Est-ce que l’agriculture urbaine sera verticale et hors-sol ? Étude sur l’agriculture en environnement contrôlé à New York

L’agriculture en environnement contrôlé (AEC) se développe de plus en plus dans les villes à travers le monde. Toutefois, alors que ses promoteurs vantent ses bénéfices environnementaux et en matière de sécurité alimentaire, plusieurs personnes émettent des doutes quant à son utilité réelle pour assurer l’alimentation des populations. Wylie Goodman et Jennifer Minner se sont penchées sur la question en étudiant les projets d’AEC dans la ville de New York.

Dans leur article Will the urban agricultural revolution be vertical and soilless? A case study of controlled environment agriculture in New York City, les auteures identifient les contributions de l’AEC dans quatre catégories (accès à des aliments sains et nutritifs, utilisation des terrains et immobilier, emplois et durabilité environnementale), mais elles se questionnent si les bénéfices sont suffisants pour justifier un soutien financier public. Elles émettent également des recommandations destinées aux villes intéressées par l’AEC, tel que d’évaluer le potentiel environnemental, économique et social des projets et de soutenir en priorité les productions institutionnelles et d’OSBL démontrant clairement des bénéfices pour la communauté.

Bénéfices des fermes en intérieur pour la communauté New-Yorkaise

Accès à des aliments sains et nutritifs

La production des fermes commerciales en AEC contribue minimalement au volume d’aliments consommés par la population new-yorkaise. De plus, il y a peu d’indications que les produits de l’AEC s’attaquent réellement à l’insécurité alimentaire, en particulier dans les communautés à faible revenu. Toutefois l’étude ne peut conclure quelles en sont les causes. Il pourrait s’agir du coût trop élevé des aliments, du manque de disponibilité en épicerie ou d’une autre raison. Enfin, la plupart des productions en AEC n’ont pas une grande valeur nutritionnelle (laitue, fines herbes, etc.), ils n’auraient donc pas un grand effet sur la qualité globale de l’alimentation.

Utilisation des terrains et immobilier

Les fermes commerciales en AEC se situent en majorité dans les quartiers à bas revenus, où, suite au déclin du secteur manufacturier, des espaces industriels peuvent être loués à faible coût. Bien que des espaces encore moins chers soient disponibles dans des villes périphériques à New York, la plupart des fermes commerciales préfèrent être situées à New York pour des raisons de marketing et de logistique (proximité de la clientèle haut de gamme et des restaurateurs).

La municipalité a également appliqué des mesures visant à favoriser le développement de projets d’agriculture urbaine : 1) la Local Law 48, qui permet de trouver des espaces appartenant à la ville et disponible à la location pour cultiver, 2) la Local Law 50, qui encourage les agences municipales à acheter des produits locaux, 3)  le Zone Green Text Amendment, qui modifie le zonage afin que les serres sur toit ne soient pas comptabilisées dans le calcul du ratio plancher/surface d’un bâtiment.

Toutefois, ces mesures ont eu peu d’effet sur la croissance du secteur, en partie car la ville n’a pas encore adopté de plan agricole global. Également, une partie des mesures déjà adoptées n’est pas adaptée aux besoins des fermes commerciales en AEC, indiquant le besoin d’un dialogue entre les entrepreneurs et la municipalité. Par exemple le système développé par la Local Law 48 n’inclut pas les heures d’ensoleillement, les infrastructures disponibles et les possibilités d’implantation de boucles de réutilisation énergétique dans la sélection des emplacements appropriés à l’agriculture. Également, bien que quelques fermes pionnières et innovantes aient un succès, les futures fermes devront faire face à une compétition de plus en plus forte de la part des fermes périurbaines en AEC, qui payent des loyers moins élevés, obtiennent beaucoup de capitaux et gèrent des installations de plus grande ampleur, leur permettant ainsi des économies d’échelle.

Emplois

Une grande partie des emplois en AEC commerciale à New York sont situés dans une seule entreprise. Bien que les fermes en AEC en ville fournissent une petite quantité d’emplois dans le secteur « vert », ce sont majoritairement des postes de premier échelon et leurs salaires sont inférieurs au revenu de subsistance pour une ville comme New York. De plus, l’automatisation grandissante des installations dans le but d’accroître l’efficacité et de réduire les coûts laisse envisager la possibilité d’une réduction du nombre d’emplois dans le secteur.

Pour l’instant, les fermes communautaires et institutionnelles offrent la plus grande diversité d’emplois malgré leur petite taille, et certains de ces emplois, tels l’enseignement et les services, sont moins susceptibles d’être éliminés par l’automatisation.

Durabilité environnementale

Les fermes installées sur les toits et utilisant le soleil comme source principale d’éclairage obtiennent de bonnes performances environnementales. Toutefois, les fermes intérieures utilisant des éclairages DEL ne sont pas aussi efficientes énergétiquement, même lorsque comparées à de la culture conventionnelle au sol. Les méthodes de culture plus simples apporteraient peut-être plus d’avantages écologiques. Par exemple, une culture en sol sur un toit réduit les îlots de chaleur et le ruissellement des eaux de pluie, ce qui n’est pas le cas des serres sur toit ou des fermes intérieures.

Les auteures estiment que la croissance des fermes commerciales en AEC dépendra principalement de la demande en produits frais et locaux. Cette demande pourrait être radicalement stimulée par une redéfinition par la municipalité de l’achat local, faisant en sorte que les institutions publiques (écoles, prisons, hôpitaux et centres pour personnes âgées) soient tenues d’acheter davantage de produits auprès des fermes commerciales basées dans la ville de New York plutôt qu’auprès des fermes de l’État de New York.

Pour conclure, les auteures estiment que le développement de l’AEC à New York résulte de facteurs spécifiques à cette ville (grande population, clientèle aisée, investisseurs, bâtiments industriels inoccupés, subventions publiques). Dans d’autres villes, le soutien public à l’AEC doit être évalué par les municipalités selon leur contexte (environnement bâti, infrastructures, économie régionale, etc.).

Les municipalités souhaitant soutenir des projets d’AEC devraient se également se renseigner sur les aspects suivants des projets :

  • le type de technologie utilisée,
  • les cultures ont-elles une grande valeur nutritionnelle,
  • les prix sont-ils abordables pour une clientèle à bas et moyen revenu, enfin,
  • combien d’emplois seront créés.

L’article démontre également que les projets d’AEC institutionnels et communautaires semblent offrir plus d’avantages que les projets commerciaux et que les projets périurbains pourraient être plus propices aux fonds publics puisqu’ils ont de meilleures chances d’êtres viables.

Source

Goodman, W. et Minner, J. (2019). Will the urban agricultural revolution be vertical and soilless? A case study of controlled environment agriculture in New York City. Land Use Policy, https://doi.org/10.1016/j.landusepol.2018.12.038

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Chabal-Dragon (12 janvier 2022). Est-ce que l’agriculture urbaine sera verticale et hors-sol ? Étude sur l’agriculture en environnement contrôlé à New York. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/auj2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search