Les politiques d’agriculture urbaine pour encourager l’implication d’acteurs politiques, agricoles et sociaux dans les projets agricoles en ville

Plusieurs synthèses proposées sur le site AgriUrbain, que vous consultez présentement, traitent de la planification urbaine et de l’acceptabilité sociale des projets d’agriculture professionnels et sociaux. Par exemple, Russo et Cirella (2019)[1] font la description d’infrastructures vertes et comestibles, des formes d’agriculture urbaine à développer et proposent quelques mesures à mettre en place pour un nouvel urbanisme comestible. Dans cet article, il était question de changer de paradigme pour les décideurs et aménageurs afin d’intégrer de manière systémique l’agriculture urbaine aux projets urbains. D’autres recherches s’intéressent à l’acceptabilité sociale de l’agriculture urbaine. L’intégration sociale des fermes urbaines est un prérequis indispensable à la cohabitation entre consommateurs et producteurs dans l’espace urbain ainsi que pour assurer un soutien économique et social des riverains (Poulsen et Spiker, 2014 ; Specht et al., 2016)[2]. Enfin, d’autres études traitent de la faisabilité technique des projets, en considérant les éléments précédemment cités, pour concevoir et tester des projets productifs, viables et vivables (Balaÿ et Junquera, 2020)[3].

Ici, dans l’article L’agriculture comme nature en ville ? Le cas de l’Agriparc du Mas Nouguier à Montpellier, France, publié dans la revue Urbanités en 2020, Pascale Scheromm et Françoise Jarrige retracent l’histoire d’un projet d’agriculture urbaine concrétisé grâce à la collaboration d’acteurs institutionnels, agricoles et sociaux. L’Agriparc du Mas Nouguier est aujourd’hui un parc agricole à proximité de la ville de Montpellier (France)[4]. À travers cet exemple, elles mettent en évidence la nécessité d’un changement de paradigme vers un urbanisme comestible ainsi que la prise en compte des problématiques sociales et techniques pour le succès des projets d’agriculture urbaine.

Un partage d’expertises par un réseau d’acteurs en collaboration

Tout commence en 2007 lorsque la ville de Montpellier fait l’acquisition d’une ancienne propriété viticole de 27ha. Dès lors, les services municipaux font appel à une multitude d’acteurs agricoles et sociaux. La Chambre d’Agriculture locale assure la plantation de nouveaux pieds de vigne, l’activité viticole est assurée par un prestataire de la ville, l’élaboration du vin est confiée à la coopérative d’Assas[5] et un employé de la ville gère quelques ruches. Par la suite, en 2010, la municipalité remerciera le viticulteur prestataire pour faire appel à une entreprise d’insertion sociale « Les Compagnons de Maguelone ». Cet Etablissement de Service et d’Aide par le Travail (ESAT) vise à offrir aux personnes en situation de handicap une activité professionnelle et un soutien médico-social et éducatif afin de favoriser leur épanouissement personnel et social[6]. L’activité agricole de l’Agriparc revêt désormais une fonction sociale. En 2015, c’est l’association Terre et Humanisme, spécialisée en agroécologie, qui intègre le projet. C’est cet organisme qui a la charge de sensibiliser les acteurs impliqués aux questions agroécologiques et de former les « Compagnons de Maguelone » à certaines techniques maraîchères. 

Une ouverture aux citadins pour une acceptabilité sociale garantie

Parallèlement à toutes ces activités agricoles, les services municipaux ont su intégrer les citadins et les riverains à la dynamique du projet. En effet, le parc est ouvert au public. Chaque année, des vendanges participatives sont organisées et un chantier participatif a permis d’inaugurer la première butte de production maraîchère en permaculture. Il est également le siège d’activités pédagogiques auprès des établissements scolaires et le centre de loisirs de la ville. De plus, un nouvel écoquartier, « Les Grisettes », était en construction aux abords du parc. Dès leur installation, par l’intermédiaire d’un comité citoyen, avec l’implication d’un groupe scolaire et d’un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD), les nouveaux voisins ont demandé la création d’un jardin partagé[7]. Ainsi, l’Agriparc du Mas Nouguier intègre pleinement le paysage urbain. En outre, il est un espace côtoyé par les citadins et, en partie, approprié par les riverains.

Des acteurs institutionnels engagés pour le développement de l’agriculture urbaine

À travers l’histoire de ce parc agricole, les auteures mettent l’emphase sur la dynamique institutionnelle et politique à Montpellier. En effet, le positionnement politique de la ville était, dès le départ, d’intégrer la fonction agricole à cet espace urbain. De plus, le service des espaces verts a délégué, de façon efficace, différentes tâches inhérentes à la vocation agricole du parc. Finalement, les auteures insistent sur le rôle d’une élue responsable de la politique agroécologique et alimentaire de la ville. C’est notamment cette actrice clé qui a mis en relation les diverses parties prenantes. On identifie ici l’adhésion et le soutien de ces acteurs institutionnels au mouvement de l’agriculture urbaine. Plus qu’un simple projet agricole, il semblerait que le paradigme du développement d’espaces urbains multifonctionnels par le biais de l’agriculture urbaine soit accepté et appliqué.

Des outils politiques pour soutenir les projets d’agriculture urbaine et rassembler tous ces acteurs

En 2017, l’élue impliquée dans le projet quitte les services de la ville. De plus, depuis le 1er janvier 2015, la réforme territoriale engagée en France attribue à Montpellier son nouveau statut de Métropole. Cela implique un élargissement des compétences portées par la nouvelle intercommunalité et, notamment, une nouvelle gestion politique et budgétaire[8]. Par conséquent, à la suite du départ de l’élue, les relations entre « Terre et Humanisme » et la Métropole se distendent, le contexte politique est moins favorable au développement de l’Agriparc du Mas Nouguier, et, inévitablement, les budgets alloués au parc agricole diminuent.

C’est pourquoi, cet article met en évidence l’importance de mettre en place des outils qui visent à la pérennisation des projets d’agriculture urbaine, par exemple, ici, par le biais de la politique agroécologique et alimentaire de Montpellier. Non seulement ces outils permettent aux projets d’agriculture urbaine de faire face, du moins en partie, à des formes d’instabilité politique, financière et sociale, mais aussi de créer des réseaux d’acteurs qui assurent l’intégration de ces projets au métabolisme urbain. À Montréal, la première politique d’agriculture urbaine, soit celle de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointes-aux-Trembles, a été dévoilée en décembre 2019. Depuis celles-ci l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie s’est aussi doté d’une politique, tandis que la ville de Montréal a lancé sa stratégie de l’agriculture urbaine en septembre 2021.

Source

Scheromm, P. et Jarrige, F. (2020). L’agriculture comme nature en ville ? Le cas de l’Agriparc du Mas Nouguier, Montpellier, France. Urbanités. Récupéré de https://www.revue-urbanites.fr/vm-scheromm-jarrige/

Autres références :

Balaÿ, O. et Junquera, R. (2020). REVUE + À METTRE SUR DRIVE_Et la ferme de proximité devint l’unité la plus attrayante de la ville ! Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning. Récupéré de http://journals.openedition.org/tem/6016

Poulsen, M. et Spiker, M. (2014). PUBLIÉE_Integrating urban farms into the social landscape of cities. Recommandations for strengthening the relationship between urban farms and local communities. John Hopkins Bloomberg School of Public Health.

Russo, A. et Cirella, G. T. (2019). REVUE + À METTRE SUR DRIVE_Edible urbanism 5.0. Palgrave Communications, 5(1), 163. doi: 10.1057/s41599-019-0377-8

Specht, K., Weith, T., Swoboda, K. et Siebert, R. (2016). PUBLIÉE__Socially acceptable urban agriculture businesses. Agronomy for Sustainable Development, 36(1), 17. doi: 10.1007/s13593-016-0355-0

Notes



Citer ce billet
Logan Penvern (2021, 10 novembre). Les politiques d’agriculture urbaine pour encourager l’implication d’acteurs politiques, agricoles et sociaux dans les projets agricoles en ville. AgriUrbain. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auii

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search