Mobilisation collective pour changer les règlementations en agriculture urbaine : expérience de Flint, Michigan

Les jardins d’arrière-cours et les petits jardins communautaires ont fait partie de Flint tout au long de son histoire. Ces dernières années, les demandes de financement pour des projets d’agriculture urbaine et de terrains pour cultiver se multiplient. Or, de nombreuses activités ont été interdites aux jardiniers à cause de diverses obstructions règlementaires.  En conséquence, les jardiniers et les organisations non gouvernementales locales se sont mobilisés pour apporter des modifications au cadre règlementaire lié à l’agriculture urbaine pour permettre à davantage d’activités de prendre place en ville. Cette situation a provoqué un véritable dialogue public sur la définition d’une ville, sur les types d’usage du sol et les activités qui peuvent y avoir lieu. Megan Masson-Minock – urbaniste professionnel, experte en engagement communautaire et en planification des systèmes alimentaires, et Deirdra Stockman – professeure à l’Université du Michigan – se sont intéressés aux interactions entre les défenseurs de l’agriculture urbaine et le cadre juridique de Flint.

Dans leur article intitulé Creating a legal framework for urban agriculture : Lessons from Flint, Michigan, publié en 2010 dans la revue Journal of Agriculture, Food Systems, and Community Development, les auteures identifient les obstacles juridiques à l’expansion de l’agriculture urbaine à Flint et décrivent les tentatives de modifications aux cadres règlementaires. L’objectif de leur article est de présenter une série de recommandations pour faciliter la planification de l’agriculture urbaine en s’appuyant sur l’expérience de Flint. Les données de l’étude se basent sur l’observation directe, l’analyse de procès-verbaux et du cadre règlementaire de la ville et des entretiens semi-dirigés menés avec des membres de la Commission d’aménagement de Flint, l’administrateur du zonage de la ville, des représentants d’organisations non gouvernementales, des jardiniers urbains et des non-jardiniers.

Processus pour changer le cadre juridique : expérience de Flint

À Flint, l’ordonnance de zonage pose des défis pour la mise en oeuvre de l’agriculture urbaine. Étant donné l’importance du mouvement favorable à l’agriculture urbaine à Flint, deux organisations non gouvernementales (la banque foncière du comté de Genesee et la fondation Ruth Mott) et un cabinet d’urbaniste (ENP & Associates) – dont l’auteure Masson-Minock fait partie – se sont associés pour proposer des modifications à d’ordonnance de zonage de la ville.

Tableau 1. Ordonnances posant des défis pour la mise en oeuvre  de l’agriculture urbaine à Flint (selon Masson et Stockmann, 2010)

Au printemps 2009, le cabinet d’urbaniste a effectué un examen des ordonnances de la ville pour identifier les défis de l’agriculture urbaine, réalisé des recherches sur le zonage et les politiques encourageant l’agriculture urbaine dans d’autres villes américaines, et a organisé un atelier éducatif avec la Commission d’aménagement de Flint sur différents types d’agriculture urbaine. Deux séances de consultations publiques ont été réalisées avec les habitants de Flint afin de recueillir des informations à l’attention des responsables politiques. Plus de 160 personnes ont participé et les débats se sont concentrés sur trois domaines clés de l’agriculture urbaine à Flint : les serres, les animaux d’élevage et la culture d’aliments destinés à la vente.

Les avis des habitants ont été pris en compte par la Commission d’aménagement de Flint, mais, bien que sensible aux témoignages et aux besoins des résidents, celle-ci a finalement recommandé des ajustements mineurs aux réglementations existantes en laissant de nombreuses restrictions en place. Ceci est notamment dû au fait que plusieurs règlementations sont déterminées par l’État et que le mandat de la Commission n’est pas d’élaborer des politiques à l’échelle de la ville, mais bien de s’occuper des questions de planifications et de zonages spécifiques. Pour faire avancer le processus d’intégration de l’agriculture urbaine à Flint, la Commission a estimé que d’autres consultations publiques et des cartographies plus approfondies devaient être faites pour déterminer où et comment autoriser les activités d’agriculture urbaine en ville. Quoi qu’il en soit, le dialogue continu amorcé à Flint est considéré, pour Masson-Minock et Stockmann, comme un véritable élément de succès, car c’est une première étape essentielle au remodelage des villes et au soutien de nouveaux systèmes alimentaires. À Flint, les débats sur la planification et la politique d’agriculture urbaine ont ouvert d’importants dialogues parmi les institutions et de nouveaux projets ont pu se mettre en place depuis la réalisation de l’étude.

Les recommandations des auteurs

Face défis sociaux, économiques et environnementaux vécus dans de nombreuses villes américaines, les pressions pour l’agriculture urbaine risques de s’intensifier dans les prochaines années, amenant avec elles, des nécessités d’actualisation des politiques urbaines et des plans de planification (Masson-Minock et Stockmann, 2010). Suivant l’expérience de Flint, les auteures formulent plusieurs recommandations interdépendantes et pouvant aider d’autres villes dans l’élaboration de politiques locales en matière d’agriculture urbaine.

  • Évaluer si des changements de politiques sont nécessaires. Pour cela, les auteurs recommandent de s’inspirer de leur document « Évaluation de l’ordonnance sur l’agriculture urbaine » utilisé dans le cadre de Flint[1]. Ce document aide à comprendre sur quels aspects les politiques locales soutiennent ou découragent l’agriculture urbaine. Il convient également de vérifier si certaines activités d’agriculture urbaine peuvent déjà être autorisées par les politiques existantes. Si tel est le cas, les auteurs recommandent d’effectuer un travail de sensibilisation des différents groupes d’acteurs impliqués dans la planification pour permettre à l’agriculture urbaine de se développer.
  • Éduquer à l’agriculture urbaine. Les auteurs font remarquer qu’il existe différents degrés de sensibilisation à la production alimentaire urbaine et de nombreuses opinions sur les types d’activités appropriées dans le contexte urbain. Ainsi une deuxième recommandation est d’éduquer la population à l’agriculture urbaine afin qu’ils la soutiennent davantage. Dans le cas de Flint, le rôle de la population a été essentiel dans les efforts visant à modifier les politiques de la ville. L’éducation et la sensibilisation sont donc un moteur important du développement de l’agriculture urbaine tout comme l’ignorance et la méfiance en sont le principal frein.
  • Intégrer les opinions de la population et des communautés. Dans un troisième temps, et dans le cas qu’un changement de politiques soit jugé nécessaire, les auteurs recommandent d’intégrer les opinions de la population et des communautés pour valider les nouveaux plans proposés. Cette étape est déterminante pour correspondre avec les attentes et les nécessités de la population. De ce fait, il est normal que les nouvelles politiques proposées soient révisées et modifiées à diverses reprises.
  • Soutenir et d’approfondir les efforts dans la continuité. Étant donné que l’élaboration de nouvelles politiques peut faire l’objet d’un long processus, les auteurs recommandent aux partisans de l’agriculture urbaine de soutenir et d’approfondir leurs efforts, et ce, dans la continuité.
  • Multiplier les études de cas. Dans le cadre de cette enquête, les auteurs se sont aperçus que, pour élaborer de nouvelles politiques, les responsables locaux préfèrent tirer des enseignements de leurs propres communautés. Dans un contexte où de nombreuses municipalités s’ouvrent aux possibilités d’intégrer l’agriculture urbaine dans leurs plans d’aménagement, les auteurs suggèrent de multiplier les études de cas basés sur l’expérience de Flint aux autres villes américaines. À cet effet, les auteurs invitent les chercheurs et autres défenseurs de l’agriculture urbaine à utiliser l’outil de diagnostic créé dans le cadre de cette étude[2]. Ce diagnostic devrait, par ailleurs, faire l’objet de validation et d’amélioration.

Notes

  • [1] Ce document est disponible dans l’annexe de l’article de Masson-Minock et Stoclmann (2010).
  • [2] Ce document est disponible dans l’annexe de l’article de Masson-Minock et Stoclmann (2010).

Source

Masson-Minock, M., & Stockmann, D. (2010). Creating a Legal Framework for Urban Agriculture: Lessons from Flint, Michigan. Journal of Agriculture, Food Systems, and Community Development, 1(2), 91–104. https://doi.org/10.5304/jafscd.2010.012.007


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search