La ferme de Mondeggi : une initiative d’agriculture périurbaine comme bien commun

Il existe plusieurs définitions de l’agriculture urbaine (Aubry et al., 2014 ; Duchemin, 2013 ; Smit et al., 2001 ; Van Veenhuizen, 2006). Dans certaines définitions, on parle d’intégration des fermes urbaines au métabolisme urbain, la caractéristique les définissants devenant plus attachée aux services rendus par l’initiative qu’à sa localisation (Aubry et Pourias, 2012). La ferme de Mondeggi[1] est un cas de ferme située en dehors de la zone urbaine, mais qui fait partie de la ville métropolitaine de Florence en Italie et qui est donc régie par les institutions publiques de la métropole.

L’article La ferme de Mondeggi : une expérience de démocratie communautaire à Florence, par Daniela Poli, Sandra Fiori et Louis Harel, publié dans la revue Métropolitiques en juin 2019 décrit cette ferme que l’on peut associer au mouvement plus large de l’agriculture urbaine. Ce cas permet en outre de réfléchir à la place de l’agriculture urbaine comme nouveau mode de gestion du territoire et au développement d’une notion de bien commun, pour et par les communautés locales, liée à la production alimentaire en ville, surtout avec l’émergence de ce type d’initiatives en économie sociale sur des terrains publics, dont des parcs.

Un territoire agricole contesté aux frontières de la ville

Située dans la commune de Bagno a Ripoli (Italie) à 12km au sud-est de Florence, la ferme de Mondeggi s’étend sur 200ha de paysage agricole. À la suite de la faillite et de l’accumulation d’une dette de près d’un million d’euros par l’entreprise agricole installée sur les lieux, la province de Florence[2] a annoncé la vente du terrain en 2013. Progressivement abandonné faute de projets définis, des citoyens fédérés au sein du réseau italien Terra Bene Commune [3] se sont alors réapproprié le domaine. Ce mouvement vise à occuper et gérer des terres publiques pour un usage collectif et citoyen. C’est à partir du printemps 2014 que cette zone a fait l’objet de tensions plus importantes après la confirmation par les autorités publiques, dont la commune de Bagno a Ripoli et la ville métropolitaine de Florence, de leur volonté de vendre le domaine.

Les premières initiatives portées par le collectif ont été d’organiser des cueillettes d’olives et de créer un jardin collectif. À la suite des décisions des autorités locales pour se réapproprier les terres de Mondeggi, le collectif a planifié une occupation permanente du terrain, avec une vingtaine de paysans qui ont commencé à y vivre et le redémarrage de certaines activités agricoles, notamment l’oliveraie et la culture maraîchère. Année après année, une multitude d’activités se sont développées. La ferme de Mondeggi a ainsi vu naître un système collectif d’entraide et d’autoapprentissage qui repose sur un système démocratique.

Un modèle démocratique pour gérer les communs agricoles urbains

La communauté de la ferme de Mondeggi fonctionne grâce à deux instances décisionnelles. L’assemblée technique rassemble celles et ceux qui vivent et travaillent sur le domaine et traite de la gestion quotidienne. L’assemblée plénière, quant à elle, rassemble toutes les parties prenantes du projet. Cette dernière décide des grandes orientations qui sont suivies par les membres de l’assemblée technique. Elle fonctionne horizontalement. En effet, les responsabilités et les représentations sont assurées par différentes personnes sans « personnification », c’est-à-dire de personnes assignées à un poste particulier, et via une prise de décision par consensus.

Finalement, pour faire reconnaître son existence et promouvoir les valeurs qui régissent la communauté de la ferme de Mondeggi, les parties prenantes du projet proposent une réflexion plus générale sur la gestion des biens publics. Plus que des biens publics, les citoyens veulent faire reconnaitre la fonction de biens communs des terres agricoles. Premièrement, la « déclaration de gestion civique d’un bien commun » adoptée par la communauté de la ferme de Mondeggi propose de reconnaître l’initiative comme une subjectivité collective vis-à-vis des institutions. Y figurent notamment les points suivants pour protéger le domaine d’une éventuelle privatisation :

  • Le domaine doit être mis à dispositions pour des usages sociaux ouverts à tous ;
  • Les habitants de la ferme de Mondeggi doivent être reconnus comme des « gardiens du bien commun » ;
  • Une participation démocratique doit être effective ;
  • Le passage d’une logique propriétaire à une logique d’usage doit être de mise.

Toutefois, malgré ces tentatives pour obtenir la reconnaissance des institutions locales, ce modèle proposé par les habitants de la ferme de Mondeggi ne satisfait pas les exigences des autorités locales, attachées à un système institutionnel où le modèle associatif est incontournable. Cependant, le modèle associatif n’est pas compatible avec le principe d’horizontalité proposé par les habitants de la ferme de Mondeggi.

L’agriculture urbaine et la gestion de nouveaux biens communs agricoles

À travers cet exemple d’initiative agricole périurbaine, les auteurs soulignent leur potentiel à explorer de nouveaux modes de gestion des biens communs pour et par les communautés locales. Associés plus largement à un mouvement national en Italie, ces principes intègrent progressivement les instances gouvernementales. C’est le cas, par exemple, de la commune de Naples (Italie) qui a adopté un règlement en 2016 pour reconnaître des espaces d’usage civique et collectif à travers leur valeur de biens communs. Pour aller plus loin, Poli et ses collègues décrivent également la ferme de Mondeggi comme une initiative qui propose des « réponses pratiques à une crise économique et écologique devenue structurelle ». Ce questionnement sociétal est abordé par plusieurs acteurs du mouvement de l’agriculture urbaine. À travers cet exemple et bien d’autres se pose la question du modèle de société associé au développement de l’agriculture urbaine et soutenu par les institutions publiques.

Source

Firoi, S., L. Harel et D. Poli (2019). La ferme de Mondeggi : une expérience de démocratie communautaire à Florence. Métropolitiques, 24 juin 2019. Récupéré de

Notes

[1] On entend par ferme de Mondeggi la villa, le bâtiment occupé par les partisans du mouvement Mondeggi Bene Commune, et les terres agricoles du domaine.

[2] La ville métropolitaine de Florence à substituée la province de Florence après l’application de la loi n°56 du 7 avril 2014 intitulée « dispositions sur les villes métropolitaines, les provinces, les unions et les fusions de municipalités ».

[3] La campagne Terra Bene Commune lancée par le mouvement paysan Genuino Clandestino vise à préserver des terres agricoles publiques pour un tel usage. On parle de Mondeggi Bene Commune, comme un terrain à vocation agricole occupé pour un usage commun.

Références

Aubry, C., J-N. Consalès, L. Kebir et B. Barraqué (2014). L’agriculture urbaine en question : épiphénomène ou révolution lente : dialogue entre Christine Aubry et Jean-Noël Consales. Espaces et societes, 3(158), 119-131. doi: 10.3917/esp.158.0117

Aubry, C. et J. Pourias (2012). L’agriculture urbaine fait déjà partie du ”métabolisme urbain”. Dans Le Déméter 2013 (p. 135-155). Club Déméter. Récupéré de https://cdn.ca.yapla.com/company/CPYeQ23lLcPYvZ9GTj339cZ7/asset/files/l_agriculture_urbaine_fait_deja_partie_du_metabolisme_urbain_.pdf

Duchemin, É. (2013). Agriculture urbaine d’hier à aujourd’hui : une typologie. Dans É. Duchemin (dir.), Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville (p. 17-94). Montréal : Les éditions en environnement VertigO.

Smit, J., J. Nasr et A. Ratta (2001). Urban Agriculture: food, jobs and sustainable cities – 2001 Edition. Chapter 1: Cities That Feed Themselves. Dans S. Beckerman (dir.), The Urban Agriculture Network Inc. (p. 1‑29). Récupéré de http://www.jacsmit.com/book.html

Van Veenhuizen, R. (dir.). (2006). Chapter 1. Introduction, cities farming for the future. Dans Cities farming for the future – urban agriculture for green and productive cities (p. 1-18). Philippines : RUAF Foundation, IDRC and IIRR. Récupéré de https://www.ruaf.org/sites/default/files/Chapter%201_1.pdf



Citer ce billet
Logan Penvern (2020, 6 novembre). La ferme de Mondeggi : une initiative d’agriculture périurbaine comme bien commun. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auh3

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search