L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale des villes en temps de crise : le cas de Montréal

Ce texte est une mise à jour d’un texte publié en avril 2020, afin de montrer l’importance de l’agriculture urbaine sociale pour l’alimentation des urbains et fournir des éléments probants dans la décision d’ouvrir les jardins communautaires au Québec au début de la pandémie du COVID19.  Cette nouvelle version est la base d’un article scientifique. Les références scientifiques citées ne sont pas présentes. La recherche s’inscrit dans un programme de recherche s’intitulant Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux qui s’est déroulée de 2017 à 2020. Pour plus de détails voir la fin du billet.


Résumé : Bien que les jardinières et jardiniers ne soient pas particulièrement motivés par la production alimentaire de leur potager, ce dernier contribue quand même au système alimentaire domestique des familles (Duchemin, 2013). On constate aussi que les jardinières et jardiniers domestiques partagent leurs récoltes au sein de leur famille et avec des voisins ou amis. Dans un tel contexte se pose la question de la contribution potentielle de l’agriculture urbaine (AU), et plus particulièrement des potagers à domicile dans l’approvisionnement alimentaire des quartiers ou d’une ville comme Montréal.

Certains auteurs ont effectué des projections afin de déterminer ce que pourrait être l’importance de l’AU dans l’alimentation urbaine. Si Grewal et Grewal (2012) et MacRae et al. (2010) tentaient d’estimer dans un cas quelle superficie il fallait pour nourrir la population de Cleveland et dans un autre pour nourrir 10 % de Toronto, peu d’études se sont attardées à la place des initiatives en l’AU dans un système alimentaire locale, c’est-à-dire avec une cartographie des initiatives et une estimation des niveaux de productions. Marie (2019), dans une telle étude pour Rennes, Caen et Alençon, montre que les potagers domestiques représentent respectivement une contribution de 5%, 8% et 18 % des légumes consommés dans ces trois villes françaises.

La cartographie des potagers domestiques dans notre étude montre que Montréal et les villes de sa conurbation comptent plusieurs dizaines d’hectares, si ce n’est pas des centaines d’hectares de productions alimentaires domestiques. Toutefois, qu’est-ce que cela veut dire au niveau de la production alimentaire pour ces familles et pour une ville comme Montréal ? C’est cette question à laquelle répond cette partie du projet de recherche. En jumelant, les données de cartographie avec des données de production maraîchère des potagers, nous estimons la contribution alimentaire de l’agriculture urbaine sociale, soit celle provenant des jardins domestiques et celles des initiatives collectives et communautaires.

Selon une estimation conservatrice présentée ci-dessous, l’agriculture urbaine à Montréal comble les besoins en légumes frais, durant la saison estivale, à un minimum de 100 000 personnes, soit 5 % de la population montréalaise. Selon les modèles plus généreux, cela pourrait être 250 000 personnes, soit plus de 12% de la population. Le tout pour une valeur monétaire se situant entre 25 et 50 millions de $. Ainsi, bien que la pratique de l’agriculture urbaine ne soit pas motivée par la production alimentaire et la réduction des dépenses alimentaire, celle-ci est un élément non négligeable du système alimentaire local. En partant de cette estimation, il devient possible de voir l’apport de l’agriculture urbaine autrement et de favoriser une participation plus active dans le développement de réseaux de solidarité.

Les scénarios utilisés dans le cadre de cette recherche se basent sur l’existant et non sur des projections du développement potentiel du programme des jardins communautaires, collectifs ou encore des jardins domestiques. Toutefois, nos travaux de cartographie montrent qu’il existe encore un grand potentiel en espace pour le développement de cette pratique. Ces résultats montrent clairement la place sous-estimée de l’agriculture urbaine sociale dans la sécurité alimentaire des villes. Les résultats présentés ici sont issues d’un programme de recherche de quatre ans.


 Production dans les potagers d’après les études précédentes

Depuis le début des années 2010, un nombre croissant d’études se sont intéressées au rendement agricole dans les jardins communautaires ou encore dans les potagers à domicile. En un peu plus de dix ans, ce sont un peu plus de 14 recherches qui ont mesuré des taux de rendements de cultures diversifiées dans les initiatives en agriculture urbaine.

Les rendements mesurés dans le cadre de ces études vont de niveau de production maraîchère de 0,6 kg/m2 à plus de 6,75 kg/m2 (Tableau 1). Si on examine les données selon les différentes zones de rusticité des études, les rendements ne sont pas directement liés à la zone de rusticité où se situent les initiatives étudiées. En effet, des potagers en zone 5b produisent souvent plus que ceux situés en zone plus chaude. Par contre, nous n’avons pas un nombre suffisant de données afin de pouvoir réaliser une analyse statistique sur la distribution des taux de rendement. Ainsi, malgré la réduction de la période d’enneigement, une augmentation des températures et un nombre croissant de jour-croissance prévus dans les modèles climatiques pour la région métropolitaine de Montréal et le Québec (Atlas Agroclimatique, 2012), il n’est pas possible d’estimer avec les données actuelles que le taux de production des potagers sera plus élevé.

En outre, en plus de la zone de rusticité, différents paramètres vont influencer les rendements d‘un jardin, dont la motivation et l’expérience de la jardinière ou du jardinier, mais aussi la superficie du potager (Pourias et al., 2015). Une jardinière ou un jardinier va adapter sa production selon ses besoin et sa capacité de pouvoir consommer ou transformer sa production.  Ainsi, une personne avec un grand espace de potager pourrait diminuer (adapter) son effort agricole et son niveau de rendement, tandis qu’un jardinier avec un plus petit espace pourrait tenter de cultiver le plus intensément possible. En outre, la morphologie urbaine (orientation des maisons et cours arrière), la canopée des arbres autour et la hauteur des bâtiments peuvent influencer l’ensoleillement, donc la productivité.

Tableau 1. Rendement agricole de l’agriculture urbaine selon différentes études.

Rendement (kg/m2)

Zone Rusticité

Localisation

Source

Jardin individuel

2,13

5

Wisconsin

Smith et al. (2013)

1,49 (0,08–5,18)

5b

Guelph

CoDyre et al. (2015)

2,1

8a

Rennes

Marie (2019)

0,66

9

Londres

Capital Growth (2013)

0,64

10

Melbourne

Zainuddin et Mercer (2014)

0,77

10

Melbourne

Zainuddin et Mercer (2014)

0,65

10

Melbourne

Zainuddin et Mercer (2014)

2,44

États-Unis

NGA (2009)

6,75

5a to 10b

Californie

The Urban Homestead

Jardins communautaires

2,06

5

Wisconsin

Smith et al. (2013)

6,05

5b

Ohio

Lane (1999)

1,96

5b

Montréal

Pourias et al. (2015)

6,00

7a

Philadelphie

Vitiello et Nairn (2009)

1,46 – 5,86

7b

New York City

Gittleman et al. (2012)

1,2

8a

Paris

Pourias et al. (2015)

1,91

9

Londres

Capital Growth (2013)

0,478

9

Londres

Capital Growth (2014)

0,828

9

Londres

Capital Growth (2013)

3,66

9b

Californie

Algert et al. (2014)

5,94

10

Sydney

McGougall et al. (2019)

 

Production dans les potagers de la région de Montréal

Dans le cadre de la recherche, 26 potagers ont été suivis afin d’obtenir des données de rendement de production alimentaire. En plus des 26 personnes ayant complété les carnets de récoltes dans le cadre du projet de recherche, 42 mesures de rendement effectuées entre 2007 et 2013, par la même méthodologie, ont été intégrées pour l’évaluation du rendement des potagers au Québec. [1]

Dans le cadre de l’étude, il apparaît que les rendements dans les jardins communautaires sont significativement différents avec une médiane de 1,3 kg/m2 pour les potagers domestiques et de 3,9 kg/m2 pour les parcelles dans les jardins communautaires (Tableau 2). Cette observation s’explique par le fait que les jardins communautaires ont généralement un taux d’ensoleillement plus grand. En outre, les potagers individuels sont autant des potagers sur balcon en cours latérale ou en cours arrière. On constate aussi, comme pour l’analyse spatiale effectuée dans l’arrondissement Montréal-Nord, que les jardinières et jardiniers consacrent entre 2 et 20% de leur espace total pour le potager. Dans les deux cas, où ce pourcentage est plus important (Tableau 2) ce sont aussi des jardinières et jardiniers qui ont de petits espaces, soit environ 10 m2.

Tableau 2. Taux de production récoltés durant le programme de recherche, entre 2017 et 2019.

Surface cultivée (m2)

Surface totale de l’espace (m2)

Pourcentage cultivé

Taux de production (kg/m2)

Potagers domestiques

3

10

30

0,33

26

316

8

3,12

7,02

2,6

28

9

1,67

17

186

9

1,14

4,7

115

4

1,46

32,9

240

14

1,1

5,1

10,2

50

1,1

Moyenne

2,1

Médiane

1,3

Jardins communautaires

15

15

100

4,9

15

15

100

4,0

15

15

100

6,2

15

15

100

2,3

15

15

100

4,3

15

15

100

3,8

15

15

100

3,1

15

15

100

1,9

15

15

100

4,4

15

15

100

6,8

15

15

100

4,3

15

15

100

6,1

15

15

100

4,71

15

15

100

2,95

15

15

100

3,02

15

15

100

2,8

Moyenne

4,0

Médiane

3,9

                                                                                               

À propos des types de plantes potagères, comme constaté par Pourias et al. (2015), les jardinières et jardiniers produisent une variété de plantes potagères qui correspondent avant tout à leurs habitudes alimentaires. Ce sont particulièrement des tomates, des haricots, de la salade, de l’ail et des poivrons. Par la suite, on va trouver des aubergines et des petits fruits comme les fraises.

La production annuelle des potagers a été estimée à partir des collectes de données effectuées dans 16 jardins collectifs, 36 parcelles de jardins communautaires et 14 potagers domestiques. Les résultats de production mesurés dans les potagers individuels sont extrêmement variables, avec un minimum 0,33 kg/m2 et un maximum à 7 kg/m2, pour une production médiane de 3,2 kg/m2 (Tableau 3). Dans les résultats collectés au fil des ans, on constate aussi que d’une année à l’autre la production peut passer du simple au double. Dans les parcelles de jardins communautaires, on a mesuré une production médiane de 2,5 kg/m2, tandis que cette valeur est de 2,7 kg/m2 pour les jardins collectifs.

 

Tableau 3. Productivité dans les initiatives en agriculture urbaine sociale.

 

Nombre de mesures

Taux de production médian (kg/m2)

Valeur monétaire ($/m2)*

Minimum- maximum

Jardins individuels

14

3,2

23

0,3 – 7,0

Jardins communautaires

36

2,5

20,5

0,6 – 6,2

Jardins collectifs

16

2,7

19,2

1,2 – 5,4

* Les données présentées ici pour la valeur monétaire ont été calculées selon les prix des fruits et légumes prélevés dans 4 supermarchés de la région montréalaise entre 2012 et 2013.

Les données de production ont été aussi transformées en valeur de production (Tableau 3). En prenant l’ensemble des données collectées et en attribuant une valeur monétaire aux légumes, fines herbes et petits fruits. Cette transformation des données de production correspond à une valeur estimée se situant entre 19,2 et 23 $ par mètre de carré de potager. Ainsi, un potager domestique de 24 m2 pourrait produire des aliments frais pour une valeur 552$.

Contribution de l’agriculture urbaine au système alimentaire domestique des jardinières et jardiniers

Une estimation rapide nous permet d’évaluer la part de la production d’un potager domestique ou d’une parcelle de jardin communautaire dans le système alimentaire domestique d’une personne ou d’une famille. En prenant les taux de production médians (Tableau 3) et les données de consommations québécoises de légumes (Plante et al., 2019) et considérant 5 mois d’activités des jardins, il est possible de réaliser des modèles de contribution du potager au système alimentaire domestique des jardinières et jardiniers.

Les adultes et les enfants québécois consomment en moyenne 5,2 et 4,9 portions de fruits et légumes (Plante et al. 2019), dont 48% sont des aliments pouvant être remplacés par la production au potager (tomates, légumes feuilles, carottes, poivrons, etc.). Ceci donne respectivement de 192g et 188g de légumes par jour que le potager peut chercher à combler.[2]

Les différents scénarios montrent que le potager domestique ou la parcelle d’un jardin communautaire peuvent être une source d’approvisionnement non négligeable afin de combler des besoins en légumes frais durant la saison estivale, que ce soit pour un adulte seul ou pour une famille (Tableau 4). Prenons l’exemple du potager de 9,4m2 qui produit environ 30,1kg de légume. Ceci peut donc satisfaire 28% des besoins en légume pour une famille de 2 adultes et 2 enfants. Le potager dans un jardin communautaire (15m2) peut combler jusqu’à 35%. Il est à nuancer que si on examine l’ensemble des besoins en légumes, selon les recommandations du gouvernement (environ 10 portions de légumes par jour), l’apport du potager est réduit de manière importante, mais cela reste non négligeable.

Ceci rejoint des affirmations de certains jardiniers et jardinières des jardins communautaires. Par exemple, certaines personnes disent produire, grâce à ceux-ci, plus de la moitié de leur consommation en fruits et légumes durant la saison de production (Pourias et al., 2015). D’autres études soulignent que cette production de légumes frais et locaux est importante pour plus de 60% des membres des jardins communautaires interrogés et que 42% considèrent que leur parcelle est importante pour réduire leurs dépenses alimentaires (Duchemin, 2013).

Tableau 4. Différentes contributions du potager au système alimentaire domestique des jardinières et jardiniers, selon différents scénarios de potager.

 

 

Consommation de remplacement de légumes et fruits produits au potager**

(légumes frais durant la saison estivale) (Kg)

 

 

Adulte seul

2 adultes

2 adultes avec 1 enfant

2 adultes avec 2 enfants

Superficie (m2)

Production en légumes (kg)

 (kg)

% répondu par potager

 (kg)

% répondu par potager

(kg)

% répondu par potager

(kg)

% répondu par potager

Jardins communautaires

15

37,5

27

130 %

54

69 %

80

47 %

106

35%

Potagers domestiques

9,4

30,1

27

111 %

54

55 %

80

38 %

106

28 %

24

76,8

27

280 %

54

142 %

80

96 %

106

72 %

38

211,6

27

783 %

54

392 %

80

265 %

106

200 %

Note **:  La consommation de légumes frais a été calculée en considérant 5,2 portions de 80 g pour les adultes et 4,9 portions pour les enfants (moins de 19 ans), tout en retenant que les légumes et fruits pouvant être remplacés par le potager, soit les légumes frais en excluant les patates (17%), les crucifères (8%), les autres légumes (17%) et céleri/maïs/champignons (7%) (Plante et al., 2019)

Contribution de l’agriculture urbaine au système alimentaire de Montréal

Si un potager peut avoir apport alimentaire en légumes frais non négligeables dans un système alimentaire domestique, les initiatives en AU contribuent sûrement un apport au système alimentaire d’une ville telle que Montréal. Dans le cas de trois villes françaises, Rennes, Caen et Alençon, Marie (2019) a estimé que les potagers domestiques peuvent fournir entre 5% et 18% de la consommation locale de légumes. Afin de réaliser une telle estimation pour Montréal, nous avons utilisé les données cartographiques, les données collectées grâce au portail Cultive ta ville et les données de production décrites ci-dessus.

Superficie de l’agriculture urbaine dans la région de Montréal

Il nous est relativement facile d’avoir les superficies cultivées des jardins dans le cadre du programme montréalais des jardins communautaires (17,3 ha sur les 26 ha du programme) et des jardins collectifs (17,2 ha). Il est nettement plus difficile d’avoir ces données pour les initiatives institutionnelles, les jardins pédagogiques, les incroyables comestibles ou dans les entreprises. Grâce à la collecte de données sur le portail Cultive ta ville[3] nous avons pu calculer une superficie totale, soit 1,43 ha, pour l’ensemble de ces diverses initiatives (Tableau 5).

 

Tableau 5. La superficie couverte par différentes formes d’agriculture urbaine sociale à Montréal.

Forme d’agriculture urbaine

Superficie cultivée (ha)

Jardins communautaires

17,3

Jardins collectifs

17,2

Jardins pédagogiques

0,82

Incroyable comestible 

0,24

Entreprise

0,26

Institutionnels

0,11

Total

35,9

 

En ce qui concerne la superficie des potagers domestiques, cela est encore plus difficile. Par le biais du portail Cultive ta ville, nous obtenons une superficie médiane de 6 m2 pour les 410 potagers qui ont été inscrits sur le site.

Une autre source de données nous donne d’autres pistes de calculs. Le sondage mené dans le cadre de l’étude nous relève que 60 % des jardiniers sur les 5 territoires de l’étude ont un potager dont la superficie se situe entre 10 et 50 m2. Toutefois, 26% d’entre eux cultivent seulement quelques plants. Ce qui rend la première approximation raisonnable au niveau de la médiane de 6 m2.

Partant de ce chiffre et considérant que 40%[4] des 870 373 ménages de Montréal auraient un potager, cela donne une superficie de 208 ha de potagers individuels pour la ville. Bien qu’imparfaite, cette approximation nous donne ce que nous pourrions considérer comme la superficie maximale pour les potagers individuels à Montréal.

La cartographie des potagers domestiques que nous avons réalisée nous donne un ratio médian de 24 m2 de potager par ha (Tableau 6 ci-dessous).[5] Avec une superficie totale de 28 500 ha pour Montréal,[6] cela donne une superficie approximative de 68 ha de potagers domestiques pour le territoire de la ville. Sachant que cette cartographie est une sous-évaluation des potagers, car 16% des potagers ne sont pas visibles par la méthode utilisée, nous obtenons ainsi une limite inférieure pour estimer l’apport des jardins individuels en légumes frais. Avec ces approches et données, nous pouvons estimer que les potagers individuels représentent entre 68 ha et 208 ha à Montréal.

Tableau 6. Superficie couverte par les potagers individuels dans différents territoires de Montréal et de municipalités de la communauté urbaine de Montréal.

 

Jardins individuels (m2)

Superficie médiane (m2)

Superficie du territoire (km2)

Ratio (m2/ha)

Montréal – Arrondissements ou quartiers

Rosemont Petite-Patrie

27 931

13

15,88

18

Montréal-Nord

50 589

38 (moyenne)

11,07

46

Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

44 538

26,3

42,3

11

Ville-Émard

7 280

21,3

0,84

87

Côte-Saint-Paul

3 524

16,8

1,4

25

Saint-Léonard

101 103

25,3

13,5

75

Parc-Extension

9 100

9,4

1,65

55

Autres villes de la conurbation de Montréal

Brossard

59 636

25,7

24,5

24

Longueuil

40 000

32 (moyenne)

20,5

20

Chomedey (Laval)

81 704

20

40,95

20

Terrebonne

53 723

12,5

27,2

20

 Moyenne

36

 Médiane

24

 

Contribution alimentaire de l’agriculture urbaine montréalaise

En partant de la superficie couverte par les différents types d’initiatives en agriculture urbaine à Montréal (Tableaux 5 et 6), les rendements des initiatives (Tableau 3), on peut estimer que l’agriculture urbaine sociale à Montréal peut produire entre 3 100 et 7 600 tonnes de légumes frais. Une large part (70%) de cette production est issue des potagers domestiques.

Tableau 7. Production alimentaire (en tonnes) estimée par l’agriculture urbaine sociale de Montréal.

Forme d’agriculture urbaine

Superficie cultivée (ha)

Taux de production (t/ha)

Production en légume (t)

Jardins communautaires

17,3

25

432,5

Jardins collectifs

17,2

27

464,4

Jardins pédagogiques

0,82 ha

27

22,14

Incroyable comestible 

0,24

27

6,48

Jardins d’entreprise

0,26

25

6,5

Jardin institutionnels

0,11

27

3,0

Potagers domestiques

68 – 208

32

2176 – 6656

Total

3100 – 7600

 

Ces chiffres correspondent aux besoins alimentaires en légumes de 115 000 à 280 000 personnes durant la saison estivale (5 mois), soit entre 5 et 14% de la population de la ville de Montréal. La réalité se trouve certainement entre les deux chiffres, mais notre estimation se trouve dans la même fourchette que celle établie par Marie (2019). Si on regarde seulement les légumes de notre assiette alimentaire pouvant être remplacés par le potager (48% des légumes), ce nombre de personnes passe à 230 000 et 560 000 personnes. À la lumière de ces résultats, on constate que les initiatives en AU représentent une source alimentaire importante dans un système alimentaire urbain alternatif.

Tableau 8. Apport en légumes des initiatives en agriculture urbaine sociale dans une ville comme Montréal, durant la saison estivale

 

Production alimentaire (tonne)

Nombre de personnes

% de la population

Légumes consommés (5 portions par jour)

Minimum

3 100

115 000

5 %

maximum

7 600

280 000

14 %

Légumes consommés pouvant être remplacés par le potager (48% de portions)

Minimum

3 100

230 000

10 %

maximum

7600

560 000

28 %

 

Reprenant les mêmes calculs, on peut estimer que les initiatives en AU sociale produisent pour une valeur se situant entre 25 et 56 millions dollars (Tableau 9). Pour l’instant, il existe peu d’éléments de comparaison pour valider cette valeur productive des initiatives en agriculture urbaine. Toutefois, les municipalités pourront prendre en considération cette valeur à l’aune des investissements effectués auprès des acteurs soutenant ses initiatives ou encore les programmes de jardins communautaires portés par les villes.  En outre, cette estimation ne doit pas occulter l’apport de l’agriculture urbaine à d’autres services écosystémiques, comme la lutte aux îlots de chaleur, espaces de biodiversité, espace de socialisation et d’éducation, etc. (Duchemin et al., 2008).

 

Tableau 9. Valeur marchande estimée la production alimentaire issue de l’agriculture urbaine sociale de Montréal.

Forme d’agriculture urbaine

Superficie cultivée (ha)

Valeurs

(M$/ha)

Valeur de la production en légume (M$)

Jardins communautaires

17,3

0,2

3,5

Jardins collectifs

17,2

0,19

3,3

Jardins pédagogiques

0,82 ha

0,19

0,16

Incroyable comestible 

0,24

0,19

0,04

Jardins d’entreprise

0,26

0,20

0,04

Jardins institutionnels

0,11

0,19

0,02

Potagers domestiques

68 – 208

0,23

15,6 – 47,8

Total

25 – 56

 

Perspectives

Les résultats présentés montrent clairement que les initiatives en agriculture urbaine ont un apport tant au niveau du système alimentaire domestique qu’au développement d’un système alimentaire urbain alternatif. Bien que les jardinières et jardiniers ne soient pas motivés par la réduction de leurs dépenses alimentaires, les potagers participent à leur système alimentaire domestique et permettent d’économiser au niveau des dépenses dédiées à l’alimentation de qualité.

Les potagers domestiques tout particulièrement peuvent servir de moteur pour un tel système. Les jardinières et jardiniers partageant déjà une partie de leur production, des initiatives pourraient être développées afin d’accroître ces dons et les diriger vers des ressources communautaires comme les cuisines collectives ou encore vers des frigos communautaires. De nombreuses initiatives de quartier pour une solidarité alimentaire se développent, il serait intéressant d’examiner comment les potagers domestiques pourraient s’y inscrire afin de participer à la lutte à l’insécurité alimentaire.

.

DÉTAILS SUR LES MÉTHODES UTILISÉES POUR COLLECTER LES DONNÉS DES ESTIMATIONS

Ce projet de recherche (2017-2020) a pour objectif d’outiller les acteurs sociaux québécois d’un guide d’évaluation sur les bénéfices de l’agriculture urbaine quant à l’insécurité alimentaire, la justice alimentaire et la résilience individuelle et collective pour l’alimentation, le tout dans un contexte de changements climatiques.

Données de production

Depuis 2009, dans le cadre de ses recherches, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine mesure la production alimentaire dans les potagers urbains.

Dans le cadre du projet Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux nous avons récolté une nouvelle série de données, soit des mesures dans 7 jardins individuels et 16 parcelles de jardins communautaires. Ces mesures de productivité viennent joindre les 42 autres mesures effectuées entre 2007 et 2013. Au total ce sont 16 mesures dans des jardins collectifs, 36 dans des parcelles de jardins communautaires et 14 dans des potagers individuels qui ont été effectuées. Ce qui nous donne, à notre connaissance, la série de données la plus complète dans le domaine, car en plus d’être des mesures dans différents contextes, nous avons des séries de mesures sur plusieurs années, pour le même jardin. Nous avons aussi les espèces végétales produites. Ce qui a permis de calculer des valeurs de production par m2.

Méthodologie

La collecte de la productivité des potagers s’appuie sur une méthodologie développée en 2007 et décrite par Pourias et al (2015). Le dispositif scientifique s’appuie sur la distribution d’un carnet de récolte standardisé qui inclut aussi les consignes et les éléments que devaient suivre les jardiniers participants. Ceux-ci ont été choisis à travers une campagne de diffusion sur les réseaux sociaux, lors d’événements et d’activités sur l’agriculture urbaine (fêtes des semences, distribution de compost des arrondissements, assemblées générales des jardins communautaires), etc. En 2018 et 2019, plus d’une 50aine de personnes a laissé leurs coordonnées, mais seulement 29 jardiniers ont accepté de participer à l’enquête. Afin de récolter les données de base du jardin (superficie du potager, superficie du terrain, données socio-économiques, type de jardins), des rencontres individuelles et la visite du jardin ont été effectuées lors de la remise du carnet de récolte. Une balance était aussi remise aux jardiniers lors de cette étape. Les participants utilisaient la même balance qui avait été préalablement testée par l’équipe.

Les participants devaient peser certains légumes et noter la quantité pour des légumes comme l’ail (nombre de caïeux), la salade (nombre de têtes), concombre, etc. afin de permettre la transformation monétaire des récoltes.

L’équipe de recherche a communiqué de manière régulière avec les participants afin de faire un suivi auprès de ceux-ci et assurer leur mobilisation dans le processus de récolte des données. Les carnets ont été récupérés en fin de saison, lorsque les participants fermaient leur jardin. Sur les saisons 2018 et 2019, 3 participants, sur les 29 jardiniers, n’ont pas complété leur carnet pour l’ensemble de la saison. Inutilisables, ceux-ci ont été écartés de la recherche. La raison évoquée pour l’abandon du processus par ces participants est l’effort et l’assiduité nécessaires pour cette tâche.

Données cartographiques

La cartographie a été effectuée en utilisant Google Maps, Google Earth et Bing Maps. Les potagers identifiés étaient sélectionnés sur MyMaps par un polygone et identifiés par un codage qui identifiait sa position sur le terrain. Chaque personne ayant réalisé une cartographie a suivi une formation et suivait les mêmes directives et processus de travail. L’ensemble des cartes ont été vérifiées par la même personne afin de s’assurer de l’homogénéité de l’ensemble des 10 territoires cartographiés dans le projet global. Une validation terrain a été effectuée sur 5 des territoires cartographiés. Sur les 5 territoires, la méthode sous-évalue de 16% le nombre de potager sur le terrain.  Toutefois, ce sont généralement de très petits potagers donc cette erreur n’influence pas proportionnellement la superficie totale calculée pour les potagers. Par ailleurs, seulement 2% des potagers identifiés n’en étaient pas. Souvent, ils avaient disparu ou encore ils contenaient des fleurs plutôt que des plantes potagères.

 

Remerciement

Le projet de recherche Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques et sociaux est soutenu financièrement par :

 

 

Les chercheurs principaux de ce programme de recherche sur 4 ans sont Éric Duchemin (AULAB et UQAM), Thi Thanh Hien Pham (UQAM) et Nathan McClintock (INRS). Logan Penvern, Sophie Augurusa et Gilda Rabiei Motmaen sont étudiants gradués (UQAM) dans le cadre de ce projet de recherche. Cette recherche a aussi profité des travaux des stagiaires suivants : Léa Bonneval, Pierre-Yves Simon, Mihn Hanh Pham, Maylis Blanc, Cécile Renaud, Myriam Belzile, Bastien Haehnel

 

Pour citer ce texte
Duchemin, E et N. McClintock, 2020, L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal, Carnet de Recherche AULAB, AgriUrbain : [En ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4739

 

Notes

[1] Duchemin, E et B. Enciso, 2012, Productivité maraîchère de l’agriculture urbaine : état et perspectives, conférence, Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable – Institut des sciences de l’environnement, UQAM, [En ligne] URL: http://vertigo.hypotheses.org/1280, 15 p. [+audio]

[2] Nous considérons qu’une portion représente 80g.

[3] https://cultivetaville.com

[4] Ce pourcentage est estimé en se basant sur le sondage de la Ville de Montréal (2013) montrant 42% des ménages font pousser des plantes comestibles, et sur notre sondage montrant 35% des ménages le font.

[5] Ce ratio tient compte de l’ensemble des territoires cartographiés dont certains sont très résidentiels (par exemple Rosemont-Petite-Patrie, Ville-Émard ou Côte-Saint-Paul) et d’autres avec des zones industrielles importantes (exemple : Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles ou Chomedey). Pour améliorer l’estimation de ce ratio, on pourrait considérer seulement la zone résidentielle. Dans un tel cas, le ratio serait plus en lien direct avec la typologie urbaine des  territoires, mais ne permettrait pas une estimation plus juste pour l’extrapolation des données à tous les arrondissements de la ville de Montréal. En outre, nous estimons le ratio actuel estimé de 24 m2/ha est une sous-évaluation de celui-ci. Nous restons ainsi conservateurs dans nos estimations.

[6] Les arrondissements de l’Île Blizzard et Roxboro, largement agricoles, ont été retirés de cette évaluation puisque les territoires cartographiés dans le cadre de la recherche sont fortement urbanisés.

 

 

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 14/04/2020

    […] Pour en savoir plus : L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes en temps de crise : le cas de … […]

  2. 22/05/2020

    […] Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) réalise des recherches sur l’agriculture urbaine communautaire et individuelle depuis plus de 12 ans afin de documenter la place, le rôle et les impacts de l’agriculture urbaine sociale et communautaires. Son équipe a, entre autres, réalisé de la cartographie de potagers et des mesures de production qui ont donné lieu à la publication d’un rapport sur L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes en temps de crise : le cas de M…. […]

  3. 30/06/2020

    […] des producteurs urbains et l’impact économique de ceux-ci pour le Québec, que l’impact des potagers urbains sur la sécurité alimentaire. L’un des projets phares de l’année 2019-2020 a certainement été le lancement de la Centrale […]

  4. 10/02/2021

    […] Elle est reconnue mondialement pour son dynamisme et ses fermes urbaines. Selon les études, 40% des Montréalaises et Montréalais pratiquent l’agriculture urbaine et plus de 36 entreprises agricoles urbaines produisent sur son territoire. De plus, la ville de […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search