Viabilité d’une exploitation aquaponique : analyse des causes de la faillite de l’entreprise aquaponique Urban Farmers

La viabilité économique des projets en agriculture urbaine peut être difficile, mais en étudiant les échecs, il est possible de mieux comprendre et d’identifier les erreurs à ne pas faire. De nombreux projets aquaponiques sont en développement au Québec et plus largement au Canada et au niveau international, surtout pour le faible impact environnemental de la production aquaponique et son côté circulaire dans la gestion de l’exploitation. Pourtant, l’un des exemples mis de l’avant pendant des années Urban Farmers a fait une faillite retentissante après avoir levé plus de 2,5 M€ pour un projet.

Cette faillite veut-elle dire que la filière aquaponique n’est pas rentable ou que le projet avait de mauvaises assises techniques et de gouvernance ?

Dans cette optique, l’organisation Greenhouses to reduce CO2 on roofs (GROOF) a réalisé en 2019, en collaboration avec l’Université de Liège, une analyse de l’exploitation de Urban farmers. L’analyse complète, intitulée The case of the bankruptcy of urban-farmers in The Hague  est disponible sur la plateforme de l’Université de Liège. Cette étude nous permet de comprendre les enjeux des exploitations aquaponiques et permet de tirer des recommandations pour de futurs projets, car malgré cette faillite les projets et les investissements se poursuivent dans cette filière. Ainsi Bigh Farming a levé 4,5M€ en 2018, tandis que l’Union européenne finance des projets pilotes pour la recherche afin de mettre sur pied des systèmes performants et économiquement viables.

Se basant sur des documents disponibles en ligne ainsi que sur des entrevues, elle conclut que c’est un ensemble de facteurs combinés qui a conduit à l’échec du projet. Ceux-ci se regroupent en trois catégories soit la stratégie de mise en marché, les défis techniques et économiques de production et les désaccords entre les parties prenantes.

L’entreprise aquaponique Urban Farmers

L’exploitation de la compagnie suisse Urban Farmers, était située à La Haye aux Pays-Bas. Avant sa fermeture, il s’agissait de l’un des plus gros projets de serre sur toit en Europe, avec une unité de production 1200 m2 de serre et de 120 m3 d’aquaculture (située en dessous de la serre au 6e étage de l’immeuble), pour un coût d’installation de 2,7 millions d’euros.

Le projet a dû fermer pour cause de faillite en 2018, soit seulement deux ans après son ouverture. Il s’agissait du deuxième projet de la compagnie, qui gérait déjà depuis 2013 un projet pilote du même type à Bâle, en Suisse. Les produits de Urban Farmers étaient la tomate et le tilapia. Ils cultivaient également des aubergines, des poivrons et des légumes-feuilles.

Une mise en marché déficiente

Une stratégie de mise en marché mal adaptée à l’exploitation et une production non concurrentielle et sans valeur ajoutée sur le marché local où se situait Urban Farmers sont des causes identifiées par l’étude menée par Nicolas Ancion, Haissam Jijakli et Nathalie Crutzen de l’Université de Liège expliquant la faillite.

Au début, le projet prévoyait une mise en marché B2B (exploitation directement à d’autres entreprises). Toutefois, les premiers clients commerciaux (restaurants) d’Urban Farmers ont changé d’avis après quelques semaines. Ceux-ci ne profitaient pas de la fraicheur des produits, ce qui était l’argument justifiant le prix de vente plus élevé, car l’approvisionnement n’avait pas été adapté afin d’éviter le stockage en chambre froide. Le second client commercial voulait quant à lui de gros volumes, ce que ne pouvaient pas fournir les installations de Urban Farmers.

Avec ces difficultés, Urban Farmers s’est donc tourné vers un modèle B2C (entreprise directement vers les consommateurs) et a diversifié son offre en fournissant des services de proximité (visite de la serre, location d’espaces de rencontre). Cette réorientation n’a par contre pas eu l’effet escompté, car la serre avait été construite dans un quartier à faible revenu, alors que les produits et services se vendaient à un prix élevé. Pour les auteurs de cette étude, cela souligne l’importance de la proximité de la clientèle cible dans un modèle B2C.

De plus, il était difficile pour Urban Farmers de faire face à la compétition. En agriculture urbaine, concurrencer les producteurs périurbains au niveau des prix est pratiquement impossible. Or dans le cas de La Haie, le produit phare de Urban Farmers était la tomate, un produit connu et habituellement facile à vendre, alors que des producteurs conventionnels hors-sol était implantés à seulement quelques kilomètres. Le prix de vente de ces tomates conventionnelles était trois fois moindre que celui des tomates d’Urban Farmers, alors qu’elles étaient produites presque aussi proche de la ville. Il n’y avait ainsi aucune valeur ajoutée, soit en offrant un produit non disponible ou en ayant une meilleure valeur environnementale (par le peu de km de déplacement). En ce qui concerne le second produit de l’exploitation aquaponique, le tilapia, la ville de La Haye est située près de la mer et a donc déjà accès à du poisson frais. De plus, le tilapia étant un poisson peu connu en Europe, il est plus difficile à vendre. Encore une fois, le produit n’avait aucune valeur ajoutée.

Pour les auteurs de l’étude, Urban Farmers avait une production non concurrentielle (prix trop élevé), sans valeur ajoutée sur le marché local (produits locaux disponibles), ce qui rendait leur stratégie de mise en marché déficiente.

Les défis techniques et économiques de production

Un système combinant la culture de légumes et l’élevage de poissons (aquaponique) est un défi technique, et les rendements peuvent être affectés en comparaison à des productions uniques. Par exemple, en hydroponie conventionnelle, les fermes obtiennent des rendements de tomates de 60 kg/m2/an, alors qu’Urban Farmers n’obtenait que 20-25 kg/m2/an.

De plus, un ensemble de défis techniques contribuent à accroître les coûts d’un projet de serre sur toit, ce qui a possiblement été, selon les auteurs de l’étude, une des causes de la faillite d’Urban Farmers. Ces défis sont :

  • Une construction plus chère sur un toit qu’au sol;
  • De plus grandes pertes thermiques dues au vent, par rapport à un projet avec une production en intérieur;
  • La petite taille de la serre ne permettait pas une économie d’échelle pour sa rentabilité;
  • L’utilisation d’un substrat de croissance spécial au lieu d’un substrat connu tel que la fibre de coco ou la laine minérale;
  • La complexité de l’aquaculture, qui nécessite la présence d’un personnel hautement qualifié et rare sur le marché de l’emploi.

Les désaccords entre les parties prenantes

L’étude identifie aussi des causes de la faillite qui sont en lien avec la gouvernance du projet. Dès le début, l’équipe initiale a subi de nombreux départs suite à des désaccords, ne laissant qu’un seul des fondateurs sur place quelques mois après l’ouverture. Selon l’un des co-fondateurs, ceci n’aurait cependant pas joué un grand rôle dans l’échec du projet. En revanche, quelques mois avant sa faillite, le projet d’Urban Farmers a été affaibli par le fait que la compagnie parente suisse Urban Farmers AG, qui était également actionnaire d’Urban Farmers, a elle-même fait faillite.

De plus, face au projet qui entraînait des dépenses élevées mais générait un faible chiffre d’affaires, les parties prenantes ne s’entendaient pas sur la marche à suivre afin d’atteindre la viabilité économique.

Une combinaison des facteurs pour assurer la viabilité ou la faillite d’une ferme aquaponique

La combinaison de tous ces facteurs a eu des conséquences économiques désastreuses pour le projet. D’après les données du rapport de faillite, plus le chiffre d’affaires augmentait, plus les pertes de l’entreprise augmentaient. Selon le co-fondateur Andreas Gerber, il y avait peut-être trop de main-d’œuvre pour la charge de travail à accomplir (six employés et trois stagiaires). De plus, il aurait fallu selon lui mettre plus d’effort dans la vente des produits, qui représentaient les trois quarts des revenus prévus. « Si vous avez une marge de profit de 20%, vous devez vendre 80% de votre production pour atteindre le seuil de rentabilité » (traduction libre).

Le rapport de l’équipe de GROOF, suite à l’analyse de l’échec d’Urban Farmers, émet quelques recommandations pour les personnes voulant démarrer des exploitations aquaponiques.

Au niveau des stratégies de vente

  • Réalisez votre projet pilote dans le même environnement que votre projet (mêmes pays, ville, quartier, clientèle, etc.).
  • Rencontrez vos clients potentiels afin de comprendre leurs besoins.
  • Tentez de négocier un contrat à moyen ou long terme avec vos clients pour plus de sécurité.
  • Prenez le temps de réaliser une période d’essai afin de tester si votre projet et la relation avec vos clients potentiels vont fonctionner.
  • Prenez le temps de réaliser une bonne étude de marché : Comprenez votre clientèle (qui est-elle et que veut-elle), ainsi que votre environnement d’affaires (quels sont vos produits ? Qui sont vos compétiteurs et qu’est-ce qu’ils offrent ? Qu’est-ce qui vous rend différent ?
  • Choisissez le bon lieu d’implantation afin d’améliorer votre communication et votre visibilité.

Défis techniques

  • Assurez-vous que les techniques employées ont déjà fait leurs preuves, incluant leur aspect économique;
  • Assurez-vous que la surface de production est suffisante, en tenant compte des investissements et coûts de production fixes qui seront engagés peu importe la taille du projet;
  • La consommation énergétique est un enjeu majeur et doit être planifiée et anticipée. Trouver des synergies avec le bâtiment est vital pour réduire les coûts.

Désaccords

  • Assurez-vous que les partenaires d’affaires ont la même vision et vérifiez régulièrement cette vision.
  • Lorsqu’une connaissance spécifique est détenue par l’un des collaborateurs, s’assurer qu’elle est transmise à quelqu’un d’autre avant son départ.

Source

Ancion, N. Jijakli, H. et Crutzen, N. (2019). The case of the bankruptcy of Urban-farmers in The Hague, Université de Liège, 23 p.



Citer ce billet
Olivier Chabal-Dragon (2021, 4 décembre). Viabilité d’une exploitation aquaponique : analyse des causes de la faillite de l’entreprise aquaponique Urban Farmers. AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auim

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search