La pollution atmosphérique est-elle un facteur contaminant pour les aliments cultivés en ville ?

L’agriculture urbaine se développe abondamment dans les villes et s’installe dans des espaces ouverts normalement inoccupés, tels que des toits d’immeubles ou des cours de bâtiments. Parmi les types d’agriculture sur toit se sont développées des serres commerciales qui produisent des aliments à haut rendement en utilisant des systèmes de cultures hors-sol. L’effet de la pollution de l’air sur ce genre de culture est une préoccupation sociale importante qui finit par faire hésiter certaines villes à encourager le développement de ces systèmes (Ercilla-Montserrat et al., 2018).  C’est le cas de Barcelone qui, pour encourager le développement de l’agriculture urbaine, à souhaiter évaluer les effets de la pollution atmosphérique sur les aliments issus de l’agriculture sur toit, et en conséquence, la sécurité de ces aliments pour la consommation humaine.

Ercilla-Montserrat et ses collègues se sont donc intéressés à l’interaction entre la qualité de l’air et la qualité des légumes urbains afin de faciliter la planification de l’agriculture urbaine à Barcelone et déterminer ses possibles risques sanitaires. Leur étude A study on air quality and heavy metals content of urban food produced in a Mediterranean city (Barcelona), publiée en 2018 dans la revue Journal of Cleaner Production, évalue la présence de métaux lourds dans les cultures de laitues hydroponiques dans des zones urbaines et péri-urbaines de Barcelone. L’étude vise également à déterminer si les serres urbaines peuvent agir comme une barrière à la contamination atmosphérique dans les légumes.

Une étude réalisée dans quatre sites à forte densité de circulation routière

Des hypothèses existent sur le fait que la proximité des routes à forte circulation peut augmenter la présence de métaux lourds dans les cultures, et au contraire, que la présence d’arbres et de bâtiments peut agir comme barrière de protection et réduire la contamination des cultures.  Pour tester ces hypothèses, les données de l’étude ont été collectées dans quatre sites localisés près de routes à haute densité de circulation :  un toit dans une zone périurbaine et une serre intégrée sur le toit du même bâtiment, un verger sur toit urbain et une cour urbaine dans le centre de Barcelone.

Pour chaque site, un capteur atmosphérique a été placé pour mesurer les teneurs en métaux lourds dans l’air (nickel, arsenic, cadmium, plomb) et dans les feuilles de laitue (nickel, mercure, arsenic, cadmium, plomb). Les feuilles de laitues ont été choisies car elles ont généralement un taux plus important d’absorption et/ou d’accumulation de métaux. L’étude a eu lieu durant toute la période de croissance des cultures, en période estivale avec des précipitations moyennes, et jusqu’à ce que les laitues atteignent leurs tailles commerciales. L’analyse des échantillons d’air et de cultures a été réalisée par l’Agence de santé publique de Barcelone.

Une présence faible en métaux lourds dans les aliments urbains à Barcelone

Les résultats démontrent que le seul vecteur susceptible de provoquer la présence de métaux lourds dans les cultures hors-sol est l’air, évacuant ainsi, la possibilité de contamination par substrat ou par filtration d’eau. Dans tous les cas étudiés, la concentration de métaux lourds dans l’air était inférieure à 50% de la limite établie par la législation européenne. Concernant les concentrations de métaux lourds dans les feuilles de laitues, celles-ci étaient inférieures à la limite fixée par la législation européenne pour tous les cas étudiés. Le plomb était le contaminant le plus courant, mais toujours à un niveau inférieur à 25% de la valeur légale.

Les données n’ont pas démontré de différences significatives entre les concentrations de métaux lourds à l’intérieur et à l’extérieur des serres, ni entre les légumes lavés ou non lavés. Par conséquent, la présence d’une serre pour l’agriculture sur toit ne provoque pas de protection particulière contre la contamination atmosphérique, et le lavage de légume n’influence pas non plus la proportion de contamination.  

Cette étude démontre que la pollution atmosphérique de Barcelone ne contribue pas à la contamination des cultures urbaines et que les légumes produits sont propres à la consommation humaine. La qualité de l’air à Barcelone n’est donc pas un facteur limitant pour le développement de l’agriculture urbaine, et ce, même dans les zones à forte densité de circulation routière. La baisse de la concentration du plomb dans l’air étant due à une législation de 2001 qui visait à règlementer le carburant utilisé par les voitures dans l’Union européenne, cela indique que les législations ont la capacité de maintenir une qualité atmosphérique en ville et donc, une qualité des aliments cultivés en agriculture urbaine.

Retombées de l’étude et recommandations des auteurs

La qualité de l’air de Barcelone étant similaire à celle de la plupart des villes européennes (Ercilla-Montserrat et al., 2018), les résultats de cette étude peuvent s’appliquer à d’autres zones urbaines de l’Union européenne et donc, servir de référence pour d’autres villes.

Selon les auteurs, générer des cartes de la qualité de l’air dans les villes européennes où l’agriculture urbaine se développe permettrait de mieux distribuer les zones urbaines cultivées et diminuer, au maximum, la teneur en métaux lourds des aliments urbains.

Source

Ercilla-Montserrat, M., Muñoz, P., Montero, J. I., Gabarrell, X., and Rieradevall, J. (2018). A study on air quality and heavy metals contento f urban food produced in a mediterranean city (barcelona). Journal of Cleaner Productions, 195, 385-395.



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 12 janvier). La pollution atmosphérique est-elle un facteur contaminant pour les aliments cultivés en ville ? AgriUrbain. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auj0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search