Évaluer l’agriculture urbaine dans toute sa diversité et sa multifonctionalité

De retour au sein des villes Nord-américaines au début des années 1970, puis avec une présence de plus en plus marquée dans les années 1990 en Amérique du Nord et en Europe, l’agriculture urbaine (AU) est maintenant intégrée dans de nombreuses villes industrialisées. En effet, de plus en plus de programmes urbains ou d’institutions locales, nationales ou internationales considèrent l’agriculture urbaine dans leurs activités. Que ce soit le Pacte de Milan ou les Conseils des politiques alimentaires, plusieurs politiques et instances publiques favorisent le développement de cette activité.

Dès 2008, un cadre d’évaluation visant à reconnaître la multifonctionnalité de l’agriculture urbaine a été proposé (Duchemin et al., 2008). Si en 2008, l’objectif était d’évaluer l’impact de formes d’AU tels que les jardins communautaires/familiaux et les jardins collectifs, depuis cette date, la pratique de l’agriculture urbaine s’est diversifiée générant une typologie complexe (Duchemin, 2013). L’agriculture urbaine se divise maintenant en une agriculture urbaine non marchande et une agriculture urbaine marchande, où pratiquement chaque projet a sa particularité de gouvernance, de pratiques, d’objectifs, de valeurs, de produits alimentaires, de biens et de services. Ainsi, il semble que les formes de l’agriculture urbaine se soient modifiées et complexifiées. Dans un tel contexte, comment réaliser une évaluation à différentes échelles de l’impact de l’agriculture urbaine ? En outre, comment développer des outils d’évaluation qui répondront fidèlement et précisément aux besoins des parties prenantes ? Qui sont les acteurs qui plébiscitent ce besoin d’évaluation et quels usages feront-ils de ces outils ?

Si l’évaluation peut servir à réaliser un portrait de cette forme d’occupation de l’espace et à comprendre l’impact social, environnemental et économique de l’AU autant au niveau de l’exploitation ou de la ville que des systèmes alimentaires concernés (domestique et local), elle peut aussi participer à l’évaluation des pratiques des porteurs de projets afin de les améliorer.

Avec l’accroissement du nombre de projets d’AU, la présence de financements, la création de programmes urbains spécifiques pour l’AU et la mise en œuvre de planification urbaine intégrée par plusieurs villes (au Québec tout du moins), le besoin d’une évaluation de cette forme d’agriculture urbaine (évaluation des projets à plusieurs échelles spatiales) se fait sentir. À cette fin, pourrait-on utiliser les outils d’évaluation de la durabilité des exploitations agricoles? Malheureusement, ces outils ne sont pas adaptés à l’AU : certains indicateurs ne sont pas pertinents de par leur nature, ou de par leurs valeurs seuils, tandis que des indicateurs spécifiques au contexte urbain tel que la gestion de la pollution ou l’implication du travail des bénévoles commencent tout juste à être incluent dans les évaluations. Des outils d’évaluation spécifiques aux diverses formes d’AU doivent donc être élaborés. Au cours des dernières années quelques projets d’évaluation ont vu le jour (Toronto Urban Growers, Farming Concrete, Capital Growth, Cultive ta ville) tandis que quelques programmes réalisaient des recherches pouvant servir de base pour évaluer les différentes formes de l’agriculture urbaine. Ces différents acteurs ont commencé à développer des outils adaptés et spécifiques à ce type d’évaluation, mais avec des approches diverses et de manière indépendante (Teitel-Payne et al., 2016; Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014; Clérino, 2018). Il serait bon de regrouper les initiatives afin de coordonner ces efforts et d’avoir des outils compatibles et robustes permettant de mesurer la réalité des impacts de l’AU dans différents contextes.

La recherche dans tout cela!

Que nous indiquent, en terme d’indicateurs pour l’évaluation des impacts de l’agriculture urbaine, ces premiers d’outils d’évaluation et les travaux de recherche portant sur des dimensions spécifiques?

Au niveau économique, les principaux éléments évalués sont la productivité (en lien avec le type et le volume de production), les revenus ou les profits générés, le nombre et le type d’emplois (Chang et Morel, 2018; Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014; Duchemin et Vermette, 2019; Teitel-Payne et al, 2016; Clérino, 2018) ainsi que les échanges urbains-ruraux ou encore la compétitivité par rapport au secteur agroindustriel (Vancouver Urban Farming Society (VUFS), s.d.). La productivité est fréquemment mise en relation avec la superficie agricole cultivée pour calculer les données de productivité par hectare (Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014). Ces éléments d’évaluation touchent principalement les fermes urbaines et les initiatives d’AU ayant une certaine visée commerciale. Enfin, évaluer le potentiel économique de l’agriculture urbaine ne semble pas la priorité, car cela reste anecdotique par rapport aux autres moteurs économiques urbains, mais l’apport au niveau des services écosystémiques de l’AU pourrait être porteur d’informations importantes pour les décideurs en regard des impacts réels des projets sur le métabolisme urbain en tant que réponse aux enjeux contemporains.

Au niveau environnemental, les diverses formes d’AU peuvent engendrer des impacts (positifs ou négatifs) en regard de la gestion des matières résiduelles, la gestion de l’eau, la biodiversité et la qualité des sols urbains. La composition des intrants (compost, l’engrais chimique ou biologique, etc.) et leur provenance ont une influence sur les impacts de l’AU en regard de la gestion des matières résiduelles (Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014; Duchemin et Vermette, 2019; Teitel-Payne et al., 2016). Dans le cas de la gestion de l’eau, un argument fréquemment avancé pour mettre en valeur les effets bénéfiques de l’agriculture urbaine est la diminution des eaux de ruissellement. Toutefois, cet impact reste à démontrer clairement, notamment en prenant en considération les diverses pratiques et techniques culturales (Ackerman et al., 2013; Teitel-Payne et al., 2016). En outre, la source d’eau pour l’irrigation des cultures (eau de pluie ou eau potable (Opitz et al., 2016; Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014) a elle aussi ses enjeux et ses impacts plus ou moins bénéfiques en regard de la gestion de l’eau des villes. Le type d’accès à l’eau et la facilité de cet accès aurait un impact sur la viabilité des projets d’agriculture urbaine, notamment des fermes (Arnold et Rogé, 2018). En ce qui a trait aux impacts sur la biodiversité, la qualité des sols urbains (Teitel-Payne et al., 2016) ou encore les considérations d’efficacité énergétique (Ackerman et al., 2013), l’évaluation et les impacts dépendront des types et des techniques de production, mais aussi des lieux de ces activités. 

Au niveau social, on compte de nombreux éléments d’évaluation: éducation, formation/ insertion professionnelle, apport à la sécurité alimentaire et à la santé publique, embellissement des villes, implication citoyenne et participation au développement des communautés. L’éducation et la formation sont des objectifs principaux d’une majorité d’initiatives en AU. L’évaluation des bénéfices de l’AU en regard de l’éducation et de la formation peut inclure les divers types de publics touchés (les membres, la communauté, les autres organisations impliquées en AU, etc.), mais aussi les types d’apprentissage et de compétences développées (Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014; Poulsen et Spiker, 2014; Teitel-Payne et al., 2016). En ce qui concerne les apports à la sécurité alimentaire et à la santé publique, on prend en considération non seulement l’amélioration de l’accès aux fruits et légumes dans les quartiers plus défavorisés, mais aussi la diversité des produits offerts (Teitel-Payne et al., 2016; Poulsen et Spiker, 2014). La contribution réelle (d’un point de vue quantitatif et qualitatif) des différentes formes d’AU à l’alimentation des urbains reste à évaluer de manière plus concluante (Opitz et al., 2016). La quantité de denrées données ainsi que le type de destinataire (membres de l’organisation, citoyens, banques alimentaires, etc.) peuvent aussi être inclus dans l’évaluation de l’apport à la sécurité alimentaire (Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014). Enfin, l’AU, en créant des espaces verts, embellie la ville selon plusieurs auteurs (Akerman et al., 2013; Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014) tandis que d’autres soulignent que cet embellissement dépend des types d’initiatives et des pratiques culturales (Poulsen et Spiker, 2014). Les projets d’AU favorisent aussi l’implication citoyenne en offrant de nombreuses occasions de bénévolat et participent au développement des communautés par l’offre d’une multitude d’activités et d’évènements (Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014; Poulsen et Spiker, 2014; Teitel-Payne et al., 2016; Vancouver Urban Farming Society (VUFS), s.d.). Ces éléments devraient être incluent dans l’évaluation de l’AU

Jusqu’à présent, l’évaluation de l’agriculture urbaine s’est principalement centrée sur les activités de production maraîchère. Toutefois, d’autres types d’initiatives (élevages de petits et moyens animaux de ferme, apiculture, élevages d’insectes, cultures de champignons, etc.) se développent. Les outils et méthodes d’évaluation qui sont élaborés présentement pourront-ils permettre d’appréhender ces nouvelles initiatives?  

Quelques questions pour le développement de programme de recherche

  • Où en sommes-nous dans l’évaluation des différentes formes et fonctions de l’AU? Quels éléments ont été abondamment couverts et quels sont les manques pour mieux comprendre ces initiatives?
  • Quels sont les besoins en évaluation? Pour qui? Pour quoi ? Sur quoi?
  • Quels outils d’évaluation ont été développés et quelles conclusions peut-on tirer des expérimentations d’évaluation qui ont été effectuées dans les dernières années ?
  • Quels paramètres prioriser en fonction des divers types d’AU?
  • Quelles méthodes de recherche sont les plus efficaces pour évaluer (qualitativement et quantitativement) les externalités positives /négatives de l’agriculture urbaine ?

Le tableau 1, ci-dessous, présente quelques autres pistes de recherches évoquées dans la littérature consultée.

Tableau 1. Pistes de recherches évoquées dans la littérature consultée.

Qu’avons-nous actuellement comme programme d’évaluation ?

Quelques groupes de recherches ou organisations développent actuellement des programmes d’évaluation de l’agriculture urbaine. Parmi ceux-ci, on retrouve entre autres Toronto Urban Growers et Design Trust for Public Space qui ont développé des outils d’évaluation facilement utilisables par les porteurs de projets (voir respectivement Teitel-Payne et al, 2016 et Design Trust for Public Space et Farming Concrete, 2014), le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) qui a développé une approche intégrée alliant de la science participative (cartographie citoyenne, pesée des récoltes), à des approches de cartographie par photos satellites, des sondages, des entrevues et de la collecte de données sur le terrain. Mentionnons aussi le projet FEW-meter d’Urban Europe qui a développé un outil d’analyse de cycle de vie en regard de l’utilisation des ressources telles que l’eau et l’énergie en fonction du volume de production alimentaire et de matière résiduelle tel que le compost.

Note
Ce document sur l’évaluation de l’agriculture urbaine vise à présenter de manière concise les connaissances sur le thème, les questionnements et les besoins identifiés. Il a été un document de base pour les discussions aux 2e ateliers scientifiques sur l’agriculture urbaine , qui se sont tenus à Bordeaux les 10 et 11 juillet 2019. L’objectif de ces ateliers était de développer des orientations de recherche conjointes sur le thème.

Comment citer ce texte
Duchemin, E. et B. Lefebvre, 2019,  Évaluer l’agriculture urbaine dans toute sa diversité et sa multifonctionalité, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4718

Références

Ackerman, K., Dahlgren, E. et Xu, X. (2013). Sustainable Urban Agriculture: Confirming Viable Scenarios for Production (New York State Energy Research and Development Authority, Albany, NY No. 13‑ 07). États-Unis : Columbia Unibersity.

Arnold, J. et Rogé, P. (2018). Indicators of Land Insecurity for Urban Farms: Institutional Affiliation, Investment, and Location. Sustainability, 10(1963). http://dx.doi.org/10.3390/su10061963

Chang, M. et Morel, K. (2018). Reconciling economic viability and socio-ecological aspirations in London urban microfarms. Agronomy for Sustainable Development, 38(9). http://dx.doi.org/https://doi.org/10.1007/s13593-018-0487-5

Clérino, Paola, 2018, Développement d’un outil d’évaluation de la durabilité des fermes urbaines, Mémoire, AgroParisTech, 96p.

Delaide, B., Delhaye, G., Dermience, M., Gott, J., Soyeurt, H. et Jijakli, H. (2017). Plant and fish production performance, nutrient mass balances, energy and water use of the PAFF Box, a small-scale aquaponic system. Aquacultural Engineering, (78), 130‑139. Récupéré de http://dx.doi.org/10.1016/j.aquaeng.2017.06.002

Design Trust for Public Space et Farming Concrete. (2014). Five Borough Farm Data Collection Toolkit: Protocols for measurng the outcomes and impacts of community gardens and urban farms.

Duchemin, E. (2013). Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine: perspective de chercheurs et de jardiniers. Dans Agriculture urbaine: Aménager et nourrir la ville. Montréal : Éditions VertigO.

Duchemin, E. et Vermette, J.P. (2019). Portrait de l’agriculture urbaine commerciale au Québec en 2018. Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine.

Duchemin, E., Wegmuller, F. et Legault, A.-M. (2008). Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods. Field Actions Science Reports [Online], 1. http://factsreports.revues.org/113

Opitz, I., Berges, R., Piorr, A. et Krikser, T. (2016). Contributing to food security in urban areas: differences between urban agriculture and peri-urban agriculture in the Global North. Agriculture and Human Values, 33(2), 341‑358. http://dx.doi.org/10.1007/s10460-015-9610-2

Poulsen, M. N. et Spiker, M. L. (2014). Integrating Urban Farms into the Social Landscape of Cities – Recommendations for Strengthening the Relationship between Urban Farms and Local Communities. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health.

Teitel-Payne, R., Kuhns, J. et Nasr, J. (2016). Indicators for Urban Agriculture in Toronto: A Scoping Analysis. Toronto Urban Growers.

Valley, W. et Wittman, H. (2019). Beyond feeding the city: The multifunctionality of urban farming in Vancouver, BC. City, Culture and Society, (16), 36‑44. http://dx.doi.org/https://doi.org/10.1016/j.ccs.2018.03.004

Vancouver Urban Farming Society (VUFS). (s.d.). Vancouver Urban Farming Census 2014 to 2016. Récupéré de https://vancouver.ca/files/cov/vancouver-urban-farming-census.pdf

 

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/03/2020

    […] Comment citer ce texteDuchemin, E. et B. Lefebvre, 2019,  Évaluer l’agriculture urbaine dans toute sa diversité et sa multifonctionalité, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4718 […]