Une nouvelle étude propose des scénarios viables pour la production aquaponique de taille moyenne

 L’aquaponie – un système qui unit la pisciculture à l’hydroponie – fait l’objet d’un vif intérêt en raison de son potentiel à s’inscrire dans un système de production agricole durable. Toutefois, la profitabilité de l’aquaponie peine encore à être démontrée[1], comme l’indique la récente faillite d’Urban Farmers à la Haye[2]. Une nouvelle étude en Allemagne offre toutefois des données prometteuses.

L’article Profitability of Multi-Loop Aquaponics, de Baganz et ses collègues, publié en 2020 dans la revue Aquaculture Research se base sur les données d’une ferme à Waren, en Allemagne, utilisant un système aquaponique à double recirculation[3] qui permet de gérer indépendamment les cycles de l’eau des unités d’élevage et de culture. Le système fait partie du projet INAPRO, financé par l’Union européenne en 2018. L’unité d’aquaculture qui élève des poissons-chats nord-africains (Clarias gariepinus) en bassins est liée à une unité hydroponique de culture de tomates.

Méthodologie de l’étude

L’étude réalise une analyse de profitabilité sur une année de production. La méthode employée inclut la condition aux limites, l’estimation des coûts, des bénéfices et des soldes (incluant la marge, le retour sur investissement et la durée de remboursement) pour deux scénarios financiers optimisés basés sur la situation initiale à la ferme, et un cas type indépendant.

Le scénario A anticipe une augmentation de la productivité de l’élevage et la culture de tomate par l’optimisation des procédés, alors que le scénario B prévoit les mêmes augmentations de productivité que le scénario A en plus d’un agrandissement de la serre horticole de 352 m2 à 1 100 m2. Le cas type représente le scénario B s’il était conçu de manière indépendante et non à partir d’une installation existante.

Étant donné que les optimisations des scénarios A et B sont inhérentes au projet initial financé sans crédit (INAPRO,2018), les investissements supplémentaires pour les scénario B ont été modélisés également sans crédit. Ainsi, la marge brute de ces deux cas a été calculée sans dépréciation ni intérêt. Pour la modélisation du cas type, les auteurs ont pris en compte le fait que la plupart des exploitations de production aquaponique se réalisent à l’aide de prêts bancaires. Ainsi, un emprunt a été inclus dans la modélisation pour couvrir les coûts du terrain, des installations et de la première année d’opération.

Les auteurs ont également pris en compte dans les scénarios A et B des revenus engendrés par une unité de cogénération, qui revend l’électricité excédentaire au réseau. Cette unité n’a pas été incluse dans le cas type.

L’analyse utilise un calcul du retour sur investissement simplifié pour mesurer la performance économique des scénarios, qui n’inclut ni la dépréciation, ni les intérêts, ni les taxes. La période de remboursement calculée est arrondie à l’année et l’effet d’inflation n’a pas été pris en compte pour les calculs.

Résultats de l’étude

Alors que la situation initiale n’est pas rentable, les analyses de profitabilité des auteurs démontrent que, dans le scénario A, une double augmentation de productivité d’élevage et de culture assure une diminution de l’écart entre les coûts et les revenus, mais ne permet pas d’atteindre le seuil de rentabilité. Cette augmentation de productivité d’un facteur 1 à 1,64 pour l’élevage et d’un facteur 1 à 2,46 pour la production de tomates pour le scénario A se base sur une analyse comparative du rendement d’autres fermes aquaponiques et implique une meilleure gestion de la ferme par une main d’œuvre plus expérimentée, ainsi qu’un meilleur taux de conversion des aliments pour les poissons.  

Dans le scénario B, l’augmentation de la productivité et de la surface de production de tomates permet de créer un modèle rentable qui rembourserait en 11,8 ans l’investissement de 790 000 € lié à l’installation initiale, l’agrandissement de la serre horticole, le terrain et la première année d’opération. En outre, l’augmentation de la surface de culture permet d’accroître l’utilisation des fertilisants issus de l’unité aquaponique, qui étaient jusqu’alors sous-utilisés. La productivité de l’unité d’élevage augmenterait d’un facteur 1 à 1,64, alors que la productivité de culture augmenterait d’un facteur 1 à 8,46 par rapport au scénario initial.  

Le cas type quant à lui est construit en se basant sur une surface totale de 2 000 m2, ajoutant à la surface du scénario B une salle d’abattage, une salle de vente et des bureaux qui ne sont pas inclus dans les autres scénarios. Tout comme les scénarios A et B, ce cas type présuppose une commercialisation directe de la production. Les coûts ont été ajustés pour prendre en compte le fonctionnement d’une ferme indépendante. Ce modèle est rentable et permet de rembourser en 7 ans l’investissement de départ (estimé identique au scénario B, soit de 790 000 €).

Bien que ces résultats soient prometteurs, les auteurs mettent en garde contre des conclusions hâtives. En effet, la ferme de Waren est située dans un lieu touristique qui permet à l’entreprise d’écouler sa production de tomate en vente directe, à un prix élevé. La viabilité du scénario B dépend de la capacité à conserver ce prix de vente élevé et présuppose que le marché est capable d’absorber la production supplémentaire à ce prix.  Cet impératif de prix de vente s’applique également au cas type.

Finalement, Baganz et ses collègues démontrent, par leurs scénarios, qu’il est possible de développer une exploitation aquaponique de taille moyenne viable en périmètre urbain à condition d’être placée dans un marché local approprié. La technologie utilisée est adaptée à la ville dans la mesure où elle permet de réduire à zéro les déchets issus de l’aquaculture et de s’inscrire dans une économie circulaire qui bénéficie de synergies telles que la récupération de chaleur excédentaire du milieu urbain ou le partage de certaines infrastructures. Il faut rappeler qu’un tel projet présente un risque élevé lié au prix de vente et que des modèles de coopération peuvent être envisagés pour réduire certains coûts. En outre, il est pertinent de considérer des sources de revenus additionnels telles que la création de services agrotouristiques et d’éducation. Ainsi, l’emplacement, le marché, la diversification, les connaissances, les optimisations techniques et la réduction des coûts sont autant de facteurs qui influenceront le succès d’un tel projet.

Notes

[1] Love, David C., Jillian P. Fry, Ximin Li, Elizabeth S. Hill, Laura Genello, Ken Semmens, and Richard E. Thompson. “Commercial Aquaponics Production and Profitability: Findings from an International Survey.” Aquaculture vol 435 (January 1, 2015): p. 67–74. https://doi.org/10.1016/j.aquaculture.2014.09.023.

[2] Ancion, Nicolas, Haissam Jijakli, and Nathalie Crutzen. “The Case of the Bankruptcy of Urban-Farmers in the Hague,” 2019. https://orbi.uliege.be/handle/2268/241639.

[3] En anglais: “double recirculating aquaponic system“ (DRAPS)

Source

Baganz, Gösta, Daniela Baganz, Georg Staaks, Hendrik Monsees, and Werner Kloas. “Profitability of Multi-Loop Aquaponics: Year-Long Production Data, Economic Scenarios and a Comprehensive Model Case.” Aquaculture Research 51, no. 7 (2020): p. 2711–24.

 

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search