Biodiversité et services écosystémiques des jardins communautaires : influence des jardiniers

Les jardins communautaires sont des espaces gérés par des résidents de la ville. Ces jardins peuvent être une source de biodiversité et rendre d’autres services écosystémiques (SE) comme la production de denrées alimentaires, la réduction de la pollution ou la réduction des îlots de chaleur en ville. De ce fait, avec l’augmentation de l’urbanisation, ces espaces agricoles urbains peuvent représenter des oasis de biodiversité fonctionnelle indispensables.

L’article Biodiversity and Direct Ecosystem Service Regulation in the Community Gardens of Los Angeles, rédigé par Lorraine Weller Clarke et G. Darrel Jenerette, publié en 2015 dans le journal Landscape Ecology s’intéresse aux liens entre la biodiversité et les services écosystémiques que peuvent rendre les jardins communautaires, ainsi que le contexte socio-économique et culturel des résidents qui les entretiennent. En effet, la variation de biodiversité observée entre des jardins communautaires peut être influencée par de multiples facteurs, dont les revenus des résidents, la fonction qu’ils attribuent à leur parcelle et leur milieu social.

Trois échelles écologiques de biodiversité végétale ont été considérées dans le cadre de cette recherche :

  • la diversité au sein du lot individuel,
  • la diversité à l’échelle du jardin entier et
  • la diversité entre les différents lots dans un même jardin.

À travers l’étude de 14 jardins communautaires de Los Angeles (Californie) durant 3 ans, les chercheurs ont étudié les variations temporelles et spatiales de la biodiversité végétale et de la production de SE. Ceci dans le but de connaître les facteurs économiques, sociaux et biophysiques qui régulent ces impacts et de quantifier la biodiversité des jardins communautaires de Los Angeles.

Un total de 707 espèces a été identifié avec une majorité de plantes ornementales (442), suivi des plantes comestibles (229) et une petite minorité de plantes médicinales (44). Les résultats montrent que la biodiversité d’un jardin communautaire répond à une priorisation des besoins des jardiniers couplée à leurs préférences culturelles. En effet, selon cette étude, les jardins des régions où la population à des revenus moindres contiennent davantage d’espèces comestibles tandis que les jardins où les jardiniers ont de plus hauts revenus investissent, dans une plus grande mesure, dans la diversité de plantes ornementales. Ainsi, les résultats indiquent que les jardiniers ayant des revenus plus modestes préfèrent cultiver des ressources alimentaires qu’ils n’auront pas à acheter plutôt que d’investir dans des plantes ornementales.

Ensuite, il a été constaté que l’origine ethnique des jardiniers influence la biodiversité au sein de leur jardin. En effet, une identité culturelle et traditionnelle est maintenue dans les jardins communautaires dont les jardiniers sont issus de l’immigration. Par exemple, les jardins dont les jardiniers étaient majoritairement hispaniques comprenaient des espèces significativement différentes de celles des jardins non immigrants. Enfin, cette étude n’a pas montré d’effet du nombre d’années de culture d’un jardin sur la biodiversité d’espèce ou l’abondance.

Pour conclure, la biodiversité végétale des jardins est influencée à la fois par les revenus, la culture, la gestion et le lieu. Les jardins offrent ainsi une réserve de biodiversité végétale non négligeable. Ce qui constitue un nouvel élément de réflexion pour l’aménagement des jardins et la gestion des programmes municipaux d’agriculture urbaine.

L’abeille des citrouilles

Les liens entre cette diversité végétale dans le maintien des insectes pollinisateurs ou dans les pratiques des jardiniers seraient des pistes de recherches intéressantes pour compléter cette étude. Une étude publiée en 2017 dans la revue Peer J par Etienne Normandin montre que les jardins communautaires ont le plus haut niveau de diversité fonctionnel dans les espaces verts urbains et qu’ils contribuent substantiellement au maintien des communautés d’abeilles urbaines en offrant un service écologique pour les pollinisateurs. Mais d’autres expérimentations, dont la mise en place de zones de plantation dédiées à la biodiversité, la mise en place d’installation pour les pollinisateurs ou encore de la reproduction d’une telle recherche au Québec dans des jardins communautaires et collectifs et des potagers individuels, nous permettrait de mieux comprendre le rôle de ces formes d’agriculture urbaine dans un ensemble d’actions que les municipalités mettent en place pour préserver ou développer la biodiversité en ville.

Sources

L.W. Clarke et D.Jenerette, 2015, Biodiversity and Direct Ecosystem Service Regulation in the Community Gardens of Los Angeles, CA, January 2015Landscape Ecology 30:367-653, DOI: 10.1007/s10980-014-0143-7

Normandin, E., N.J. Vereecken, C.M. Buddle et V. Fournier, 2017, Taxonomic and functional trait diversity of wild bees in different urban settings, March 2017PeerJ 5(1748):e3051 DOI: 10.7717/peerj.3051

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...