L’intégration des fermes urbaines à la communauté locale : véritable prérequis pour le succès 

Depuis maintenant plusieurs mois, le bottin des producteurs et productrices en agriculture urbaine, porté par le Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine (CRETAU), recense plus d’une soixantaine d’initiatives québécoises. À travers le monde comme au Québec, les fermes urbaines[1] se multiplient. À Baltimore, une douzaine d’initiatives étaient recensées en 2010. Pour encourager ces activités, les municipalités mettent souvent en place des mesures incitatives. Ainsi, la municipalité a adopté une planification urbaine intégrant des zones d’agriculture, établi un programme d’accès à l’eau pour les agriculteurs, développé un plan de développement de l’agriculture urbaine et une initiative de location des terrains publics pour des projets de fermes urbaines.

Dans le rapport Integrating Urban Farms into the Social Landscape of Cities. Recommendations for Strenghthening the Relationship Between Urban Farms and Local Communities publié en 2014, Melissa N. Poulsen et Marie L. Spiker recueillent les avis de 49 parties prenantes de cinq projets de fermes urbaines. À partir de ces témoignages, les auteures présentent dans leur rapport des recommandations pour la réussite des projets de fermes urbaines. Celles-ci sont regroupées en trois grandes catégories : 1) intégrer la ferme à la ville, 2) identifier les barrières à l’adhésion de la communauté locale au projet, et, 3) mettre en place des stratégies pour gagner l’adhésion de la communauté.

Intégrer la ferme à la ville

Selon ces chercheures du Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health (Baltimore), la réussite des projets de fermes urbaines repose sur leur intégration à leur environnement urbain. Cela passe, premièrement, par le type d’initiative. Celles-ci sont mieux perçues lorsqu’elles intègrent à la fois des objectifs sociaux en plus de leurs objectifs commerciaux. Même si les auteures soulignent que cela dépend avant tout des choix de l’agriculteur et du type de ferme urbaine qu’il souhaite implanter, il semblerait que la dimension sociale des projets compte beaucoup pour les parties prenantes interrogées[2].

De nombreux services sont rendus par les fermes urbaines et plusieurs d’entre eux peuvent également favoriser l’implantation de celles-ci. Premièrement, la conversion d’anciennes friches urbaines engendrerait un accroissement du sentiment de sécurité chez les résident-e-s du quartier. Deuxièmement, la création d’emplois locaux peut susciter une forme de soutien de la part des personnes investies dans le projet. Troisièmement, les projets qui incluent des opportunités d’éducation à l’alimentation pour les riverain-e-s peuvent induire ceux-ci à s’intéresser davantage aux produits de la ferme. Quatrièmement, les fermes urbaines peuvent être des lieux où se réunissent des individus culturellement différents. Cinquièmement, et dernièrement, les fermes urbaines permettent une forme de revitalisation et un regain d’attractivité pour le quartier et la ville, etc[3].

Cependant, en dépit de ces nombreux services associés aux activités de fermes urbaines, l’adhésion de la communauté locale semble indispensable pour la réussite des projets selon les personnes consultées. En effet, cette adhésion réduit, d’une part, le risque de vandalisme et, d’autre part, accentue les possibilités de services rendus par la ferme à la communauté. Néanmoins, les auteures admettent que l’établissement d’une relation mutuelle entre les porteurs des fermes urbaines et les communautés locales est un processus qui demande beaucoup d’énergie pour se déployer.

Identifier les barrières à l’adhésion de la communauté locale au projet

Les auteures proposent d’identifier et de lever les multiples barrières qui font obstacle à l’adhésion de la communauté locale aux projets. Elles soulignent notamment le manque de connaissance sur les fermes urbaines qui peut engendrer une résistance des citoyens face aux projets. Pour y faire face, les auteures proposent d’encourager les actions de sensibilisation et d’éducation des citadins en amont de l’élaboration des projets. De plus, l’esthétique de la ferme doit aussi être soignée, surtout lors des premières saisons de production, saisons les plus difficiles, mais aussi les plus susceptibles d’entacher l’image de la ferme auprès de ses riverains. Quelques autres points doivent être analysés avec vigilance avant l’installation, comme l’usage des tunnels, qui sont souvent associés par les citoyens aux modèles d’agriculture industriels et qui sont moins bien perçus. Par ailleurs, les craintes relatives aux nuisibles, principalement les rats, au vandalisme ou encore à la sécurité sanitaire des produits cultivés, sont également évoquées.

Toutefois, ces craintes peuvent être surmontées par quelques mesures de sensibilisation et de contrôles. Par exemple, l’implication citoyenne ou encore l’embauche d’une personne résidant dans le quartier peut assurer une forme de surveillance informelle de la ferme et ainsi limiter le vandalisme. En outre, dans le cas d’un investissement de l’espace public, il faut également veiller à ce que les activités de fermes urbaines ne soient pas perçues comme une compétition d’usage (exemple : fermes urbaines versus logements ou activités commerciales). De plus, la méfiance vis-à-vis des porteurs de projets étrangers à la communauté locale est également constatée. Un travail avec la collectivité ou encore déménager dans le quartier sont des manières d’assurer une meilleure intégration, de la ferme et des porteurs de projets, au sein de la communauté. Enfin, la démonstration du potentiel de pérennisation du projet est un autre facteur important. L’implication citoyenne, pour faciliter la transmission du projet et assurer sa pérennité, doit être considérée, notamment dans le cas où l’agriculteur ne peut plus poursuivre son activité.

Stratégies pour gagner l’adhésion de la communauté

Les auteures identifient trois clés pour gagner l’adhésion de la communauté.

  • Premièrement, il faut réussir son entrée dans le quartier. Cela passe par le choix d’un site approprié qui ne remplacera pas d’autres usages actuels. Une bonne connaissance du contexte local, historique et actuel, le développement d’une relation avec des leaders de la communauté et l’établissement de partenariats avec les groupes communautaires locaux, tout en prêtant attention à la représentativité des riverain-e-s du projet au sein de ces organisations sont des éléments favorisant le succès du projet.
  • Deuxièmement, l’idée de la ferme urbaine doit d’être élaborée de façon participative afin de faire une place aux connaissances des résident-e-s et de prendre en compte leurs attentes face au projet. Pour démystifier le concept de fermes urbaines, les auteures conseillent de montrer des exemples d’autres fermes existantes et de présenter l’idée de manière transparente, via une communication active, surtout auprès des individus qui résident à proximité du site choisi.
  • Troisièmement, il faut impliquer les citoyens du quartier dans l’activité de production, en créant un environnement accueillant et en veillant à ce que l’agriculteur-trice encourage la participation des riverain-e-s. Des événements sur la ferme, la distribution des produits et l’implication des jeunes du quartier sont autant d’exemples qui permettent l’engagement de la communauté locale dans le projet. L’accès aux produits de la ferme pour les riverain-e-s favorise également leur participation. En fonction des objectifs portés par le projet, les fermes urbaines peuvent vendre des produits de niches ayant des prix élevés, ou a contrario des produits plus accessibles. Cependant, il est préférable d’offrir des possibilités d’achats aux résident-e-s – selon leur capacité d’achat – pour que la ferme intéresse les habitant-e-s du quartier. La communication avec les résident-e-s est aussi primordiale pour leur implication et doit se faire préférentiellement à travers des discussions en personne, des réunions sur une base régulière, ou par l’intermédiaire d’un site internet.

Photo : Croquis du marché solidaire Frontenac à Montréal, initiative du Carrefour alimentaire Centre-Sud. Ce marché vend des produits à prix abordables, dont certains proviennent d’une serre située dans le quartier. [en ligne]

Les auteures recommandent, finalement, des pistes d’action afin d’obtenir l’adhésion des riverain-e-s aux initiatives d’agriculture urbaine en milieu résidentiel. Les personnes vivant en périphérie des fermes urbaines de Baltimore, consultés par Poulsen et Spiker, semblent donc être favorables à des activités qui combinent la production alimentaire et la création de cohésion sociale et communautaire[4]. Au Québec, des initiatives d’agriculture urbaine intégrées à leur environnement, comme celles du Carrefour alimentaire Centre-Sud dans l’arrondissement du même nom à Montréal, semblent confirmer la pertinence de ces recommandations pour une agriculture urbaine socialement acceptée et localement encouragée.

Source
Poulsen, M. et Spiker, M. (2014). Integrating urban farms into the social landscape of cities. Recommandations for strengthening the relationship between urban farms and local communities. John Hopkins Bloomberg School of Public Health.

Notes

[1] Définition des auteures : les fermes urbaines visent principalement à procurer un revenu à partir de leur activité. Elles peuvent être, soit communautaires avec une mission centrée autour de la communauté et un modèle qui n’engage pas de profits se basant sur la participation volontaire et les subventions, soit commerciales avec un objectif de rentabilité, pour notamment rémunérer ses salariés.

[2] Ce constat s’associe à celui fait par Kathrin Specht et ses collègues en Allemagne à propos de l’acceptabilité sociale des fermes urbaines, surtout valorisées par leur fonction sociale : https://agriurbain.hypotheses.org/4530

[3] On note ici un point de vigilance quant à l’effet d’embourgeoisement qui peut également s’associer au verdissement des quartiers.

[4] Ces recommandations rappellent l’analyse faite par Ballamingie et.al en 2019 d’Hidden Harvest à Ottawa, une entreprise de cueillette urbaine qui mobilise des citoyens, dans leur quartier, et qui participe à la vie communautaire locale. Les auteurs décrivent ces initiatives alternatives comme des vecteurs de changement vers de nouveaux modèles économiques.

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts


Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...