L’urbanisme comestible : pour des villes tournées vers les initiatives d’agriculture urbaine

L’urbanisme comestible : pour des villes tournées vers les initiatives d’agriculture urbaine.

Au cours des dernières décennies, les façons de voir et de penser la ville ont évolué. Cependant, les différents courants théoriques et écoles de pensées en urbanisme s’intéressent aujourd’hui presque tous à l’agriculture urbaine et aux systèmes alimentaires locaux.

Alessio Russo et Giuseppe T. Cirella proposent une revue de littérature dans un article intitulé Edible urbanism 5.0, publié en 2019 dans la revue Palgrave Communications. Ils y font l’analyse de certains exemples d’aménagements urbains afin de proposer des pistes de réflexion pour un urbanisme comestible.

Dans un premier temps, ils associent l’urbanisme comestible aux infrastructures vertes et comestibles (Edible Green Infrastructures). Ces aménagements sont par exemple : des forêts urbaines comestibles ; des jardins historiques, botaniques et des parcs ; des toits et des façades comestibles ; des jardins scolaires, communautaires et domestiques. En proposant d’intégrer ces éléments aux projets urbanistiques, les auteurs s’intéressent particulièrement aux services écosystémiques associés à la production alimentaire.

Toutefois, pour que de nouvelles villes comestibles voient le jour, des changements sont inévitables. Les politiques d’occupation des sols, de planification, de design urbain et les modes de gouvernance doivent être revus, parfois en profondeur. En effet, les nouvelles approches urbanistiques doivent faire la promotion d’une gouvernance basée sur la mise en place d’infrastructures vertes et comestibles et le développement des formes d’agriculture urbaine les plus durables à travers des mesures concrètes comme, l’obligation d’utiliser des eaux non potables pour irriguer les cultures, privilégier un usage alimentaire des espaces urbains vacants, etc.

Les infrastructures vertes et comestibles

Parmi les différentes formes d’infrastructures vertes et comestibles, certaines se basent sur la production alimentaire citoyenne[1]. Néanmoins, l’hypothèse que les espaces verts comestibles soient investis par les citoyens se base sur le prérequis d’une sensibilisation importante des riverains à la production alimentaire, d’un certain niveau de compétences en agriculture urbaine et d’un désir de jardiner. En plus d’encourager une culture citoyenne agricole, le transfert de connaissances, du milieu rural au milieu urbain, et entre les générations, est indispensable. Toutefois, l’entretien des infrastructures vertes et comestibles permettrait de sensibiliser les citadins, entre autres, aux enjeux énergétiques, d’utilisation de l’eau, de l’érosion des sols et la perte de fertilité des sols arables. L’ensemble de ces réflexions, associées à l’entretien des espaces verts et comestibles, favorise l’acquisition d’un certain savoir-faire agricole, et inversement. Toutefois, l’urbanisme comestible repose sur d’autres formes d’agriculture urbaine dont le développement dépend en partie des politiques publiques locales.

Quelles formes d’agriculture urbaine développer ?

Le concept d’urbanisme comestible s’associe préférentiellement à certaines formes d’agriculture urbaine tout en critiquant d’autres formes. Les auteurs donnent notamment l’exemple des fermes verticales[2] qui sont en vogue. Même si elles peuvent sensibiliser la population aux bénéfices de la production alimentaire urbaine, ces dernières requièrent un substrat de culture, de la lumière artificielle, un contrôle de l’humidité et des flux d’air, des engrais, etc. C’est pourquoi les auteurs nuancent le discours positif sur les fermes verticales, du fait des coûts énergétiques et économiques importants auxquels elles peuvent s’associer. Ils citent cependant une étude d’analyse de cycle de vie des fermes verticales hydroponiques conduite par des chercheurs du département de science environnementale de l’université Aarhus au Danemark sur le projet pilote ReFarmer en cours à Lyon (Romeo et al., 2018). Ces derniers notent que les fermes verticales hydroponiques ont une meilleure performance environnementale que les fermes en serres chauffées et qu’elles ont une performance environnementale similaire aux fermes en plein champ. En outre, il est à noter que dans le contexte d’approvisionnement en énergie neutre en carbone (énergie éolienne, solaire, etc.), les fermes hydroponiques verticales surpassent les deux autres systèmes de production. C’est pourquoi il est nécessaire de poursuivre la recherche pour mieux appréhender les différentes formes d’agriculture urbaine et favoriser leur développement[3].

Un urbanisme comestible à travers quelles mesures ?

Finalement, les auteurs évoquent des mesures concrètes, ou du moins des pistes de réflexion, pour développer un urbanisme comestible. Ils évoquent notamment la nécessité de ne pas irriguer les cultures avec de l’eau potable, et donc de développer, par exemple, des systèmes de récupération des eaux pluviales. Il est également question des pollutions urbaines, à considérer et à surveiller, même si, à terme, les infrastructures vertes et comestibles atténueront certainement ces sources de pollution. L’urbanisme comestible repose également sur la coopération entre les acteurs de la ville, à travers notamment une approche multisectorielle, et la contribution du monde rural, pour le partage de compétences et de savoir-faire des agriculteurs par exemple. En outre, des financements sont nécessaires pour encourager l’établissement d’infrastructures vertes et comestibles. Le soutien du gouvernement est indispensable pour réguler les conflits d’intérêts entre les acteurs pour l’usage de l’espace urbain et, ce, selon leurs différents niveaux de pouvoir.

Au Québec, il existe des exemples de planification urbaine qui font la promotion d’un urbanisme comestible. On peut citer la stratégie de soutien de l’agriculture urbaine du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec pour la période 2016-2019[4], l’autorisation du jardinage en cour-avant à Québec depuis le printemps 2019[5], ou plus récemment, en décembre 2019, la mise en place d’une politique d’agriculture urbaine par l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, qui a pour objectif de dédier 30ha de son territoire à l’agriculture urbaine d’ici 2030[6]. Au Québec ce sont maintenant plus de 10 instances municipales qui ont une politique/stratégie d’agriculture urbaine, la plus récente en date étant celle de la Ville de Montréal. Tous ces exemples illustrent l’engagement pour développer l’agriculture urbaine au Québec et, par conséquent, le besoin de comprendre comment insérer adéquatement celle-ci dans l’aménagement de la ville, dans les plans d’urbanismes, et ce afin de répondre aux enjeux du XXI siècle et de la transition écologique des villes.

Source

Russo, A. et Cirella, G. T. (2019). Edible Urbanism 5.0. Palgrave Communications, 5(1), 163. doi: 10.1057/s41599-019-0377-8

Autres références

Knight L, Riggs W (2010) Nourishing Urbanism: A Case for a New Urban Paradigm. International Journal of Agriculture Sustainability 8(1–2):116–126. https://doi.org/10.3763/ijas.2009.0478

Romeo, D., Vea, E. B. et Thomsen, M. (2018). Environmental Impacts of Urban Hydroponics in Europe: A Case Study in Lyon. Procedia CIRP, 69, 540‑545. doi: 10.1016/j.procir.2017.11.048 

Notes

[1] Les auteurs abordent cet aspect de l’urbanisme comestible d’après le concept d’urbanisme nourricier (Nourishing urbanism) introduit par Lewis Knight et William Riggs (2010)

[2] Pour plus d’informations sur les fermes verticales, se référer à la synthèse : Les fermes verticales : développement et implication de la ville verticale.

[3] Voir par exemple la synthèse de l’étude de Rufi-Salis et.al (2020) sur les combinaisons de culture en serre.

[4]https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Agricultureurbaine/Plan_action_Agriculture_Urbaine.pdf

[5] https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/propriete/arbres/potager-cour-avant.aspx

[6] http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARROND_RDP_FR/MEDIA/DOCUMENTS/POLITIQUE-AGRICULTURE-URBAINE-WEB.PDF



Citer ce billet
Logan Penvern (2021, 5 octobre). L’urbanisme comestible : pour des villes tournées vers les initiatives d’agriculture urbaine. AgriUrbain. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aui6

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search