Quelles recherches et quels programmes de recherche pour documenter et accompagner le développement des entreprises agricoles urbaines ?

Depuis quelques années, les entreprises en agriculture urbaine sont de plus en plus présentes dans le paysage de ce large mouvement qui transforme la ville, mais aussi au sein des systèmes alimentaires urbains et régionaux. À notre connaissance, le Québec, la Région de Bruxelles-Capitale, la Ville de Vancouver, Paris et New York City sont les seuls endroits où il existe un portrait des exploitations agricoles urbaines.

À l’heure actuelle, le Québec compterait 50 entreprises agricoles urbaines, fortement concentrées dans la région métropolitaine de Montréal à un peu plus de 70% (Duchemin et Vermette, 2019). Autour de ces producteurs, au Québec, il y a au moins une 50 d’organisations de services dédiées à l’agriculture urbaine (Duchemin et Vermette, 2019).

À Vancouver, la Vancouver Urban Farming Society (VUFS) a dénombré, à l’aide d’un sondage effectué en 2016, 13 exploitations agricoles urbaines cultivant sur environ 3,5 hectares (Vancouver Urban Farming Society, 2017) tandis qu’il y aurait dans la Région de Bruxelles-Capitale 29 producteurs urbains (Boutsen et al, 2018).

Une étude comparative sur l’agriculture urbaine commerciale à Paris et New York, datant de 2018, dénombre 22 organisations engagées dans l’exploitation d’une trentaine de sites et une vingtaine supplémentaire en phase de conception au sein de la Métropole du Grand Paris ainsi qu’une vingtaine d’entreprises agricoles dans le périmètre de la ville de New York (Reynolds et Darly, 2018; Darly et Reynolds, 2019).

À notre connaissance, en France, il y aurait environ 150 organisations marchandes et productives de biens ou de services relevant de l’agriculture urbaine (Véronique Saint-Ges, comm pers.). Toutefois, ces 150 organisations française ne sont pas nécessairement des entreprises agricoles, plusieurs sont avant tout des prestataires de services.Ainsi, l’Association française de l’agriculture urbaine professionnelle (AFAUP) compte 80 adhérents, dont seulement 25 se déclare des producteurs en premier. Si on ajoute ceux qui se disent concepteurs-producteurs se nombre monte à 50, soit 60% des membres[1]

Afin de s’adapter au contexte urbain, on constate une diversification accrue des modèles économiques et des exploitations agricoles de tailles diverses dans les villes de grandes tailles comme Toronto, New York, Paris, Bruxelles, Portland ou des métropoles comme Nantes, Strasbourg, Marseille, Bordeaux. Des exploitations agricoles urbaines et périurbaines se développent aussi aujourd’hui dans des villes de taille moyenne voire de petites tailles. Une grande majorité des producteurs urbains s’inscrivent dans des démarches en innovation sociale ou technologique et développent différents modèles économiques (Ackerman et al. 2013; Duchemin et Vermette, 2019; Reynolds et Darly, 2018).

À cet effet, l’offre de services est fréquemment intégrée aux modèles économiques. Se basant sur cette réalité Duchemin et Vermette (2020) ont développé une typologie qui intègre les différentes activités économiques des fermes urbaines soit : la production, la distribution, la transformation, les services et la vente de matériel. Selon les entreprises agricoles urbaines, le % d’une activité par rapport à l’autre varie. Lors d’une étude qualitative menée en 2018 en France (Véronique Saint-Gès, comm. personnel), sur une trentaine d’organisations marchandes et productives de biens ou de services seulement 12% assureraient leur survie en produisant et vendant des légumes. La grande majorité d’entre elles utilisent la production d’aliment ou l’élevage d’animaux pour réaliser et proposer des services (éducation, culture, thérapie, création de lien social, team building, création de potagers, tonte de moutons, vente d’équipements, de plants, réduction des îlots de chaleur, etc.) aux urbains, aux entreprises et aux collectivités pour avoir un modèle économique viable.

En outre, certaines exploitations ont adopté une démarche d’économie circulaire. De nombreux producteurs profitent des ressources urbaines en utilisant du compost issu des résidus organiques de la ville. D’autres se fédèrent afin de partager des ressources et des espaces (Duchemin et Vermette, 2019).

En ce qui concerne l’innovation sociale, les exploitations (généralement aussi en économie sociale) trouvent des modes de gestion en lien direct avec la communauté. Ce sont souvent des organisations portées par et pour la communauté environnante (Pölling et al., 2016; Poulsen et Spiker, 2014; Valley et Wittman, 2019).

Les exploitations développent aussi des innovations techniques, dont la culture à la verticale, ou technologiques. Les investissements dans ces projets innovants servent la production alimentaire, mais aussi le développement de nouvelles technologies pouvant, par la suite, être intégrées dans d’autres systèmes de production à l’échelle nationale ou internationale. Ce développement technique et technologique contribue aussi au perfectionnement de ressources humaines (en production alimentaire, en création de systèmes automatisés ou en ingénierie).

Pour conclure, en terme économique, les entreprises agricoles urbaines remplissent souvent d’autres fonctions que la production ou l’élevage en transformant et distribuant directement leurs produits agricoles. Elles intègrent également d’autres services (éducation, réinsertion, événements, etc.) afin de consolider leur viabilité économique. Toutefois, elles font face à de nombreuses contraintes comme le démontre le tableau 1. Ce tableau présente, de manière non exhaustive, plusieurs des contraintes et facteurs de succès des entreprises agricoles urbaines ainsi que quelques références faisant mention de celles-ci.

Tableau 1. Contraintes et facteurs de succès pour les entreprises agricoles urbaines.

Contraintes

Références

Pays

Accès au foncier/ régime foncier

Arnold et Rogé (2018)

Atomei et al (2018)

Duchemin et Vermette (2019)

Daniel (2017)

États-Unis

Canada

Canada

France

Morcellement des espaces dédiés aux diverses activités et culture multi-sites

Daniel (2017)

Vancouver Urban Farming Society (2017)

France

Canada

«Acceptabilité sociale»

 

Miccoli et al (2016) 

Poulsen et Spiker (2014) 

 

États-Unis

Règlementation et politiques publiques restreignant le développement ou contradictoires

Daniel (2017) : France

Reynolds et Darly (2018)

France

États-Unis et France

Facteurs de succès

 

Entente de commercialisation

Duchemin et Vermette (2019)

Canada

Aide financière et subventions (surtout disponibles aux organisations à but non lucratif)

Daniel (2017)

Vancouver Urban Farming Society (2017)

France

Canada

Création de liens positifs avec la communauté environnante

Vancouver Urban Farming Society (2017)

Canada

Règlementation et politiques publiques favorisant le développement de l’AU

Reynolds et Darly (2018) 

États-Unis et France

La recherche dans tout cela!

La recherche commence tout juste à se positionner et à réaliser des études afin de mieux comprendre ce développement, tant au niveau économique, social, environnemental, politique que des techniques de production et des pratiques agronomiques. Un regard sur l’intégration de l’agriculture urbaine commerciale dans le métabolisme urbain est aussi une approche explorée par les chercheurs (Duchemin et Vermette, 2019; Pölling et al., 2016; Poulsen et Spiker, 2014; Reynolds et Darly, 2018).

Au-delà des propos des entreprises, on trouve quelques recherches sur les techniques agricoles adaptées à un environnement urbain et les modèles économiques des fermes. Par exemple, des études sont menées sur les performances agronomiques des systèmes de production tels que la culture en pleine terre sur petites surfaces, les cultures hors sol (en bac, hydroponie, aquaponie) pour une production en sol ou sur toiture, couverte ou non (Daniel, 2017; Delaide et al., 2017 ; Vancouver Urban Farming Society, 2017; nombreuses recherches du CRETAU). Des études sont également effectuées sur l’utilisation des ressources de la ville en tant qu’intrants de l’agriculture (eau, matière organique, énergie) (nombreuses recherches du CRETAU; Grard, 2018).

Toutefois, la recherche reste très fragmentaire, peu coordonnée et souvent basée sur des études de cas rendant toute extrapolation difficile. Cette fragmentation et la diversité des facteurs étudiés rend aussi difficile pour les collectivités (décideurs) de savoir quoi et comment appuyer le développement des exploitations agricoles urbaines ou sur quelle base il serait pertinent de soutenir un tel développement.

Des méthodes standardisées permettant la comparaison entre systèmes et types de production, types d’organisation et d’exploitation ainsi qu’entre villes doivent être développées en partenariat avec les acteurs du secteur. Par exemple, les praticiens clament une performance agronomique accrue de la permaculture ou de l’agroforesterie, pourtant aucune étude n’a été réalisée en ce sens et les méthodes de comparaisons des systèmes de production manquent en termes de performance agronomique.

Quel que soit le but de l’agriculteur urbain (social, économique, environnemental) et quel que soit son activité et ses techniques (production à l’intérieur ou à l’extérieur, offre de services, enseignement, etc.), la viabilité économique des initiatives en agriculture urbaine reste la clé de la pérennité des différents projets. Un suivi coordonné et des méthodes de recherches communes pourraient permettre de mieux comparer les résultats de recherches, et peut-être d’extrapoler lesdits résultats. La viabilité économique doit prendre en compte d’autres critères que les seuls comptes intermédiaires de gestion (excédent brut d’exploitation, marge de profit, capacité d’autofinancement, etc.), mais aussi les questions de transmission et de vivabilité (condition de travail, etc.). La question managériale des organisations est aussi essentielle (vision de l’entrepreneur, convention du secteur, partenariat, etc.) afin de mieux comparer les initiatives.

Qu’est-ce qu’une entreprise agricole urbaine ? Comment la définir (géographiquement, mission, objectifs, etc.) ?

Au Québec, cette question s’est posée dans le cadre de l’élaboration du portrait des producteurs urbains. Dans les périmètres urbains des villes du Québec, le CRETAU a répertorié 1 572 exploitations agricoles, pour un total d’environ 770 hectares (Duchemin et Vermette, 2019). Toutefois, plus de 800 de ces exploitations sont aussi en zones agricoles (données non-publiées, en traitement). Celles-ci peuvent-elles toutes être considérées comme urbaines ? En Belgique, en France ou au Canada (à l’exception du Québec), il n’existe pas de définition de ce qu’est une entreprise agricole urbaine. Afin d’avoir une meilleure visibilité, la Région de Bruxelles-Capitale réfléchit à l’inscrire de façon légale dans les plans directeurs d’aménagement des villes. Cela pourrait permettre aussi de leur consacrer des aides financières qui ne sont pas envisageables aujourd’hui avec la Politique Agricole Commune européenne en raison des faibles surfaces occupées. Vu la multifonctionnalité de ces activités, la question se pose également de savoir à partir de proportion de production versus les autres activités, une entreprise peut être considérée comme agricole.

En France, il n’existe pas de définition légale d’une entreprise en agriculture urbaine. Pour le régime de la mutualité sociale agricole, on considère comme agricole toute activité de production lorsque le temps de travail qui y est consacré dépasse les 1200 heures de travail par an ou lorsque le revenu qu’elle a permis de générer dépasse un seuil entre 8000 et 9000 euros par an (Grimonprez, 2019). A titre comparatif, ce montant est de 5000$ et plus par an (de vente de légumes), pour la reconnaissance légale d’une entreprise agricole par le gouvernement d Québec. Une récente étude issue de l’exploitation de la base de données des adhérents de la Mutuelle Sociale Agricole comptabilise 918 fermes situées dans l’unité urbaine de l’agglomération parisienne (Torre et al., 2013). Ce chiffre comprend cependant toutes les fermes y compris si elles n’ont aucune relation fonctionnelle avec la ville. À l’inverse, les fermes urbaines très impliquées dans le champ de l’action sociale, mais petites ou générant peu d’heures d’emploi rémunéré, de même que de nombreuses entreprises d’agriculture urbaine à but lucratif non déclarées auprès du bureau du contrôle des structures (qui suit et encadre les installations agricoles par la délivrance d’autorisation d’exploiter) ne sont pas comptées. Ces différents éléments donnent aujourd’hui matière à réflexion au sein des bureaux du ministère pour envisager une manière de définir et enregistrer ces nouvelles fermes urbaines pour mieux tenir compte de leurs activités (Reynolds et Darly, 2018). Que ce soit en France, aux États-Unis ou au Québec, la localisation urbaine ou rurale n’est pas un critère de discrimination des entreprises qui peuvent être reconnues comme agricoles par les institutions nationales. À cet échelon comme à un niveau plus local, de nombreux acteurs commencent cependant à élaborer des actions publiques spécifiquement à destination d’entreprises d’agriculture urbaine (voir Reynolds et Darly, 2018).

Le tableau 2 regroupe quelques dimensions servant à classer ou définir les fermes urbaines selon la littérature scientifique.

Tableau 2. Éléments de définitions et de classifications des entreprises agricoles urbaines

Dimensions de la définition/ classification

Indicateurs de différenciation entre fermes urbaines et autres pratiques d’agriculture urbaine

Références

Pays

Facteurs économiques

Niveau de revenu/ profits

Ackerman et al. (2013)

Reynolds et Darly (2018)

Valley et Wittman (2019)

États-Unis

États-Unis et France

Canada

Nombre d’employés

Daniel (2017)

Reynolds et Darly (2018)

France

États-Unis et France

Facteurs géographiques et spatiaux

Superficie agricole utilisée (Utilized Agricultural Area)

Ackerman et al. (2013)

Cavallo et al. (2016)

Chang et Morel (2018)

Reynolds et Darly (2018)

États-Unis

Italie

Royaume-Uni

États-Unis et France

Zonage

Duchemin et Vermette (2019)

Canada

Densité de population

Pölling et al. (2016) :

Allemagne

Objectifs

Lucratifs vs non lucratifs

Ackerman et al. (2013)

Duchemin et Vermette (2019)

Poulsen et Spiker (2014)

Reynolds et Darly (2018)

Valley et Wittman (2019)

États-Unis

Canada

États-Unis

États-Unis et France

Canada

Autoconsommation vs vente

Duchemin et Vermette (2019)

Daniel (2017)

Canada

France

Quelques autres questions :

  • Quelles organisations composent ce secteur? Quelles sont les compétences de ces organisations? Quelles relations entretiennent-elles avec les autres acteurs (publics, privés, société civile, etc.)?
  • Comment définir la viabilité économique ? Quels critères doivent être inclus dans cette évaluation? La productivité et la performance agronomique? Les indicateurs de performance économiques? Les services écosystémiques? En d’autres termes, quelles valeurs donner à ce type d’agriculture urbaine?
  • Quels financements existent pour les innovations sociales, environnementales?
  • Comment ces entreprises s’intègrent à la ville? Quelles sont les techniques de production agricole les mieux adaptées à un environnement urbain et périurbain ? Comment utilisent-elles les ressources naturelles et sociales de la ville et comment optimiser cette utilisation?
  • Avec un petit nombre d’entreprises agricoles urbaines et une large diversité de types de production (micropousses, maraîchage, insectes, champignons, production intérieure, sur toit, en serre, etc.), quelles questions, quelles approches et quelles méthodes guident les recherches actuelles ?

Comment la recherche doit-elle accompagner les entreprises agricoles urbaines et les décideurs?

Comme il existe encore peu de projets où il est possible de mettre en place des protocoles de recherche, pour nous, les chercheur doivent favoriser la mise en place de plateformes de recherche et de projets d’expérimentation avec la collaboration ou pas des producteurs agricoles. La mise en place d’incubateurs/accélérateurs d’entreprises agricoles semble être un bon moyen de mailler les besoins de la recherche et ceux des entrepreneurs. Ainsi, les méthodes et les ancrages disciplinaires doivent correspondre aux besoins de connaissances d’un point de vue scientifique, pratique ou politique. Par exemple, comprendre les liens systémiques entre ces entreprises d’agriculture urbaine et les dynamiques sociales et politiques plus larges reste un chantier important pour la recherche en sciences humaines et sociales.

Les villes, les promoteurs, les organismes communautaires et les entrepreneurs veulent s’insérer dans ce développement, soit en le soutenant par des programmes ou politiques publiques, en intégrant des projets dans des développements immobiliers, ou encore en démarrant une exploitation agricole urbaine.

Quelles informations et connaissances devraient acquérir la recherche afin d’appuyer ce développement? Quels paramètres, mais surtout quel suivi devrait être envisagé, afin d’assurer l’atteinte des objectifs des uns et des autres ? Voilà d’autres questions que les équipe de recherches devrons aussi se poser afin d’établir des programme des recherches pour le développement des entreprises agricoles urbaines, en tout cas ce sont les questions que nous nous posons au sein du Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine du Québec (CRETAU) et du Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB)

Note
Ce document a servi de base pour les discussions aux 2e ateliers scientifiques sur l’agriculture urbaine, qui se sont tenus à Bordeaux les 10 et 11 juillet 2019. L’objectif de ces ateliers était de développer des orientations de recherche conjointes sur le thème.

Comment citer ce texte
Duchemin, E. et B. Lefebvre, 2019,  Évaluer l’agriculture urbaine dans toute sa diversité et sa multifonctionalité, [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4732 

Références

Ackerman, K., Dahlgren, E. et Xu, X. (2013). Sustainable Urban Agriculture: Confirming Viable Scenarios for Production (New York State Energy Research and Development Authority, Albany, NY No. 13‑ 07). États-Unis : Columbia Unibersity

Atomei, C., Duchemin, E., et Vermette, J.P. (2019). L’Accès aux espaces pour la production alimentaire en zone urbaine montréalaise. Laboratoire sur l’agriculture urbaine
http://cretau.ca/wp-content/uploads/2019/03/Rapport-acce%CC%80s-aux-espaces.pdf

Arnold, J. et Rogé, P. (2018). Indicators of Land Insecurity for Urban Farms: Institutional Affiliation, Investment, and Location. Sustainability, 10(1963). http://dx.doi.org/10.3390/su10061963

Boutsen R., N. Maughan et M. Visser, 2018, Evaluation de la production agricole primaire professionnelle en Région de Bruxelles Capitale, Service public regional de Bruxelles (SPRB), 49p.
https://www.goodfood.brussels/sites/default/files/etude_baseline_2018_final_0.pdf

Chang, M. et Morel, K. (2018). Reconciling economic viability and socio-ecological aspirations in London urban microfarms. Agronomy for Sustainable Development, 38(9). http://dx.doi.org/https://doi.org/10.1007/s13593-018-0487-5

Daniel, A.-C. (2017). Fonctionnement et durabilité des micro-fermes urbaines: Une observation participative sur le cas des fermes franciliennes. Chaire Éco-conception, Agroparistech et Agricultures Urbaines (SAD-APT, INRA). Récupéré de http://www.chaire-eco-conception.org/fr/content/192-fonctionnement-et-durabilite-des-micro-fermes-urbaines

Darly S. et Reynolds K. (2019). Produire des aliments en ville / Politiser l’alimentation. Les liens évolutifs entre agriculture urbaine commerciale et agrarisme urbain à Paris et New York.  Communication au Colloque Approches critiques de la dimension spatiale des rapports sociaux, 26-28 juin 2019, Caen

Delaide, B., Delhaye, G., Dermience, M., Gott, J., Soyeurt, H. et Jijakli, H. (2017). Plant and fish production performance, nutrient mass balances, energy and water use of the PAFF Box, a small-scale aquaponic system. Aquacultural Engineering, (78), 130‑139. Récupéré de http://dx.doi.org/10.1016/j.aquaeng.2017.06.002

Duchemin,E. et J.P. Vermette, 2020, Fermes urbaines : définition, Agriurbain, En ligne URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4585

Duchemin, E. et Vermette, J.P. (2019). Portrait de l’agriculture urbaine commerciale au Québec en 2018. Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine.
http://cretau.ca/wp-content/uploads/2019/06/Portrait-AU-commerciale-2018-final.pdf

Grard, B. J. P., Chenu, C., Manouchehri, N., Houot, S., Frascaria-Lacoste, N., & Aubry, C. (2018). Rooftop farming on urban waste provides many ecosystem services. Agronomy for Sustainable Development, 38(1), 2.

Grimonprez, B., 2019, L’agriculture urbaine : une agriculture juridiquement comme les autres?. Revue de Droit Rural, Editions techniques et économiques / LexisNexis (en ligne), A paraître. ⟨hal-02073564v2⟩

Innoviris.brussels (2018). Le maraîchage agroécologique professionnel sur petites surfaces en zones (péri)-urbaines. Des clés pour challenger ton projet et renforcer ta viabilité au regard de différentes disciplines. Innoiris.brussels

Miccoli, S., Finucci, F. et Murro, R. (2016). Feeding the Cities Through Urban Agriculture – The Community Esteem Value. Agriculture and Agricultural Science Procedia, (8), 128‑134.

Pölling, B., Mergenthaler, M. et Lorleberg, W. (2016). Professional urban agriculture and its characteristic business models in Metropolis Ruhr, Germany. Land Use Policy, 58, 366‑379. http://dx.doi.org/10.1016/j.landusepol.2016.05.036

Poulsen, M. N. et Spiker, M. L. (2014). Integrating Urban Farms into the Social Landscape of Cities – Recommendations for Strengthening the Relationship between Urban Farms and Local Communities. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health.

Reynolds K. et Darly S. (2018). Commercial agriculture in the Global City, Perspectives from New York City and Métropole Grand Paris, Cuny-Urban Food Policy Institute, News, https://www.cunyurbanfoodpolicy.org/news/2018/12/11/lscislvsr7spj7834v9ls796n6xm7h

van der Schans, J. W., Lorleberg, W., Alfranca, O., Alves, E., Andersonn, G., Branduini, P., Egloff, L. D., Giacchè, G., Heller, A., Herkströter, K., Kemper, D., Koleva, G., Mendes-Moreina, P., Miguel, L., Paulen, O., Pickard, D., Prados, M.-J., Pölling, B., Recasens, X., Ronchi, B., Spornberger, A., Timpe, A., Torquati, B., Weissinger, H. et Wydler, H. (2016). It Is a Business! Business Models in Urban Agriculture. Dans F. Lohrberg, L. Licka, L. Scazzosi, et A. Timpe (dir.), Urban agriculture Europe (p. 82‑91). Berlin : jovis Verlag GmbH.

Sroka, W., Pölling, B. et Mergenthaler, M. (2019). City adjustments as the main factor of success of urban and peri-urban farms–empirical evidence from the Ruhr metropolis. NJAS – Wageningen Journal of Life Sciences. http://dx.doi.org/10.1016/j.njas.2019.04.005

Torre, A., Traversac, J-B., Darly, S. and Malot, R. (2013). Paris, métropole agricole ? Quelles productions agricoles pour quels modes d’occupation des sols, Revue d’Économie Régionale & Urbaine 2013/3 (août), p. 561-593.

Valley, W. et Wittman, H. (2019). Beyond feeding the city: The multifunctionality of urban farming in Vancouver, BC. City, Culture and Society, (16), 36‑44. http://dx.doi.org/https://doi.org/10.1016/j.ccs.2018.03.004

Vancouver Urban Farming Society (VUFS). (2017). Vancouver Urban Farming Census 2014 to 2016. Récupéré de https://vancouver.ca/files/cov/vancouver-urban-farming-census.pdf

[1] http://www.afaup.org/

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...