Quantifier les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture urbaine par l’analyse du cycle de vie

L’article Reducing Greenhouse Gas Emissions with Urban Agriculture: A Life Cycle Assessment Perspective, publié dans le journal Landscape and Urban Planning (2013), par M. Kulak, A. Graves et J. Chatterton utilise l’Analyse du Cycle de Vie (ACV) pour quantifier l’impact environnemental de l’agriculture urbaine en se basant sur l’exemple d’une ferme communautaire urbaine de quartier. Cette approche leur a permis de réaliser le bilan complet des bénéfices et des impacts d’une ferme en analysant sa production tout au long de son cycle de vie (des intrants qui le composent à la gestion des déchets). Dans cet article les auteurs ont quantifié les émissions de gaz à effet de serre (GES) (en kg de CO2) associées à la production alimentaire de la Sutton Community farm (Londres) et de les comparer à celles associées à la chaîne d’approvisionnement alimentaire conventionnelle des supermarchés. Globalement, l’approche fournit un modèle qui pouvant aider à concevoir des projets agricoles urbains où la réduction des émissions de GES est un objectif stratégique.

La ferme de Sutton possède un terrain de près de 3 hectares où sont cultivés des fruits et légumes (pommes, haricots, carottes, courgettes, laitue, oignions, poivrons, patates, épinards, fraises, tomates, épinards, courge). L’empreinte carbone analysée dans le cas de l’étude comprend les émissions de GES associées à la production et à l’utilisation d’engrais, de pesticides, de compost, de machines, d’outils et de bâtiments, ainsi que celles associées au transport des cultures vers les lieux de distributions. Les résultats de cette étude montrent que, de la production à la distribution des cultures jusqu’au point de vente, la ferme communautaire émet moins de GES que le système conventionnel. Ceci est valable pour tous les fruits et légumes produits, à l’exception de la culture des fraises en tunnels.

Néanmoins, cet avantage pourrait être optimisé en choisissant de meilleures techniques de culture pour chaque production. La différence observée entre les deux systèmes est tributaire notamment par l’utilisation intensive d’énergie dans la production de fruits et légumes dans le système conventionnel. À cela s’ajoutent les émissions liées au transport dans le système conventionnel, celui-ci étant considérablement réduit dans le système de la ferme urbaine.  Enfin, les différentes conditions socio-économiques sont également un élément explicatif de la différence entre les deux systèmes. Ce dernier point s’explique par une plus grande facilité de prendre des décisions avantageuses pour l’environnement, lorsque l’organisme à la tête du système est plus indépendant des conventions économiques, ce qui est davantage le cas d’une ferme urbain que d’un système d’agriculture conventionnelle.

Cette étude au sein d’une ferme communautaire du Royaume-Uni permet souligner les contributions potentielles de l’agriculture urbaine à la réduction des émissions de GES liée à l’alimentation. Selon les auteurs, la réduction des émissions de GES observé entre la ferme urbaine et un système agriculture conventionnelle, pourrait même potentiellement être plus grande que la séquestration d’un parc ou d’une forêt urbaine, donnant une valeur certaine à l’aménagement d’AgroParc.

D’autres recherches scientifiques seront toutefois nécessaires pour optimiser la méthode ACV afin de mieux comparer l’agriculture urbaine et l’agriculture conventionnelle en regard des émissions de GES, mais aussi d’autres paramètres. La manière dont les fermes urbaines communautaires sont intégrées dans le design urbain et comment ce facteur contribue à la réduction des émissions de GES des aliments restent aussi à évaluer. Il faudrait aussi réaliser ce type d’analyse sur une diversité de fermes urbaines, dont celle sur toit, afin d’en accroitre la représentativité, puisque la Sutton Community farm est une ferme en sol de 3 ha, ce qui n’est pas nécessairement représentatif de fermes urbaines.  Par contre, ce cas montre le potentiel des fermes bio-intensives de grande proximité pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la production de fruits et légumes.

Source

Kulak, M., Graves, A. et Chatterton, J. (2013). Reducing Greenhouse Gas Emissions with Urban Agriculture: A Life Cycle Assessment Perspective. Landscape and Urban Planning, Vol. 111, p. 68-78. doi: 10.1016/j.landurbplan.2012.11.007



Citer ce billet
Eric Duchemin (2020, 6 novembre). Quantifier les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture urbaine par l’analyse du cycle de vie. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auh2

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search