Ville et agriculture périurbaine : l’expérience française

En France, chaque année, 35 000 ha de terre agricole et naturelle sont urbanisés et 5 000 ha sont artificialisés pour réaliser des infrastructures de transports. L’étalement urbain ne cesse de s’amplifier, au détriment des espaces agricoles, forestiers et naturels périurbains, perturbant les équilibres écologiques et territoriaux. Il est nécessaire dès lors de protéger et de mettre en valeur les espaces agricoles périurbains. Plusieurs axes sont à envisager : l’axe législatif à travers la mise en place de périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains, la promotion de circuits courts de commercialisation en ville des produits agricoles, avec le moins d’intermédiaires possibles mais aussi le développement des loisirs verts.