Les fermes urbaines en intérieur, écologiques ? oui, mais…! Étude du cas de la ferme de Högdalen

Les bénéfices environnementaux de l’agriculture intérieure sont souvent mis de l’avant, particulièrement l’utilisation de l’eau ou l’efficacité énergétique. Toutefois il s’agit généralement que de bénéfices potentiels, car peu d’études se sont penchées sur des cas réels de fermes verticales et sur leur contribution à l’approvisionnement alimentaire et aux objectifs de durabilité. Pourtant cette évaluation est essentielle, particulièrement afin de savoir si la production agricole urbaine en intérieur contribue à une réduction des émissions en comparaison à l’agriculture conventionnelle.

Les auteures de l’article The Högdalen urban farm: a real case assessment of sustainability attributes ce sont attaqué  à cette question. Elles ont évalué les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les bénéfices sociaux d’une ferme en intérieur récemment établie à Stockholm. Des entrevues avec les parties prenantes ont été réalisées et les émissions de GES ont été calculées à partir des données du fournisseur électrique national pour la ferme de Högdalen (grammes de CO2 par kWh), ainsi qu’à l’aide d’une revue de la littérature et d’un calculateur de transport pour les autres formes de production (extérieure en Suède, en serre aux Pays-Bas et en serre en Espagne).

Dans le cadre de cette étude cette équipe de recherche a déterminé que la laitue produite dans cette ferme émettait 30% plus de GES que celle cultivée en champs extérieurs ailleurs en Suède, mais moins que la laitue importée de l’étranger. Bien que les auteures précisent que diverses fermes intérieures doivent être évaluées selon leur contexte car elles peuvent être très différentes, qu’il s’agisse de l’échelle de production, de la technologie utilisée, du type de culture, du modèle d’affaires ou de la raison de leur implantation, cela nous amène à réfléchir sur le maillage entre les fermes urbaines à haute technologie et les fermes conventionnelles dans le cadre du développement d’une souveraineté alimentaire nationale.

Ainsi, dans un climat froid et un pays nordique comme celui de la ferme de Högdalen, un gain environnemental est réalisé si la production se fait pour le remplacement des laitues importées durant la saison hivernale et même estivale. La Suède importe 50% de la laitue consommée localement, et près de 60% de celle-ci provient d’Espagne.

Impacts environnementaux d’une ferme en intérieur

Puisque des études précédentes ont démontré que la majorité des émissions de GES de l’agriculture intérieure provient de l’éclairage et du chauffage, l’étude s’est concentrée sur ces éléments, ainsi que sur le transport des récoltes. Dans les comparaisons avec les autres formes de production, les émissions de GES causées par la fabrication des intrants (semences, pesticides, engrais) ainsi que la fabrication des infrastructures et des équipements n’ont donc pas été comptabilisées.

La ferme de Högdalen est située dans le sous-sol d’un centre commercial et cultive de la laitue dans des pots remplis de terre et irrigués d’une solution nutritive avec la méthode hydroponique de table de marée. L’énergie utilisée (incluant le chauffage) provient d’un mélange de centrales nucléaires, hydroélectriques et éoliennes.

Les résultats de l’analyse d’émission de GES montrent que la culture en intérieur peut être une source d’approvisionnement alimentaire adaptée à la lutte aux changements climatiques. En effet, les émissions de GES de la laitue produite par la ferme sont de 0,36 kg équivalent CO2 par kilo de laitue. En comparaison, la production en champs en Suède en émet moins (seulement 0,26 kg de CO2 par kilogramme de laitue), mais la laitue importée en émet plus, avec 0,56 kg de CO2 par kilogramme lorsqu’elle provient d’Espagne (serres non chauffées) et 2,67 kg lorsqu’elle provient des Pays-Bas (serres chauffées au gaz naturel). Les auteures estiment donc que la valeur environnementale de l’agriculture intérieure dépend du contexte. Elle serait une option viable en comparaison à l’importation sur grandes distances ou à l’utilisation de serres chauffées seulement si de l’électricité à faible émission de GES est disponible (énergie renouvelable et nucléaire).

Impacts sociaux la ferme de Högdalen

Bien qu’elle ait permis la création d’emplois, la ferme n’était pas rentable en elle-même et les emplois bénéficiaient d’un financement gouvernemental. Toutefois, la ferme a contribué au développement d’une importante économie secondaire. Par exemple, la tenue de rencontres, visites et conférences a généré des commandes au café local. Également, l’association gérant la ferme s’est retrouvée avec plus de tâches à accomplir, ce qui contribua à la création d’autres emplois non liés directement au travail de la ferme. La ferme a également un impact social par les activités qu’elle génère (jours de marché, espace d’exposition), permettant la création de liens sociaux dans le quartier. De plus, en n’occupant pas d’espace de terrain, l’installation de la ferme dans un sous-sol non utilisé offre également une valeur ajoutée intéressante dans un quartier souffrant d’une pénurie de logements.

En comparaison à l’agriculture intérieure, les formes d’agriculture urbaine extérieures, tel le jardin domestique ou communautaire, pourraient fournir plus d’avantages sociaux. Tout d’abord, elles fournissent un habitat pour les espèces sauvages. De plus, à grande échelle une agriculture extérieure crée des espaces verts, ce qui contribue à la formation de corridors verts et à l’augmentation des services écosystémiques (réduction du bruit, de la pollution atmosphérique et des îlots de chaleur). Au niveau des bénéfices sociaux, les jardins communautaires sont les plus avantageux, car ils permettent la pratique d’une activité physique, la consommation de produits frais et ils facilitent grandement la création de relations entre les personnes. Finalement, il est précisé que les conditions de travail dans la ferme intérieure ne sont pas favorables au bien-être et que le personnel ne peut pas y passer toute la journée. Le travail agricole dans la chambre de culture du sous-sol doit être combiné à d’autres taches à l’extérieur afin de maintenir un équilibre de travail sain.

Au-delà de l’impact social

En conclusion, cette étude montre que l’utilité de la ferme ne se trouve pas seulement dans la production de nourriture, qui favoriserait la sécurité alimentaire (petite production d’un légume peu nutritif), mais principalement dans sa contribution à un développement urbain durable par la création d’emplois et de liens sociaux, par la mise à profit d’espaces inutilisés et par la collaboration entre des partenaires municipaux, commerciaux et la société civile.

Source

Milestad, R., Carlsson-Kanyama, A. et Schaffer, C. (2020). The Högdalen urban farm: a real case assessment of sustainability attributes. Food Security, https://doi.org/10.1007/s12571-020-01045-8



Citer ce billet
Olivier Chabal-Dragon (2021, 7 décembre). Les fermes urbaines en intérieur, écologiques ? oui, mais…! Étude du cas de la ferme de Högdalen. AgriUrbain. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auin

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search