Les innovations sociales (agricoles urbaines) afin d’améliorer la résilience de la ville

L’appropriation communautaire de la gestion des espaces verts locaux est reconnue comme une forme d’innovation permettant de générer des réponses adaptées aux contextes socioécologiques urbains. Sans compter que la participation des acteurs dans la gestion de celles-ci permet d’établir une gouvernance décentralisée, reconnue comme hautement résiliente.

Ces nouvelles approches adaptatives et collaboratives apparaissent de plus en plus  nécessaires pour améliorer la capacité d’adaptation des villes et la qualité de vie des habitants. Toutefois, peu d’études se sont intéressées aux contributions des innovations socioécologiques pour l’adaptabilité des systèmes urbains. Matthews Dennis, Richard P. Armitage et Philip James de l’Université de Salford ont réalisé une large enquête spatiale sur ce phénomène en étudiant 113 innovations dans les zones métropolitaines adjacentes de Manchester, Trafford et Salford au Royaume-Uni. Leur article intitulé Social-ecological innovation: adaptive responses to urban environmental conditions, publiée en 2016 dans la revue Urban Ecosystem, évalue la capacité de réponses des innovations sociales aux environnements locaux et leur contribution à la résilience des systèmes urbains.

Les données de l’étude démontrent que l’innovation socioécologique est très présente dans les territoires à l’étude et qu’il existe une tendance significative entre la présence des innovations et la précarité socio-économique et environnementale du territoire. Les innovations sociales tendent à se développer dans des zones socio-économiques précaires, mais où le capital social s’améliore. Une corrélation entre le capital social et l’engagement des acteurs dans la gestion de l’environnement est soulignée comme explication.

L’étude démontre aussi que les innovations sont le reflet d’un territoire, tant par ses caractéristiques physiques que populationnelle. Cela amène à considérer l’intervention, par le biais de projets en agriculture urbaine ou d’innovation sociale, en commençant par une bonne compréhension et caractérisation d’un territoire et de sa population. Un excellent projet dans un quartier ne l’est pas nécessairement dans un autre. Selon l’étude, cela va dépendre des niveaux de précarités sociales et écologiques.

Caractéristiques des innovations socioécologiques répertoriées

Les innovations répertoriées dans le cadre de l’étude ont été classées par les auteurs en fonction de la forme de gestion de l’initiative et de sa mission socioécologique. Ce classement a permis d’effectuer une typologie avec cinq catégories d’innovation sociale dans les 3 territoires concernés. Ce sont majoritairement des innovations sociales en agriculture urbaine (67,3%). 35,4% des initiatives sont des jardins collectifs ou partagés (community gardens) (objectifs alimentaires et éducatifs), 20,4 % sont des jardins communautaires (allotment gardens) (objectif alimentaire prioritaire), 11,5% sont des vergers communautaires (accent sur la production de fruits). Par ailleurs, 19,5% sont des projets relatifs aux ressources environnementales (projets mobiles – non physiques – qui servent de centres d’information, de formation ou de ressources environnementales et peuvent abriter des activités horticoles éducatives et alimentaires) et 13,3% sont des microparcs (pocket parks : espaces improvisés de petite surface dans des zones fortement urbanisées,, pouvant intégrer des aménagements comestibles).

L’analyse cartographique des 113 initiatives montre que l’imperméabilisation de la surface (pauvreté écologique du site) était la variable la plus importance pour expliquer la présence des initiatives. Elle explique particulièrement la présence des microparcs. La criminalité et la santé (précarité sociale) étaient les paramètres expliquant la présence d’innovations dans un territoire. Ainsi les initiatives d’innovation montrent des liens aux micro-contextes locaux ainsi qu’une adaptation de leur forme en fonction des types de problématiques socio-environnementales du territoire. Ce qui veut dire que certaines précarités socio-environnementales favorisent la présence de types particuliers d’innovation. Par exemple, les données suggèrent que les projets relatifs aux ressources environnementales ont été réalisés dans les zones présentant le niveau le plus élevé de précarité sociale et les microparcs dans les contextes extrêmes de précarité écologique (imperméabilisation).

Les données révèlent que si les formes d’innovation sociale se produisent dans des zones à forte précarité sociale, la précarité écologique est généralement faible, et inversement. À titre d’exemple, les jardins communautaires apparaissaient dans des zones où les espaces verts sont relativement abondants, mais où la précarité en matière de santé est extrême, tandis que les microparcs (pocket parks) apparaissaient dans une configuration inverse. Ainsi, il semble exister un lien de compensation entre les types de privations sociales et écologiques, faisant naître des types d’innovation adaptée en conséquence.

Par ailleurs, selon l’étude, des niveaux élevés de précarités sociales et écologiques rendent difficile l’implantation d’innovations sociales. Cela veut dire qu’au-delà d’un certain seuil de précarités socioécologiques, la gestion communautaire et décentralisée se trouve affectée. Dans ce contexte, les institutions locales devraient fournir des ressources sociales et environnementales appropriées pour éviter la transgression de seuils socioécologiques de privation et ainsi, favoriser la gestion communautaire des ressources. Toutefois, les auteurs recommandent d’effectuer des recherches sur les compromis que peut générer l’intervention des institutions locales descendantes sur l’innovation sociale et communautaire.

Conclusion

Dans l’étude, les auteurs démontrent que les innovations socioécologiques représentent un ensemble cohérent de réponses à la précarité sociale et environnementale locale et donc, qu’elles détiennent une capacité d’adaptation importante aux contextes urbains spécifiques. Elles sont donc des formes adaptatives de gestion locale de l’environnement portées par les citoyens qui contribuent ainsi à la résilience des systèmes urbains. L’étude démontre aussi que les innovations sont le reflet d’un territoire, tant par ses caractéristiques physiques que populationnelle. Cela nous amène à considérer l’intervention par le biais de projets en agriculture urbaine, ou d’innovation sociale, par une bonne compréhension d’un territoire et de sa population. Un excellent projet dans un quartier ne l’est pas nécessairement dans un autre.

Pour les auteurs, les institutions devraient intervenir dans certains contextes défavorables à la mise en œuvre des innovations sociales, ce qui permettrait d’augmenter la capacité d’adaptation des villes et leur durabilité socio-environnementale. Ces interventions devraient toutefois être réalisées de manière à ne pas entraver l’innovation communautaire présente.

Source

Dennis, M., R.P. Armitage, et P. James (2016). Social-ecological innovation: adaptive responses to urban environmental conditions. Urban Ecosystems19(3), 1063–1082. https://doi.org/10.1007/s11252-016-0551-3


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
katiascehrer (18 janvier 2022). Les innovations sociales (agricoles urbaines) afin d’améliorer la résilience de la ville. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/auj4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search