Les jardins communautaires : activité rentable

Les jardins communautaires ont fait leur apparition en Europe au début du 18e siècle en réponse à l’urbanisation et à l’industrialisation des villes. Leurs objectifs étaient alors de réduire la pauvreté et d’approvisionner les villes en légumes. La plus récente popularité des jardins communautaires dérive moins de l’insécurité alimentaire et plus d’une prise de conscience mondiale sur les autres enjeux de la vie en ville : la santé mentale et physique, l’accès restreint à des espaces verts, l’importance de la qualité des aliments et l’intérêt pour l’autosuffisance alimentaire.

En plus de la production alimentaire, les jardins communautaires génèrent des services écosystémiques, contribuent au développement économique local et réduisent la pauvreté. Ils sont avant tout considérés comme une activité économique marginale ou un loisir. Pourtant, selon plusieurs études dont celle de Glavan et al (2016), les jardins communautaires ont le potentiel de devenir une activité rentable et de fournir un revenu supplémentaire aux producteurs/jardiniers.

L’article Urban Gardening: From Cost Avoidance to Profit Making — Example from Ljubljana, Slovenia compare deux modèles économiques pour des jardins communautaires à Ljubljana, la capitale de la Slovénie : le modèle de coûts évités (avoided cost model – ACM) et le modèle d’affaires (business model – BM). Dans le premier, les producteurs consomment les aliments cultivés et donnent le reste à la famille ou aux amis. Les producteurs qui suivent le modèle d’affaires vendent les surplus à des marchés locaux ou à des détaillants. Se faisant, les producteurs épargnent 26,9 % plus pour une même surface qu’avec le modèle de coûts évités. En encourageant ces pratiques, il serait possible d’améliorer le statut économique de certains groupes sociaux et la résilience alimentaire des villes.

Réglementation sur les jardins communautaires en Slovénie

À Ljubljana, la réglementation concernant les jardins publics est stricte. Les espaces doivent être consacrés à la production de légumes, de fruits ou de plantes ornementales pour la consommation personnelle. Il ne peut pas s’agir d’une activité économique. Les citoyens peuvent louer un espace pour une période de 1 à 5 ans et seuls certains intrants sont autorisés dans les jardins communautaires.

Les jardins privés ne sont soumis à aucune réglementation. Sans encadrement, ces cultures à petite échelle peuvent avoir des impacts négatifs sur l’environnement (gaspillage, surutilisation d’engrais, etc.), notamment en passant d’un modèle d’autosuffisance à un modèle économiquement rentable.

Données de l’étude

L’étude recense les pratiques de 127 jardiniers urbains de la ville de Ljubljana qui produisent selon le modèle de coûts évités. Les sondages rassemblent des données sur la surface de culture, les variétés de légumes, le rendement, les coûts, la gestion des surplus et le temps investi. Pour le modèle d’affaires, l’étude utilise les données d’un partenaire du projet FOODMETRES (Food Planning and Innovation for Sustainable Metropolitan Regions) qui achète les produits alimentaires de jardiniers urbains en Slovénie. Le partenaire préférant rester anonyme, l’étude y réfère en parlant de la « compagnie ». Les données concernent le nombre de jardiniers vendant leurs produits, la quantité de légumes vendus et le revenu moyen annuel.

À Ljubljana, la taille moyenne des jardins communautaires est de 136,69 m2. Considérant des dépenses d’environ 1,48 €/m2, un jardin de taille moyenne coûte 202,30 euros. Cette estimation des coûts comprend l’engrais, les graines et les petits équipements de production, mais exclut la location d’un emplacement, l’utilisation d’eau et le temps de travail. Plusieurs variétés de légumes sont cultivées, mais les trois principaux sont la patate, la tomate et la laitue. La productivité moyenne des jardins est estimée à 3,39 kg/m2.

Jardiner selon le modèle des coûts évités

Selon l’étude, chaque kilogramme produit coûte environ 0,44 euro, soit le tiers du prix pour la même quantité d’un même légume au supermarché en 2014. Ainsi, en produisant ses propres légumes, un jardinier économise 70 % du prix qu’il aurait normalement payé chez un détaillant.

Pour une production moyenne de 465 kg de légumes et un prix moyen de détail de 1,49 EUR/kg, les revenus moyens des jardiniers sont de 664,70 euros. Les jardiniers économisent donc 462,70 euros par année ou 3,38 €/m2 de jardin. Toutefois, en attribuant un coût au temps investi, les jardins deviendraient rapidement non rentables.

Jardiner selon le modèle d’affaires

Les producteurs qui suivent un modèle d’affaires vendent leurs surplus à la compagnie située dans un rayon de 1 à 3 km. En 2014, la compagnie a acheté environ 3209 kg de légumes chez 30 producteurs, soit un montant de 4 301 euros.

En moyenne, chaque jardinier a vendu 107 kg de légumes en surplus et gagné 156,44 euros durant l’année 2014. Selon la productivité moyenne des jardins communautaires, une superficie de 31,48 m2 par jardin est nécessaire. Cette surface engendre des coûts de 21,27 euros. Les jardiniers qui suivent le modèle d’affaires économisent donc 135,17 euros chaque année, soit 4,29 €/m2. La compagnie paye tous les frais associés au contrôle de la qualité sans quoi il ne serait pas rentable pour les producteurs de vendre leurs surplus.

Conclusion

Le modèle d’affaires permet d’économiser 0,91 euro de plus par unité de surface, soit 26,9 % plus que le modèle des coûts évités. Comme cette étude n’a été conduite que dans une seule ville, les résultats ne se transposent pas parfaitement aux autres pays. Il serait intéressant de conduire une étude similaire dans une ville comme Montréal où la réglementation sur les jardins communautaires diffère de la Slovénie, mais où la saison de culture est similaire. Avec le prix des aliments qui ne cesse d’augmenter, il est facile de croire que produire ses propres légumes serait également plus rentable dans les villes d’Amérique du Nord. L’autosuffisance constitue un pas de plus vers des villes plus résilientes et adaptées aux enjeux actuels.

Source

Glavan, M., Istenič, M. C., Cvejić, R & Pintar, M. (2016). Urban Gardening: From Cost Avoidance to Profit Making — Example from Ljubljana, Slovenia. Dans Urban Agriculture (p. 23-42). https://www.intechopen.com/chapters/50067


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search