Autonomie alimentaire du Québec : un financement sera nécessaire dans les exploitation agricole urbaine et l’innovation

Si le Québec a l’une des plus anciennes fermes urbaines, la première serre commerciale sur toit et la plus grande ferme sur toit au monde, des investissements majeurs et de la R&D seront nécessaires pour développer l’autonomie alimentaire de la province durant les saisons froides et peu ensoleillées. En plus d’un climat froid, le climat nordique veut aussi dire un faible ensoleillement. L’innovation est la pierre angulaire de cet enjeu. En climat nordique, l’autonomie alimentaire passe par la production intérieure et l’utilisation d’éclairage artificielle. Pour cela, plus que des systèmes de production, c’est tout un écosystème d’innovation, allant de l’éclairage, aux systèmes de contrôle, à la récupération d’énergie et à l’autonomisation qui est nécessaire. Il y a déjà des entrepreneurs québécois qui ont pris ce virage et le Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine du Québec (CRETAU) suit de près cette évolution, tout en y participant. En décembre 2019, le CRETAU a ainsi lancé, avec des partenaires, la Centrale agricole qui regroupe de nombreux producteurs agricoles urbains en intérieur.

Un écosystème de recherche et innovation sera essentiel. Un écosystème regroupant les forces dans le domaine de l’innovation au niveau de la production alimentaire, mais aussi de la distribution.

Pourtant la recherche dans le domaine semble encore largement absente. Avec ses divers programmes, le MAPAQ a soutenu avec plus près de 110 millions de dollars la recherche et le transfert dans ses programmes R&D et innovation entre 2015 et 2019[1]. Toutefois seulement 3 projets concernent plus directement la production urbaine, soit 2 projets de transfert et un projet de recherche sur l’élevage d’insectes, pour un total de 272 441$. En 2019, un projet de vitrine technologique sur les entotechnolgies, porté par le CRETAU et TriCycle, a été financé. La recherche en serre, dont certaines recherches peuvent être d’intérêt pour le développement de l’agriculture urbaine, a été financée pour un total 3 444 105$. Conjointement, cela représente moins de 5 % de l’investissement dédié au développement d’une agriculture urbaine à l’année, et aucun projet financé par le MAPAQ, dans le cadre des financements de R&D et innovation, ne porte spécifiquement sur des enjeux de la production en intérieur ou la production sur toit. Puisque que ce sont des programmes normés, cela dénote avant tout une absence et de chercheurs en agronomie intéressés par cette réalité. En outre, ce sont aussi des recherches en ingénierie (mécanique, logiciel, etc.) et en architecture qui seraient nécessaires dans le domaine, ce qui n’est pas couvert par les programmes du MAPAQ.

Mais au-delà du soutien gouvernemental, il y a le soutien du secteur privé.

Financements en capital de risque à travers le monde pour les fermes urbaines

Actuellement, les investissements majeurs dans les projets de fermes urbaines sont surtout aux États-Unis et en Europe (Tableau 1). Ceux-ci propulsent le développement de projets d’envergure, tels que Freight farms, Bowery Farm, Aerofarm, Plenty, Ynsect ou Infarm. Au Canada, malgré nos recherches exhaustives et la consultation d’autres experts canadiens, seulement quatre projets semblent avoir profité d’investissements privés importants[2], soit les Fermes Lufa (10M$CAN sur 7 ans, dont une grande majorité dans les dernières années et sous forme de prêts), Entomo Farm (1M$CAN et un investissement non connu de l’entreprise Maple Leaf), Ripple Farms et Elevate Farm.

Tableau 1. Financement de capital-risque (en majorité) dans des fermes urbaines dans le monde.

Pays

Montant1

Type de ferme

Canada

Fermes Lufa (Québec)

10 M$ 2

Serres sur Toit

Entomo Farm (Ontario)

1 M$ (2015) 3

Intérieur – Insecte

Elevate Farm (Ontario)

1,8 M$US

Intérieur – hydroponie

Ripple Farms

2.75 M$CAN

Intérieur – conteneurs

Aux États-Unis

Square Roots Grow

5,4 M$US

Intérieur – conteneurs

Bowery Farm.

117 M$US

Intérieur – hydroponie

Aerofarm

238 M$US

Intérieur – hydroponie

BrightFarms

55 M$US

Serres – hydroponique

80 acres Farms

55 M$US

Intérieur – hydroponie

Plenty Farming

200 M$US.

Intérieur – Hydroponie

Gotham Greens

$30,1M

Serres (toit et sols) – Hydroponie

Brooklyn Grange

$600 000 4

Ferme maraichère sur toit

Exo

4 M$US

Insectes

 

 

 

En Europe

Agricool

42 M$US

Intérieur – conteneurs

BIGH

5,1 M$US

Serre sur toit – Aquaponie

InFarm

134,5 M$US

Intérieur – modules

UpCycle

2,7 M€

Intérieur – champignons

Ynsect

110 M€

Intérieur – insectes

Entomo Farm (France)

4,2 M€

Intérieur – insectes

GrowUp

1,1 M£

Intérieur –  Greens

Urban Farmers (Faillite)

6,2 M$

Intérieur – aquaponie

Harvest Urban Farms (Faillite)

3 M$

Intérieur – aéroponie

1 Une grande majorité de l’information provient CrunchBase, mais les données ont été validées par d’autres sources, 2 Les investissements de Lufa sont avant tout du financement provenant des associés aux projets et un prêt de 3M$ du Fonds de solidarité FTQ, 3 Maple Leaf Foods a participé à l’entreprise en 2019 avec un financement non dévoilé, 4 Le financement de Brooklyn Grange provient de la ville de New York et non de fonds privés.

 

Selon les informations disponibles, entre 2016 et 2017 le financement des fermes urbaines par du capital de risque aurait augmenté de 650 % passant de 36 M$US à 271 M$US. Les levées de Fonds par du socio-financement des fermes intérieures auraient quant à eux augmentées de 900% passant de 2,8 M$US 28 M$US. Mais avec les levées de fonds, après 2017, par des fermes comme Plenty, Bowery Farm ou Ynsect, ces montants ont plus que doublé. Cela n’est toutefois n’est pas sans risque, car certaines fermes ont fait faillite, mais encore une fois le manque de recherche dans le domaine et de collecte de données fiables laisse les bailleurs de fonds et les décideurs dans le brouillard.

Les experts estiment que le marché de ces fermes intérieures va devenir être un marché mondial de plus 6,4 milliards de dollars en 2023[3]. Il y a déjà plus de 240 fermes intérieures au Japon et plus de 50 aux États-Unis. Au Québec quelques projets comme Nova Farming, Aqua Verti et La boite maraichère émergent. Il y a aussi Inno-3B qui lui se spécialise dans l’automatisation et le développement de technologies ou encore Sollum qui développe des systèmes d’éclairage adaptés. Et il y a évidemment les Fermes Lufa. Toutefois, cet écosystème reste très fragile et l’innovation demande des soutiens importants pour une participation des Fermes urbaine à l’autonomie alimentaire du Québec, au développement d’un savoir-faire pouvant s’exporter et aux développements technologiques.

Ce type d’investissements en projets innovants sert à la production alimentaire, mais également au développement de nouvelles technologies pouvant par la suite être intégrées dans les systèmes de production nationale, ou bien pour leur exportation. De plus, ce développement sert au perfectionnement de ressources humaines compétentes en techniques de production alimentaire, en création de systèmes automatisés, ou en ingénierie.

La place des producteurs agricoles urbains dans la sécurité alimentaire nationale

Afin de permettre le développement d’une agriculture qui pourra nourrir la population québécoise à l’année et répondre aux enjeux environnementaux du 21e siècle, des investissements doivent être envisagés à long terme pour la production urbaine.

Les fermes urbaines ont le potentiel d’être des actrices importantes d’une transition du système alimentaire québécois, mais aussi de la ville. Elles ont le potentiel d’utiliser les sources d’énergie actuellement perdues ou sous-utilisées comme celle des bâtiments, des industries ou encore des serveurs. Cela demandera toutefois de multiples adaptations des bâtiments, de notre façon de concevoir la ville, mais aussi le développement de la robotisation en agriculture, du stockage de l’énergie, etc. Et surtout cela demandera l’implication des acteurs de la recherche universitaire en agronomie, mais aussi en design, architecture, ingénierie, informatique, gestion, urbanisme et alimentation.

Notes 

[1] https://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/md/RDinnovation/Pages/projets.aspx

[2] Cela ne tient pas compte de l’investissement réalisé directement par les entrepreneurs.

[3] Propos recueilli par la BBC auprès de Jeffrey Landau, Director of business development, Agritecture Consulting

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/04/2020

    […] Pour en savoir plus sur le financement en agriculture urbaine actuellement : https://agriurbain.hypotheses.org/4783 […]