Durabilité des exploitations d’agriculture en environnement contrôlé : rapport sur l’usage du plastique, la gestion des déchets, la consommation d’eau et d’énergie des exploitations

Afin de mieux connaître les réalités de l’agriculture en environnement contrôlé (AEC), ses défis et ses opportunités, les entreprises Agritecture et WayBeyond ont uni leurs efforts et ont réalisé un sondage des entreprises du secteur. Les résultats de ce sondage ont été publiés en décembre 2021 sous le titre 2021 Global CEA Census Report.

Au total, 336 répondants ont répondu au sondage, publicisé sur les réseaux sociaux et d’autres médias et canaux de communication de l’industrie. Parmi les entreprises ayant participé, 18 % sont aux États-Unis et 10 % en Inde. Les entreprises canadiennes comptaient pour 5% des répondants.

Il ressort de ce sondage que la consommation énergétique est l’un des plus importants points faibles des exploitations en AEC en matière d’impacts environnementaux et qu’il existe également une grande variabilité des performances environnementales entre les entreprises pour l’ensemble des paramètres étudiés (énergie, eau, déchets, etc.).

Résultats

Pour les répondants, les défis auxquels répond le plus l’AEC sont la sécurité alimentaire et la réduction de la consommation d’eau (26,6% des répondants pour la sécurité alimentaire et 18,4% pour la consommation d’eau). À l’inverse, les défis à relever pour l’industrie seraient la consommation énergétique (23,6% des répondants) et l’usage du plastique (21,7%).

Toutefois, un constat surprenant du sondage est que seuls 23,1% des entreprises utilisent un système automatisé ou semi-automatisé pour effectuer le suivi des paramètres de durabilité. 48,1% des entreprises les calculent manuellement de temps en temps et 26,9% n’effectuent aucun suivi de ces paramètres. De plus, 43% des entreprises n’avaient aucun membre du personnel dont les responsabilités quotidiennes incluaient le suivi et l’amélioration des résultats en matière de durabilité. Un élément encourageant est qu’il existe une grande disparité selon l’âge de l’entreprise et que les plus jeunes semblent accorder de l’importance à ce travail (seulement 25% des entreprises de moins de 1 an et 38% des entreprises de 1 à 2 ans n’avaient personne dont le rôle était le suivi de ces paramètres).

Le sondage s’est également penché sur ce que pensaient les entreprises de l’information propagée au sujet de l’AEC, en particulier sur ses aspects écologiques. Parmi elles, 70% considèrent que l’industrie a été sujette à un écoblanchiment (« Greenwashing ») excessif.

En ce qui concerne le gaspillage et les déchets, il semblerait que seuls 6,8 % des produits récoltés soient perdus, en comparaison des quelque 20 % de pertes habituelles du secteur des fruits et légumes. L’élimination des déchets reste toutefois problématique, puisque 24,8 % des entreprises éliminent la biomasse non consommable (racines, feuilles non comestibles, etc.) en l’envoyant aux sites d’enfouissement.

Économie d’eau

La consommation en eau par kilogramme de produit est très variable entre les entreprises. Alors que la majorité d’entre elles (76,6 %) utilisent entre 1 et 99,9 L/kg, des consommations allant de 100 à plus de 1000 litres sont retrouvées pour 17,2 % des entreprises. Il y a toutefois une nette différence entre les fermes utilisant des serres (51,5 L/kg en moyenne) et les fermes verticales (20,4 L/kg en moyenne). Ces résultats démontrent que les prétendues économies d’eau de 90 % à 95 % en AEC par rapport à l’agriculture conventionnelle ne se réalisent pas toujours. En effet, avec une consommation moyenne de 250 L/kg en agriculture conventionnelle, seulement 66 % des exploitations affichent une telle économie d’eau, 26 % n’auraient qu’une économie de 50 % à 89%, et 8% auraient une réduction de moins de 50%.

Économie d’énergie

Il ressort du sondage que le suivi de la consommation énergétique est beaucoup plus répandu en Asie et en Europe, avec plus de 70% des entreprises mesurant leur consommation, en comparaison avec l’Amérique (59%) ou le reste du monde (39%). Parmi les entreprises mesurant leur consommation énergétique, 20 % consomment moins de 1 kWh par kg de produit, mais 10 % consomment de 100 à 1000 kWh/kg. En comparaison, la culture conventionnelle de laitue en champ nécessite 0,3 kWh/kg. La culture en AEC est donc beaucoup plus énergivore que la culture conventionnelle, et parmi les différentes exploitations, ce sont celles en agriculture verticale qui consomment le plus (38,8 kWh/kg en moyenne contre 5,4 kWh pour les serres). Enfin, la consommation énergétique diminue avec la superficie d’exploitation, passant d’une moyenne de 34,2 kWh/kg pour les exploitations de moins de 1000m2 à une moyenne de 8,3 kWh pour les exploitations de plus de 5000 m2, donnant un net avantage aux exploitations d’envergure pour l’efficience de la consommation énergétique.

Conclusion

Selon les résultats du sondage, il semble que les performances écologiques des exploitations en AEC sont très variables. De plus, alors que les pertes de produits et la consommation d’eau sont réduites en comparaison à celles de l’agriculture conventionnelle, c’est tout le contraire en ce qui concerne la consommation énergétique.

Étonnamment, alors que cette consommation a un impact majeur sur l’empreinte environnementale et les coûts de production de l’entreprise, 64% d’entre elles n’emploient aucune stratégie d’efficacité énergétique. Finalement, ce ne sont pas toutes les entreprises qui accordent de l’importance au suivi et à l’amélioration de ces paramètres environnementaux, mais les nouvelles entreprises sont près de trois fois plus susceptibles de le faire.

Source

Agritecture et WayBeyond (2021). 2021 Global CEA Census Report. En ligne: URL : https://www.agritecture.com/census


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Chabal-Dragon (17 janvier 2022). Durabilité des exploitations d’agriculture en environnement contrôlé : rapport sur l’usage du plastique, la gestion des déchets, la consommation d’eau et d’énergie des exploitations. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/auj3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search