La durabilité des fermes urbaines : un outil pour évaluer les exploitations urbaines

Plusieurs outils d’évaluation de la durabilité des entreprises agricoles existent. Les Indicateurs de durabilité des exploitations agricoles (IDEA), la méthode du réseau agriculture durable (RAD) ou encore le diagnostic de l’agriculture paysanne de la Fédération des associations pour le développement de l’emploi agricole et rural (FADEAR) sont autant de méthodes qui évaluent la durabilité des systèmes et qui sont applicables à l’échelle des entreprises agricoles. Pour autant, ces dernières ne sont pas toujours adaptées aux fermes urbaines.

C’est dans ce cadre que Agnès Lelièvre et Paola Clerino de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INREA) et d’AgroParisTech, proposent la création un nouvel outil pour évaluer la durabilité des fermes urbaines, inspiré des méthodes précédemment citées. Dans le cadre de la communication Developing a Tool to Evaluate the Sustainability of Intra-Urban Farms, elles amorcent ce travail avec divers acteurs du mouvement français de l’agriculture urbaine.

7 objectifs de durabilité pour les exploitations agricoles urbaines

Dans un premier temps, les auteures ont travaillé avec un groupe de 8 personnes rassemblant des scientifiques, des agriculteurs et agricultrices urbains et un élu municipal afin de définir les objectifs et les critères d’évaluation de l’outil.

Ce groupe a proposé 7 objectifs de durabilité pour les fermes urbaines:

  1. Minimiser l’impact et maximiser les services de la ferme envers la ville, principalement en termes de gestion des ressources (eau, sol, biodiversité, air, chaleur, déchets)
  2. Valoriser le lien entre la ferme et la ville et contribuer au métabolisme urbain
  3. Monter des projets économiques pertinents (économie sociale et solidaire, création de valeur, viabilité, etc.)
  4. Contribution à l’éducation environnementale et alimentaire des citadins
  5. Connecter les consommateurs et les producteurs
  6. Favoriser l’accès à de nouveaux espaces pour les citoyens
  7. Embellir le paysage urbain

Par la suite, elles ont testé la pertinence de leur proposition auprès de 28 personnes, professionnels de l’agriculture urbaine, élus municipaux et d’autres parties prenantes travaillant dans le domaine. Après avoir confirmé la pertinence des objectifs proposés par le premier groupe d’experts, ces derniers ont évalué l’importance des 30 critères associés à l’une des trois dimensions de l’outil proposé: agroenvironnementale, socioterritoriale ou économique.

Dimension agroenvironnementale

Les critères de la dimension agroenvironnementale auxquels les professionnels ont accordé le plus d’importance touchent, en premier lieu, la gestion des ressources, que ce soit à travers un usage raisonné de ces dernières ou le recyclage des matières utilisées. En deuxième lieu, la préservation de la biodiversité, par la diversité des cultures et la préservation de la faune et de la flore, fait partie des critères les plus importants. Enfin viennent les critères liés à la gestion de l’entreprise, notamment à travers la considération des enjeux environnementaux dans la planification des activités ou encore la sobriété des techniques de production.

On constate ici que ces critères s’attardent en priorité à limiter l’impact des fermes urbaines sur leur environnement et leur capacité d’intégrer des ressources urbaines dans leurs activités, afin de réduire l’impact environnemental de la ville.

Dimension socioterritoriale

La dimension socioterritoriale, quant à elle, est surtout considérée à travers les conditions de travail des porteurs de projets. Ensuite, les liens créés avec les partenaires locaux et la société, par exemple par la portée pédagogique du projet, ont été valorisés par les personnes consultées.

La gouvernance et la gestion de la ferme urbaine, par la transparence et une bonne planification, ont également une incidence importante sur cette dimension selon les personnes consultées. Enfin, l’accès aux espaces et l’aménagement paysager sont moins prioritaires. Ainsi, les projets de fermes urbaines semblent plus être perçus comme des vecteurs de lien social par les professionnels que de simples éléments du paysage urbain.

Dimension économique

Enfin, parmi les critères de la dimension économique, les personnes consultées donnent plus d’importance à la contribution du projet à l’économie locale. Ensuite, dans l’ordre de priorité accordé par ces personnes, viennent la gestion de l’entreprise – surtout en regard de la répartition des surplus financiers générés – le potentiel de transmission des projets, leur autonomie financière, la qualité des produits et le recours à des certifications (ex. biologique).

Les fermes urbaines durables sont donc considérées comme des entreprises qui doivent stimuler l’économie locale, mais en intégrant certaines valeurs de l’économie sociale et solidaire, le tout grâce à des produits de qualité.

Intégration à la ville : un élément important pour les porteurs de projets

Finalement, à partir de l’ordre d’importance donné aux différents critères par les personnes consultées, il semblerait qu’elle sont particulièrement préoccupées par les aspects d’intégration des projets au métabolisme urbain, que ce soit à partir de la préservation des ressources, du lien à établir avec les citoyens ou grâce à leur contribution au développement économique local.

Ces premières propositions semblent paver la voie pour la création d’un outil d’évaluation de la durabilité des fermes urbaines. Par ailleurs, cette étude n’est que le préliminaire d’autres travaux viseront à définir un outil opérationnel à destination des collectivités et des professionnels de l’agriculture urbaine afin d’alimenter la réflexion sur la capacité des fermes urbaines à contribuer au développement de villes plus durables.

Source

Lelièvre, A. et Clérino, P. (2018). Developing a Tool to Evaluate the Sustainability of Intra-Urban Farms. 13ème symposium européen de l’International Farming Systems Association, Thème 5 – Sustainable agrifood systems, value chains and power structures (p. 11). Chania, Grèce.

 

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts


Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search