La culture des micropousses, un secteur prometteur de l’agriculture urbaine ?

« Apprendre à cultiver les pousses et les germinations vous permettra de récolter des aliments frais, riches en fibres et en vitamines, dans le confort de votre foyer, et ce, durant toute l’année. » [1]

Voici les premières informations données par le ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) à propos des micropousses sur leur site internet. Dans la rubrique « trucs et conseils » concernant l’agriculture urbaine, le ministère donne quelques astuces pour produire des germinations de certaines espèces végétales (luzerne, trèfle blanc, pois chiche) ou des micropousses (tournesol, radis ou moutarde) à des fins alimentaires. En outre, certaines fermes urbaines en proposent à la vente. Pousses Santé ‘Tournesol’[2], à Montréal, Micropousses Orenda[3], à Trois-Rivières, ou encore Pousses en ville[4], à Québec, sont trois exemples d’entreprises québécoises spécialisées dans la production de micropousses et recensées dans le bottin des producteurs et productrices du Québec du Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine (CRETAU).

Dans l’article Microgreens – An Alternative of Horticultural Production and Market publié en 2019 dans la revue Expert Journal of Marketing, Ana Paola Yanes-Molina et ses collaborateurs, chercheurs à la Sonona State University au Mexique, rapportent les constats d’une étude sur la vente et la production de micropousses. Dans un premier temps on rappellera, selon les auteurs, les avantages à consommer des micropousses. Ensuite, on présentera quelques données sur les coûts de production, les prix de vente et les circuits de commercialisation mobilisés. Enfin, on détaillera quelques éléments sur les systèmes de production et les rendements.

Les avantages à consommer des micropousses

Les auteurs recensent, à partir de la littérature scientifique, un grand nombre d’avantages à consommer des micropousses. Premièrement, les micropousses sont pleines de saveurs. Un exemple connu est celui du gout épicé des espèces de la famille des Brassicacées, comme la moutarde ou la roquette. Deuxièmement, les micropousses ont une forte valeur nutritionnelle. Elles sont notamment des sources de vitamine K1, de vitamine C, de provitamine A, de caroténoïdes et de vitamine E, des éléments essentiels au bon fonctionnement de notre métabolisme[5], des éléments essentiels au bon fonctionnement de notre métabolisme. Troisièmement, les micropousses sont également intéressantes en cuisine pour leur texture et leur couleur.

Cependant, il faut considérer les caractéristiques des espèces végétales à faire pousser ou germer avant de les consommer. Les principales familles utilisées pour la production de micropousses sont les brassicacées (moutarde, radis, etc.), les astéracées (laitue, radicchios, etc.), les apiacées (carotte, céleri, etc.), les amaryllidacées (ognons, ail, etc.), les amaranthacées (bettes à cardes, épinards, etc.) et enfin, les cucurbitacées (melon, citrouille, etc.). De plus, il ne faut pas consommer les micropousses de solanacées, comme les tomates, les poivrons ou les aubergines. En effet, les feuilles des espèces de cette famille de végétaux peuvent être riches en facteurs antinutritionnels, voire toxiques.

Le marché des micropousses, un marché de niche relativement rentable

Dans l’article, les auteurs précisent que le prix de vente final des micropousses dépend surtout du prix d’achat des semences, qui peut s’avérer assez élevé. Ces derniers évaluent le prix de vente des graines entre 15USD/lb et 350USD/lb suivant les espèces, ce qui correspond environ à un prix allant de 50CAD/kg à 1100CAD/kg [6] aux États-Unis. Ensuite, ils évaluent les prix de vente moyens des micropousses entre 60CAD/kg et 130CAD/kg sur le marché américain. Au Mexique, où les chercheurs ont réalisé leur étude, d’après les données de la ferme Microfarms basée dans la province du Nuevo Leòn, les prix de vente des micropousses varient entre 30 CAD/kg et 540 CAD/kg. Les résultats du suivi de production conduit par les auteurs montrent que, pour quatre espèces (moutarde, amarante, radis et roquette), le poids des récoltes équivaut à 5 ou 8 fois le poids de graines semées. Les charges de production associées à l’achat des semences semblent donc être compensées par le prix de vente des micropousses. En effet, celui-ci est équivalent au prix d’achat des semences, du moins aux États-Unis. Même si les coûts des semences sont élevés, il semblerait, d’après cette étude, que la production de  micropousses soit une activité relativement rentable[7], d’autant plus que la production s’exerce toute l’année.

Toujours d’après l’étude, les quantités utilisées par les restaurateurs sont de 214g par semaine, en moyenne, pour un budget d’environ 1067MXN, soit 64CAD, ce à quoi il faut ajouter les frais de livraison. Le budget consacré aux micropousses semble donc conséquent en regard des quantités de produits utilisées. Cela explique probablement le fait que la majeure partie des entreprises spécialisées dans la production des micropousses font affaire avec des restaurants gastronomiques, des supermarchés biologiques ou des marchés locaux, dont la clientèle est relativement aisée. En effet, les restaurants qui utilisent des micropousses à Hermosillo, au Mexique, assurent un service compris entre 251MXN et 500MXN, soit entre 15CAD et 30CAD, par repas, un prix moyen à élevé pour le pays.

Par ailleurs, les trois niveaux de distribution utilisés pour la commercialisation des micropousses sont (1) la vente directe du producteur au consommateur (2) la vente aux restaurateurs, (3) la vente par l’intermédiaire d’un supermarché. Dans tous les cas, il semblerait que la plupart des entreprises aient recours à des circuits courts et de proximité[8] pour la commercialisation de leurs produits. En effet, une fois coupées, les micropousses présentent une durée de conservation très limitée, d’où la nécessité de commercialiser directement les bacs de culture ou d’assurer un approvisionnement immédiat après la coupe. Cependant, aucun des restaurateurs rencontrés par Yanes-Molina et ses collègues n’achètent les micropousses avec le substrat.

Ainsi, les entreprises spécialisées dans la production de micropousses visent le plus souvent un marché de niche, principalement composé de restaurateurs gastronomiques, ou de marchés et d’épiceries qui vendent des produits biologiques. Pour faire face au défi de conservation de la fraicheur des produits, ces entreprises doivent également s’organiser pour assurer une livraison rapide et régulière. Même si le principal marché semble être celui des restaurateurs, les auteurs soulignent l’intérêt grandissant pour les micropousses dans d’autres secteurs de l’alimentation.

Comment cultiver des micropousses et pour quels résultats ?

Les principaux avantages à produire des micropousses résident dans le fait que la production s’opère tout au long de l’année et à l’intérieur, sous environnement contrôlé, à l’aide de systèmes simples.

Pour réaliser leurs expériences, les auteurs ont conçu des dispositifs à partir d’étagères mobiles en acier et des systèmes d’éclairage à l‘aide de diodes électroluminescentes (DEL), pour une meilleure efficacité énergétique[9]. Ils ont utilisé des graines de moutardes, d’amarantes, de radis et de roquettes qu’ils ont disposées dans des bacs de culture sur un substrat Pro-Mix©. Ces bacs ont été troués pour le drainage et placés sur d’autres bacs, destinés à l’irrigation. La température de la pièce a été maintenue entre 20°C et 25°C tout au long des cultures. Chaque bac de culture était arrosé à l’aide d’un vaporisateur. Une fois les graines germées, les chercheurs ont utilisé les bacs d’irrigation pour assurer une arrivée d’eau sous les bacs de culture afin d’éviter le développement de moisissures en surface. Les germes ont été exposés à 12h de lumière et 12h d’obscurité chaque jour. La récolte s’est effectuée lorsque les cotylédons étaient complètement développés, à l’aide de ciseaux désinfectés.

Finalement, la productivité des différentes espèces cultivées a été évaluée suivant le poids en graines semées et les rendements en grammes par bac de culture ainsi que suivant le nombre de jours pour l’arrivée à maturité des cultures. Voici les résultats obtenus par les auteurs :

Espèces

Nombre moyen de graines par bac (grammes)

Rendement moyen par bac (grammes)

Nombre moyen de jours pour l’arrivée à maturité des micropousses

Moutarde (Brassica juncea)

3

23,6

12

Amarante (Amaranthus tricolor)

3

15,6

17

Radis (Raphamus sativus)

5

39,1

9

Roquette (Eruca sativa)

3

21,3

14

Cette étude fournit ainsi des données essentielles pour concevoir un modèle d’entreprise. D’une part, il faut évaluer les dépenses associées à l’espace et aux équipements nécessaires à la production. D’autre part, il faut évaluer la valeur de la production et trouver des débouchés qui assurent un écoulement des produits tout au long de l’année. Pour conclure, les auteurs recommandent de diversifier les activités de l’entreprise avec la production d’autres plantes, comme les fleurs comestibles ou les fines herbes. L’ensemble de ces facteurs semble conciliable au sein de fermes urbaines spécialisées dans la production de micropousses. En effet, même si l’accès à des locaux peut engendrer des frais conséquents, la ville n’est-elle pas l’endroit idéal pour s’installer, assurer la fraicheur des produits et trouver suffisamment de restaurateurs à proximité ?

Pour aller plus loin

Duchemin, E., A.-M. Bernier, C. Huot (2020). Fiche économique : fermes urbaines de production de micropousses. Laboratoire sur l’agriculture urbaine/Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine. 33 p.

De Clerk, Q. et E. Duchemin (2019), Petit guide pratique pour partir une production urbaine
de micropousses, Laboratoire sur l’agriculture urbaine/Carrefour de recherche, d’expertise et de transfert en agriculture urbaine. 46 p.

Source

Yanes-Molina, A. P., Jaime-Meuly, R., Andrade-Bustamante, G., Lucero-Flores, T. I. et Martínez-Ruíz, F. E. (2019). EMicrogreens – An Alternative of Horticultural Production and Market. Expert Journal of Marketing, 7(2), world. Récupéré de http://marketing.expertjournals.com/23446773-712/

Autres références 

Chambial, S., Dwivedi, S., Shukla, K. K., John, P. J. et Sharma, P. (2013). Vitamin C in Disease Prevention and Cure: An Overview. Indian Journal of Clinical Biochemistry, 28(4), 314‑328. doi: 10.1007/s12291-013-0375-3

Rizvi, S., Raza, S. T., Ahmed, F., Ahmad, A., Abbas, S. et Mahdi, F. (2014). The Role of Vitamin E in Human Health and Some Diseases. Sultan Qaboos University Medical Journal, 14(2), e157‑e165.

Schwalfenberg, G. K. (2017). Vitamins K1 and K2: The Emerging Group of Vitamins Required for Human Health. Journal of Nutrition and Metabolism, 2017. doi: 10.1155/2017/6254836

Von Lintig, J. (2012). Provitamin A metabolism and functions in mammalian biology1234. The American Journal of Clinical Nutrition, 96(5), 1234S-1244S. doi: 10.3945/ajcn.112.034629

Young, A. J. et Lowe, G. L. (2018). Carotenoids—Antioxidant Properties. Antioxidants, 7(2). doi: 10.3390/antiox7020028

Notes



Citer ce billet
Logan Penvern (2021, 11 novembre). La culture des micropousses, un secteur prometteur de l’agriculture urbaine ? AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auij

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

More Posts

Logan Penvern

Etudiant au doctorat en sciences de l'environnement ISE-UQAM

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search