Étude comparative des typologies de jardins communautaires pour les villes de Baltimore, Chicago et New York et les implications potentielles en termes de services écosystémiques

Reconnus pour leurs nombreux services écosystémiques biophysiques et sociaux, les jardins communautaires reçoivent un mouvement de popularité dans de nombreuses villes américaines. L’implantation des jardins communautaires s’est réalisée selon différents plans urbanistiques (ou selon aucun) et peu de recherches ont été réalisées jusqu’à présent sur les typologies de jardins communautaires et le contexte urbain dans lequel ils évoluent. L’évaluation typologique de l’occupation du sol par les jardins communautaires permet, selon Anderson et al. (2019), de comprendre la façon dont ces espaces contribuent et sont façonnés par les paysages urbains. De cette manière, les évaluations typologiques permettent de comprendre les implications potentielles des jardins communautaires en services écosystémiques et donc, leur contribution dans l’écologie globale des villes.

Pour améliorer les connaissances sur ce sujet, Anderson et ses collègues ont réalisé une typologie paysagère des jardins communautaires[1] de trois villes américaines pour leur potentiel écologique à plusieurs échelles.  Dans leur étude, Comparing community garden typologies of Baltimore, Chicago, and New York City (USA) to understand potential implications for socio-ecological services, publiée en 2019 dans la revue Urban Ecosystems, les auteurs ont identifié les principaux modèles et les différences dans les caractéristiques biophysiques des jardins communautaires à l’échelle du paysage urbain de New York, Chicago et Baltimore. Pour chaque ville, les auteurs ont identifié l’emplacement spatial des jardins puis, ils ont déterminé les caractéristiques biophysiques des jardins (à l’échelle du paysage urbain et à l’échelle de chaque jardin) grâce à des images satellites. Une analyse statistique a ensuite été réalisée pour comparer leur distribution spatiale et évaluer les différences dans les modèles de jardins entre les villes. Cette dernière étape a permis de clarifier le rôle des jardins communautaires dans le développement métropolitain des villes.

Typologie des jardins et comparaison entre les villes

Pour les trois villes, le pourcentage de jardins communautaires est relativement faible et ceux-ci ont une taille moyenne similaire. Les résultats suggèrent que les habitants des zones densément peuplés ont de bonnes chances d’être exposés et/ou d’avoir accès aux espaces verts, car la majorité des jardins sont situés dans ces zones.

Contrairement aux prévisions des chercheurs, les jardins des trois villes présentent des typologies distinctes au niveau du couvert végétal. Par exemple, New York présente une couverture végétale très importante, probablement dû à une implantation plus ancienne de l’agriculture urbaine. La couverture végétale plus herbacée à Baltimore suggère des arbres plus petits, probablement dus à la vague de verdissement qui a émergé plus récemment avec la désindustrialisation de la ville. L’abondance de la couverture végétale des jardins de New York et de Chicago indique davantage de bénéfices écosystémiques biophysiques et sociaux pour leurs habitants. Toutefois, la couverture végétale plus herbacée de Baltimore suggère que les jardins sont davantage utilisés à des fins de production alimentaire que ceux de New York et Chicago. Cette différence est probablement due aux problématiques d’insécurité alimentaire de nombreux quartiers de Baltimore. Les jardins de Baltimore correspondent plus à des modèles commerciaux d’agriculture soutenue par la communauté (ASC) et ceux de New York et Chicago, à des jardins communautaires familiaux ou collectifs.

En ce qui concerne la répartition spatiale des initiatives, les villes de New York et Chicago présentent des jardins communautaires globalement regroupés dans certains quartiers, tandis que Baltimore présente une plus grande dispersion des jardins dans la ville. Quoi que moins nombreux, les jardins sont spatialement mieux répartis à Baltimore, ce qui suggère que leurs services biophysiques et sociaux peuvent bénéficier à un paysage urbain plus large et contribuer à davantage d’équité alimentaire et d’accès aux espaces verts.  Les jardins de New York et Chicago étant plus concentrés dans l’espace, leurs services écosystémiques sont probablement potentialisés (meilleur partage de ressource et de connaissance entre les sites) et doivent fortement améliorer la qualité de vie des habitants des quartiers. Toutefois, ce manque de répartition des jardins dans l’espace suggère que leurs services socio-écologiques sont à considérer à l’échelle du quartier, mais non pas à l’échelle de la ville, comme c’est le cas à Baltimore.

Retombés de l’étude et recommandation des auteurs

L’objectif de la présente étude était de générer une typologie multi-échelle des jardins communautaires dans les paysages urbains de trois grandes villes américaines et de fournir une base de référence pour évaluer leurs potentiels écologiques à plusieurs échelles. L’étude a démontré que les jardins communautaires sont distribués distinctement dans le paysage urbain des trois villes et qu’ils diffèrent considérablement dans leurs caractéristiques biophysiques. Cela suggère que les villes de cette étude de cas présentent des histoires différentes en termes d’agriculture urbaine et que les jardins présentent des potentiels différents en termes de services écosystémiques.

Ce type d’étude est utile pour comprendre les services écosystémiques potentiels des jardins communautaires et, en conséquence, fournir des recommandations sur les trajectoires de planification des villes. Une telle typologie peut en effet aider les urbanistes et les parties prenantes du développement territorial à maximiser l’utilité des jardins en les positionnant, par exemple, dans des quartiers qui en bénéficieraient plus. Ce genre d’étude peut donc s’avérer utile aux villes qui souhaitent soutenir des améliorations dans l’environnement urbain et contribuer à des espaces plus résilients et plus justes. Cette étude est l’une des premières qui examinent et comparent de manière systématique les modèles de paysage des jardins communautaires dans plusieurs villes. Davantage d’études dans ce genre seront nécessaires pour examiner les modèles structurels des jardins et améliorer la compréhension de leurs fonctions socio-écologiques.

Source

Anderson, E. C., Egerer, M. H., Fouch, N., Clarke, M., and Davidson, M. J. (2019). Comparing community garden typologies of baltimore, chicago, and new york city (usa) to understand potential implications for socio-ecological services. Urban Ecosystems22(4), 671–681. https://doi.org/10.1007/s11252-019-00855-9

Note

[1] Ici le terme jardin communautaire doit être pris comme la traduction community garden qui est un terme générique regroupant l’ensemble des initiatives communautaires et collectives.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
katiascehrer (2 avril 2022). Étude comparative des typologies de jardins communautaires pour les villes de Baltimore, Chicago et New York et les implications potentielles en termes de services écosystémiques. AgriUrbain. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/auja


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search