intervention de l’agriculture urbaine.

Dans la littérature scientifique on retrouve une grande diversité de définitions de l’agriculture urbaine. Il en va de même lorsqu’il est question de la notion de « ferme urbaine » ou d’ « exploitation agricole urbaine », qui sont souvent aussi considérées comme des micro-fermes.

L’exercice de définition pour les fermes urbain soumis ici est exploratoire, il se veut une base de discussion afin d‘affiner les concepts. En plus de proposer une définition de la ferme urbaine, nous soumettons également, à la réflexion, une typologie des entreprises agricoles urbaines en fonction de la provenance de la majorité des revenus de l’entreprise. Elle s’inscrit dans les travaux du CRETAU entamés lors de la création du premier portrait des entreprises agricoles urbaines du Québec.

Une rapide définition pourrait être de dire qu’une ferme urbaine est tout simplement un lieu de culture de plantes comestibles, de végétaux horticoles ou d’élevage d’animaux en ville. Mais une telle définition pose deux défis. L’un géographique et l’autre au niveau des caractéristiques.

Ainsi, géographiquement où s’arrête l’agriculture urbaine. Les fermes en zone périurbaine sont-elles des fermes urbaines ? Dans la positive à quelle distance de la ville s‘arrête le périurbain ? Où se situe la démarcation entre les deux zones et quelles caractéristiques marquent la différence ?

Par ailleurs, qu’est-ce qui différencie le potager associatif de l’entreprise agricole urbaine. Les deux ne sont-ils pas des lieux de culture de plantes potagères ! Si la seconde a pour objectif de s’inscrire dans un système alimentaire et d’être une activité économique, le premier vise à fournir une certaine quantité d’aliments à ses membres, sans s’inscrire dans une activité économique. Les deux sont-ils des micro-fermes ?

Pourquoi s’intéresser à définir ce qu’est une ferme urbaine

Avec la création et la mise en place de politiques et de plans d’agriculture urbaine au niveau des instances gouvernementales, particulièrement en Amérique du Nord, il important de définir ce qu’est une ferme urbaine.

Que ce soit dans le cadre de politiques ou de réglementations, il est important de bien déterminer ce qui est visé par celles-ci. Afin de favoriser ou d’encadrer, deux fonctions des politique et des règlements, on doit connaître ce que l’on veut légiférer ou soutenir par des programmes (nouveaux ou existants).

Cette définition doit être applicable et se baser sur des éléments clairs. Si nous commençons à avoir des définitions claires des autres formes d’agriculture urbaines, celle des fermes urbaines restent encore relativement floue.

Vers une définition de l’exploitation agricole urbaine

Une première définition des fermes urbaines ou exploitation agricole pourrait se baser sur 3 éléments essentiels.

  1. Le lieu est situé hors de la zone agricole et dans un périmètre urbain. (Paramètre géographique);
  2. Une ferme urbaine, exploitation agricole urbaine, est une entreprise, un organisme ou un individu faisant une production alimentaire (légumes, fruits, etc.) ou horticole (semis) mise en vente par un système de distribution locale, donnée à l’entreprise hébergeant le projet (avec un contrat) ou encore transformée pour la mise en marché. (caractéristiques économiques : type de production et mise en marché)
  3. Les fermes urbaines participent aussi au développement environnemental et social des villes, en créant des îlots de verdure et de biodiversité, en verdissant les toits, en réutilisant la matière organique issue de la consommation alimentaire, en étant des espaces de médiation, d’insertion, etc. (maillage avec la ville).

Il serait aussi possible de considérer des exploitations qui ne satisfassent pas au premier critère (géographique), dans certains cas exceptionnels. Ainsi, il peut exister des entreprises qui seraient situées dans une zone agricole, mais comportant des caractéristiques de fermes urbaines : par exemple, leur situation géographique ne correspond pas un besoin réel lié à la production, mais elle provient généralement d’une opportunité d’affaires. Elles utilisent généralement des méthodes agricoles hors-sol, intérieures, verticales ou intégrant des composantes d’innovation technologique. Par contre, comme elles ne répondent ni au premier, ni au troisième critère (maillage avec la ville), elles s’excluent de facto des politiques et des réglementations, donc des programmes urbains.

Vers une définition pour le Québec

Exploitation agricole

Selon le Règlement sur l’enregistrement des exploitations agricoles et sur le paiement des taxes foncières et des compensations issus de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, une exploitation agricole se définit comme : « une entreprise qui réunit en une même unité économique et comptable des capitaux et des facteurs élémentaires de production pour en tirer un produit agricole destiné à la vente. »

Plus encore, afin d’être considéré comme exploitant agricole, la loi sur les producteurs agricoles exige un seuil minimum de vente brute de 5000$ issus de produits agricoles provenant de l’exploitation.

Urbanité

De son côté, la notion d’urbanité est certainement celle avec le moins de fondement juridique au Québec. La Loi sur l’aménagement et l’urbanisme du Québec définit l’ « urbain » comme un : «  Territoire situé à l’intérieur d’un périmètre d’urbanisation et dédié à une variété de fonctions urbaines. » Dans les grandes communautés métropolitaines (ex : Communauté métropolitaine de Montréal), le périmètre urbain se définit par son opposition à la zone agricole permanente; l’exploitation agricole urbaine peut donc se définir comme toute entreprise agricole situé en zone blanche. Cela étant dit, dans les périmètres urbains des petites et moyennes municipalités, la distinction est beaucoup moins précise et il devient difficile de définir la question d’urbanité. Par contre, les entreprises agricoles ayant leur activité en zone blanche ont tous en commun le fait que leur activité est régit non pas par la Loi sur la protection du territoire agricole du Québec, mais par la Loi sur les cités et villes et l’ensemble des règlements municipaux et plans d’urbanisme locaux qui en découlent.

Pour les fins du présent exercice, nous retiendrons que l’urbanité est définit comme les territoires aménagé sous forme de ville hors de la zone agricole permanente.

Définition de l’exploitation agricole urbaine

Ainsi, afin qu’une exploitation agricole soit considéré comme urbaine, nous pourrions s’entendre sur la définition suivante :

Entreprise qui réunit en une même unité économique et comptable des capitaux et des facteurs élémentaires de production en zone blanche pour en tirer un produit agricole destiné à la vente d’une valeur minimale brute de 5000$.

Nomenclature pour différencier les entreprises agricoles urbaines

Le développement rapide des projets de fermes urbaines au Québec, au Canada, aux États-Unis ou encore en Europe, s’accompagne d’une diversification croissante des modèles permettant la viabilité économique des projets. Ainsi, en plus d’être des producteurs, les agriculteurs urbains sont aussi des distributeurs, des transformateurs, des entreprises de services et de conseil et même des entreprises vendant du matériel. Cette diversification s’inscrit dans une tendance lourde de l’agriculture et est certainement encore davantage présente en ville où les producteurs agricoles urbains doivent relever de nombreux défis dont celui du coût élevé du foncier et des infrastructures.

Cela étant dit, dans un contexte de caractérisation des entreprises agricoles urbaines, il nous semblait intéressant de connaître la principale source de revenu de ces entreprises. C’est ainsi que nous avons établi le seuil de 60% comme étant la principale source de revenu pour ensuite tenter de classer les entreprises existantes dans ce barème (Tableau 1). À titre d’exemple, une entreprise agricole atteignant des ventes brutes de 60 000 $ de produits agricoles issus de sa propre production sur un chiffre d’affaire total de 100 000 $ serait considérée comme une entreprise agricole urbaine axée sur la production. De son côté, une entreprise agricole urbaine atteignant des ventes brutes de produits agricoles issus de sa propre production de 60 000 $ sur un chiffre d’affaire de 200 000 $ (140 000$ issus d’activité de distribution de produits issus d’ailleurs de l’unité de production)  serait considérée comme une entreprise agricole urbaine axée sur la distribution.

L’exercice ne vise en aucun cas de définir ce que devrait ou ne devrait pas faire une entreprise agricole urbaine, mais davantage de cerner le modèle économique derrière l’entreprise agricole en question.

Tableau 1. Proposition d’une nomenclature pour les entreprises agricoles urbaines.

Entreprise d’agriculture urbaine de production

Entreprise agricole dont + de 60% des revenus sont liés à la vente de produits agricoles provenant de la production d’une même unité comptable et ayant un revenu minimal de vente1.

Entreprise d’agriculture urbaine de distribution

Entreprise agricole dont + de 60% des revenus sont liés à la vente de produits agricoles frais provenant de production d’unités comptables extérieurs et ayant un minimum de revenus de vente issus de sa propre production.

Entreprises agricoles urbaine et de transformation

Entreprise agricole dont + de 60% des revenus sont liés à la vente de produits agricoles transformés provenant de production d’une même unité comptable et ayant un minimum de revenus de vente issus de sa sa propre production.

Entreprise d’agriculture urbaine de service

Entreprise agricole dont + de 60% des revenus sont liés à la vente de service en agriculture urbaine et ayant un minimum de revenus de vente issus de sa propre production.

Entreprise d’agriculture urbaine de vente de matériel

Entreprise agricole dont + de 60% des revenus sont liés à la vente de matériel en agriculture urbaine et ayant un minimum de revenus de vente issus de sa propre production.

Entreprises d’agriculture urbaine mixte

Entreprise agricole n’atteignant pas 60% de ses revenus dans chacune des catégories (production, distribution, service et vente de matériel), mais a un minimum de revenus de vente issus de sa propre production.

1Le revenu minimum de production alimentaire  d’une même unité comptable est de 5000$ pour être considéré comme entreprises agricole au Québec.

Une définition et une nomenclature en évolution

Si voici quelques années, on ne se posait même pas cette question de définition et de nomenclature, l’idée d’avoir des politiques ou des réglementations en agriculture urbaine étaient pratiquement utopique, il est donc fort possible que rapidement, la proposition présentée ci-dessus sera à revoir ou à peaufiner.

Car si la nomenclature proposée tient compte facilement des critères géographiques et des caractéristiques économiques, elle ne prend nullement en considération les relations qu’entretiennent les exploitations agricoles urbaines avec la ville (services écosystémiques). Pour cela, il faudrait mieux connaître et évaluer ses services de l’agriculture urbaine.

Texte rédigé par
Eric Duchemin, Directeur scientifique
Jean-Philippe Vermette, Direction intervention
Laboratoire sur l’agriculture urbaine
Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine

Pour citer ce texte : 
Duchemin,E. et J.P. Vermette, 2020, Fermes urbaines : définition, Agriurbain, En ligne URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4585 


Vous aimerez aussi...