Outil pour le suivi des projets en agriculture urbaine sur un territoire : proposition d’une typologie par Thomas Krikser

Il existe déjà de nombreuses typologies des initiatives en agriculture urbaine. Cette typologie permet de cerner les enjeux, les contraintes et les opportunités offertes par celles-ci en fonction de critères. Une telle typologie aide aussi les décideurs afin de prendre des décisions les plus éclairées possibles en ce qui concerne de nombreux éléments dont le financement et la pertinence de certains projets selon le milieu d’insertion. Ces typologies sont généralement basées sur des dimensions de durabilité (environnementale, sociale et économique) afin distinguer les différentes formes d’agriculture urbaines. Cependant, elles considèrent rarement l’agriculture urbaine sous toutes ses formes[1],[2] et, encore moins l’évolution dans le temps des initiatives.

Des chercheurs allemands, menés par Thomas Krikser de l’Université de Kassel, se sont attaqués à cette question en proposant leur typologie des initiatives en agriculture urbaine. Dans un article ont publié en 2016 dans la revue Land afin de. Cet article intitulé Urban Agriculture Oriented Towards Self-Supply, Social and Commercial Purpose : A Typology, présente un outil opérationnel permettant d’identifier et de classer les initiatives en agriculture urbaine suivant un échelle de distribution de leur production, de leurs principaux objectifs (commerciaux, socio-culturels ou d’autosuffisance) et le type de porteur de projet (individus, associations ou entreprises). De plus, les auteurs proposent une approche dynamique en insistant sur les possibles évolutions des initiatives.

L’outil distingue trois types idéalisés[3] d’initiatives. Premièrement, les initiatives d’agriculture urbaine d’autoapprovisionnement. Elles se définissent par une production alimentaire destinée aux individus qui s’y investissent. Elles fonctionnent à un niveau de distribution « micro » et sont portées par les individus ou les ménages privés. L’idéal-type de cette catégorie est le potager domestique. Deuxièmement, Ils identifient les initiatives ayant des missions plutôt socioculturelles. Elles visent l’inclusion sociale des participants, l’éducation de ces derniers ou encore les échanges culturels. Elles fonctionnent le plus souvent à un niveau de distribution « méso ». Peu, voire pas, d’intermédiaires sont présents entre les producteurs et les consommateurs dans leurs circuits de distribution. Il peut s’agir d’associations, ou d’entreprises qui occupent des terrains privés ou publiques. Les jardins pédagogiques dans les écoles ou bien les jardins collectifs en sont de bons exemples. Troisièmement, Il y a, selon eux, les initiatives commerciales sont celles qui intègrent le marché économique, à travers la vente de leur production, dans des réseaux plus ou moins directs, à plus grande échelle, dite « macro ». Ce sont des entreprises privées telle que les Fermes Lufa à Montréal.

De ces initiatives idéalisées, la typologie décline des sous-types et des types mixtes, qui correspondent aux initiatives intermédiaires par rapport aux trois idéals types. Par exemple, on pourra placer les jardins communautaires comme des initiatives qui portent des objectifs d’autoapprovisionnement et socioculturel s’ils rassemblent les jardiniers dans des lieux communs à des fins de production alimentaire individuelle, tout en donnant l’opportunité de participer à des ateliers ou de s’investir dans les comités de jardins. Ainsi, on peut distinguer les jardins communautaires comme des types mixtes entre les types d’autoapprovisionnement et socioculturel s’ils sont le lieu de nombreuses activités sociales, ou plutôt comme des sous-types d’autoapprovisionnement lorsque chacun y vient seulement pour jardiner et s’alimenter à partir de sa production individuelle.

La typologie est la base afin de pouvoir analyser un mouvement, une réalité sur le terrain ou fournir des éléments pertinents aux décideurs. La typologie précède la conceptualisation et les analyses empiriques. D’une part, elle permet de prendre connaissance des activités des acteurs locaux et de les situer par rapport à leurs voisins[4]. D’autre part, elle permet de faire un état des lieux, qui se voudra le plus exhaustif possible, pour compter le nombre d’initiatives associées aux différents types d’agriculture urbaine sur un territoire donné. Ce recensement permet donc de donner un visage aux activités en agriculture urbaine et d’évaluer leur diversité.

Jardins communautaires (ouvriers) typiques de l'Allemagne

Jardins communautaires (ouvriers) typiques en Allemagne

Dans cet article les auteurs ont utilisé leur modèle afin de placer 52 projets allemands dans la grille d’analyse, tout en réalisant des entrevues avec 14 porteurs de projets berlinois. Ils ainsi amorcé une analyse croisée entre la typologie et les propos des acteurs de terrain. Toutefois, comme mentionné dans l’article, un tel outil est avant considéré pertinent par les chercheurs, plus que par les décideurs. L’opérationnalisation de l’outil apparaît ainsi un élément clef, ce qui n’a pas été traité par les auteurs de l’article.

Figure 1. Typologie proposée par Thomas Krikser et al (2016). Distribution de 52 projets allemands en agriculture urbaine, montrant une forte mixité des projets, mais une dominante associatif/entreprise (économie sociale).

Les auteurs insistent également sur le fait que cet outil permettra des études longitudinales en recensent les initiatives en agriculture urbaine à travers des intervalles de temps. C’est certainement l’une des forces de cette typologie qui a été opérationnalisée à travers un outil simple. Celui-ci pourra permettre de mesurer si certaines formes d’agriculture urbaine sont de plus  présentes sur un territoire ou si elles tendent à disparaître. Il permet aussi une analyse de l’évolution des initiatives du mouvement sur un territoire.

Une application de cette typologie au territoire québécois, là où une multitude d’initiatives en agriculture urbaine se développent, permettrait de faire le point sur les formes d’agriculture urbaine les plus présentes et sur les évolutions liées à ce mouvement. Toutefois, les auteurs esquivent l’enjeu de l’identification rigoureuse et exhaustive des initiatives pour le fonctionnement de l’outil. Une identification biaisée des projets rend l’outil tout aussi biaisé pour la prise de décision ou la recherche. Comment réaliser des recensements exhaustifs de tous les projets sur un territoire et pouvoir le faire à intervalle régulier est l’un des axes de recherche du Laboratoire sur l’agriculture urbaine. En outre, il faut aussi retenir que des typologies complémentaires resteront nécessaires malgré l’utilisation de celle-ci, dont sur les fermes urbaines[5] ou encore les initiatives communautaires dont les axe d’intervention peuvent être plus sociale et environnementale qu’alimentaire. L’outil développé ici prend comme prémisse que l’agriculture urbaine est un outil alimentaire devant s’inclure dans le système alimentaire.

L’application concrète de cet outil aux initiatives d’agriculture urbaine berlinoises par les auteurs révèle principalement des types mixtes. Ce constat témoigne donc du développement de l’agriculture urbaine dans toute sa diversité et sa multifonctionnalité[6]. Cela semble également être le cas au Québec, avec la création de nombreuses initiatives innovantes. C’est le cas, par exemple, pour la centrale agricole[7] à Montréal, inaugurée en novembre 2019, qui correspond à un type mixte entre les types commerciaux et socioculturels. En effet, les entreprises qui composent cette coopérative distribuent leur production aux échelles « méso » et « macro », profitent de leurs complémentarités et mutualisent leurs compétences. Au Québec, le développement d’une multitude d’initiatives d’agriculture urbaine pourrait être mieux compris géographiquement par l’usage d’un tel outil.

Source

Krikser, T., Piorr, A., Berges, R. et Opitz, I. (2016). Urban Agriculture Oriented towards Self-Supply, Social and Commercial Purpose: A Typology. Land, 5(3), 1‑19. doi: 10.3390/land5030028

Notes

[1] Voir l’exemple suivant de typologie exhaustive proposée par Eric Duchemin (2013). Agriculture urbaine d’hier à aujourd’hui : une typologie. Dans Agriculture urbaine: aménager et nourrir la ville (Les éditions en environnement VertigO, p. 78). Montréal.

[2] E. Duchemin, F. Wegmuller et A.-M. Legault, « Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods », Field Actions Science Reports [En ligne], Vol. 1 | 2008, mis en ligne le 16 janvier 2009, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/factsreports/113

[3] Ce sont des exemples, le plus souvent fictifs, qui correspondent aux extrêmes suivant les critères choisis.

[4] On pourrait par exemple appliquer cette typologie au bottin des producteurs et productrices urbains du Québec porté par le carrefour de recherche d’expertise et de transfert en agriculture urbaine (CRETEAU) : http://cretau.ca/index.php/ressources/bottin-des-producteurs-et-productrices/

[5] Duchemin,E. et J.P. Vermette, 2020, Fermes urbaines : définition, Agriurbain, En ligne URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4585

[6] E. Duchemin, F. Wegmuller et A.-M. Legault, « Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods », Field Actions Science Reports [En ligne], Vol. 1 | 2008, mis en ligne le 16 janvier 2009, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/factsreports/113

[7] Une coopérative d’agriculteurs urbains qui s’entraident et échangent leur savoir en travaillant dans un lieu commun pour développer leurs entreprises.

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts


Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...