Du terreau à partir de ressources urbaines pour faire pousser des légumes sur les toits en ville

La concentration grandissante de la population dans les zones urbaines apporte son lot de problèmes. En effet, elle raréfie les espaces disponibles pour pratiquer de l’agriculture urbaine. La liste d’attente des citadins demandant un jardin urbain s’allonge. Ainsi, l’exploitation d’espaces inutilisés comme les toits de bâtiments en ville est une solution pour augmenter la superficie dédiée à l’agriculture urbaine. De plus, la forte urbanisation actuelle cause une augmentation de la pollution du sol, de l’eau, de l’air et des matières résiduelles. C’est pourquoi l’idée d’utiliser des déchets urbains comme substrat de culture ou substitut au terreau est souvent évoquée. Cette réutilisation permettrait de recycler une partie des matières résiduelles tout en augmentant la superficie de «nature» en ville.

Dans le cadre du programme de recherche Projet Pilote des Toits Parisiens Productifs (T4P) une équipe d’AgroParistech, incluant un fondateur de l’entreprise Topager, a voulu mettre cette idée en pratique sur les toits de cette école située en plein Paris (France). Les résultats de leur étude sont présentés dans l’article Recycling Urban Waste as Possible Use for Rooftop Vegetable Garden qui a été publié en 2015 dans le journal Future of Food: Journal on Food, Agriculture and Society. Elle fournit un premier et rare aperçu du potentiel d’utilisation des ressources urbaines pour la mise en culture sur les toits. L’objectif de cet article est d’évaluer la capacité d’un tel système de culture en se centrant sur sa productivité et sur la présence et la concentration de certains polluants dans les aliments produits.

Dans le cadre du projet pilote qui s’est déroulée sur 2 ans, trois types de déchets organiques urbains ont été utilisés comme substrat de croissance : du compost de déchets verts, du bois déchiqueté, du marc de café inoculé avec du mycélium de Pleurotus Ostreatus. A total ce sont cinq mélanges qui ont été testés. Les différents éléments composant les substrats ont été déposés en couche successive. Du terreau commercial a été utilisé comme témoin.

Les espèces qui ont été cultivées sont la laitue, la tomate cerise et l’engrais vert (Trifolium incarnatum et Secale cereale). Seuls des intrants biologiques ont été appliqués au début de la saison de culture. Au niveau des échantillonnages et des analyses, la récolte a été pesée afin de déterminer la production précise de biomasse de la culture. De plus, cinq métaux que l’on trouve actuellement dans les sols de jardins urbains pollués ont fait l’objet d’analyses (Cd, Pb, Cu, Zn et Hg).

Des rendements importants pour les substrats diversifiés

Les rendements les plus élevés ont été obtenus, chaque année, pour les terreaux avec la plus grande diversité en termes de substrats. Selon les auteurs c’est la disposition en couche qui semblerait avoir un effet positif sur la production. Quant au témoin, il a eu des rendements significativement plus faibles que les autres substrats. Cela montre l’intérêt de cultiver des aliments sur des substrats à partir de déchets organiques. Par contre, L’intégration de vers de terre ou de mycélium a eu un effet nul ou légèrement positif sur le rendement.

Concernant les niveaux de polluants, les taux de Pb et de Cd dans la production étaient quatre à dix fois plus faibles que les normes européennes. Par ailleurs, une forte diminution du volume de substrat a été observée (- 10 à 15 cm après la première saison de culture). Cela pourrait résulter d’une dynamique physique (compactage) ou biologique (biodégradation). Il faut donc prévoir un remplacement régulier d’une partie du substrat.

L’ensemble des résultats exposé dans cet article montre la faisabilité de ce projet. En utilisant ces déchets organiques, le système de culture est inséré dans le métabolisme urbain, ce qui permet de garantir un accès bon marché au substrat pour les jardiniers tout en réduisant les coûts de traitement des déchets de la ville. Cette expérience pilote pourrait être complétée à l’avenir en testant d’autres déchets urbains (organiques et minéraux) et en mesurant d’autres polluants (spécifiquement les polluants organiques).

Source

Grard B.J.-P., Bel N., Marchal N., Madre F., Castell J.-F., Cambier P., Houot S., Manouchehri N., Besançon S., Michel J.-C., Chenu C., Frascaria-Lacoste N., Aubry C. (2015). Recycling Urban Waste as possible Use for Rooftop Vegetable Garden. Future of Food: Journal on Food, Agriculture and Society 3(1). 21-34. URN:nbn:de:hebis:34-2015031947776 .

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search