Étude économique sur l’agriculture urbaine commerciale aux États-Unis

Une nouvelle étude de l’université Cornell dans l’état de New York met en lumière les promesses de l’agriculture urbaine commerciale aux États-Unis. Le rapport The Promise of Urban Agriculture  de Rangarajan et Riordan, publié en 2019 par le United States Department of Agriculture et Cornell University Small Farms Program, tente, à travers l’étude de 14 fermes urbaines commerciales, de comprendre les facteurs qui permettent la pérennité financière de celles-ci tout en offrant de nombreux bénéfices socioéconomiques aux communautés avoisinantes.

Cette recherche comprend des études de cas, une analyse économique pour l’année 2015, une description du statut particulier des entreprises en économie sociale et solidaire, une discussion des promesses de l’agriculture en environnement contrôlé, une analyse des politiques favorisant l’agriculture urbaine et des recommandations finales. Cette synthèse porte uniquement sur l’analyse économique et les recommandations du rapport.

Méthodologie de l’étude

Le rapport se base sur l’étude de 14 cas, situés dans 13 villes américaines et sur des données recueillies auprès de 160 participants tels que des fermiers urbains, des organismes communautaires, des membres de la communauté, des représentants des gouvernements municipaux et du fédéral, des fondations, des chercheurs, des éducateurs et des prestataires de service et des avocats spécialisés dans le domaine de l’agriculture urbaine.

Pour cette étude, les fermes urbaines commerciales ont été définies selon trois critères : (1) elles génèrent un revenu de plus de 10 000 $ US, issu à plus de 50% de la production agricole; (2) elles sont situées dans des lieux urbains ou périurbains pour lesquels l’agriculture n’est pas l’usage principal du sol (d’après la définition de Weeks, 2010); (3) elles produisent principalement de la nourriture à destination humaine. Les fermes sélectionnées pour l’étude devaient remplir les critères de la définition établis en plus d’être en activité depuis plus de 3 ans et de représenter une diversité géographique sur le territoire américain.

Après avoir identifié 85 fermes, 14 d’entre elles ont été sélectionnées pour l’étude. Parmi elles, 11 pratiquent le maraîchage au sol. Les 3 autres cas comprennent une ferme maraîchère sur toit, une serre maraîchère au sol et une champignonnière. Du point de vue de leur statut juridique, 9 fermes sont à but lucratif, 2 sont à but non lucratif et 3 ont un statut hybride. 

Facteurs de rentabilité économique

Bien que les fermes urbaines aient des parcours parfois très différents, les récits d’expérience et l’analyse économique ont permis de faire ressortir cinq thèmes récurrents liés à la rentabilité des fermes urbaines.

  • Le coût du foncier est une barrière à l’établissement et les fermes qui ont pu s’établir sur des terres pour une longue période ont bénéficié de conditions exceptionnelles. Certaines ont eu accès à des ventes ou des baux préférentiels voire quasi gratuits de la part de municipalités ou de propriétaires fonciers. D’autres ont obtenu des taxes foncières bien inférieures au taux usuel, voire nul. Sans surprise, l’étude observe que les fermes ayant obtenu des baux à court terme ont plus souvent tendance à installer des infrastructures qui peuvent être déplacées.
  • Les fermes ont besoin d’activités connexes à la production pour assurer la rentabilité de leurs opérations. En effet, les ateliers éducatifs, les visites, l’organisation d’évènements, la location de terres, ou l’offre de service de jardinage peuvent générer jusqu’à 28 % du chiffre d’affaires selon l’activité. Pour les organismes à but non lucratif étudiés, le revenu issu de subventions oscille entre 33% et 67% du revenu des fermes.
  • Les fermes urbaines commerciales ne peuvent rivaliser sur les prix avec le marché conventionnel. Elles doivent atteindre des consommateurs désireux d’acheter des produits locaux et prêts à payer un prix plus élevé.

Les fermes étudiées ont développé des stratégies diverses pour optimiser leur rentabilité. Certaines ont choisi de se spécialiser dans la culture de variétés à haute valeur économique ou à cycle rapide, alors que d’autres ont préféré diversifier leur production. Ces choix sont liés aux stratégies de mise en marché, qui peuvent être diverses. Les fermes étudiées choisissent de vendre leur production à travers l’agriculture soutenue par la communauté, les marchés fermiers, auprès des restaurants ou épiceries. Chaque mise en marché a des besoins spécifiques.

L’étude montre également qu’une stratégie de prolongation de la saison maraîchère[1] peut permettre de doubler le revenu mensuel par surface de production. 

  • Les fermes urbaines font face à des tensions entre leurs objectifs économiques et leurs objectifs sociaux. De nombreuses fermes doivent faire preuve de créativité pour réconcilier ces deux missions opposées. Elles développent des partenariats spécifiques, établissent des structures hybrides et impliquent les communautés dans leurs activités.

Notamment, l’étude constate que plusieurs des fermes ont besoin de bénévoles pour assurer leurs opérations, y compris dans certains cas d’organismes à but lucratif. Pour plusieurs fermes, le bénévolat représentait 20 à 25 heures de travail par semaine. D’autres fermes font appel au bénévolat pour des projets spécifiques.

  • Ces organismes ne peuvent pas répondre à toutes les attentes de l’agriculture urbaine. Elles doivent prioriser leurs objectifs. En outre, les fermes qui obtiennent des profits plus conséquents ont tendance à employer de la main-d’œuvre hautement qualifiée et ont tendance à moins impliquer les communautés avoisinantes.

Les recommandations des auteurs pour assurer la pérennité de l’agriculture urbaine incluent une plus grande transparence de la part des municipalités sur les politiques et zonages municipaux ainsi que la mise en place de partenariats entre les organisations à but non lucratif et les organismes publics. En outre, l’établissement de partenariats avec des acheteurs locaux ainsi qu’une sensibilisation des résidents par rapport aux services et ateliers offerts par les fermes urbaines sont des facteurs de succès. Enfin, les auteurs soulignent l’importance de renforcer les liens avec l’agriculture rurale pour augmenter la résilience des systèmes alimentaires locaux.

Référence de l’article :

Rangarajan, A. et M. Riordan (2019). The Promise of Urban Agriculture: National Study of Commercial Farming in Urban Areas. Washington, DC: United States Department of Agriculture/Agricultural Marketing Service and Cornell University Small Farms Program. https://smallfarms.cornell.edu/wp-content/uploads/2019/12/Promise-of-Urban-Ag_Full_102919-1.pdf

Référence à deux études sur les entreprises agricoles urbaines québécoises afin de poursuivre la lecture :

Références des autres articles cités :

Weeks, J.R. (2010). Defining Urban Areas. Dans Rashed, T. et C. Jurgens (dir.), Remote Sensing of Urban and Suburban Areas, Springer Science+Business Media B.V. 2010. pp. 33-45. ISBN 978-1-4020-4385-7

[1] Dans les cas étudiés, les fermes n’ayant pas de stratégie de prolongation de saison produisent sur 6 à 10 mois par an, alors que celles qui prolongent leur saison produisent sur 8 à 12 mois par an.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search