43% des familles québécoises ont un potager

La situation sanitaire entourant la COVID19 semble avoir déclenchée une course à l’autosuffisance alimentaire et aux potagers urbains. À la lecture des médias, le Québec se serait découvert un amour incommensurable pour le potager et l’achat alimentaire local. Il faut dire que selon les différents sondages effectués depuis 2011, ce sont entre 35% et 42% de la population montréalaise ou québécoise qui dit faire pousser des plantes potagères à la  maison ou dans des espaces collectifs.

Les données d’un sondage omnibus effectué à la fin mars 2020 montrent que 43% des familles québécoises ont un potager, soit un nombre similaire aux études précédentes.

Ceci est surprenant sachant que généralement les crises montrent un regain du potager et de l’agriculture urbaine. Ceci a été observé et mesuré aux États-Unis lors de la crise économique de 2008 et lors des crises économiques en Espagne et en Grèce[1],[2]. Ainsi, nous savons qu’aux États-Unis, en 2008, 31% des ménages, soit 36 millions de personnes, avaient faisaient pousser des fruits et légumes[3]. Dans la même étude, la National Gardening Association soulignait qu’ils seraient plus 43 millions de personnes à le faire en 2009, soit une augmentation de 19%.

Dans le cas d’une crise sanitaire comme celle que nous vivons, malgré une forte augmentation du taux de chômage au Québec, on ne semble pas observer la même évolution. Même si on sait que le potager peut-être une source alimentaire non-négligeable. Il faut toutefois considérer que le sondage montre que les personnes en situation économique précaire sont celles qui n’ont généralement pas de potager. L’accès à un espace de culture, un accès qui n’est pas équitable puisque de ce sont les propriétaires plus de que les locataires qui y ont accès, est un paramètres important pour la pratique de l’agriculture urbaine.

L’étude des donnée de ce sondage omnibus continue et l’étude se poursuit  avec un sondage internet plus long (temps de réponse entre 15 et 20 minutes) auquel les québécoises et québécois sont encore invités à répondre. Ce sondage vise à mieux comprendre les enjeux et les motivations de ceux qui ont un jardin depuis longtemps, qui sont nouveaux jardiniers ou qui ne cultivent pas de légumes ou de fruits chez eux.

Vous pouvez encore y répondre ! Et n’hésitez pas à le diffuser
Le potager comme action dans le cadre d’une crise ou d’une pandémie : COVID19
https://fr.surveymonkey.com/r/YX32KRL

Notes

[1] Laura Calvet-Mir, Hug March, 2019, Crisis and post-crisis urban gardening initiatives from a Southern European perspective: The case of Barcelona, European Urban and Regional Studies, Volume: 26 issue: 1, page(s): 97-112

[2] Haniotou H., Dalipi E. (2018) Urban Gardens in Greece: A New Way of Living in the City. In: Glatron S., Granchamp L. (eds) The Urban Garden City. Cities and Nature. Springer, Cham

[3] National Gardening Association. 2009. The impact of Home and Community Gardening in America. sous la dir. de National Gardening Association.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search