Viabilité socio-économique de l’agriculture urbaine en Allemagne

Les diverses formes d’agriculture urbaine apportent de nombreux bénéfices aux populations des villes. Toutefois, comme l’expose la FAO, la durabilité des modèles d’agriculture urbaine (AU) et périurbaine dépend de leur viabilité économique. Également, il importe de considérer les bénéfices sociaux dans l’évaluation coûts-bénéfices des diverses formes d’AU

Dans leur article Socio-Economic Viability of Urban Agriculture—A Comparative Analysis of Success Factors in Germany, Thomas Krikser et ses collègues identifient les conditions nécessaires au succès économique et social des projets d’AU à visée non commerciale. Pour ce faire, des données de sondages qualitatives et quantitatives ont été combinées pour trois formes de projets : les jardins en auto-cueillette, les jardins interculturels et les jardins communautaires. Il ressort de leur étude que les personnes participant à des projets d’AU accordent plus d’importance à la réduction des coûts et à l’obtention de bénéfices globaux qu’à la génération de bénéfices monétaires.

Facteurs de succès

Les critères de succès retenus par les chercheurs pour l’analyse varient selon le type d’AU. Pour les jardins en auto-cueillette, qui sont caractérisés par une relation de service entre agriculteurs et consommateurs, il s’agit de l’aspect économique pour le fournisseur de service et de l’autonomie pour les participants, tandis que pour les jardins interculturels et les jardins communautaires le succès est mesuré par le pourcentage de participation.

Succès des jardins en auto-cueillette : Trois éléments distinguent les jardins en auto-cueillette des jardins interculturels et des jardins communautaires. Ils apportent un revenu régulier pour le fournisseur de service, ils offrent de plus grandes chances d’autonomie en légumes et herbes aux participants et ils sont moins dépendant des subventions externes. Les conditions nécessaires au succès économique de ce type de jardin sont la demande de frais de service annuels, permettant un revenu, ainsi que le niveau d’expérience du fournisseur de service. Des frais annuels plus élevés conduisent à un meilleur succès économique lorsqu’une offre éducative est liée aux activités. En ce qui a trait au succès du point de vue des participants, trois conditions sont nécessaires. Une expérience modérée à élevée du fournisseur de service, une distance de déplacement de courte à moyenne, et aucune implication nécessaire dans le processus de décisions.

Succès des jardins interculturels et des jardins communautaires : dans le cas des jardins interculturels, qui ont une orientation sociale et culturelle, le taux de participation aux réunions (indicateur de succès) est influencé par la distance de déplacement, l’expérience des participants, l’aspect éducatif et l’autonomie alimentaire obtenue.

Pour ce qui est des jardins communautaires, les paramètres conduisant à un succès ou un échec sont variables et complexes. De manière générale, l’obtention d’une autonomie alimentaire, l’auto-gestion et l’absence de frais conduisent au succès social (taux de participation aux réunions). Contrairement aux jardins interculturels, la distance de déplacement et la présence d’un aspect éducatif ne semblent pas être des variables importantes dans le succès des jardins communautaires.

Conclusion

De nombreuses variables sont impliquées dans le succès ou l’échec de projet d’AU, et l’importance de chacune de ces variables diffère selon le type de projet en fonction de l’objectif recherché par les participants. Sur cet aspect, il semblerait que l’évitement des coûts est plus fréquents dans les choix faits par les participants que la génération de bénéfices. Cet évitement des coûts provient entre autres de la réduction des achats d’aliments, du partage des coûts de production et des économies sur l’acquisition de nouvelles connaissances, tandis que les bénéfices proviennent de la vente des surplus.

Enfin, dans le cas des jardins en auto-cueillette, il semble que l’investissement dans le transfert de connaissances et des formations de grande qualité est un coût à prendre en considération dans les frais de service, et qu’une offre de formation modulaire pourrait répondre à la demande des consommateurs pour des formats flexibles, ce qui accroîtrait leur volonté de payer pour les services.

Source

Krikser, T.,  Zasada, I., et Piorr, A. (2019) Socio-Economic Viability of Urban Agriculture—A Comparative Analysis of Success Factors in Germany. Sustainability, DOI:10.3390/su11071999


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Chabal-Dragon (1 avril 2022). Viabilité socio-économique de l’agriculture urbaine en Allemagne. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/auj5


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search