Enquête nationale sur les contaminants dans l’agriculture urbaine cubaine

Suite à la chute du bloc socialiste dans les années 1990 et l’intensification du blocus économique à Cuba, l’agriculture conventionnelle a laissé place à des pratiques plus écologiques, telles que les systèmes d’agriculture urbaine, qui permettent d’établir une production alimentaire avec d’importants avantages sociaux, économiques et environnementaux pour les habitants des villes et des villages. Or, les déchets de compost abondamment utilisés dans les parcelles d’agriculture urbaine sont suspectés de contenir des éléments contaminants, ce qui pourrait sous-entendre des risques pour l’environnement et la santé humaine. L’article intitulé First national-wide survey of trace elements in Cuban urban agriculture, publiée en 2017 dans la revue Agronomy for sustainable development, rend compte d’une première enquête nationale qui a tenté de déterminer les concentrations en métaux lourds dans les substrats utilisés en agriculture urbaine à Cuba afin d’évaluer les risques pour la santé humaine.

Méthodologie pour évaluer la concentration en éléments contaminants dans les composts et les légumes

Les chercheurs Alfaro et al., (2017) ont analysé onze types de composts prélevés dans 60 fermes urbaines biologiques et 11 centres de traitement des déchets.  Pour chaque compost et substrat prélevé, ils ont mesuré le ph, la conductivité électrique, le pourcentage en matière organique et la concentration en métaux lourds pour les éléments suivants : cadmium, plomb, arsenic, sélénium, mercure, nickel et chrome. Les chercheurs ont ensuite calculé l’absorption de cadmium et de plomb dans les légumes cultivés dans ces substrats, particulièrement pour les quatre espèces de légumes les plus consommés à Cuba, la laitue, la bette-à-carde, le radis et le poivron.

Les concentrations en métaux lourds dans les composts et dans les substrats ont été comparées à des règlementations brésiliennes. Les concentrations en métaux lourds dans les parties comestibles des légumes ont été comparées au Codex Alimentaruis, une norme générale pour les contaminants et les toxines dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Avec ces données, les chercheurs ont déterminé les risques associés à la consommation de légumes.

Des composts de déchets solides municipaux impropres pour l’agriculture urbaine

Les chercheurs montrent que les concentrations en métaux lourds dans les engrais organiques (fumier de cheval, de lapin, de vache, résidus de culture et humus de ver de terre) se situent dans des valeurs admissibles et ne présentent pas de risques pour la santé humaine. En revanche, les composts produits à partir de déchets solides municipaux ont donné des valeurs supérieures aux concentrations permissibles dans les engrais organiques, et ce, pour tous les métaux lourds étudiés. À titre d’exemple, les concentrations en cadmium, en plomb, en mercure, en arsenic, en sélénium et en nickel étaient respectivement environ 3, 7, 2, 3, 2 et 4 fois supérieures aux niveaux permissibles. Ceci est probablement dû à la forte présence de plastiques, d’objets métalliques, de solvants, de peintures, de papiers, de bois, de produits pétroliers, de batteries et d’autres rebuts dans les composts municipaux.

De plus, du cadmium et du plomb ont été trouvés dans les parties comestibles des plantes dans des concentrations supérieures aux limites considérées comme sûres pour la santé humaine. Cela veut dire que les métaux lourds présents dans les composts de déchets solides municipaux se transfèrent abondamment dans les parties comestibles des légumes (particulièrement les feuilles), les rendant impropres à la consommation humaine.

Une étude qui permet d’améliorer la sécurité des aliments produits par l’agriculture urbaine cubaine

Suite à cette enquête, les autorités cubaines ont interdit l’utilisation des déchets solides municipaux pour l’agriculture urbaine jusqu’à ce que des meilleures stratégies de séparation de déchets soient mises en œuvrant. Pour baisser la concentration de métaux lourds dans les composts municipaux, les auteurs recommandent d’améliorer la stratégie de séparation des déchets à la source, soit, de séparer les matières organiques propres des matières dangereuses pour favoriser une collecte, une élimination et un compostage séparé. Cela pourrait nécessiter d’installations centralisées pour séparer les contaminants avant et après le compostage.

Source

Mirelys Rodríguez Alfaro, Clístenes Williams Araújo Do Nascimento, Olegario Muñiz Ugarte, Alfredo Montero Álvarez, Adriana María de Aguiar Accioly, Bernardo Calero Martín, Teudys Limeres Jiménez et Milagros Ginebra Aguilar (2017). First national-wide survey of trace elements in Cuban urban agriculture. Agronomy for sustainable development, 37(4), 1-7.

 



Citer ce billet
katiascehrer (2022, 1 avril). Enquête nationale sur les contaminants dans l’agriculture urbaine cubaine. AgriUrbain. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/auj9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search